Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Leora Auslander, Des révolutions culturelles. La politique du quotidien en Grande-Bretagne, en Amérique et en France. XVIIe-XVIIIe siècle, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2010, 298 p.

Sandrine Roll

Texte intégral

1Si cet ouvrage traite des trois révolutions - anglaise, américaine et française - déjà largement étudiées, c'est une lecture originale de ces moments forts de l'histoire que Leora Auslander nous propose. Il n'est guère surprenant de voir cette historienne américaine ayant précédemment mené des recherches sur le goût, les objets, la consommation et leur genre, proposer ici de revisiter la Guerre civile en Grande-Bretagne (1642-1651), la Révolution américaine (1775-1783) et la Révolution française (1789-1799) en mettant en valeur « la relation complexe entre les transformations politiques, la culture et les émotions » (p. 10). Aussi propose-t-elle d'étudier de manière comparative les « révolutions culturelles ». Selon elle, les objets et les pratiques du quotidien comme les habits, les pièces de monnaie, les meubles, les divertissements, jouent un rôle primordial dans la constitution d'une identité nationale, « font l'histoire » et peuvent « constituer des moteurs du changement » (p. 31). Cet ouvrage ouvre également d'intéressantes perspectives pour les recherches sur le genre. En témoigne l'ouverture de la conclusion portant sur le port du voile dans les espaces publics: cet exemple permet à l'historienne de rappeler le poids des héritages laissés par les révolutions culturelles nationales.

2Pour aborder ce thème du rôle et de la place de la culture matérielle dans les révolutions politiques Leora Auslander a fait le choix de ne pas fouiller les archives, préférant s'appuyer sur une historiographie très riche qu'elle réussit parfaitement à réinvestir et redécouvrir (p. 30).

3Dans un premier chapitre comparatif, au très joli titre « manteau d'hermine et veste de daim. Culture et politique dans les sociétés de Cour et les sociétés coloniales », Leora Auslander présente les systèmes pré-révolutionnaires sur lesquels les acteurs de chaque révolution se sont appuyés pour édifier une nouvelle société. Ce chapitre est d'un grand intérêt. S'interrogeant sur les biens de consommation et les rites propres à chaque pays, l'auteure met bien en évidence le rôle différent mais évident de la culture matérielle dans la construction d'une identité nationale. A titre d'exemple, il est possible d'évoquer l'influence des pratiques amérindiennes sur le mode de vie des colons, lesquels ont adoptés un certain nombre de pratiques alimentaires, vestimentaires, langagières, etc. des autochtones.

4Le deuxième chapitre rend compte des transformations culturelles en Grande-Bretagne, pays dont l'histoire est alors marquée par le poids de la religion. Bien que ce ne soit pas le thème principal de ce chapitre (ni du livre), ce qui nous intéresse tout particulièrement c'est l'utilisation du genre comme catégorie d'analyse pour montrer comment les femmes se sont appuyées sur le protestantisme radical pour apporter « une justification de la transformation de leur rôle » (p.107). Leurs travaux d'aiguille représentant des scènes de la bible, souvent portés et exposés, leur permirent de participer à la transmission des messages moraux. Leora Auslander rappelle également que la broderie, la tapisserie et la couture ont permis d'affirmer « l'importance du travail domestique féminin pour la bonne moralité de la famille » (p. 109)

5Le troisième chapitre, « la politique de la soie et du homespun. L'identité nationale en débat dans l'Amérique révolutionnaire », confirme le rôle joué par les femmes au XVIIIe siècle en tant que couturières mais aussi consommatrices. L'auteure rappelle que pendant les années de guerre, il a été demandé aux unes d'accroître leurs productions (tenues féminines, uniformes de soldats) et aux autres de renoncer à l'achat de certains tissus de luxe européens. Ainsi grâce au boycott et à la confection domestique, les femmes jouèrent un rôle dans la construction politique du pays. Après la révolution, en mettant leur talent de brodeuses au service de la commémoration et en décidant de fabriquer collectivement des objets à l'effigie de certains personnages et/ou moments, les femmes favorisèrent « la politisation de la vie domestique » (p. 183). Aux Etats-Unis, cette politisation s'est également inscrite dans la cuisine, comme en témoigne le livre de recettes d'Amélia Simmons qui recommande les ingrédients nationaux.

6Pendant la Révolution française, sujet abordé par le dernier chapitre, le rôle des femmes a été tout différent puisque les événements de 1789 leur permirent de participer activement aux transformations politiques. Contrairement aux Anglaises et Américaines leurs travaux domestiques n'ont pas été dotés de valeurs politiques. L'auteure insiste sur le « silence concernant la décoration intérieure » (p. 199), expliquant que les révolutionnaires français étaient davantage préoccupés par la manière de transformer rapidement la politique et la culture que l'esthétique.

7Cet ouvrage, dont nous avons ici uniquement présenté quelques aspects concernant le genre, est évidemment beaucoup plus riche que ce que notre lecture pourrait laisser croire. Il offre une contribution nouvelle à l'analyse du politique et de la culture et incitera les chercheurs, espérons-le, à s'interroger sur le rôle de la culture matérielle dans l'affirmation d'un système politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Roll, « Leora Auslander, Des révolutions culturelles. La politique du quotidien en Grande-Bretagne, en Amérique et en France. XVIIe-XVIIIe siècle, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2010, 298 p.  », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1715

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page