Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Arlette Gautier, Les soeurs de Solitude. Femmes et esclavage aux Antilles du XVIIe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010, 272 p.

Dominique Rogers

Texte intégral

1Les soeurs de Solitude, livre paru aux Presses Universitaires de Rennes en 2010, est une réédition à l’identique de l’ouvrage publié par Arlette Gautier en 1985, sauf pour la préface d’Olivier Pétré-Grenouilleau et surtout pour une postface d’Arlette Gautier beaucoup plus riche. Celle-ci inscrit en effet cette publication dans le contexte plus large de la ré-émergence de la question noire en France, du développement des travaux et des structures de recherches et de vulgarisation autour des esclavages, des traites et des abolitions, ainsi que du combat des populations afrodescendantes des Antilles françaises pour l’égalité complète. Elle comprend également un état des lieux bibliographique et scientifique sur la question du genre et des femmes en histoire antillaise particulièrement précieux quoiqu’incomplet puisque ne prenant compte que les principaux travaux publiés depuis 1985.

2Dans un secteur où les recherches ont beaucoup progressé, l’intérêt de cet ouvrage pionnier est donc essentiellement historiographique, même s’il reste à ce jour l’étude la plus complète sur les femmes esclaves des Antilles françaises. En anglais en effet, on ne pourrait guère que consulter l’ouvrage beaucoup moins riche de Bernard Moitt, Women and Slavery in the French Antilles, 1635-1848, Indiana University Press, 2001. L’ouvrage d’Arlette Gautier est servi par une très belle écriture où statistiques et sources littéraires se mêlent avec beaucoup de bonheur. Les analyses portent aussi bien sur les Petites que les Grandes Antilles françaises avec des exemples à des échelles très différentes, permettant de percevoir les différences d’un territoire à l’autre mais aussi parfois d'une région à l’autre. On appréciera ainsi particulièrement dans les chapitres sur les relations des femmes à la famille des analyses menées à différentes échelles prenant en compte à la fois le discours des maîtres, des autorités religieuses, des administrateurs mais aussi les informations concrètes apportées par les statistiques démographiques tendant à mettre en valeur les choix des esclaves eux-mêmes. Enfin, l’effort constant de déconstruction de l'historiographie traditionnelle sur la place des femmes dans le monde servile en fait également un très bel outil méthodologique dans une recherche francophone sur les Antilles majoritairement encore androcentrique.

3L’ouvrage d’Arlette Gautier comprend une première partie sur la place des femmes dans les sociétés amérindiennes, françaises et africaines de l'époque moderne. Une deuxième s’intéresse davantage à des questions liées à la démographie et à la maternité des femmes esclaves des Petites et des Grandes Antilles françaises. Une dernière partie donne à découvrir leur participation à la vie économique et leur implication dans les différentes formes de résistance à l’esclavage que ce soit dans la vie quotidienne ou dans les luttes révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle.

4Dans le détail, nombre d’analyses sont aujourd'hui dépassées. Le chapitre sur l’implication des femmes dans la vie économique des colonies antillaises est très riche, même s’il est fils de l’époque où il a été écrit et notamment des importants travaux sur le monde de l’habitation. Les relations maîtres-esclaves sont présentés dans une logique binaire opposant les maîtres blancs aux esclaves noirs, à l’exclusion des maîtres libres de couleur ou des femmes propriétaires, dont les relations avec les esclaves féminines auraient permis d’affiner les analyses. Plus largement, toutes les perspectives d’autonomie, de négociation offertes par le cadre urbain magnifiquement exploré depuis par Anne Pérotin-Dumon sont inexistantes. Dès lors, la plupart des esclaves vivent certes dans les campagnes, mais une part non négligeable d’entre eux et ici d’entre elles fréquentent la ville, en particulier à l’occasion des marchés. En outre, la population servile des villes est majoritairement féminine et il n’est plus guère possible aujourd’hui de concevoir une histoire des femmes antillaises sans négliger toute la richesse de ce contexte pour appréhender leur condition. De même, le chapitre sur l’implication des femmes dans les événements révolutionnaires de la fin du XVIIIe siècle est limité dans ses apports du fait du renouvellement important de ce champ historiographique tant pour le contexte général domingois et guadeloupéen que pour les travaux plus spécifiquement consacrés aux femmes. Les révoltes du XIXe siècle ne sont pas évoquées et les actions menées par les femmes esclaves pour récupérer leurs enfants dans le cadre de la loi Madkaud ne le sont pas davantage.

5En conclusion, il nous semble que la réédition de l’ouvrage d'Arlette Gautier a le grand mérite de mettre à la disposition des étudiants un ouvrage pionnier qui reste encore très riche par de nombreux aspects, notamment méthodologiques, mais qui est aujourd’hui dépassé dans ses analyses sur d’autres points du fait des progrès importants de la recherche sur certains aspects de la thématique. Il serait dès lors tentant de dire que cette réédition de l’ouvrage d'Arlette Gautier a le grand intérêt de permettre aisément de faire le point sur le chemin parcouru et d’inviter à réaliser une synthèse nouvelle sur les femmes dans les sociétés esclavagistes antillaises : femmes esclaves, libres de couleur et européennes ou euro-créoles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Rogers, « Arlette Gautier, Les soeurs de Solitude. Femmes et esclavage aux Antilles du XVIIe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2010, 272 p. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1630

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page