Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Georges Vigarello, La Silhouette du XVIIIe siècle à nos jours. Naissance d’un défi, Paris, Seuil, 2012, 160 p.

Grégory Quin

Texte intégral

1Après Les métamorphoses du gras, une Histoire de la beauté ou une Histoire des pratiques de santé, Georges Vigarello poursuit, avec une histoire de La Silhouette, son entreprise historique de compréhension des mentalités, telles qu’elles sont exprimées dans l’épaisseur des corps humains. Œuvre « totale », œuvre « atypique » également, l’histoire réalisée n’est pas uniquement une histoire du corps, elle touche à tout. A la fois politique, économique, culturelle, elle est aussi une histoire de nombreuses pratiques sociales demeurées à l’ombre des travaux historiques précédents. Comme souvent, Georges Vigarello assemble et croise des sources d’origines variées : pièces de théâtre, romans, traités de médecine, tableaux, affiches publicitaires, et si parfois la cohérence n’est pas absolue, force est de souligner que l’histoire de la silhouette n’est pas linéaire, ses points d’inflexion lui sont propres et ses bouleversements exige une attention aux « plis de l’histoire » selon les mots de Michel Foucault.

2Alors sortant de ces plis, l’histoire de la silhouette, c’est avant tout le récit de l’émergence de l’individualité, de celui ou celle dont la silhouette devient unique : de l’homme au grand tronc et aux petites jambes, du bourgeois au ventre rond ou de la femme active. Georges Vigarello insiste longuement sur les liens qui peuvent exister entre un ministre – Etienne de Silhouette, ministre des finances sous Louis XV –, ses habitudes de dessin et les descriptions toujours plus poussées des romanciers du XIXe siècle, notamment Balzac et plus tard les naturalistes, jusqu’à l’irruption de la silhouette dans le monde de la mode.

3Soulignons surtout que l’histoire de la silhouette est profondément une histoire de genre, une histoire du genre. S’il ne faut pas tomber dans les clichés faisant de la tenue et de l’entretien du corps un espace uniquement féminin, il convient tout de même d’avancer combien les transformations de la silhouette féminine ont fait l’objet d’attentions au cours des trois siècles passés. De fait, l’obsession de la minceur ou de la ligne ne peut être liée à la libération du corps des femmes dans les années 1970, elle dépasse ce cadre chronologique. Déjà autour de 1830, les usages du corset – usages médicaux ou purement esthétiques – installent la minceur dans les discours et dans les représentations des corps féminins. Plus tôt encore, la mode initiée par Joséphine de Beauharnais a rapproché le vêtement féminin du corps, a fait émerger les lignes du corps féminin, et a conséquemment entrainé un intérêt nouveau pour l’entretien de celles-ci. Au début du XXe siècle enfin, le vêtement prend une « forme toujours plus élancée et amincie » (p. 93), accompagnant les changements dans la vie quotidienne des femmes, toujours plus actives. L’obsession a donc une vie déjà très longue, et les hommes ne sont pas en reste comme en témoigne certaines publicités des années 1920 et 1930 (p. 102) ou l’image d’un Elvis Presley faisant du surf dans Blue Hawaii (p. 124) au début des années 1960. Tournant « psychologique », les années 1970 marque le triomphe d’un culte du corps, où « la minceur féminine n’est pas seulement séduction, elle est « signe » : celui de l’assurance et de l’initiative ; principe d’aisance, manifestation d’autonomie » et Georges Vigarello ajoute en forme de conclusion qu’il « y a bien deux minceurs : celle du resserrement traditionnel, signe d’une nécessaire alliance de douceur et de fragilité [et] celle de l’« élancement » contemporain, signe d’une nécessaire alliance d’affirmation et de tonicité » (p. 134).

4A la manière de sa précédente publication sur le poids – impliquant déjà une silhouette –, Georges Vigarello analyse donc les changements de la société contemporaine à l’aide des « marques » ou des « traces » que ces changements laissent sur les corps. Comme l’avance l’auteur dans son introduction, « la silhouette et son profil d’emblée visible sont devenus indices de bien-être possibles, voire de danger. (…) L’état de la silhouette est quasiment aujourd’hui une « valeur » » (p. 7). Une valeur désormais portée par des discours plus ou moins scientifiques justifiant l’importance de l’activité physique, et liant celle-ci avec une bonne santé.

5Notons enfin que l’ouvrage lui-même propose une silhouette originale. A la fois ouvrage d’histoire par un appareil critique fouillé et œuvre de vulgarisation par l’aspect richement illustré, La silhouette ajoute la preuve par l’image. Si la forme est assez rare dans le paysage éditorial contemporain pour être soulignée, les illustrations comptent autant que le texte, pour lequel elles sont bien davantage que des prolongements. L’histoire est toujours plus accessible lorsqu’elle nous « replonge » dans l’environnement à la fois intime et visuel des décennies passées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Quin, « Georges Vigarello, La Silhouette du XVIIIe siècle à nos jours. Naissance d’un défi, Paris, Seuil, 2012, 160 p. », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 25 juillet 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1707

Haut de page

Auteur

Grégory Quin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page