Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« L’iconographie de Sainte Anne Trinitaire dans l’art de Toscane (XVe-XVIe siècle », Master 1, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction du Professeur Philippe Morel

Ermioni Iliana Syrrou

Texte intégral

1Cette étude propose une analyse approfondie du personnage de sainte Anne à travers le prisme passionnant de l’art de la Toscane et plus précisément à travers l’image la plus caractéristique de son iconographie, celle de Sainte Anne Trinitaire (Sant’Anna Metterza). À la fin du Moyen Age et tout au long de la Renaissance, la mère de la Vierge occupe en Italie une place centrale tant au niveau théologique qu’au niveau artistique, imposant une iconographie riche. Riche en ce qui concerne la typologie mais aussi, et peut-être surtout en ce qui concerne le symbolisme. L’image examinée qui regroupe sainte Anne, sa fille et son petit-fils, avait durant cette période, quasiment deux siècles, une présence notable dans les églises, dans les lieux publics de Florence et d’autres villes et dans les monastères du territoire de Toscane et elle est devenue tellement courante qu’elle s’est étendue à toutes les formes possibles de représentation.

2La dite étude tente tout d’abord une lecture du personnage de sainte Anne réunissant son rôle théologique et son rôle historique ; elle a donc l’ambition de pouvoir fournir une réflexion claire, solide et argumentée sur les façons dont ce rôle est exprimé dans l’art de la Toscane. L’analyse ne se limite pas aux créations-références, comme par exemple le tableau de Masaccio et de Masolino (1424-1425, Galleria degli Uffizi) ou le chef-d’œuvre de Léonard de Vinci (1503-1519, Musée du Louvre) mais elle cherche également à élucider le parcours iconographique de Sainte Anne Trinitaire en mettant en évidence des œuvres moins connues. Quant aux créations-références, les tentatives d’interprétation mettent en contact les données issues des recherches de spécialistes tels que Timothy Verdon, Daniel Arasse, Rona Goffen, Jack Wasserman et Karen Meyer-Roux, consacrées aux aspects figuratifs, avec des études psychanalytiques de Jean-Pierre Maîdani-Gérard, d’André Green, de Denise Becker ou de Jocelyne Le Béguec. Proposant une approche du culte de sainte Anne dans les régions du Nord, la deuxième partie constitue également un examen de la version flamande et allemande de Sainte Anne Trinitaire. Cette partie s’organise sur deux axes principaux : tout d’abord, elle met en valeur les différences entre la version germanique et la version italienne de Sainte Anne Trinitaire ; elle évoque ensuite le sujet complexe de la vieillesse et de la féminité sacrée.

3Il n’est pas question de faire dans le cadre de cette étude une histoire complète de la théologie et du culte concernant sainte Anne, mais il convient de mentionner que toute notre connaissance de la vie de sainte Anne provient des évangiles apocryphes qui décrivent minutieusement le mariage d’Anne avec Joachim, la longue période de stérilité du couple et l’accouchement de la Vierge Marie. La diffusion des récits apocryphes dans le monde gréco-romain mais aussi vers Rome, a conduit à une vulgarisation de son culte. Malgré l’absence de sainte Anne dans les évangiles canoniques, c’est à partir d’une phrase biblique que commence l’aspect le plus humain de sa vie, c’est-à-dire son triple mariage.

4La grand-mère de Jésus, iconographiquement parlant, intervient dans la triade fondamentale du christianisme, c’est-à-dire dans la Sainte Trinité, en formant ainsi, une triade singulière, une Trinite Humanissima qui se trouve aux antipodes de la Trinité Divinissima, composée par le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Ce qui est frappant, c’est le fait qu’elle intervient également dans la triade qu’on appelle « la sainte famille » et provoque une sorte de marginalisation du masculin, c’est-à-dire de saint Joseph. Elle devient ainsi la base d’une Trinité al femminile.

5Les plus grands noms de la peinture florentine se sont occupés de l’image de Sainte Anne Trinitaire ; les artistes veulent faire ressortir surtout deux aspects : d’un côté la figure sévère et la dimension matriarcale du personnage de sainte Anne, et de l’autre le caractère protecteur et la relation affective entre la sainte et la Vierge à l’Enfant. En plus, la représentation du groupe triadique insiste sur les rôles réciproques autant que supplémentaires des deux femmes qui ont fait du mystère de l’Incarnation une réalité. Elle fait aussi allusion à la mystérieuse fertilité da la femme et à l’Immaculée Conception de la Vierge par sainte Anne, condition nécessaire pour l’Incarnation de Jésus.

6L’image de Sainte Anne Trinitaire est donc liée aux points fondamentaux de la théologie chrétienne. Elle est associée également à l’histoire et à la réalité politique de Florence en révélant ainsi une capacité d’adaptabilité unique. En effet, le personnage de sainte Anne et par conséquent l’image du groupe triadique en associant pensée profane-politique et vision chrétienne, semblent idéals pour une manipulation historique et symbolique. Le caractère non narratif de l’image la rend particulièrement malléable et lui permet de s’adapter à un discours à la fois profondément politique et christianisé. La Sainte Anne Trinitaire de Fra Bartolomeo (1510-1512, Florence, Museo di San Marco), tableau paradigmatique, montre combien était souple et puissant ce type iconographique au sein de la vie publique de Florence.

7La Sainte Anne Trinitaire a connu durant la même période une grande efflorescence dans l’art des sociétés germanophones. L’iconographie de sainte Anne dans l’art flamand et allemand, clairement plus populaire que l’iconographie italienne, révèle aussi la question des pouvoirs magiques de la grand-mère du Sauveur. Bref, l’iconographie de la sainte dans les pays du Nord, met, encore une fois, en évidence, l’extrême polysémie de la figure d’Anne et montre comment elle rassemble sur son personnage les aspects les plus respectables et en même temps les plus humains, réinstallant le questionnement du genre et de la féminité sacrée au sein de l’art religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ermioni Iliana Syrrou, « « L’iconographie de Sainte Anne Trinitaire dans l’art de Toscane (XVe-XVIe siècle », Master 1, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction du Professeur Philippe Morel », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1718

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page