Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Fanny Gallot, « Les ouvrières, des années 1968 au très contemporain : pratiques et représentations », Université Lyon 2 (LARHRA), sous la direction de Michelle Zancarini-Fournel, soutenue le 10 décembre 2012.

Texte intégral

1Située au croisement de l’histoire ouvrière et de l’histoire des femmes et du genre, cette thèse porte sur les ouvrières en France des années 1968 au très contemporain. Elle s’appuie principalement sur l’étude du personnel de deux entreprises, Chantelle et Moulinex, et leurs usines de Saint-Herblain (Pays de la Loire) et d’Alençon (Basse Normandie), confrontées ponctuellement à d’autres sites des deux groupes ou encore à d’autres entreprises entre autres, Lejaby à Bourg-en-Bresse ou Yssingeaux, Renault-Flins ou encore la Manufacture Métallurgique de Tournus. Les sources écrites nationales et locales, qu’elles soient gouvernementales, patronales, syndicales ou féministes, mais aussi privées, croisées avec des sources filmiques et des sources orales permettent une analyse multiscalaire dans une perspective d’histoire « incarnée » qui envisage les contours d’une nouvelle génération d’ouvrières embauchées à l’usine dans les années 1968 et frappées récemment par la désindustrialisation. Étude du très contemporain, la thèse met en œuvre une approche pluridisciplinaire, où la sociologie et la science politique sont convoquées aux côtés de l’histoire.

  • 1 THOMPSON E. P., La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Éd. Du Seuil, coll. « Points », (...)

2Ces ouvrières se situent au croisement des catégories de classe et de genre. Tout comme la catégorie de genre permet de penser les rapports entre hommes et femmes, la catégorie de classe permet de penser ici les rapports des ouvrières d’usine à leurs supérieurs et à leurs patrons, mais aussi la manière dont elles vivent, s’organisent ou se mobilisent. Dans cette recherche, les normes de classe et de genre définissent des rôles ou des identités particulières et ce sont les variations de ces normes dans la séquence historique que le concept d’agency, (« capacités d’agir dans une situation donnée »1), a permis de saisir dans les pratiques des ouvrières. Un des fils de cette thèse a donc été de comprendre si et comment l’agency des ouvrières produit une reconfiguration des normes de genre et de classe durant la période.

  • 2 BANTIGNY L., Le plus bel âge ? : jeunes et jeunesse en France de l’aube des "Trente Glorieuses" à l (...)

3Tandis que l’organisation du travail connaît de profondes mutations, les ouvrières de Chantelle et Moulinex effectuent majoritairement une longue carrière à l’usine jusqu’à la fermeture, le turn-over cessant au début des années 1980. Elles forment une génération, la génération 1968, d’une part parce qu’elles « connaissent les mêmes événements au même âge » et « parce qu’elles ont conscience de cette destinée partagée »2 et d’autre part, parce que les grèves de Mai-juin 1968 en constituent l’événement fondateur, car elles ont une réception commune de ses effets, même si elles ne l’ont pas forcément toutes vécu de la même manière.

4Si la division sexuée se pérennise dans la séquence historique, un nouveau discours de la « différence sexuelle » s’élabore pour accompagner le passage au néo-libéralisme tandis que se développe une aspiration à l’égalité entre les hommes et les femmes dans la société. Au tournant des années 1980, la réflexion du patronat et du gouvernement sur le travail domestique des ouvrières permet de justifier le discours de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle et vient légitimer la mise en place du temps partiel dans les usines, alors que la « naturalisation » des compétences féminine tend à s’effacer. Cependant, malgré la tension entre les discours d’égalité et ceux de la conciliation à partir des années 1980, la place assignée aux ouvrières dans la production ne change pas fondamentalement.

5Dans le même temps, les pratiques quotidiennes des ouvrières à l’usine ou à l’extérieur, dans les moments festifs ou pendant les conflits, révèlent une reconfiguration des normes de genre et de classe dans la séquence historique. En effet, dans le déploiement d’une agency collective et individuelle, les ouvrières deviennent sujet, Les filles de/Ouvrières de en fonction de la configuration non-mixte ou mixte de l’usine. Celles de la génération 1968 se réapproprient des conditions discursives et sociales imposées : que ce soit en les refusant (« droit de cuissage ») ou en les resignifiant (la « crise de nerfs ») ; que ce soit en les subvertissant, comme lorsqu’elles mettent en avant le produit de leur travail ou en les habitant lorsque certaines d’entre elles investissent la norme de la « fille facile ». De cette manière, elles font bouger non seulement leurs rôles, mais aussi leurs identités de genre et de classe et, à l’instar des Filles de Lejaby, deviennent si populaires qu’elles s’immiscent dans la campagne électorale de la présidentielle de 2012.

6Finalement, c’est dans la prise de parole collective et individuelle dans les sphères publiques et privées que peuvent se mesurer ces reconfigurations. Au sein de l’usine, discutant collectivement de questions relevant du privé, les pratiques individuelles des ouvrières vis-à-vis de leurs maris, de leurs familles se trouvent modifiées, ce qui permet ici de mesurer l’influence diffuse des féminismes. Le choc que représente la fermeture est d’autant plus violent qu’il rompt avec ce collectif, cette « famille » comme l’appellent certaines ouvrières, et qu’il vient interrompre des mois de mobilisations collectives marquées par une prise de parole publique réitérée. Dès lors, chaque licenciée n’est plus qu’une ancienne de, qui cherche à se reconvertir, explorant alors différentes pistes y compris culturelles, de façon à juguler la souffrance du licenciement.

Haut de page

Notes

1 THOMPSON E. P., La formation de la classe ouvrière anglaise, Paris, Éd. Du Seuil, coll. « Points », 2012 préface de Jarrige, p. VIII.

2 BANTIGNY L., Le plus bel âge ? : jeunes et jeunesse en France de l’aube des "Trente Glorieuses" à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Fanny Gallot, « Les ouvrières, des années 1968 au très contemporain : pratiques et représentations », Université Lyon 2 (LARHRA), sous la direction de Michelle Zancarini-Fournel, soutenue le 10 décembre 2012. », Genre & Histoire [En ligne], 11 | Automne 2012, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1656

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page