Navigation – Plan du site
Articles

Il y a un siècle, le mouvement pour le suffrage des femmes en Irlande

Máire Cross

Résumés

La campagne pour le suffrage universel aux dix-neuvième et vingtième siècles se déroule en parallèle de luttes nationalistes dans plusieurs pays d’Europe. Une comparaison des différences et des similitudes dans le cadre des nations irlandaise et finlandaise, permet en parallèle d’éclairer l’engagement des femmes. Pour comprendre la richesse des spécificités suffragistes, il faut creuser les annales de l’histoire nationale. Cet article se propose de faire un tour d’horizon des travaux d’historiens irlandais appuyés sur l’histoire du genre. Il examine les raisons de l’invisibilité féminine et la question du suffrage, malgré la présence de femmes dans les nombreuses associations politiques fondées lors des moments clés qui ont marqué le rapport de force entre l’Irlande, le nord et le sud et sa voisine et maîtresse impériale, la Grande-Bretagne. Évoquer la lutte de ceux et surtout de celles qui ont milité pour le suffrage féminin, c’est soulever la complexité de la question tout en montrant son occultation au sein des luttes nationales qui ont agité l’île divisée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article est un hommage au travail de celles et ceux qui luttent pour la reconnaissance de l’éga (...)
  • 2 Voir la bibliographie. Si les approches de genre se sont développées, l’histoire des liens entre le (...)
  • 3 Dans les deux pays, l’Irlande et la Finlande, le mouvement contre l’alcoolisme fut l’occasion pour (...)

1L’histoire de l’Irlande est souvent mal connue. Irlandaise, chercheuse en histoire du féminisme des xixe et xxe siècles en France, je propose ici un article de synthèse sur l’histoire du suffrage des femmes en Irlande1 appuyé sur de nombreux ouvrages récents, non traduits en français.2 On a trop longtemps cru, à tort, que les femmes ne s’intéressaient pas à la politique et n’avaient joué aucun rôle politique au début du siècle dernier. à la fin du xixe siècle, partout en Europe, la place des femmes dans la conscience nationale était étroitement liée soit à la représentation symbolique de la nation meurtrie, ce qui fut le cas pour l’Irlande, soit à la maternité et aux devoirs du foyer. C’est en jouant le rôle de philanthrope que de nombreuses femmes en Irlande, du Nord et du Sud, sont entrées dans ce milieu politique qui leur était interdit.3 Mais le nombre de femmes ayant laissé des traces de leur présence publique et de leur participation au combat nationaliste est très faible. Leur rôle, si tant est qu’il leur fût reconnu, fut surtout considéré comme symbolique. Les travaux que nous citons dévoilent l’étendue de cette présence féminine ainsi que son occultation. Avant d’examiner l’historiographie de la question du suffrage féminin du point de vue irlandais, et de présenter des éléments historiques de compréhension du processus, je propose une comparaison, brève mais instructive, avec la Finlande, pays dans lequel les circonstances d’obtention du suffrage féminin présentent un certain nombre de similitudes avec celles qui ont prévalu en Irlande.

Irlande et Finlande : des processus similaires d’accès au droit de suffrage ?

2En premier lieu, dans les deux pays, auparavant soumis à une puissance « étrangère », c’est à l’occasion de l’accession à la souveraineté nationale - établie d’abord par le biais d’une dévolution partielle sous forme d’autonomie parlementaire, puis par la proclamation de l’indépendance (partielle, et au prix de la division en deux du pays pour l’Irlande) par ces instances « autonomes » - que le suffrage féminin fut acquis. Si les femmes en Finlande furent les premières à obtenir le droit de suffrage en Europe, en Irlande certaines femmes avaient déjà acquis ce droit au niveau des élections municipales à la fin du xixe siècle. En 1919, au Royaume-Uni (l’Angleterre, le pays de Galles, l’Ecosse soit la Grande Bretagne et l’Irlande entière), les restrictions de cens furent supprimées pour les femmes de plus de 30 ans ainsi que pour tous les hommes de plus de 21 ans aux élections législatives pour la Chambre des communes de Westminster. Il fallut cependant attendre 1928 pour voir le suffrage accordé à toutes les femmes britanniques, alors que dans le nouvel Irish Free State tous les hommes et femmes de plus de 21 ans avaient obtenu le droit de vote et d’éligibilité dès 1922, six ans avant les femmes du Royaume-Uni, désormais composé de la Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord. La division de l’Irlande suscita tensions et conflits durant de longues années encore, et jusqu’à aujourd’hui : comme pour la Finlande qui, ayant obtenu son indépendance de la Russie en 1920, se trouva envahie par les armées soviétiques et les Allemands et assujettie à une destruction massive durant le conflit de 1939-1944, la question de l’indépendance irlandaise ne fut résolue que partiellement, et des épisodes violents et tragiques marquent l’histoire des deux pays. Enfin, chacun de ces deux pays a jusqu’à maintenant vu sa place dans l’historiographie européenne réduite à la portion congrue - a fortiori s’agissant des spécificités de l’avènement du suffrage féminin.

3En Finlande, la conjoncture résultant des tensions sociales en Russie semble avoir déterminé l’accession immédiate de tous les citoyens au droit de vote : l’histoire de la démocratie est donc liée à celle de la souveraineté nationale. En Irlande en revanche, le processus fut plus complexe : la revendication du droit de vote recoupait de nombreuses divisions culturelles, religieuses, sociales et politiques. Par ailleurs l’historiographie a longtemps privilégié les enjeux nationaux et institutionnels, ignorant l’importance des rapports de genre dans les moments de transition :

  • 4 « Most history is still written within a paradigm that sees males as the active agents in the patte (...)

« La plupart du temps, l’histoire s’écrit encore selon un modèle qui perçoit les hommes comme les agents actifs déterminant toute continuité et tout changement dans l’histoire de l’humanité. Pour ce qui est de l’histoire de l’Irlande, la majorité des études générales et des monographies particulières ne formulent aucune analyse ou remise en question des conséquences politiques, sociales et économiques que peut avoir le fait de naître homme ou femme à un endroit et une époque donnés. […] Même quand le féminisme est mentionné, il est souvent assimilé à des femmes tentant d’atteindre un stade de développement dont les hommes jouissent déjà. »4

  • 5 Vu de l’extérieur, le récit est simplifié. Karen Offen a fait un effort remarquable de synthèse de (...)
  • 6 Ma communication au colloque international intitulée « Il y a un siècle : le vote de la première Eu (...)

4Cette occultation est renforcée par le rapport colonial des Britanniques à l’Irlande, y compris chez les suffragettes « anglaises » d’il y a cent ans. Certaines luttes sont mieux connues que d’autres, car c’est à certains « grands » pays - l’Angleterre, la France, la Russie, l’Allemagne5 - que la plupart des historiennes et quelques historiens prestigieux font référence. Les occasions de comparer les expériences de femmes au-delà et à travers les frontières nationales sont rares. Le colloque qui a eu lieu sur le vote des femmes à partir de l’expérience de la Finlande en était une et nous nous réjouissons d’avoir pu y contribuer.6

Genre et nationalisme en Irlande, jalons historiographiques

5Dans les nombreux et divers ouvrages récents sur le suffrage féminin en Irlande, on découvre la présence des femmes dans toutes les formes de militantisme politique, culturel et social et le fait que la question de leur future place dans la société, celle de leur présence dans les instances de pouvoir furent vivement discutées. Cela n’est pas en soi original. Il y a cent ans, la question du suffrage fut, dans tous les pays dotés d’un système parlementaire, un sujet politique majeur. Le combat des femmes en Irlande participait, comme le signale Karen Offen, d’un mouvement général en Europe :

  • 7 « Both for those who lived in societies that had established some form of representative government (...)

