Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Féministes et antiféministes dans la Vienne et les Deux-Sèvres de l’entre-deux-guerres », Master 1, sous la direction de François Dubasque, Université de Poitiers

Julia-Pauline Larose

Texte intégral

  • 1 Virginia WOOLF, Une chambre à soi, Paris, Bibliothèque, 2001, p. 83, (réed).

1« L’histoire de l’opposition des hommes à l’émancipation des femmes est plus intéressante peut-être que cette émancipation elle-même1. » S’inspirant de cette maxime de Virginia Woolf et empruntant le sillon tracé par les études de Christine Bard, ce mémoire a pour objet l’affrontement entre féministes et antiféministes autour de la question du suffrage féminin dans l’entre-deux-guerres. L’échelle locale a été ici privilégiée. Il s’agit en effet de comprendre de quelles manières, dans deux départements du Centre-Ouest, la Vienne et les Deux-Sèvres, les interactions conflictuelles entre suffragistes et antisuffragistes ont favorisé l’émergence d’un débat sur le droit de vote féminin. Pour tenter de cerner le degré d’exposition des consciences locales, tant féminines que masculines, à ce sujet, trois lieux de rencontre entre suffragistes et antisuffragistes ont été tour à tour analysés : celui des idées, de l’espace public et de l’arène politico-médiatique.

2Cette démarche a impliqué une présentation préalable des forces en présence. Le paysage suffragiste picto-deux-sévrien de l’entre-deux-guerres ne se distingue guère du mouvement féministe national. Deux associations féministes se partagent, de manière inégale, le terrain local : la section départementale de la Fédération nationale des femmes et celle de l’Union française pour le suffrage des femmes. Moins structuré, l’antisuffragisme constitue plutôt une nébuleuse dont l’efficacité repose sur quelques influentes personnalités locales – parlementaires ou professeurs de faculté. À l’avant-garde de ce combat, se trouvent les sénateurs Raymond Duplantier et René Héry. L’affrontement entre ces deux forces a d’abord eu lieu sur le terrain de la pensée, chaque camp cherchant à dessiner les contours de sa propre identité en diabolisant l’adversaire.

3Pour rallier la population locale à leurs idées, les suffragistes et antisuffragistes mettent par ailleurs en place des stratégies militantes contraires. Face à un féminisme offensif occupant le terrain par la multiplication des actions publiques, les antisuffragistes refusent de donner une publicité aux événements qui les opposent à leurs rivales préférant, à leur agitation, offrir des réponses ciblées. La plupart des affrontements entre suffragistes et antisuffragistes s’effectuent ainsi par « voix » interposée (orale ou écrite). Dans ce jeu polyphonique de déclarations publiques, à l’éloquence féministe s’oppose l’aphasie partielle et solennelle des antiféministes. La Vienne et les Deux-Sèvres furent toutefois le théâtre de quelques batailles exceptionnelles cristallisées autour de la figure de Raymond Duplantier, dont l’événement le plus marquant reste la campagne « anti-Duplantier » organisée de concert par l’UFSF et la Femme nouvelle de Louise Weiss à l’occasion des élections sénatoriales de 1935.

4Quel parti sort finalement vainqueur de cette querelle autour du vote féminin ? Apporter quelques éléments de réponse à cette question a nécessité de s’interroger, pour finir, sur la diffusion et la réception du débat suffragiste auprès de la population locale. Presse écrite et scène politique locales constituent des relais qu’il convenait de ne pas négliger. Mais au-delà, c’est le prisme littéraire dans sa dimension mémorialiste et romanesque qui a nous a paru le plus à même de fournir des indices sur l’évolution des représentations en la matière durant l’entre-deux-guerres.

  • 2 La figure niortaise de Marie-Josèphe Réchard donne un bon exemple local des différents liens qui un (...)

5De cette étude, il ressort que le féminisme provincial de l’entre-deux-guerres, loin d’être un mouvement isolé et apathique, doit être considéré comme un véritable champ de recherches de l’histoire des femmes et du genre. Ces travaux sur le suffragisme local peuvent être envisagés selon une double lecture pertinente : l’étude collective du fonctionnement des différents groupes associatifs, mais aussi individuelle du ou des militantismes des figures féministes provinciales2.

Haut de page

Notes

1 Virginia WOOLF, Une chambre à soi, Paris, Bibliothèque, 2001, p. 83, (réed).

2 La figure niortaise de Marie-Josèphe Réchard donne un bon exemple local des différents liens qui unissent le féminisme et le suffragisme à d’autres formes de militantismes, tel que le pacifisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julia-Pauline Larose, « « Féministes et antiféministes dans la Vienne et les Deux-Sèvres de l’entre-deux-guerres », Master 1, sous la direction de François Dubasque, Université de Poitiers », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1726

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page