Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Hélène Charron, La sociologie entre nature et culture, 1896-1914. Genre et évolution sociale dans l’Année sociologique, Québec, Presses de l’Université Laval, 2011, 173 p.

Anne Epstein

Texte intégral

  • 1 Philippe Besnard, « Durkheim et les femmes ou le Suicide inachevé », Revue française de sociologie, (...)

1Dans ce petit ouvrage issu d’une thèse en sociologie soutenue en 2011, Hélène Charron apporte un éclairage supplémentaire à une discussion de longue durée entre sociologues, théoreticien-ne-s féministes, et historien-ne-s des sciences humaines et sociales concernant la place de l’étude des femmes, des rapports sociaux de sexe et du genre dans le développement des sciences sociales en France, et plus particulièrement dans la sociologie durkheimienne. Les prises de position sur la « question de la femme » font partie intégrante de l’évolution de la pensée sociale en France comme ailleurs. Quant à Émile Durkheim, c’est dans le sillage de la prise de conscience généralisée des fondements « masculins » du savoir scientifique occidental qui suit la montée en puissance du féminisme de la deuxième vague aux années 1970, que l’on commence à repérer des contradictions théoriques et méthodologiques dans l’œuvre durkheimien en ce qui concerne les femmes et les rapports sociaux de sexe. Un article de Philippe Besnard, qui reprend les conclusions tirées par Durkheim de la fréquence accrue du suicide observée chez les hommes par rapport au femmes, suggère notamment que le maître penseur aurait eu recours à une conception naturaliste des rôles sexués dans l’explication des comportements sociaux des hommes et des femmes. Ces affirmations soulèvent des questions concernant les prétentions de la sociologie durkheimienne à expliquer tout le social par le social et déclenchent une polémique qui d’une certaine manière continue jusqu’à ce jour.1

2Le livre d’Hélène Charron apporte de nouveaux éléments à ce débat. Par une lecture soignée et détaillée du contenu de la première série de l’Année sociologique, la publication très influente dans laquelle Durkheim et son entourage œuvrent simultanément à la mise en place des fondements intellectuels d’une nouvelle « école » de sociologie française et à son institutionnalisation comme discipline universitaire, Hélène Charron démontre de façon convaincante que dans quasiment tout ce qui touche au genre, au lieu de rompre complètement avec les paradigmes naturalistes antérieurs, conformément à leur projet scientifique (p. 2), l’analyse proposée par les durkheimiens des rapports sociaux de sexe - à travers le temps et dans des sociétés diverses - reproduisent et naturalisent les hiérarchies sexuées qui caractérisent la société de la Belle époque.

  • 2 Laurent Mucchielli, La découverte du social. Naissance de la sociologie en France, Paris, La Découv (...)

3L’ouvrage d’Hélène Charron consiste en une introduction et trois chapitres, suivis d’une conclusion. Après avoir très brièvement présenté le projet scientifique d’Emile Durkheim et de l’équipe de l’Année sociologique dans le première chapitre, elle procède dans le deuxième à situer leur entreprise d’un coté par rapport à l’histoire de la pensée sociale, et de l’autre dans l’histoire de la constitution sociale du champ des sciences sociales en France. Si l’histoire intellectuelle et sociale des sciences sociales en France, comme celle de la contribution de Durkheim et ses collaborateurs à l’émergence de la sociologie, a fait l’objet de nombreuses études, dûment citées dans cette synthèse, Hélène Charron s’appuie tout particulièrement sur le travail de Laurent Mucchielli.2