« Que ce soit pour celles qui vivaient dans des sociétés qui aspiraient à l’adoption d’une forme de gouvernement représentatif ou pour celles dont les sociétés avaient déjà adopté une telle forme, la campagne pour le suffrage féminin symbolisa la lutte que les femmes menèrent pour se sentir incluses, pour obtenir un pouvoir de prise de décision qui leur permette de déterminer l’avenir des états nationaux dans lesquels elles vivaient ou espéraient vivre. »7

6Les affrontements autour du socialisme et du nationalisme dans le contexte irlandais partagent ainsi un fond commun avec d’autres pays européens. Par conséquent l’histoire des femmes dans la vie politique irlandaise mérite d’être connue pour ce qu’elle a de commun avec l’histoire d’autres femmes dans d’autres pays autant sinon plus que pour ce qu’elle possède de spécifique. Car plus on étudie cette histoire, plus on découvre de différences. Cette spécificité est cependant difficile à résumer, et la multitude des positions différentes des femmes difficile à restituer d’autant que l’historiographie sur ce sujet propose des interprétations divergentes de la place des femmes dans la vie politique irlandaise.

  • 8 « Women are better able to exert power during periods of tumult. » Accampo Elinor, « Integrating Wo (...)
  • 9 Karen Offen, European Feminisms, op. cit., p. 251.
  • 10 « It is necessary to distinguish between how women have been represented in national histories and (...)

7Selon Elinor Accampo, « les femmes ont davantage la possibilité d’exercer le pouvoir pendant les moments de tumulte ».8 Inversement, pour Karen Offen, le passé nous apprend qu’en cas de crise nationale, des mouvements de libération de femmes ont été refoulés ou même rayés de l’histoire.9 Pour Louise Ryan et Margaret Ward « il faut faire la différence entre la façon dont les femmes ont été représentées dans les histoires nationales et dans les répertoires culturels et symboliques d’une part, et, d’autre part, la façon dont elles ont négocié et prouvé leur rôle et contribution au nationalisme. »10 Car du fait de la partition de l’Irlande et de la durée du conflit en Irlande du Nord, les divisions idéologiques entre femmes restent très vives par rapport aux identités nationales.

  • 11 Margaret Mac Curtain, Donnchadh Ó Corrain (dir.), Women in Irish Society : The Historical Dimension(...)

8En premier lieu, la contribution des femmes aux mouvements anti-républicains ou anti-séparatistes est encore souvent absente de l’histoire, comme le montre le cas d’Isabella Tod et de nombreuses femmes dans le mouvement unioniste étudié plus loin. En second lieu, les femmes qui militent dans d’autres cercles que ceux liés au nationalisme sont souvent ignorées. Un quart de siècle après la parution du livre, Women in Irish Society : The Historical Dimension de Margaret Mac Curtain et Donnchadh Ó Corrain, œuvre pionnière et fondatrice de l’histoire des femmes en Irlande, Alan Hayes et Diane Urquhart s’intéressent aux domaines sociaux et religieux où les femmes ont exercé une influence, mais moins liés aux instances politiques.11 Tout un courant historiographique prétend également que les Irlandaises ont un pouvoir matriarcal spécifique favorable à la lutte politique :

  • 12 « Many women who were married to internees became liberated through the experience, tough though it (...)

« de nombreuses femmes qui étaient mariées à des internés furent libérées par l’expérience, aussi dure qu’elle fût ; elles furent obligées de faire face par leur propre détermination et leurs propres forces qu’elles trouvèrent considérables. J’ai toujours eu l’impression qu’en Irlande, il y a un arrière-plan matriarcal qui, à l’occasion, revient en premier plan dans certaines circonstances. Les femmes ont dû se débrouiller pour garantir et gérer le revenu de la famille, aider leurs enfants à traverser toutes les étapes traumatisantes associées au fait de grandir, gérer la réalité parfois dure du monde extérieur, comme le harcèlement ou les raids de l’armée britannique, ainsi que mener des campagnes autour de thèmes touchant les prisonniers et parfois des campagnes plus larges sur la résistance publique, etc. »12

  • 13 Voir Jean Markale, La Femme celte : mythe et sociologie, Paris, Payot, 1973.

9D’autres avancent que l’époque celtique fut un régime matriarcal et que la place de la femme dans la société actuelle, mère puissante au foyer, reproduit les rapports de forces de cette société lointaine.13 Ces approches ne me semblent mener nulle part.

10En outre, l’histoire du suffrage en Irlande est souvent abordée parallèlement à celle des mouvements séparatistes. L’importance que lui accordent les auteures dépend alors de leurs préférences idéologiques. Roger Sawyer présente le point de vue du colon qui regrette l’échec de l’union avec la Grande-Bretagne et l’invasion partielle des Normands en Irlande, causes selon lui de l’absence d’unité entre Britanniques et Irlandais. Il attire notre attention sur l’invisibilité de celles qui ont défendu l’union avec la Grande-Bretagne en Irlande du Nord :

  • 14 « Inevitably attention has hitherto been focused on the more flamboyant rebel women who made dramat (...)

« Jusqu’à présent, notre attention s’est portée inévitablement sur les femmes rebelles, plus hautes en couleur, qui ont contribué de façon marquante à la cause révolutionnaire et, bien qu’elles ne doivent pas être ignorées, il faudra tenter de restaurer l’équilibre en mettant l’accent à la fois sur les femmes révolutionnaires qui ne sont pas devenues célèbres et sur les femmes, connues ou pas, qui se sont opposées au mouvement séparatiste. »14

  • 15 Mary Cullen, « Feminism, Citizenship and Suffrage : A Long Dialogue » in Louise Ryan, Margaret Ward(...)
  • 16 « The suffrage campaign in Ireland was able to accommodate women of diverse political and social vi (...)

11On ne pourrait ainsi jamais comprendre l’histoire de la lutte pour le suffrage des femmes sans prendre en compte le contexte de tensions idéologique et la longue durée. Selon Mary Cullen, les origines de la campagne pour le suffrage sont à chercher dans les valeurs de citoyenneté inscrites dans le républicanisme et le féminisme du XVIIIe siècle et le socialisme du xixe.15 L’historiographie a ainsi montré que les enjeux du mouvement suffragiste sont étroitement liés à l’évolution politique de l’Irlande, avant comme après la partition de 1922. Ainsi, « la campagne pour le suffrage en Irlande a pu satisfaire des femmes ayant des opinions politiques et sociales différentes, de la même façon qu’elle a pu satisfaire des femmes qui avaient des vues très divergentes sur la guerre. »16

  • 17 Dans l’histoire de l’Ulster Covenant, la réponse organisée des Unionistes aux efforts des gouvernem (...)

12Exclues du vote, les femmes le sont aussi des associations nouvellement créées par les hommes nationalistes ou unionistes. Certaines femmes nationalistes (comme Maud Gonne) forment alors leurs propres associations Ighinidhe na hEireann (filles d’Irlande) en 1900 et Cumann na mBan (Ligue des femmes) en 1914. En 1911, en réponse à la composition entièrement masculine de l’Ulster Unionist Council, est créée une organisation réservée aux femmes : l’Ulster Women’s Unionist Council. Citons aussi la suite de la résistance britannique aux appels modérés pour la réforme agraire, ainsi qu’à la dévolution législative. Il y a également le recours à la violence quand les tactiques pacifiques échouent. En même temps que la guerre en Europe en 1914 et la révolution en Russie en 1917 eut lieu la résistance contre le Home Rule dans le Nord de l’Irlande et la guerre d’indépendance dans le Sud (1916-1920), suivie par une guerre civile.17 Le mouvement pour le suffrage en Irlande qui connut les deux formes de lutte, pacifique et violente, fut directement touché par tous ces événements, mais ce fut le débat sur le Home Rule qui déclencha le plus de polémiques entre femmes.

