Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« De la jeune mondaine à l’enquêtrice sociale : la formation de Beatrice Potter (1858-1892) », Master 2, sous la direction de Nicolas Bourguinat, Université de Strasbourg

Marie Desaunay

Texte intégral

  • 1 Cités par : José Harris, ‘Beatrice Webb, the ambivalent feminist’, lecture donnée à la London Schoo (...)
  • 2 La Fabian Society a été fondée en 1884, et tire son nom d’un général romain connu sous le nom de Fa (...)
  • 3 Les autres fondateurs de cette institution sont Graham Wallas et Georges Bernard Shaw. La London Sc (...)
  • 4 Beatrice Webb, My Apprenticeship, Londres, Longmans Green, 1926 ; B. Webb, Our Partnership, Londres (...)
  • 5 Le dernier ouvrage en date, inachevé suite à la mort de son auteur est d’ailleurs de ce type : Royd (...)
  • 6 C. Booth, Life and Labour of the People, 7 vols. Londres, Macmillan, 1902-1903.

1Peu connue en France, Beatrice Potter (1858-1943) est pourtant une figure relativement populaire de l’histoire britannique du début du xxe siècle, sous son nom marital de Beatrice Webb. Les opinions les plus diverses ont été portées à son sujet : de Raymond Asquith (1878-1916) qui juge que sa beauté n’a d’égal que son intellect, à Winston Churchil (1875-1965) qui aurait refusé d’apparaître à une réunion où se trouvait Beatrice, de peur « de se retrouver enfermé dans la cuisine avec Mrs Sidney Webb »1. Alliant séduction et intelligence exceptionnelle pour certains, elle est au contraire froide, dangereusement dogmatique et manipulatrice pour d’autres de ses contemporains. Personnage à part entière d’après ces témoignages, Beatrice est pourtant passée à la postérité comme la partie d’une entité bicéphale qu’aurait été le couple Webb. : promoteur du mouvement coopératif, membre actif de la Fabian Society2, co-créateur de la London School of Economics3, acteur essentiel de la genèse du Labour Party et des premiers gouvernements travaillistes en Grande-Bretagne, puis défenseur du communisme soviétique dans les années 1930. De fait, le couple lui-même est l’artisan de sa légende : les nombreux ouvrages publiés en communs et surtout l’autobiographie de Beatrice4 participent à créer l’idée d’un partenariat intellectuel et professionnel, unique, symbiotique et prolifique. Cette vision globale des Webb a également été transmise par l’historiographie, riche en biographies croisées du couple5. De plus, la carrière de Beatrice en temps que partenaire d’un homme politique a souvent éclipsé sa première carrière. Pourtant, ses premières activités de sociologue, ou du moins d’exploratrice des sciences sociales qui étaient alors à leurs balbutiements, sont à bien des égards plus aventureuses : « visiteuse des pauvres » pour la Charity Organization Society, collectrice de loyer pour les logements sociaux d’Octavia Hill (1838-1912), enquêtrice sociale pour le monumental ouvrage de Charles Booth (1840-1916) sur la pauvreté à Londres6, ou même investigation dans les sweatshops sous une fausse identité. Beatrice a bien eut une vie avant son mariage – à l’âge de 35 ans –, et avait déjà atteint une certaine notoriété publique, en temps que « Miss Potter ».

  • 7 Beatrice a utilisé le terme d’« apprentissage » pour parler de cette période de sa vie. Le terme de (...)

2L’une des priorités de cette recherche a donc été de faire exploser la vision – mythique – d’un couple Webb ne fonctionnant que comme un tout. Le choix a donc été fait se concentrer sur sa vie pré-maritale de Beatrice : de 1858 à 1892. De plus, l’étude se fait à l’échelle micro de la vie de Beatrice, à travers des écrits du for privé, bien que l’appellation « privée » de ces écrits (le journal intime de Beatrice commencé dès 1872, ceux de sa mère et de ses sœurs, une vaste correspondance, son autobiographie...) soit sans cesse remise en question, tant les recherches professionnelles imprègnent peu à peu son journal dit intime et tant certains points justement très intimes y brillent surtout par leur absence. Ce travail part de l’hypothèse que toute éducation et toute expérience issue d’un milieu donné, tout apprentissage formel ou informel, imprègne de manière consciente ou non la construction de l’identité d’un individu. Retournant cette idée de construction identitaire, ce travail s’attache à comprendre dans quelle mesure la formation7 de la jeune Beatrice Potter est symptomatique des paradoxes de la société et de la culture victoriennes.

3L’étude se porte tout d’abord sur l’enfance et l’éducation de Beatrice, avant d’analyser sa formation plus informelle. Enfin, la formation professionnelle de Beatrice est approfondie à travers l’étude de ses enquêtes sur la communauté juive de l’East End des années 1880.

  • 8 Ce travail a régulièrement recours au concept de « sphères séparées », concept surtout utilisé par (...)

