Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Marie Moret (1840-1908), collaboratrice de Jean-Baptiste André Godin et directrice des Services de l’enfance du Familistère de Guise (Aisne) », Master 2, sous la direction de Rebecca Rogers, Université Paris V-René Descartes

Marie-Pierre Focillon Humbaire

Texte intégral

1Marie Moret fut la compagne puis l’épouse de Jean-Baptiste André Godin (1817-1888), industriel de l’Aisne et fondateur du Familistère de Guise au sein duquel furent mises en pratique des théories avancées sur l’éducation dans le socialisme utopique.

2Après nous être interrogée sur les modalités, les finalités et les choix pédagogiques qu’elle fixa en tant que directrice des Services de l’Enfance, nous avons cherché comment elle utilisa son dynamisme à faire vivre l’Association du Capital et du Travail, ses Conseils et ses Sociétés, au sein de ce Palais Social. Nous avons examiné enfin le rôle de cette femme complexe, discrète mais omniprésente, dans la rédaction, la promotion des écrits et les réalisations de l’industriel. C’est ainsi qu’un premier chapitre est consacré aux éléments constitutifs de la personnalité de Marie Moret – son enfance, son éducation, ses lectures, ses rencontres –, un deuxième aborde sa fonction dans l’élaboration et le suivi des Services de l’Enfance et ses intentions dans ce système éducatif, et un dernier tente de saisir l’évolution de sa place auprès de Godin et de répondre à la question : pourquoi et comment cette femme intellectuelle, anglophone, cette admiratrice inconditionnée et intemporelle de Godin, est devenue sa collaboratrice partageant l’élaboration de ses pensées, ses combats contre l’incompréhension des institutions, et sa propagandiste, diffusant dans le monde entier les livres de l’industriel ?

3Ce mémoire prend ses sources dans l’importante correspondance de Marie Moret mais aussi dans ses notes et les méthodes pédagogiques qu’elle préconise. C’est grâce aux soins de sa sœur et de sa descendance que nous pouvons essayer de la comprendre et entrer dans son intimité. Nous avons pu consulter les documents aux archives du CNAM à Paris (Fonds Godin Moret Prudhommeaux) et à celles de l’Aisne à Laon (Fonds Moret), ainsi que dans la lecture d’ouvrages et d’articles.

4Devant exécuter un travail méthodique de reconstruction des données, nous avons essayé d’inclure la structure d’une histoire individuelle dans un processus dynamique comprenant son action sociale, le groupe et l’institution dans lesquels elle vit et elle travaille. Son existence est le résultat de l’interaction entre ses décisions subjectives, ses actions réactives, défensives, choisies, des mécanismes sociaux et des contraintes données par la société. Son statut de femme célibataire, sans enfant – sans exclure sa différence sexuelle, sa féminité –, ne réduit pas son rôle à une sphère biologique et lui permet une plus grande utilisation de son temps. S’inscrivant dans le contexte politique et éducatif mouvant de la deuxième moitié du xixe siècle, Marie Moret s’inspire de l’esprit méritocratique républicain, des théories fouriéristes et des pédagogies innovantes. Avec l’aide d’enseignants sous contrôle, elle construit une culture scolaire fondée pour les élèves sur l’émulation, les élections, les concours, la recherche du bien collectif et l’apprentissage d’une morale godinienne. Elle développe dans cette communauté un réseau d’attachements entre les individus, les ancrant dans un même système de croyances et d’opinions : la nécessité de faire vivre l’Association. Affirmant, avec fermeté et persuasion, sa volonté de mettre en avant l’intérêt général, elle y bâtit des liens de solidarité affective dans lesquels les membres s’identifient, favorisant leur adhésion à des principes communs. Travailleuse acharnée, grande lectrice, elle s’accomplit dans l’analyse des textes qu’elle approfondit. En collaboration avec Godin, ils élaborent une doctrine sociale et philosophique. Elle utilise ses notes pour préparer les conférences, articles, ouvrages de l’industriel dont elle ne s’approprie jamais la co-rédaction. Elle développe d’autres moyens d’actions au service de la Cause : la diffusion, la propagande des écrits de Godin qui deviennent progressivement pour elle un véritable apostolat, une mission dans laquelle elle s’investit. Son dévouement idéaliste se concrétise dans cette tâche.

5En définitive, deux images contrastées de Marie Moret se superposent. D’un côté, c’est une femme appartenant au xixe siècle, assujettie à un rôle de faire-valoir, effacée, dévouée jusqu’au sacrifice, négligeant ses propres aspirations d’écrivain, abandonnant toute prétention personnelle et refusant les louanges. D’un autre côté, c’est une femme intellectuelle tournée vers le xxe siècle qui aborde les domaines de l’action et de la décision réservés selon la ‘‘nature’’ aux hommes maîtrisant la culture, une femme qui étudie les sciences, qui a des opinions politiques, une rédactrice, une femme directive qui conseille et impose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Focillon Humbaire, « « Marie Moret (1840-1908), collaboratrice de Jean-Baptiste André Godin et directrice des Services de l’enfance du Familistère de Guise (Aisne) », Master 2, sous la direction de Rebecca Rogers, Université Paris V-René Descartes », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1720

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page