13L’histoire de la lutte pour le suffrage féminin dans les deux parties de l’Irlande est d’autant plus complexe qu’au même moment, en Grande-Bretagne, pays voisin et maître colonial, la campagne violente des suffragettes battait de l’aile. Cependant, nous allons voir qu’au lieu de s’entraider, les femmes des deux côtés de la mer d’Irlande se trouvèrent dans des camps opposés.

Le militantisme féminin irlandais et le combat pour le suffrage

  • 18 Voir Margaret Ward, Unmanageable Revolutionaries : Women and Irish Nationalism, Londres, Pluto Pres (...)
  • 19 Menée par Charles Stuart Parnell : ont été également actives ses sœurs, Fanny and Anna Parnell. Les (...)
  • 20 En 1880 la ligue féminine pour la réforme agraire (Ladies’ Land League) fut fondée aux Etats-Unis e (...)

14à la fin du xixe siècle, comme partout en Europe, une nouvelle génération de femmes lutte dans les domaines sociaux, économiques et politiques. Les récits nationaux accordent une importance majeure à certains moments précis de ces mobilisations mais, en Irlande, la contribution plus générale et permanente des femmes est tombée dans l’oubli tout de suite après la fin de la campagne pacifique pour la réforme agraire.18 Pourtant, à partir de 1879, les femmes ont activement défendu le droit des petits paysans à la propriété du sol qu’ils cultivaient.19 Des milliers de paysans étaient au bord de la famine en 1897, ce qui rappelait les terribles famines des années 1845-1851. Entre-temps, des millions d’Irlandais avaient pris le bateau pour l’Amérique. Chez ces émigrés prévalut un sentiment antibritannique, à l’origine d’un nationalisme d’exilés, qu’ils manifestèrent par leur soutien financier à la campagne.20

  • 21 Margaret Ward, Unmanageable Revolutionaries, op. cit., p. 31-9.

15Les femmes qui menaient cette action réformatrice étaient en majorité originaires des classes supérieures, tandis que de plus en plus de femmes de milieux plus modestes luttaient dans des cercles syndicalistes et religieux, protestants et catholiques. Alors que les occasions pour les femmes d’agir dans la sphère publique mettaient en évidence les limites de leurs droits civiques et politiques - d’où leur engagement dans le mouvement suffragiste - elles menèrent des actions symboliques qui firent grand bruit. Elles adoptèrent une tactique pacifique de désobéissance civique : chahut au cours de réunions publiques, grèves des loyers, boycottages, désobéissance civile et attaques symboliques contre la propriété, ce qui menait à des séjours en prison et des grèves de la faim, formes de militantisme qu’avaient adopté les suffragettes anglaises, ainsi que les militants de tous les mouvements radicaux. Ces tactiques ont permis aux femmes de tous milieux d’acquérir une expérience de la vie publique et d’œuvrer à la progression de leur statut comme le raconte Margaret Ward dans le cas de la « Land League campaign ». En janvier 1881 Anna Parnell devint secrétaire de la section irlandaise de la Ladies’ Land League (née aux états-Unis). Elle prit la direction de la Irish National Land League au moment de sa dissolution par les autorités et de l’emprisonnement, plusieurs mois durant, des hommes qui poursuivaient la résistance aux expulsions des locataires par les grands propriétaires (Absentee Landlords). Au moment de se rendre en prison, les chefs demandèrent aux femmes de continuer le combat en leur absence provisoire, mais une fois libérés, ils les renvoyèrent, ce qui suscita leur colère, car elles avaient réussi à poursuivre la lutte d’une façon tout aussi efficace. Les sœurs Parnell ne se remirent pas de leur « licenciement ».21 Quelques chefs politiques reconnurent pourtant, fût-ce partiellement, la contribution potentielle des femmes à la cause nationaliste :

  • 22 « No better allies than women could be found for such a task. They are, in certain emergencies, mor (...)

« Il n’y a pas de meilleurs alliés que les femmes pour accomplir une telle tâche. Dans certains cas urgents, elles sont plus dangereuses pour le despotisme que les hommes. Elles sont plus courageuses, ayant moins de scrupules, quand et où l’on fait appel à leurs instincts pour une cause juste et militante face à la méchanceté d’un ennemi. »22

  • 23 Voir Fergus Campbell, Land and Revolution : Nationalist Politics in the West of Ireland 1891-1921, (...)
  • 24 Voir Myriam Boussahba-Bravard (dir.), Suffrage Outside Suffragism : Women’s Vote in Britain, 1880-1 (...)

16La campagne pour la réforme agraire, qui aboutit à la loi de 1903, fut suivie dans les années 1890 de la bataille pour une réforme constitutionnelle.23 Les classes moyennes de l’Irlande étaient de plus en plus favorables à une représentation parlementaire distincte mais ne prônaient que l’action modérée et pacifique. En effet, aucune assemblée parlementaire n’avait siégé en Irlande depuis la mise en place de l’acte d’Union de 1801. Sous ce régime, un suffrage limité avait été accordé aux élections municipales aux femmes d’Irlande, en même temps qu’à celles de Grande-Bretagne : depuis 1869, les femmes célibataires propriétaires avaient le droit de vote et d’éligibilité aux municipalités, aux Conseils de gestion des écoles (School Boards) et aux Commissions de paroisses (Poor Law Guardians). Mais le suffrage pour les élections parlementaires était limité aux hommes et censitaire - même si le cens était de moins en moins restrictif. En prenant la parole, les Irlandaises, pour la plupart, mais non uniquement des bourgeoises, passèrent à l’action en Irlande en leur propre nom. En 1903, l’Union sociale et politique des femmes (WSPU) sous la direction des sœurs Pankhurst, s’était formée en Angleterre.24 En 1908, Hanna, son époux Francis Sheehy Skeffington et un autre couple de militants, James et Margaret Cousins, fondèrent la Ligue des Irlandaises pour le suffrage (IWFL). Du point de vue des suffragettes anglaises, la situation en Irlande fut une bonne occasion de publicité pour la campagne suffragiste. Mais les Irlandaises purent-elles profiter des moments de haute tension politique au même titre que les Anglaises ?

  • 25 Pour un exemple de travail récent sur le traitement des suffragistes grévistes de la faim, voir Jun (...)

