Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Régis Revenin, « Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945-1975) », thèse d’histoire dirigée par Pascal Ory, Université Paris 1-Pantheon Sorbonne, 2012.

Texte intégral

1Indissociable du processus de construction identitaire des individus, notamment au cours de l’enfance et de l’adolescence, la sexualité fascine, obsède, passionne, d’autant plus qu’elle est au cœur des préoccupations politiques, avec les questions de consentement, de dignité, de moralité. Organisée autour de la thématique de la rencontre amoureuse et sexuelle, principalement basée sur le dépouillement d’archives judiciaires de l’Éducation surveillée et du département de la Seine (Paris), mais aussi de la presse adolescente et éducative/pédagogique, ainsi que sur des entretiens oraux, cette thèse a pour objectif une première approche en sciences humaines et sociales de la sexualité masculine juvénile dans la France des Trente Glorieuses. Dans le contexte du triomphe du sentiment amoureux au 20e siècle, d’une émancipation féminine et d’une visibilité homosexuelle de plus en plus grandes, de la séparation de la procréation et de la sexualité, mais aussi de la sexualité et de l’affectivité, la rencontre de l’autre est consubstantielle au lien social, au lien amoureux et sexuel. Ce travail en aborde quelques étapes fondatrices : les apprentissages informels des « choses du sexe » (autour de la question de la pornographie ou de la masturbation), l’éducation sexuelle plus ou moins formelle, le travail éducatif parental et le rôle des institutions au sujet de la protection de l’enfance et du contrôle social, mais également la valorisation des apparences physiques à l’adolescence, le flirt et l’amour vécus, la banalisation et la diversification des pratiques sexuelles masculines, la fabrique des catégories, hiérarchies et frontières de genre, de l’homosexualité, de l’hétérosexualité et de leur rapport à la virilité, sans exclure la question des violences, des rapports de pouvoir et de domination. Cette recherche prend le contre-pied de l’écriture d’une histoire linéaire de la libération des comportements sexuels et des normes de genre, dont la thèse principale est le passage dans les années 1960-1970 d’une société de répression, de refoulement et de domination masculine à une société sexuellement libérée et égalitaire. En dépit des apparences, s’il y a bien quelque chose dont les jeunes – et les autres – ne se sont pas libérés, c’est de la violence de la transmission de ces normes, en perpétuelle recomposition, pensées comme inscrites dans une « nature », et désormais dans une « psychologie ». Y compris pour les garçons, si la liberté de leur parole et de leur corps est grande, les gestes restent codifiés. Les trajectoires s’individualisent, participent de la subjectivité, mais restent dépendantes de scénarii sexuels socialement déterminés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Régis Revenin, « Les garçons, l’amour, la sexualité : une jeunesse sous surveillance ? (Paris, 1945-1975) », thèse d’histoire dirigée par Pascal Ory, Université Paris 1-Pantheon Sorbonne, 2012. », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1657

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page