4Qu’est ce qui a mené une jeune fille de la haute bourgeoisie à embrasser une carrière professionnelle « masculine », et à épouser un homme en dessous de sa classe et pas même séduisant : choix a priori très peu conformes avec les idéaux victoriens de féminité8 ou avec ceux de sa classe ? Ce travail met en valeur la trajectoire sociale, intellectuelle et idéologique de la jeune Beatrice Potter comme révélatrice d’une société victorienne pétrie de contradictions : entre normes strictes intériorisées et foi dans le progrès et dans la science. Les ambiguïtés et les hésitations de ces années de formation ne seraient pas une preuve d’inconstance, mais au contraire le signe d’un attachement vivace aux valeurs et aux codes « victoriens » alors même que ceux-ci subissent une remise en question profonde au cours de ce dernier tiers du xixe. De cette tension découle un violent sentiment d’inadéquation sociale qui fait tout l’intérêt et l’originalité de la source première de cette étude : le journal de Beatrice, trace imparfaite et compagnon intime de toute une vie.

Haut de page

Notes

1 Cités par : José Harris, ‘Beatrice Webb, the ambivalent feminist’, lecture donnée à la London School of Economics and Political Science le 19 Janvier 1984 (p.1).

2 La Fabian Society a été fondée en 1884, et tire son nom d’un général romain connu sous le nom de Fabius Cuntator (“le temporisateur”). Ce club politique du centre gauche, socialiste anti-révolutionnaire, joua un rôle très important dans la vie politique édouardienne, participa à la fondation du Labour Party en 1900 et compta parmi ses membres d’éminents intellectuels et personnalités politiques (G.B. Shaw, G.Wallas, E. Pankhurst, H.G.Well, A.Bessant, L.Woolf...). Sidney devient membre de la Fabian Society dès mars 1885 et Beatrice en janvier 1891.

3 Les autres fondateurs de cette institution sont Graham Wallas et Georges Bernard Shaw. La London School of Economics a vu le jour en 1885 grâce au legs de 20 000 livres de la part d’un riche sympatisant de la Fabian Society, Henry Hunt Hutchinson. L’école devait avoir pour but l’amélioration de la société en général, par la formation de professionnels des sciences sociales et de gestionnaires publics : on retrouve ici l’idée de concilier pensée et action.

4 Beatrice Webb, My Apprenticeship, Londres, Longmans Green, 1926 ; B. Webb, Our Partnership, Londres, Longmans Green, 1948.

5 Le dernier ouvrage en date, inachevé suite à la mort de son auteur est d’ailleurs de ce type : Royden J. Harrison, The Life and Time of Sidney and Beatrice Webb : 1858-1905, the formative years. Macmillan, Basingstock, 2000.

6 C. Booth, Life and Labour of the People, 7 vols. Londres, Macmillan, 1902-1903.

7 Beatrice a utilisé le terme d’« apprentissage » pour parler de cette période de sa vie. Le terme de « formation », moins orienté, est ici préféré. L’apprentissage connote en effet la « formation professionnelle » (ce qui sous-tendrait que la vie pré-maritale de Beatrice n’aurait été qu’une sorte d’entraînement à ses activités de socialiste) ou relève de la psychologie et sous-entend alors que la carrière, les choix de Beatrice auraient été le résultat d’un environnement, d’un conditionnement, d’un stimulus. C’est d’ailleurs le discours que tient Beatrice dans le premier tome de son autobiographie. Cette étude se propose dès lors de déconstruire cette réécriture orientée de sa jeunesse. L’idée de « formation »se réfère à un processus plus large et non déterministe, qui comporte aussi bien la formation intellectuelle (éducation, lectures...), que la formation professionnelle et la formation identitaire, plus informelle. Ce travail sur la formation de Beatrice Potter relève donc tout à la fois de l’histoire des mentalités, des femmes, du genre,de l’enfance, de l’éducation, et de l’histoire culturelle.

8 Ce travail a régulièrement recours au concept de « sphères séparées », concept surtout utilisé par des historiens et sociologues anglo-saxons, et particulièrement pour l’étude du xixe siècle et de l’ère victorienne qui concerne notre étude. La culture populaire, les sciences et la religion pouvaient alors servir de socle à une idéologie normative (habituellement qualifiée de « victorienne ») qui assignait aux hommes et aux femmes des sphères différentes. Ce cadre mental assignait ainsi à la femme la sphère domestique et privée, tandis que les responsabilités publiques, économiques et politiques étaient du ressort des hommes. Les traits moraux étaient aussi classés selon des caractéristiques « masculines » ou « féminines » : la femme étant supposée être morale, émotive, soumise, et particulièrement apte aux soins et à l’éducation ; les hommes, eux, étaient censés être rationnels, intellectuels et courageux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Desaunay, « « De la jeune mondaine à l’enquêtrice sociale : la formation de Beatrice Potter (1858-1892) », Master 2, sous la direction de Nicolas Bourguinat, Université de Strasbourg », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1724

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page