17La campagne pour le suffrage fut un moment important dans le développement de nouvelles formes de communication politique en direction des masses populaires, avec pour conséquence de nouvelles formes de répression policière. Partout en Europe, de grands meetings publics se tenaient, souvent à ciel ouvert, et attiraient les foules. Grâce à de nouvelles techniques de communication et de transport (l’invention du porte-voix par exemple), et à l’expansion de la presse écrite, les femmes, qui n’hésitaient plus à prendre la parole, se faisaient entendre en public. Leurs campagnes les menèrent devant la justice, du fait de leur revendication en matière de suffrage. Les femmes anglaises avaient déjà connu la prison et les grèves de la faim, tactiques souvent utilisées depuis dans les luttes pacifistes.25

18Le 18 juillet 1912, à la veille d’un vote important au sujet du Home Rule à la Chambre des communes, le Premier ministre britannique Asquith se rendit à Dublin. Il devait rencontrer les membres du parti parlementaire irlandais qui siégeaient à l’époque à Westminster. En effet, depuis l’acte d’Union de 1801, il n’y avait plus d’assemblée parlementaire séparée en Irlande comme cela avait été brièvement le cas entre 1770 et 1801, mais une vingtaine de députés représentaient l’Irlande à Londres. Ce nombre, insignifiant en lui-même, revêtait une grande importance pour les gouvernements s’appuyant sur une majorité relative, comme celui de 1912. Asquith, chef du parti et du gouvernement libéral, cherchait le soutien du parti irlandais pour son gouvernement. En échange, malgré l’opposition des Irlandais du Nord, les Unionistes, le gouvernement libéral avait promis aux Irlandais menés par John Redmond un projet de loi (Home Rule) qui rendrait une autonomie limitée à l’Irlande. Favorables à la démocratie, les membres du Parti irlandais refusaient pourtant catégoriquement de prendre en considération la question du suffrage féminin, que ce soit pour les Irlandaises ou pour les Anglaises, considérant que ce serait au parlement irlandais d’accorder aux femmes le bulletin de vote. Pour les suffragettes d’Angleterre, il était hors de question de laisser passer le projet de loi de Home Rule à cause de l’opposition des parlementaires irlandais au suffrage féminin.

  • 26 La biographie de l’une des principales protagonistes donnera un aperçu des tracasseries subies. Son (...)

19Le 18 juillet donc, les partisans masculins du Home Rule tentèrent de réduire au silence les suffragistes, de peur de voir échouer le projet de loi et de s’aliéner le chef du parti libéral durant sa visite. Cependant, quelques membres de la Ligue des Irlandaises pour le suffrage (IWFL), étaient parvenus à organiser une manifestation pacifiste au port d’arrivée du Premier ministre en Irlande. Trois Anglaises, membres du WSPU, avaient cependant réussi à entrer incognito dans le pays et l’une d’entre elles lança une hache en direction du véhicule qui transportait Asquith, accompagné de Redmond et de son épouse. Personne ne fut blessé, mais l’incident eut des répercussions pour les Irlandaises, pour la plupart furieuses que les Anglaises aient utilisé leurs méthodes d’action directe en Irlande. Dans l’immédiat, ce violent incident mena à une véritable persécution des suffragistes irlandaises.26 Au cours des semaines suivantes, elles furent harcelées lors de leurs réunions publiques. James Connolly, l’un des leaders du mouvement socialiste et ses camarades, furent les seuls à se montrer solidaires et à fournir aux militantes une protection physique.

20L’affaire de la hache est symbolique du rapport de force entre hommes et femmes politiques en Irlande et en Grande-Bretagne. Cet incident montre que l’action directe de plus en plus violente était menée par les Anglaises depuis l’arrivée au pouvoir des Libéraux en 1906 et surtout depuis le rétrécissement de la majorité libérale en 1910, une action soumise à des représailles de plus en plus agressives de la part de l’état. Alors que le militantisme anglais cesse avec la déclaration de guerre en Europe en août 1914, le conflit nationaliste se durcit en Irlande.

Le suffragisme en Ulster

21Le Parti irlandais favorable au Home Rule et mené d’abord par Parnell, puis par Redmond, n’était pas le seul groupe à représenter l’électorat d’Irlande à Westminster - il y avait aussi les élus unionistes. Leur réaction à la demande d’autonomie était loin d’être enthousiaste : au moment où l’instauration du Home Rule devint possible, les Unionistes rejetèrent toute perspective de représentation parlementaire séparée pour l’Irlande. Par conséquent, au Nord de l’Irlande, comme dans le reste du pays, la campagne pour le suffrage féminin fut menée sur plusieurs fronts, suscitant autant d’opposition que d’enthousiasme. Mais cet aspect de la campagne pour le vote des femmes en Irlande est le plus obscur de toute l’histoire du suffrage irlandais à cause de la durée du conflit jusqu’à nos jours et de la dureté des positions :

  • 27 « It is not possible to understand the suffrage campaign without reference to local government poli (...)

« Il est impossible de comprendre la campagne pour le suffrage sans faire référence à la politique du gouvernement local, aux modes de travail, à la culture, ainsi qu’à la présence et aux activités d’autres organisations. Cela semble être particulièrement vrai dans le nord-est de l’île, dominé par des divisions politiques et religieuses persistantes et inébranlables qui avaient des répercussions sur tous les aspects de la vie. »27

  • 28 « Suffrage activity was not marginal but inter-related with other aspects of ‘the politics of ordin (...)

22Si l’expérience unioniste en Ulster était mal connue, elle est mieux appréciée grâce aux travaux récents de Myrtle Hill qui insiste sur la complexité des identités des femmes et du contexte national et local : « Les activités en faveur du suffrage n’étaient pas marginales mais liées à d’autres aspects des intrigues de la vie de tous les jours dans l’intrication des différents rapports de forces qui déterminent la complexité des identités multiples. »28

  • 29 Voir Noel Armour, « Isabella Tod and Liberal Unionism in Ulster, 1886-96 », Alan Hayes, Diane Urquh (...)
  • 30 « It is worth considering that the connection between the public expression of inner faith and poli (...)

23Dans le Nord de l’Irlande, à la fin du xixe siècle, la philanthropie associée au militantisme religieux protestant (évangélisme) était devenue une force réformatrice de la vie quotidienne. Comme ce fut le cas pour la Ladies’ Land League et la réforme agraire, la philanthropie et les interventions dans la sphère sociale permettaient aux femmes d’exercer une influence dans la société. Isabella Tod, qui compte parmi les membres fondatrices en 1871 de la société Northern Ireland Women’s Suffrage Society (NIWSS) est l’une de ces militantes. De 1871 jusqu’à sa mort en 1896, elle se consacra à la cause du suffrage et des réformes pour les femmes, notamment celle de l’enseignement pour les filles, clé selon elle du progrès féminin. Ses convictions n’étaient pas toujours en harmonie avec celles des autres femmes de son entourage, la classe moyenne pratiquante religieuse. Presbytérienne, elle combattit l’alcoolisme afin de mettre fin à la misère sociale ; elle devint suffragiste parce qu’elle pensait que la voie législative pouvait mener à la réforme, tout en croyant fermement en l’union de l’Irlande avec la Grande-Bretagne car elle craignait, comme bien d’autres Unionistes, la prédominance du catholicisme en Irlande. Son action en faveur du suffrage, fondée sur l’opposition au Home Rule, mais nourrie d’une critique libérale contre l’impérialisme, la mena à la rupture avec plusieurs de ses amies et collègues au sein du mouvement féminin au Nord.29 À la suite de la NIWSS, deux autres organisations se formèrent : en 1908, la société IWSS (Irish Women’s Suffrage Society) qui devint en 1911 la fédération IWSF (Irish Women’s Suffrage Federation). Plus tard, d’autres femmes s’inscrivirent dans le mouvement syndical et le socialisme. De manière générale, les femmes protestantes affichaient un vif intérêt pour la question du suffrage. Selon Hill, l’importance de l’influence religieuse dans l’histoire du suffrage en Irlande du Nord n’a pas été encore bien évaluée : « Il est important de considérer que le lien entre l’expression publique de la foi intérieure et l’activisme politique, bien qu’en aucun cas le seul stimulus, a peut-être été sous-estimé en tant que force motrice dans l’histoire du suffrage en Irlande du Nord. »30

  • 31 Myrtle Hill, loc. cit., p. 219-20.

