Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

« Désir, argent et conjugalité à Venise. Une anthropologie de sources épistolaires pour une économie matrimoniale (fin XVIe-début XVIIe siècle) », Master 2, Aix-Marseille Université, 2012

Romain Facchini

Texte intégral

  • 1 Le corpus de lettres s’étend de 1592 à 1605.

1L’objet de la thématique du désir, de l’argent et de la conjugalité fut d’étudier par le prisme du genre les affects au sein d’un couple vénitien (fin XVIe-début XVIIe siècle) en lien avec des considérations matérielles (argent, dot, patrimoine). Cette analyse éclaire les relations émotionnelles et sentimentales d’un couple par rapport aux impératifs économiques du rang de patricien, c’est-à-dire ceux d’une classe dirigeante. L’approche, à la lumière d’une anthropologie des sources épistolaires1 encore trop peu utilisées pour Venise, rend compte d’une économie affective − au sens de circulation, de don/contre-don et d’échange. Cette lecture s’opère sur un contexte à la fois religieux (post Concile de Trente), social (enjeux démographique et crise identitaire du patriciat), économique (crise économique du XVIIe siècle) et politique (fléchissement de la puissance vénitienne qui est inquiétée de toute part).

2Ce mémoire s’inscrit dans la continuité des études menées sur Venise concernant le genre, le patriciat, la dot et le patrimoine : il est apparu intéressant de chercher à donner un sens − genré − à ces éléments et à leurs mécanismes ainsi qu’une continuité dans des domaines de l’historiographie qui ne sont pas spécifiques à Venise. Cette perspective s’intègre à un mouvement novateur (le genre, les affects) et original en raison du croisement des domaines historiographiques (études sur la famille, l’intime, le quotidien, le don, le patrimoine, les affects, les liens sociaux, l’identité, les rumeurs ou l’histoire urbaine) et des disciplines (histoire, anthropologie, sociologie, économie, philosophie, psychologie). Cette étude est une volonté de comprendre l’histoire du patriciat vénitien autrement et de l’approcher par le biais du genre. Il s’agissait également de saisir la vie quotidienne du couple hors du contexte politique. L’enjeu était à la fois de trouver un nouvel espace de recherche, et de re-questionner des problématiques anciennes comme celle de la famille. Pour mener à bien ce projet de recherche, la problématique adoptée fut la suivante : au crépuscule du XVIe siècle, comment et dans quelle mesure les interactions d’un couple vénitien, les liens affectifs qui unissent un mari et une femme, sont-ils influencés par la pratique du don/contre-don et de l’échange, aussi bien matériel qu’immatériel ? Comment l’historiographie a-t-elle traité cette question, et quelles sources permettent d’étudier ce sujet dans sa globalité ?

3La construction du plan a été conçue dans le but d’apporter une réflexion globale sur le sujet et de faciliter sa compréhension. Les deux premières parties sont destinées à exposer les multiples apports historiographiques, puis les sources et la méthode relative au sujet. Dans la première partie j’ai choisi de regrouper plusieurs héritages historiographiques (histoire, anthropologie, sociologie, économie, philosophie, psychologie) afin de travailler avec des notions et des concepts divers et variés. L’outil méthodologique principal fut la théorie du genre qui offre la possibilité de proposer une étude conjointe et donc croisée des femmes et des hommes. Puis, dans un second temps, est exposé le choix des sources épistolaires permettant de sortir des cadres habituels appliqués à Venise (sources politiques, judiciaires ou notariales) et de tenter une approche pouvant correspondre spécifiquement au sujet (intimité, affects, vie conjugale). Ce deuxième axe offre également toute une réflexion sur le sujet, ses limites et ses perspectives de recherches. Enfin, l’étude de cas − en trois parties − illustre les deux premiers chapitres. En premier lieu il s’agit d’une typologie des affects du couple. Puis, sont mis en lumière les enjeux patrimoniaux et les liens interindividuels qui leurs sont associés. Le dernier point replace dans le cadre de la société vénitienne les conclusions tirées des parties de l’étude de cas qui viennent d’être évoquées.

4Il s’agit d’un travail qui souhaite, avec la théorie du genre, renouveler des domaines historiographiques « anciens » encore très prometteurs et pouvant faire l’objet de redéfinition des problématiques. Pour ce faire, il faut mettre à jour des sources encore peu exploitées pour Venise, notamment épistolaires. La mise en lumière du couple vénitien par le genre éclaire une relation conjugale au sein du patriciat qui est rythmée par une économie affective très intense. L’étude de cas confirme l’utilité des affects et surtout du genre en tant qu’outil d’analyse. Pour Venise, il s’agit d’ouvrir une nouvelle voie par le biais du genre, celle de l’oikonomia affective dans le couple, et d’explorer la philosophie du patriciat quant aux mariages et au patrimoine depuis le Concile de Trente (1545-1563) jusqu’à la crise de la deuxième moitié du XVIIe siècle qui voit le titre de patricien mis en vente.

5Mémoire de master 2, préparé sous la direction de Lucien Faggion et Anne Montenach, Maîtres de conférences en Histoire Moderne à Aix-Marseille Université, soutenu le 15 juin 2012 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence.

Haut de page

Notes

1 Le corpus de lettres s’étend de 1592 à 1605.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Facchini, « « Désir, argent et conjugalité à Venise. Une anthropologie de sources épistolaires pour une économie matrimoniale (fin XVIe-début XVIIe siècle) », Master 2, Aix-Marseille Université, 2012 », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1716

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page