Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hélène Becquet, Marie-Thérèse de France. L’orpheline du Temple, Paris, Perrin, 2012, 414 p.

Aurélie Chatenet-Calyste

Texte intégral

1

2Hélène Becquet propose ici un ouvrage issu de sa thèse de doctorat intitulée Royauté, royalismes et révolutions : Marie-Thérèse-Charlotte de France (1778-1851) et soutenue à l’Université de Paris I en 2008. Le sujet est Marie-Thérèse-Charlotte (1778-1851), fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette surnommée « l’orpheline du Temple » par ses contemporains comme le rappelle le sous-titre du livre.

3Si l’ouvrage suit un plan chronologique de l’enfance de la jeune Marie-Thérèse à Versailles (chapitre 1) au « crépuscule royal » soit de l’exil de 1830 à sa mort en 1851 (chapitre 7), l’auteure a cherché à faire une biographie politique afin de saisir comment sa vie « permet de mieux éclairer un pan de l’histoire laissé dans l’ombre, celui de la royauté, du royalisme à l’époque des révolutions ». Marie-Thérèse, enfermée au Temple avec la famille royale le 13 août 1792 et seule à en ressortir vivante le 19 décembre 1795, devient à la fois un symbole de la cause royale et l’un des protagonistes de ce mouvement opposé à la Révolution, de 1789 au Second Empire.

4Hélène Becquet s’inscrit dans un renouvellement historiographique européen qui interroge le pouvoir au féminin et mêle histoire politique et genre biographique. Ce courant d’étude, majoritairement centré sur la période moderne, a délaissé les princesses du XIXe siècle telle Marie-Thérèse, personnage de second plan peu étudié. Pour sa démonstration, l’historienne s’appuie sur un vaste corpus de sources manuscrites et imprimées françaises et étrangères, qu’il aurait été toutefois intéressant de présenter en introduction.

5L’ouvrage se décompose en sept chapitres. Le premier retrace l’enfance de la princesse jusqu’en 1792. L’auteure apporte un éclairage sur le statut de Fille de France dans une monarchie où la loi salique écarte depuis le XVe siècle les femmes du pouvoir. Elle analyse l’entourage de la princesse et sa domesticité regroupés au sein de la Maison des Enfants de France qui n’avait jamais été étudiée et la formation morale et intellectuelle de la jeune princesse.

6Varennes et le 10 août 1792 marquent un tournant dans la vie de la princesse et les conditions matérielles de son emprisonnement au Temple sont examinées dans les chapitres 2 et 3. Les membres de la famille royale sont convenablement traités jusqu’à l’été 1793 durant lequel ils deviennent « ennemis du peuple » : Marie-Antoinette est séparée de ses enfants avant d’être exécutée ; les tombeaux du mausolée de Saint-Denis, symboles de la royauté, sont ravagés le 10 août 1793. Restée seule au Temple après la mort de Louis XVII le 8 juin 1795, Marie-Thérèse cristallise autour d’elle un sentiment royaliste et doloriste. Elle « devient une héroïne de fiction dont l’ancrage dans le réel s’amenuise » (p. 97). Les royalistes l’envisagent même pour succéder à son père en dépit de la loi salique.

7Son exil de France, de décembre 1795 à 1814, est présenté dans le chapitre 4. Jusqu’en 1799, elle demeure à Vienne puis rejoint son oncle Louis XVIII. Fille de France mais surtout victime de la Révolution, Marie-Thérèse bénéficie alors aux yeux des royalistes d’une « légitimité du malheur » (p. 149) qui surpasse celle de son oncle qui a fui la France et abandonné son frère. Son mariage en 1799 avec son cousin germain le duc d’Angoulême, fils du comte d’Artois et héritier à moyen terme de la couronne, est un moyen de montrer la vigueur de la dynastie. L’historienne montre comment Marie-Thérèse apparaît au cœur de la propagande royale. Comparée à Antigone, elle est érigée en modèle de piété filiale, symbole de la réconciliation et de la concorde civile.

8Son exil se termine le 20 avril 1814 lorsque Louis XVIII est reconnu roi de France. De la Restauration aux Cent-Jours, l’auteure analyse au chapitre 5 combien la princesse jouit d’une grande popularité mise au service de la propagande monarchique. « L’orpheline du Temple » retrouve son statut de Fille de France et devient le chaînon manquant de la dynastie, « la fille des rois » qui permet d’inscrire la monarchie dans la durée et dans l’histoire. Toutefois, son image se fissure au fil du temps. Elle devient pour les royalistes une véritable « reine de guerre » qui s’illustre dans la défense de Bordeaux face à la progression de Napoléon. Pour les Bonapartistes au contraire, son action belliqueuse lors des Cent-Jours est la preuve que Marie-Thérèse est une femme dénaturée, une virago qui sort du rôle que l’on attribue à son sexe.

9Avec la seconde Restauration, elle devient une « presque reine » (chapitre 6) dans une monarchie qui n’en compte pas. L’historienne interroge sa place à la cour : appelée à devenir reine après les morts successives des frères de Louis XVI, elle est Dauphine et représente la reine lorsque l’exige l’étiquette. Elle devient avec Monsieur (futur Charles X), l’un des relais de l’ultraroyalisme à la cour, une fervente partisane de l’union du Trône et de l’Autel. Hélène Becquet cherche à éclairer les pratiques religieuses de Marie-Thérèse mais se heurte aux silences des sources, un problème récurrent pour les princesses. A l’instar de ses cousines de l’Ancien Régime, Marie-Thérèse se caractérise par son action charitable, la protection des établissements religieux, l’aumône. Son destin particulier lui confère le statut de martyre, de gardienne de la mémoire du Temple, des vertus singulières qui font d’elle une « sainte royale » (p. 247). Elle devient l’emblème de la Contre-Révolution, un objet de dévotion pour les royalistes et au contraire un symbole honni pour les opposants au régime.

10Le dernier chapitre évoque le « crépuscule royal » et le dernier exil de Marie-Thérèse après 1830. Dans une famille royale divisée, la princesse joue le rôle d’arbitre et prend la tête du parti légitimiste jusqu’à la majorité du duc de Chambord « l’enfant du miracle », futur « Henri V ». La mort de la princesse en 1851 provoque une vague de manifestations et de cérémonies. Comparée dans la rhétorique légitimiste au Christ souffrant, ses malheurs sont rédempteurs et doivent permettre d’obtenir le salut du royaume : Marie-Thérèse est la source de la royauté régénérée d’Henri V (p. 291). Toutefois, sa mort est également une rupture car désormais les prétendants au trône n’ont plus de lien direct avec les rois de l’Ancien Régime.

11Au final, Hélène Becquet propose à travers la biographie de Marie-Thérèse de France un éclairage sur la royauté et le pouvoir au féminin au XIXe siècle, dans la lignée des travaux de Fanny Cosandey, sur la loi salique et son évolution avec la Révolution. Son travail sur l’image de la princesse est particulièrement stimulant. On peut espérer que son étude suscite d’autres recherches sur ces princesses du XIXe siècle à l’instar d’Adélaïde d’Orléans, sœur de Louis-Philippe.

12

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Chatenet-Calyste, « Hélène Becquet, Marie-Thérèse de France. L’orpheline du Temple, Paris, Perrin, 2012, 414 p.  », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1708

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page