24À partir de 1912, avec l’échec du Conciliation Bill au parlement, le mouvement pour le suffrage adopta des tactiques violentes. Mais ce militantisme du mouvement anglais WPSU qui visait à s’étendre en Irlande du Nord n’était pas approuvé de tous : il fallait une protection policière aux militantes à cause de la violence de la foule alors que cette même force de l’ordre surveillait les suffragistes. L’organisation IWSF préférait des méthodes non-violentes. L’indifférence de la plupart des femmes à cette question était de loin l’obstacle le plus important, mais le débat entre les suffragistes pacifistes et celles qui prônaient des attaques contre des cibles publiques fit rage et fut traité dans Irish Citizen, journal suffragiste fondé en 1912. La perspective de l’adoption du projet de loi en faveur du Home Rule galvanisa l’opposition des Unionistes du Nord, y compris celle des femmes. Lors de sa création, le Conseil (Ulster Women’s Unionist Council) inclut des femmes de toutes origines sociales. Selon de récentes recherches, on peut considérer ce mouvement comme la plus grande organisation politique de femmes de toute l’Irlande, seules quelques femmes optant pour une position suffragiste indépendante des partis politiques.31 Les femmes unionistes étaient toutefois divisées sur la question du suffrage : certaines souhaitaient associer la cause de l’union à celle du vote des femmes, d’autres ignoraient la question du suffrage, d’autres encore étaient opposées à l’égalité politique entre hommes et femmes.

25D’où une certaine ambivalence de la part du parti unioniste à l’égard du vote des femmes. Dans leur majorité, les hommes nationalistes et unionistes, au Nord comme au Sud, considéraient le vote des femmes comme moins important que la question de la souveraineté nationale, se faisant ainsi les alliés des conservateurs britanniques qui s’opposaient à l’extension du suffrage au-delà de l’électorat propriétaire. L’élargissement du suffrage ne pourrait en effet que donner l’avantage aux Libéraux, qui craignaient, quant à eux, l’expansion du vote travailliste. De leur côté, prenant acte du refus du parti irlandais d’accorder une place aux femmes électrices, les suffragettes anglaises (WSPU) tentèrent d’accroître la pression sur le parti unioniste, en faisant l’amalgame entre « Home Rule » et « Rome Rule » (jeu de mots tendant à assimiler l’autonomie de l’Irlande à la domination de l’Eglise catholique), mais sans succès. Mais la question nationale n’était pas la seule cause de division. Le militantisme des suffragettes ne faisait que renforcer l’opposition de certains à la présence féminine en politique. Tandis qu’en 1914 les suffragettes anglaises se ralliaient aux hommes dans un effort patriotique, le mouvement associatif pour le suffrage des Irlandaises se fragmenta encore davantage.

  • 32 Voir Claire Hackett, « Narratives of political activism from women in West Belfast » in Louis Ryan, (...)
  • 33 Rosemary Sales, Women Divided: Genre, Religion, and Politics in Northern Ireland, op. cit., p. 198.

26Il semble que les divisions accrurent la fragilité du mouvement. Pourtant, la force des convictions nationalistes, ajoutée aux sentiments religieux, offrit des possibilités, qui n’existaient pas ailleurs, de militer pour le suffrage. Le Nord en est un bon exemple. Le lien entre féminisme et nationalisme a favorisé le développement d’une conscience des femmes grâce à leur participation aux mouvements de base dans lesquels elles jouèrent un rôle clef face aux difficultés sociales quotidiennes dans les quartiers difficiles à Belfast et à Derry.32 Mais il reste des aspects trop peu connus par rapport aux communautés protestantes et unionistes. De plus, la situation au Nord et les luttes de femmes nationalistes-républicaines ne sont que peu discutées ou reconnues par les femmes du Sud, encore moins celles des unionistes.33

27Pour les suffragettes anglaises, le Parti irlandais était bien l’ennemi : il réclamait l’extension de la représentativité mais, en dépit de la formation de multiples associations féminines en Irlande, refusait de prendre en considération la question suffragiste en dehors du contexte national. Les femmes irlandaises, de leur côté, avaient une position bien distincte des militantes britanniques ; elles étaient donc exclues de la politique au Nord comme au Sud, n’ayant aucun droit ni chez les Unionistes ni chez les Nationalistes. D’une façon générale, le mouvement pour le suffrage des femmes en Grande-Bretagne et en Irlande fut d’abord modéré avant de passer à une phase plus violente. Une lecture subtile de l’histoire de la place du suffrage dans le tumulte des premières décennies du xxe siècle comme une attention accrue aux rencontres multiples entre femmes lors des moments d’unité et de division : les deux aspects de l’histoire de l’Irlande sont importants.

Le vote des femmes

  • 34 Voir (Comtesse) Constance Markovitch, Prison Letters, Londres, Virago, 1987.
  • 35 Voir Caitriona Beaumont, « After the Vote: Women, citizenship and the campaign for gender equality (...)

28Le mouvement féministe irlandais débute dans la seconde moitié du xixe siècle en même temps que s’intensifie le conflit anglo-irlandais, et se développe jusqu’en 1921. Il se heurte à de nombreuses interdictions qui empêchent l’accès des femmes à certains secteurs de l’emploi, à la politique, au droit, à une bonne partie des professions. Seules les femmes célibataires avaient le droit à la propriété en leur propre nom. Avec l’amélioration de leur condition - accès à l’école secondaire et à l’université - de plus en plus de femmes des classes aisées protestent contre ces restrictions, prenant exemple sur les campagnes féministes dans d’autres pays. Les femmes pauvres sont vouées par les grandes famines à la misère en Irlande ou à une migration économique massive vers les états-Unis et la Grande-Bretagne qui se poursuivra jusqu’à nos jours. En 1872, Isabella Tod forme un des premiers groupes pour le suffrage (North of Ireland Women’s Suffrage Committee) qui s’élargit et inclut des femmes du sud de l’Irlande dans la Irish Women’s Suffrage Society. La Irish Women’s Suffrage and Local Government Association (IWSLGA) est créée en 1901. Suite au succès des premières campagnes, les femmes reçoivent le droit de vote aux élections locales en 1898. Trente-cinq d’entre elles seront élus en 1899. En 1919, avant la résolution du conflit nationaliste et en dépit des divergences d’avant guerre, le parlement britannique accorde le droit de vote aux hommes de plus de 21 ans et aux femmes de plus de 30 ans. Cependant, cette décision ne fut pas le résultat d’un combat de femmes britanniques et irlandaises pour une cause commune. Pendant que la guerre d’indépendance faisait rage, les divisions s’accrurent dans l’île, les Unionistes d’Irlande du Nord préférant maintenir leurs liens avec l’empire britannique. Mais avant la résolution du conflit, les femmes de plus de 30 ans accédèrent en même temps au droit de vote dans toute l’Irlande et en Grande-Bretagne. Aux élections de 1919, la première femme élue à la Chambre des communes de Westminster fut la Comtesse Markievicz, une Irlandaise révolutionnaire qui avait été emprisonnée pour son rôle de cheffe militaire lors de la guerre d’indépendance : par principe, elle refusa de siéger au parlement britannique, tradition républicaine qui perdure toujours.34 Moins connu avant les recherches récentes est le fait qu’à la suite des élections parlementaires de 1922, sept femmes irlandaises siégèrent au Dáil, le parlement irlandais, chiffre record que l’on ne revit pas avant 1977, moins encore dans les instances parlementaires instaurées à Stormont, Belfast, au cours de la même période. En effet, la politique sociale menée par les nouveaux dirigeants irlandais prit un tournant droitier pendant les décennies qui suivirent.35

  • 36 En 1998, avec le lancement du processus de paix, il y eut un fort contraste entre l’absence de femm (...)
  • 37 Voir Kate Fearon, Women’s Work : the Story of the Northern Ireland Women’s Coalition, Belfast, Blac (...)

