Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anne Cova et Bruno Dumons (dir.), Femmes, genre et catholicisme Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, XIXe-XXe siècles), Equipe Religions, sociétés et acculturation (RESEA) du LARHRA, Collections Chrétiens et sociétés, Lyon, 2012

Caroline Muller

Texte intégral

1Issu d’une journée d’études organisée en 2011 à Lyon par Pascale Barthélémy et Bruno Dumons, Femmes, genre et catholicisme propose un panorama des nouvelles recherches s’intéressant au genre et au fait religieux catholique, dans un contexte de dynamisme renouvelé des approches de l’histoire religieuse par le genre. Les dix contributions, organisées selon un découpage thématique - le politique, la spiritualité, le genre, le féminisme-, sont traversées par un même questionnement : quelles sont les modalités d’action des femmes catholiques, sachant que les contraintes ecclésiales et genrées qui pèsent sur leurs actions sont doubles et se redoublent ? Entre autonomie et domination, ces femmes agissent selon des modalités spécifiques que les auteurs tentent de saisir. Plusieurs champs thématiques peuvent dès lors être enrichis, voire envisagés d’une autre manière, grâce à cette interrogation qui mobilise les notions de genre et de fait religieux.

2L’analyse des rapports entre hommes et femmes au sein de l’Eglise catholique met au jour cette dialectique de l’autonomie et de la domination. Les contributions de Céline Béraud et Mathilde Dubesset s’attachent à décrire les tensions internes liées aux questions de genre. Elles montrent les difficultés auxquelles se heurtent les femmes qui souhaitent une réflexion sur le partage genré des tâches liturgiques, et notamment une redéfinition de l’accès au sacerdoce. Elles soulignent la persistance d’un « vieil antiféminisme clérical informulé mais tenace » (p.149) dans une Eglise pour laquelle « La proximité féminine par rapport à l’autel semble toujours problématique » (p. 115). Pourtant, les auteures s’accordent sur la discrétion des contestations à l’œuvre, soulignant même une forme de refus des actrices de s’engager dans ces batailles.

3La contribution de Dominique-Marie Dauzet aborde l’une des facettes de cette domination cléricale et masculine sur les femmes : la direction spirituelle. Cette pratique met en scène l’autorité des prêtres sur les femmes, et notamment sur leur parole et leur expérience spirituelle, que l’Eglise juge nécessaire de filtrer et médier par le directeur masculin. Le directeur spirituel autorise les femmes dirigées à considérer que Dieu leur parle ; c’est lui qui confère le statut de « mystique » à l’expérience qu’elles vivent. La contribution de Carol Harrison donne à voir la possibilité d’expériences plus libres : la publication du Récit d’une sœur par Pauline Craven indique que certaines femmes ont échappé à cette médiation obligatoire. Son œuvre a beaucoup influencé la spiritualité moderne, présentant des modèles de sainteté compatibles avec la condition de laïc marié. Pour Pauline Craven, la définition d’une sainteté moderne passe par un infléchissement des modèles de féminité : femme catholique, elle est aussi femme-écrivain. Ces études mettent en lumière la fécondité des réflexions croisant genre et religion : elles permettent de mieux comprendre le poids des rapports de pouvoir dans la construction du récit personnel des individus.L’engagement associatif catholique est un vecteur des constructions des identités de genre : Matthieu Brejon de Lavergnée souligne l’importance de la philanthropie dans la construction de la masculinité des élites du XIXe. Les formes d’engagement des femmes catholiques, quant à elles, questionnent les catégories classiques de l’histoire. Plusieurs contributions soulignent le caractère spécifique de leurs modalités d’action et des principes qui président à leur prise de parole dans l’espace public. Marie-Emmanuelle Chessel et Magali Della Sudda nous invitent ainsi à repenser la distinction classique entre « sphère privée » et « sphère publique » : les femmes catholiques n’hésitent pas à intervenir dans la sphère du politique au nom de leur rôle dans l’espace privé, en tant que consommatrices et en tant que mères. C’est dans cette perspective qu’Henriette Brunhes ou Marie-Thérèse Brincard fondent la Ligue Sociale d’Acheteurs en 1902. Le croisement entre le genre et le fait religieux révèle ainsi tout un pan de l’action politique invisible au premier abord, la « politique informelle », qui n’est pas conditionnée à la détention du droit de suffrage. Cet investissement dans la politique informelle assure à ces femmes une certaine autonomie vis-à-vis des pouvoirs masculins.

4Cependant, comme le montre Magali Della Sudda au sujet de la Ligue Patriotique des Françaises, elles ne sont pas à l’abri des restrictions imposées par les autorités ecclésiastiques lorsque leurs actions sont jugées incompatibles avec leur féminité. Cela révèle la position ambiguë de ces autorités au sujet « la surface d’émancipation admise » (p. 122) des femmes. Cette marge de manœuvre dépend également du type d’activité que les femmes mènent à l’intérieur de l’Eglise, comme nous le montrent les contributions de Sarah Curtis et d'Alexandrine de la Taille. En terre de mission, les religieuses réaménagent leurs rapports à la hiérarchie ecclésiale lointaine. Cela leur ouvre l’accès à des actes d’ordinaire réservés aux prêtres (le baptême) ou encore la possibilité de construire des systèmes éducatifs novateurs, à l’instar du projet d’Anne du Rousier, religieuse du Sacré-Coeur, au Chili.

5Leurs engagements sont étroitement liés au contexte politique et intellectuel, qu’elles entendent infléchir par leur participation. La contribution de Florence Rochefort met en lumière les réponses apportées par les femmes catholiques au féminisme laïque de la fin des années 1890. Elles souhaitent promouvoir un féminisme dont la référence serait la famille et non l’individu. Autour de la revue Le Féminisme chrétien, ce mouvement « illustre les contradictions indépassables d’un élan pour une forme de modernité plus égalitaire quand elle entend se conformer strictement à la doctrine catholique de genre sur les femmes, la famille et le féminin. » (p. 134)

6Ces contributions soulignent l’intérêt d’une relecture des historiographies classiques au prisme du genre : cet outil d’analyse permet de jeter un regard neuf sur des thématiques d’histoire sociale et politique déjà traitées, telles que les formes d’engagement politique et philanthropique des élites du XIXe siècle. Par ailleurs, le genre permet de renouveler les questionnements de l’histoire du fait religieux, révélant la place que peut tenir la religion dans la construction des modèles de masculinité et de féminité, et leurs effets.

7Enfin, l’histoire du genre elle-même bénéficie de ce croisement des approches, dans le sens d’une saisie plus fine des faisceaux de facteurs qui sous-tendent les comportements des hommes et des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Muller, « Anne Cova et Bruno Dumons (dir.), Femmes, genre et catholicisme Nouvelles recherches, nouveaux objets (France, XIXe-XXe siècles), Equipe Religions, sociétés et acculturation (RESEA) du LARHRA, Collections Chrétiens et sociétés, Lyon, 2012 », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1713

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page