Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Le patronage des Arts et des Lettres au féminin durant les guerres de Religion : le cas d’Anne d’Este, duchesse de Guise puis de Nemours », Master 2, sous la direction de Denis Crouzet et Naïma Ghermani, Université Paris IV-Sorbonne.

Mégane Revil Baudard

Texte intégral

1Anne d’Este constitue l’une des grandes figures féminines de l’Histoire, une de ces « ombres » qu’évoque Élianne Viennot, longtemps ignorées ou stigmatisées par l’historiographie, et qui doivent aujourd’hui sortir des oubliettes de l’Histoire. Pour ce faire, il faut se dégager à la fois d’une histoire masculine, aujourd’hui obsolète, et des enjeux féministes de l’histoire du genre pour reconstituer le rôle et la place d’une femme de la noblesse du xvisiècle telle que la duchesse de Guise et de Nemours. C’est à travers l’étude de son patronage artistique et littéraire que la présente recherche entend s’interroger sur la place des femmes dans la société du temps. Il s’agit en effet de réexaminer la part prise par les celles-ci dans le processus de la commande artistique et littéraire. Ce travail entend se placer dans la lignée de l’historiographie récente, qui se donne pour objectif d’aller « au-delà d’Isabelle d’Este », c’est-à-dire, de dépasser les figures féminines exceptionnelles et familières pour redécouvrir leurs contemporaines. À l’instar d’Isabelle d’Este ou de Catherine de Médicis, Anne recueille la confiance de sa parentèle masculine et accomplit des prouesses politiques, économiques et mécéniques au service de sa famille, ainsi que le dicte son rôle traditionnel. L’étude de son patronage artistique et littéraire ne se laisse pas circonscrire au domaine des œuvres pieuses dont l’historiographie a fait un apanage féminin, mais se révèle au contraire d’une incroyable richesse et d’une grande diversité. Anne et ses contemporaines de la noblesse accordent un primat aux images et lettres mises au service de la renommée familiale.

2 Cette étude s’appuie sur un panel de sources riches et diversifiées qui nous a permis d’appréhender et de reconstituer l’activité de patronne d’Anne d’Este : correspondances, pièces administratives, telles que les inventaires après décès, mais aussi sources littéraires comme les œuvres poétiques, les nouvelles ou encore les épîtres dédicatoires. En regard de ces textes, nous avons mobilisé des sources iconographiques parmi lesquelles on peut compter des portraits de la duchesse, à l’instar des dessins des Clouet, et des plans de châteaux. Le recoupement des deux types de sources montre combien les femmes de la noblesse du XVIe siècle, ainsi qu’en témoigne Anne d’Este, exercent un véritable magistère dans le domaine des arts et des lettres. Elles remplissent en effet cette prérogative en mobilisant leurs ressources tout en s’appuyant sur de solides réseaux, tant féminins que masculins. Afin d’appréhender le patronage d’Anne d’Este dans toute son envergure, nous avons adopté une définition élargie du patronage qui permet de compenser le manque de visibilité des femmes dans les sources. Il s’agit en effet de considérer le processus du patronage dans sa totalité, de ne pas négliger la femme qui en est l’objet ou la destinataire car, si elle n’apparaît pas comme commanditaire directe dans les documents officiels, elle fait partie intégrante du dit processus. Les réseaux évoqués ci-avant renvoient à la logique clientéliste qui régit alors la société et intervient dans la relation qu’entretiennent artistes et “maîtresses”, dans une logique de don et contre-don hiérarchisée. La recherche éclaire ainsi la nature même de cette relation complexe, entre intérêt et sincérité, dans laquelle la patronne, dispensatrice de largesses, se trouve, en retour, célébrée dans les œuvres comme le mécène idéal, au même titre que le prince patron des arts. Toutefois, dans le cas d’Anne d’Este, la figure de la Mécène se trouve parfois éclipsée par celle de la « virago », en raison du courage dont elle fait preuve et de son implication guerrière et politique dans la cause familiale. Enfin, au-delà des considérations esthétiques, le patronage de la duchesse possède une dimension politique certaine puisqu’il devient le support de son activité diplomatique. Anne d’Este joue en effet un rôle politique incontournable dans les guerres de Religion qui déchirent la France mais également à l’échelle internationale. Les arts et les lettres se révèlent les témoins, mais surtout le support, du primat de médiatrice qu’elle exerce. Elle y apparaît ainsi tour à tour sous une figure guerrière et destructrice ou sous les traits d’une Vénus pacificatrice. Le patronage des arts féminin, loin donc de se cantonner aux petits objets et aux échanges intimes s’inscrit dans une véritable stratégie dynastique et politique : la promotion et la défense des Guise et des Nemours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mégane Revil Baudard, « « Le patronage des Arts et des Lettres au féminin durant les guerres de Religion : le cas d’Anne d’Este, duchesse de Guise puis de Nemours », Master 2, sous la direction de Denis Crouzet et Naïma Ghermani, Université Paris IV-Sorbonne. », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1722

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page