29La lutte pour la reconnaissance de la place des femmes dans les instances politiques en Irlande, du Nord et du Sud, dure depuis 1922. La question du rapport de forces entre hommes et femmes évolue selon les circonstances du conflit. Pour ne citer qu’un exemple, en 1996, des hommes et surtout des femmes politiques des deux communautés d’Irlande du Nord, Unionistes et Nationalistes-Républicains, furent outrés lorsque quelques femmes décidèrent de former une coalition de femmes pour contester les élections.36 Leur but était d’augmenter le nombre de femmes dans la nouvelle assemblée. Cet exemple de mouvement séparatiste basé sur le genre rappelle les tensions et divisions parmi les multiples associations d’il y a cent ans.37

Conclusion

30La lutte pour le suffrage universel au début du XXe siècle se déroule en même temps que des luttes nationalistes dans plusieurs pays en Europe. Une comparaison entre des pays comme l’Irlande et la Finlande nous permet une évaluation de la campagne suffragiste qui fut menée par des femmes. Mais pour vraiment comprendre les spécificités d’un pays il faudrait creuser dans les annales de son histoire : cet article a examiné les historiens irlandais qui traitent le sujet lors d’un moment clé dans le rapport de forces entre les deux pays, et donc un moment crucial pour le développement de la démocratie dans le sens le plus large du terme, à la fois en Irlande et en Grande-Bretagne, pour les hommes et pour les femmes. En incluant la lutte de ceux et surtout de celles qui ont milité pour le suffrage féminin en Irlande, on démontre la complexité des rapports de forces sociaux en Irlande et entre l’Irlande et sa voisine impériale.

31L’histoire de l’Irlande depuis cent ans est celle d’un combat contre l’exclusion mené sur tous les fronts au nom de l’égalité des droits en terme de race, de religion, de classe et de genre. Les femmes ont lutté pour le droit de participer aux nouvelles institutions mises en place il y a cent ans, droit qui n’est jamais définitivement acquis. Les études de genre ont permis de soulever les difficultés d’interprétation de l’histoire et d’appropriation de ce combat fait de rapports de forces entre hommes et femmes, et entre femmes, sont indissociables. Les historiennes actuelles ont contribué à cette lutte pour l’égalité. Elles ont transformé les interprétations de l’histoire en déplaçant le regard du contexte idéologique national et masculin vers les femmes. Elles ont aussi élargi le terrain d’enquête historique en prenant en compte la diversité des formes de mobilisation. Ainsi ont-elles enrichi et éclairé le passé et donné la parole aux femmes d’Irlande.

32Le pays est toujours divisé en deux régimes mais le Sud a traversé une période de prospérité jusqu’alors inconnue et le Nord a vécu la guerre et la paix. Les identités multiples dans la nouvelle Irlande se recomposent selon l’orientation sexuelle, la race, la nationalité, la religion et la classe. La question de la souveraineté nationale n’est pas définitivement réglée. La présence des femmes dans les instances électorales, au Nord comme au Sud, est très faible. Par ailleurs, les droits d’accès à l’avortement sont toujours plus restreints dans les deux parties de l’Irlande qu’ailleurs en Europe. Pourtant, les attitudes changent. La première cérémonie d’un couple d’homosexuels pacsé au Royaume-Uni a eu lieu à Belfast en 2005. Les recherches historiques évoluent, et sont moins contraintes par le poids du récit nationaliste : il y a aujourd’hui davantage de place pour une histoire du genre en Irlande. Ce qui a changé depuis la campagne pour le suffrage du début du XXe siècle, c’est le dévoilement de ces nombreuses associations auxquelles les femmes et les hommes ont participé. La présence du genre dans cette histoire complexe peut apporter une contribution essentielle à une meilleure compréhension des divisions politiques qui mènent si souvent à l’impasse.

Haut de page

Bibliographie

Cazotte Jacques de, Wolfe Tone 1763-1798, Edward Fitzgerald 1763-1798, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005.

Clark Kathleen, Revolutionary Woman 1878-1972: An Autobiography, Dublin, O’Brien Press, 1991.

Connolly Linda, The Irish Women's Movement: From Revolution to Devolution, Londres et New York, Macmillan/Palgrave, 2002 ; Dublin, Lilliput Press, 2003.

Cullen Mary, Luddy Maria (dir.), Female Activists: Irish Women and Change 1900-1960, Dublin, Woodfield Press, 2001.

Cullen-Owens Rosemary, Sheehy-Skeffington Andrée, Votes for Women : Irish Women’s Struggle for the Vote, Dublin, Trinity College, 1975.

Cullen-Owens Rosemary, Did your Granny have a Hammer? ? ? : A history of the Irish Suffrage Movement, 1876-1922, Dublin, Attic Press, 1985.

Cullen-Owens Rosemary, Louie Bennett, Cork, Cork University Press, 2001.

Cullen-Owens Rosemary, A Social History of Women in Ireland 1870-1970, Dublin, Gill and MacMillan, 2005.

Cullen-Owens Rosemary, Smashing Times: A History of the Irish Women's Suffrage Movement 1899-1922, Dublin, Attic Press, 1984.

De Courcy Anne, Society’s Queen: the Life of Edith, Marchioness of Londonderry, Londres, Phoenix, 2004.

Guiffan Jean, Histoire de l’Irlande, Paris, Hatier, 1992.

Guiffan Jean, La Question de l’Irlande, Paris, Complexe, 1989.

Harford Judith, The Opening of University Education to Women in Ireland, Dublin et Portland, Oregon, Irish Academic Press, 2008.

Heron Marianne, Fighting Spirit, Dublin, Attic Press, 1993.

Hill Myrtle, Women in Ireland : A Century of Change, Belfast, Blackstaff, 2003.

Keogh Dáire, Furlong Nicholas (dir.), The Women of 1798, Dublin, Four Courts Press, 1998.

Linklater Andro, An Unhusbanded life : Charlotte Despard, Suffragette, Socialist and Sinn Féiner, Londres, Hutchinson, 1980.

Luddy Maria, Hanna Sheehy Skeffington, Dundalk, Historical Association of Ireland, 1995.

Maclochlainn Alf, Sheehy Skeffington Andrée, Writers, Raconteurs, and Notable Feminists: Two Monographs, Dublin, Cumann Leabharlann Náisiúnta na hÉireann, 1993.

Murphy Cliona, The Women's Suffrage Movement and Irish Society in the Early Twentieth Century, New York et Hertfordshire, Harvester, 1989.

Pugh Martin, The March of the Women: a Revisionist Analysis of the Campaign for Women's Suffrage, 1866-1914, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Quinlan Carmel, Genteel Revolutionaries: Anna and Thomas Haslam and the Irish Women's Movement, Cork, Cork University Press, 2002.

Rubinstein David, Before the Suffragettes: Women’s Emancipation in the 1890s, Brighton, Harvester, 1986.

Ryan Louise, Gender, Identity and the Irish Press, 1922-1937: Embodying the Nation, Lewiston, New York et Lampeter, Edwin Mellen Press, 2001.

Ryan Louise, Irish Feminism and the Vote: an Anthology of the Irish Citizen Newspaper, Dublin, Folens, 1996.

