Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yannick Ripa, L’affaire Rouy. Une femme contre l’asile au XIXème siècle, Paris, Taillandier, 2010, 304 p.

Karine Lambert

Texte intégral

1Le 8 septembre 1854 à midi, deux hommes se présentent rue de Penthièvre dans le quartier parisien de la Roule, au domicile de Mademoiselle Rouy, une musicienne célibataire née en 1814 à Milan d’un père épicier devenu mathématicien et astronome. Ce dernier, engagé par les liens d’un premier mariage, avait épousé illégalement Marie-Henriette Chevalier dont il avait eu quatre enfants, dont Hersilie. Celle-ci, respectueuse de la bienséance bourgeoise et de la bonne éducation qui obligent les femmes au silence, obtempère à la demande des deux visiteurs et sur leur ordre quitte son appartement sa chienne sous le bras, munie d’un panier contenant quelques papiers et seulement couverte d’un châle et d’un vieux chapeau. Ainsi débute l’affaire Rouy ou le récit d’une traversée de l’internement asilaire qui ne s’achève que quatorze ans plus tard.

  • 1 La loi du 30 juin 1838 établissait deux modes d’internement : le placement d’office requis à la dem (...)
  • 2 Débat inauguré par l’article de Philippe Lejeune « Le cas Pierre Rivière. Pour une relecture », Le (...)
  • 3 Claude Ber, Aux dires de l’écrit, Montpellier, Editions Chèvre Feuille étoilée, 2012, p. 58.

2Yannick Ripa renoue à l’occasion de cet ouvrage avec ses premières recherches qui avaient conduit à la publication en 1986 de La Ronde des folles. Femmes, folie et enfermement au XIXème siècle. Cette spécialiste de l’aliénisme, historienne des femmes et du genre, reconstitue le récit d’un internement abusif au regard de la loi de 18381 à partir de nombreuses sources archivistiques, au premier rang desquelles le journal d’enfermement tenu par Hersilie Rouy et publié dans une version censurée à titre posthume en 1883 sous le titre Mémoires d’une aliénée. Inscrivant sa réflexion dans les pas des écrits d’Hersilie, Yannick Ripa suit à la trace son itinéraire kafkaïen durant les treize premiers chapitres regroupés en deux parties respectivement intitulées : « Enfermer » et « Retrouver »  Hersilie Rouy. Le texte, ici dense, confine à une aridité certaine. L’historienne multiplie les longues citations des Mémoires, les descriptions précises des asiles, les définitions des nosologies de l’aliénation mentale, les biographies détaillées des aliénistes de la période au risque parfois de perdre en chemin son lectorat, insuffisamment éclairé par ailleurs des débats épistémologiques2 portant sur les usages par la discipline historique de la parole délirante ou « des voix d’à côté »3 .

3Si le responsable de cet enfermement arbitraire est rapidement identifié – il s’agit du seul enfant légitime de Charles Rouy, le puissant demi-frère de l’héroïne -, les motifs en revanche apparaissent plus complexes. Le goût d’Hersilie pour le spiritisme – une pratique pourtant en vogue au milieu du XIXème siècle –, son célibat doublé d’un penchant pour la solitude – situation inconvenante si ce n’est anormale aux regards des normes sociales dominantes –, les plaintes d’un voisinage suspicieux, quelques lettres extravagantes sont autant d’excentricités qui sont interprétées comme des signes pathologiques au lendemain de l’arrivée d’Hersilie à Charenton, première maison de santé dans laquelle elle est détenue sous le nom de Joséphine Chevalier. Joséphine est son troisième prénom, Chevalier le patronyme de sa mère. Son incapacité à faire reconnaître son identité témoigne des manœuvres et de la volonté de son demi-frère de l’écarter de l’héritage paternel tandis que son insistance est perçue comme un symptôme de sa folie. Plus elle va tenter de se faire reconnaître en criant son véritable nom, en dénonçant par des lettres et des plaintes nombreuses sa séquestration arbitraire et les cruels traitements qu’elle subit quasi quotidiennement (hydrothérapie, enfermement en chambre cellulaire aveugle, isolement, brimades, humiliations, dénuement), plus elle va se heurter à l’opacité du système aliéniste. Ainsi le diagnostic, centré autour d’une monomanie dont la nature fluctue, se fixe sur «  la folie lucide » établi par Ulysse Trélat, responsable d’un des services de la Salpêtrière où elle séjourne avant d’être transférée comme incurable à Méraville, Auxerre et finalement Orléans. « Une telle approche (…) permet de qualifier de fou lucide tout individu qui s’éloigne du rôle et du statut que la société lui assigne. Les femmes sont les premières victimes de cette construction dans ce XIXème siècle misogyne : la loi du genre leur dénie le droit à l’ambition, à la créativité, qu’elle soit littéraire ou artistique, à l’estime de soi hors de leur rôle de reproductrice ». (p. 69)

4L’étrange administrateur de l’hospice orléanais, persuadé que sa pensionnaire prévoit l’avenir, s’aperçoit de l’illégalité de l’internement. Soutenu par son épouse, il lance une véritable campagne pour la libération d’Hersilie. Il l’obtient en 1868. Ainsi s’achève « le dernier épisode d’un récit feuilletonnesque » (p.189) et débute la troisième partie de l’ouvrage consacrée à L’affaire Rouy, une affaire familiale entrant dans le champ politique alors que l’aliénisme connaît la fin de son âge d’or et subit l’assaut de critiques venues de toutes parts (Les républicains avec à leur tête Léon Gambetta, Jules Favre, les journaux dont La Lanterne d’Yves Guyot, des avocats…). Hersilie Rouy porte plainte car elle veut obtenir non seulement réparation mais également des excuses. Si elle se voit octroyer une pension de la IIIème République en 1877, elle meurt en 1881 avant d’avoir vu ses démarches aboutir. Elle ne disparaît toutefois pas des annales médicales puisque des psychiatres puis des psychanalystes n’auront de cesse, à partir de ses Mémoires, de la déclarer folle au regard des normes d’une féminité fondée en nature qu’ils ne cessent de réaffirmer. Toutefois, pour l’historienne soucieuse de dépasser le discours de l’expertise médicale, Hersilie Rouy demeure l’incarnation de la peur du corps social face à l’indocilité féminine.

Haut de page

Notes

1 La loi du 30 juin 1838 établissait deux modes d’internement : le placement d’office requis à la demande du préfet ou le placement volontaire fondé sur un certificat médical établissant l’état mental de la personne à interner, les caractéristiques de sa maladie, la nécessité d’un placement. La seule condition restrictive à ce second cas prévoyait l’indépendance du praticien par rapport à l’asile désigné et la non parenté avec l’internée-e. La connivence entre le demi frère d’Hersilie et le médecin requérant est ici établie par Y. Ripa.

2 Débat inauguré par l’article de Philippe Lejeune « Le cas Pierre Rivière. Pour une relecture », Le Débat, 66, septembre-octobre, 1991, p. 83-95.

3 Claude Ber, Aux dires de l’écrit, Montpellier, Editions Chèvre Feuille étoilée, 2012, p. 58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Lambert, « Yannick Ripa, L’affaire Rouy. Une femme contre l’asile au XIXème siècle, Paris, Taillandier, 2010, 304 p. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1629

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page