Ward Margaret, Maud Gonne: A Life, Londres, Pandora, 1990.

Haut de page

Notes

1 Cet article est un hommage au travail de celles et ceux qui luttent pour la reconnaissance de l’égalité et de la justice en histoire et en politique. Je remercie Françoise Thébaud, Sandra Salin, Timothy et Christine Baycroft, et Conrad J.H. Smith pour leur lecture et corrections des premières versions. Je travaille sur l’histoire du féminisme politique en France, notamment sur Flora Tristan. Mes publications récentes incluent The Letter in Flora Tristan’s Politics, 1835-1844, Basingstoke, Palgrave, 2004 ; « Salons sans Frontières : Flora Tristan’s Reader and Writer », in Gillian Dow, Hilary Brown (dir.), Readers, Writers and Salonnières, vol. en série « European Connections », Berne, Peter Lang, 2011 ; « Flora Tristan’s Appeal for Fraternity » in Máire Cross Fedelma (dir.), Gender and Fraternal Orders in Europe (1300-2000), Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010, p. 223-43 ; « A Conflicting but Corresponding Pair : Reading Flora Tristan and George Sand » in Nigel Harkness, Jacinta Wright (dir.), George Sand : Intertextualité et Polyphonie : II. Voix, Image, Texte, Berne, Peter Lang, 2010, p. 171-188 ; « Des palais pour des ouvriers et des ouvrières : la route vers un Eden universel » in Sylvette Denèfle (dir.), Utopies féministes et expérimentations urbaines, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 99-108 ; « Southern Comfort : A Parisian’s Diary and Correspondence with Mediterranean Activists in the Midi of 1844 » in Jelena Jovicic (dir.), La Modernité et la métropole : pour une lecture de l’espace urbain au XIXe siècle, Londres/Ontario, Mestengo Press, 2008.

2 Voir la bibliographie. Si les approches de genre se sont développées, l’histoire des liens entre les mouvements suffragistes dans les deux parties de l’Irlande reste mal connue, tout comme la question de la souveraineté nationale.

3 Dans les deux pays, l’Irlande et la Finlande, le mouvement contre l’alcoolisme fut l’occasion pour des femmes de prendre la parole et d’agir en public. Elles voulaient le droit de vote pour pouvoir agir contre ce fléau social pour des raisons à la fois religieuses et sociales. Voir Anna Moring, Politics of Gender. A Century of Women’s Suffrage in Finland, traduit par Pat Humphreys, Helsinki : Otava Publishing, 2006, p. 10.

4 « Most history is still written within a paradigm that sees males as the active agents in the pattern of continuity and change in human history. In the case of Irish history, most general surveys and specialist monographs devote no analysis or questioning to the political, social and economic consequence of being born a male or a female in a specific place at a specific period in history. […] If feminism is mentioned at all, it is seen essentially as women trying to reach a stage of development already achieved by men. », Mary Cullen, « Feminism, Citizenship and Suffrage : A Long Dialogue », Louise Ryan, Louise Ward Louise (dir.), Irish Women and the Vote : Becoming Citizens, Dublin et Portland, Oregon, Irish Academic Press, 2007, p. 17.

5 Vu de l’extérieur, le récit est simplifié. Karen Offen a fait un effort remarquable de synthèse de l’histoire européenne des féminismes en faisant mention de ces deux pays mais elle omet de nombreux éléments importants qui illustrent la richesse de ces moments cruciaux dans l’expérience des femmes. Bien que l’histoire écrite de l’Irlande soit rédigée en anglais, elle ne circulera pas sans un travail comparatif de fond entre pays et sans une reconnaissance du genre dans l’histoire dominante.

6 Ma communication au colloque international intitulée « Il y a un siècle : le vote de la première Européenne », Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 27-28 octobre 2006, devrait paraitre dans les actes du colloque : Taïna Tuhkunen, Thierry Leterre (dir.), Représenter les femmes en Occident : du vote aux imaginaires politiques, Nantes, Plein Feux. Nous nous réjouissons de voir que les historiennes irlandaises Louise Ryan, Leeann Lane, Myrtle Hill et Caitriona Beaumont ont présenté leur travail sur le cas de l’Irlande au colloque « Suffrage, Gender and Citizenship. International Perspectives on Parliamentary Reforms », conference internationale à l’Université de Tampere, Finlande, 16-17 octobre 2006, qui devrait être publié. Ces mêmes auteures figurent dans la publication de Louise Ryan et Margaret Ward, Irish Women and the Vote : Becoming Citizens, op. cit.

7 « Both for those who lived in societies that had established some form of representative government and for those whose societies aspired to do so, the campaign for woman suffrage symbolised women’s fight for inclusion, for a decision-making role that would allow them to shape the future of the national states in which they lived or hoped to live. », Karen Offen, European Feminisms, op. cit., p. 214.

8 « Women are better able to exert power during periods of tumult. » Accampo Elinor, « Integrating Women and Gender into the Teaching of French History, 1789 to the Present », French Historical Studies, vol. 27, n° 2, printemps 2004, pp. 267-92, p. 268.

9 Karen Offen, European Feminisms, op. cit., p. 251.

10 « It is necessary to distinguish between how women have been represented in national histories and cultural and symbolic repertories on the one hand, and, on the other, how they have actually negotiated and challenged their roles and contributions to nationalism. », Louise Ryan, Margaret Ward (dir.), Irish Women and Nationalism. Soldiers, New Women and Wicked Hags, Dublin et Portland, Oregon : Irish Academic Press, 2004, p. 3. Le but de ce livre est de démontrer l’importance de la participation des femmes dans le mouvement nationaliste, ce qui exclut a priori la participation des femmes d’identité unioniste et britannique dans le militantisme.

11 Margaret Mac Curtain, Donnchadh Ó Corrain (dir.), Women in Irish Society : The Historical Dimension, Dublin, Women’s Press, 1978 ; Alan Hayes, Diane Urquhart, Irish Women’s History, Dublin, Irish Academic Press, 2004.

12 « Many women who were married to internees became liberated through the experience, tough though it was ; they were forced back on their own resilience and strength, which they found to be considerable. I have always had a sense that in Ireland there is a matriarchal background which on occasion and under certain influences comes to the fore. Women had to cope with generating and managing the family income, bringing children through all the trauma of growing up and dealing with the often harsh realities of the wider world, such as British Army harassment or raids as well as taking up leadership positions in campaigns around the issue of the prisoners and sometimes in wider campaigns about community resistance and so on. », Gerry Adams, Before the Dawn. An Autobiography, Londres, Heinemann, 1996, p. 235.

13 Voir Jean Markale, La Femme celte : mythe et sociologie, Paris, Payot, 1973.

14 « Inevitably attention has hitherto been focused on the more flamboyant rebel women who made dramatic contributions to the revolutionary cause and, while they must not be ignored, some attempt will be made to restore balance by giving emphasis both to the revolutionary women who did not become famous names and to the women, famous or otherwise, who opposed the separatist movement. », Roger Sawyer, « ‘We are but Women’ : Women in Ireland’s History », Londres et New York, Routledge, 1993, p. xii.

15 Mary Cullen, « Feminism, Citizenship and Suffrage : A Long Dialogue » in Louise Ryan, Margaret Ward, Irish Women and the Vote… op. cit., p. 1-20, p. 15.

16 « The suffrage campaign in Ireland was able to accommodate women of diverse political and social views, just as it could accommodate women who held profoundly divergent views on the war. », Luddy Maria « Introduction » in Louise Ryan, Margaret Ward, Irish Women and the Vote… op. cit.

17 Dans l’histoire de l’Ulster Covenant, la réponse organisée des Unionistes aux efforts des gouvernements successifs de Westminster pour résoudre la « question irlandaise » en accordant cette forme limitée d’autonomie de Home Rule, est très significative pour notre histoire de la place accordée à la politisation des femmes autour de l’année 1912. D’abord, avec les Conservateurs, les Unionistes ont réussi à organiser une opposition parlementaire pour bloquer les deux premières versions du projet de loi en 1886 et en 1893. Ensuite, la présence des femmes dans cette mobilisation est sollicitée tout en leur accordant un rôle secondaire mais une place quand même : les archives de l’Ulster Unionist Council, placées dans le Public Record Office of Northern Ireland (PRONI), contiennent les signatures de cette mobilisation du 28 septembre 1912 : tandis que les hommes (237.368) signèrent le document original, The Ulster Covenant, un document séparé fut créé, The Declaration, pour recueillir la signature des femmes (234.046). Source : http://www.proni.gov.uk/index/search_the_archives/ulster_covenant.htm. Pour une histoire récente de l’Irlande, mais où il n’y a aucune référence à la question des femmes, du suffrage ou du genre, voir Bew Paul, Ireland : The Politics of Enmity 1789-2006, Oxford, Oxford University Press, 2007, ou celle de Liz Curtis, The Cause of Ireland : From the United Irishmen to Partition, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1994, moins récente mais qui inclut la dimension genre dans son analyse.

18 Voir Margaret Ward, Unmanageable Revolutionaries : Women and Irish Nationalism, Londres, Pluto Press, et Dingle, Brandon, 1983, pour avoir une idée de la gravité de cet oubli.

19 Menée par Charles Stuart Parnell : ont été également actives ses sœurs, Fanny and Anna Parnell. Les trois ont été influencés par leur mère américaine, Delia, poète, antibritannique.

20 En 1880 la ligue féminine pour la réforme agraire (Ladies’ Land League) fut fondée aux Etats-Unis et ensuite en Irlande.

21 Margaret Ward, Unmanageable Revolutionaries, op. cit., p. 31-9.

22 « No better allies than women could be found for such a task. They are, in certain emergencies, more dangerous to despotism than men. They have more courage, through having less scruples, when and where their better instincts are appealed to by a militant and just cause in a fight against a mean foe », Michael Davitt, The Fall of Feudalism in Ireland, Londres, Harper, 1904, cité dans Margaret Ward, Unmanageable Revolutionaries, op. cit., p. 13.

23 Voir Fergus Campbell, Land and Revolution : Nationalist Politics in the West of Ireland 1891-1921, Oxford, Oxford University Press, 2005.

24 Voir Myriam Boussahba-Bravard (dir.), Suffrage Outside Suffragism : Women’s Vote in Britain, 1880-1914, Basingstoke et New York, Palgrave Macmillan, 2007 ; Harold L Smith., The British Women's Suffrage Campaign, 1866-1928, Harlow et New York, Pearson/Longman, 1998, 2e édition, 2007.

25 Pour un exemple de travail récent sur le traitement des suffragistes grévistes de la faim, voir June Balshaw, « More than Just a Sporting Couple’ : the Letters of a Militant Marriage » in Caroline Bland, Máire Cross (dir.), Gender and Politics in the Age of Letter Writing, Aldershot et Burlington, Vermont, Ashgate, 2004, p. 185-200.

26 La biographie de l’une des principales protagonistes donnera un aperçu des tracasseries subies. Son mari, Francis Sheehy Skeffington, ardent pacifiste et féministe, fut assassiné dans des circonstances horribles en avril 1916 par un officier britannique. Voir Margaret Ward, Hanna Sheehy Skeffington : A Life, Dublin, Attic, 1997.

27 « It is not possible to understand the suffrage campaign without reference to local government politics, patterns of employment, culture, and the presence and activities of other organizations. This seems particularly true of the north-eastern corner of the island, dominated by long-standing and deeply entrenched political/religious divisions which impacted on all aspects of life. », Myrtle Hill, « Ulster : debates, demands and divisions : The battle for (and against) the vote » in Louise Ryan, Margaret Ward, op. cit., p. 209-30, p. 209.

28 « Suffrage activity was not marginal but inter-related with other aspects of ‘the politics of ordinary everyday life’ in the ‘tangle’ of different power structures that determine the ‘complexity of multiple identities’. », Myrtle Hill, « Ulster : debates, demands and divisions : The battle for (and against) the vote », loc. cit., p. 210.

29 Voir Noel Armour, « Isabella Tod and Liberal Unionism in Ulster, 1886-96 », Alan Hayes, Diane Urquhart, Irish Women’s History, op. cit., p. 72-87 ; Heloise Brown, « An alternative imperialism : Isabella Tod, Internationalist and ‘Good Liberal Unionist’ », Gender and History, 10, 1998, p. 358-380.

30 « It is worth considering that the connection between the public expression of inner faith and political activism, while by no means the only stimulus has perhaps been underestimated as a motivating force in the story of Ulster suffrage. », Myrtle Hill, « Ulster : debates, demands and divisions : The battle for (and against) the vote », op. cit., p. 215.

31 Myrtle Hill, loc. cit., p. 219-20.

32 Voir Claire Hackett, « Narratives of political activism from women in West Belfast » in Louis Ryan, Margaret Ward (dir.), Irish Women and Nationalism: Soldiers, New Women and Wicked Hags, op. cit., p. 145-166.

33 Rosemary Sales, Women Divided: Genre, Religion, and Politics in Northern Ireland, op. cit., p. 198.

34 Voir (Comtesse) Constance Markovitch, Prison Letters, Londres, Virago, 1987.

35 Voir Caitriona Beaumont, « After the Vote: Women, citizenship and the campaign for gender equality in the Irish Free State (1922-1943) » in Louise Ryan, Margaret Ward (dir.), op. cit., p. 231-49.

36 En 1998, avec le lancement du processus de paix, il y eut un fort contraste entre l’absence de femmes et la présence de nombreux partis politiques à la table de négociations. The Northern Ireland Women's Coalition (1996-2006) réussit à se faire élire en rejetant toute étiquette sectaire. Le système d’élection à la proportionnelle et la nouveauté de leur apparence, ainsi que la réponse de l’opinion publique à cette absence de femmes, garantit leur succès bien que bref. Mais cette contestation provoqua ensuite le dialogue parmi les quelques femmes membres de la nouvelle assemblée du Northern Ireland Assembly, tous partis confondus (Progressive Unionist Party, Democratic Unionist Party, Alliance Party, Sinn Féin, Social Democratic and Labour Party) étant en faveur du processus de paix. Elles se réunirent de façon informelle pour se soutenir en tant que femmes élues, tout en insistant que la loyauté envers leurs propres communautés avait priorité. A la suite de la mise en place du processus de partage du pouvoir, bien d’autres organisations de femmes existent dans les deux communautés et cherchent à avoir une voix dans les affaires de leur communauté. Voir Rosemary Sales, Women Divided… op. cit., p. 195-203.

37 Voir Kate Fearon, Women’s Work : the Story of the Northern Ireland Women’s Coalition, Belfast, Blackstaff Press, 1999, pour comprendre les accusations de trahison lancées aux femmes qui voulaient se présenter aux élections en tant que femmes d’abord, sans étiquette politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Máire Cross, « Il y a un siècle, le mouvement pour le suffrage des femmes en Irlande », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 26 juillet 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1660

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page