4L’originalité du livre ressort dans le troisième chapitre, deux fois plus long que les autres, où l’auteure procède à l’analyse thématique du contenu de la revue, se concentrant tout particulièrement sur les comptes rendus qui comportent une si importante partie de l’entreprise de définition des durkheimiens. En vue de la « position centrale de L’Année sociologique dans le champ sociologique » de l’époque, la prendre comme objet d’étude, au lieu de reprendre l’analyse du seul travail de Durkheim ou de l’un ou plusieurs de ses proches collaborateurs, permet d’« [observer le] processus de constitution d’un nouveau savoir collectif qui dépasse largement le cercle des durkheimiens » et de « faire ressurgir les catégorisations analytiques qui émergent de l’analyse collective de la production intellectuelle de l’époque » (p. 6). Son analyse des travaux et des comptes rendus d’ouvrages traitant les femmes ou les thématiques portant sur les rapports sociaux de sexe (470 articles content des informations sur la famille, le mariage, le divorce, la criminalité, la religion, le travail… ) révèle bien qu’une vision naturalisée – bien que pas forcément ancrée dans la biologie – de ces rapports et du genre imprègne les catégories et les cadres d’interprétation proposés par les durkheimiens dans leurs propres travaux comme dans leurs appréciations des ouvrages des autres, malgré leurs prétentions à expliquer le social par le social. Cette tendance se manifeste également dans l’interprétation des données statistiques. La vision présentée dans la revue – qui parfois paraît prescriptive, peut-être révélatrice des soucis contemporains autour d’un progrès social menacé par le travail féminin et le féminisme naissant – reflète et renforce le schéma d’évolution sociale constitué et avancé par les durkheimiens, dans lequel les sociétés matrilinéaires – à ne pas confondre avec le matriarcat, mais dans lesquelles les femmes détiennent du pouvoir, non pas le pouvoir – apparaissent comme les plus primitives. Le « progrès » humain se résume dans la marche des sociétés vers une organisation patrilinéaire, puis patriarcale, incarnée par les sociétés anciennes (l’« âge d’or » pour Durkheim étant Rome) ou non occidentales où le pouvoir est solidement dans les mains des hommes. La France et les autres sociétés occidentales industrialisées, où la division du travail social est de plus en plus soutenue et le pouvoir masculin se confirme dans tous les domaines, représentent dans ce schéma le stade le plus avancé de l’activité humaine.

  • 3 Voir Anne Epstein, « Anna Lampérière, solidarité et citoyenneté féminine sous la Troisième Républiq (...)

5Ce qui aurait enrichi cette étude encore davantage est une mise en perspective comparative et transnationale plus explicite. Les sciences sociales sont en pleine évolution dans les pays occidentaux à l’époque. Comme le montrent bien les ouvrages analysés dans les pages de l’Année sociologique – une grande partie desquels sont étrangers - la tradition sociologique française n’est pas née en isolation. En témoigne aussi la création à Paris de l’Institut International de Sociologie et de la Revue internationale de sociologie par un contemporain de Durkheim, René Worms, juste avant la fondation de l’Année sociologique, ainsi que l’influence des séjours en Allemagne et de la pensée anglo-saxonne sur Durkheim, relevés par Charron. Aussi, dans d’autres pays, notamment dans les pays anglophones mais aussi dans les pays nordiques et germanophones, les femmes participent de façon plus ou moins directe et active à l’émergence des sciences sociales, particulièrement dans la mise en pratique des connaissances sociales à travers le « social work ». Même si cette dimension reste moins développée en France à l’époque, et si, à la différence des pays anglo-saxons notamment, les femmes restent formellement exclues du champ universitaire français, y compris dans les sciences sociales, elles sont relativement bien intégrées dans les institutions et forums extra-universitaires de diffusion du savoir en France – les revues, des entreprises d’enseignement para-universitaires et populaires, des sociétés savantes, et des réseaux intellectuels informels – qui conservent leur importance dans la culture intellectuelle de la période étudiée par Charron. Comme l’objet de son livre est le genre dans la pensée sociologique durkheimienne et non pas les femmes et la sociologie, il est logique qu’elle ne s’attarde pas sur la place des femmes dans les sciences sociales en France, se contentant de citer quelques études pertinentes. Toutefois, si ses collaborateurs intellectuels les plus proches sont des hommes, Durkheim œuvre pour le bien de sa société dans un milieu intellectuel mixte, entre science et politique, où les femmes comme l’educatrice solidariste Anna Lampérière, auteure d’un ouvrage recensé dans l’AS et organisatrice d’œuvres d’éducation sociale soutenu par Durkheim, jouent un rôle non négligeable. Tout ce qui rend les « angles morts » de la sociologie durkheimienne autour du genre, si bien mis en valeur par Charron, d’autant plus intéressants3.

  • 4 Martin S. Staum, « ‘Race’ and Gender in Non-Durkheimian French Sociology, 1893-1914 », Canadian Jou (...)

6L’ouvrage d’Hélène Charron constitue un apport empirique précieux à ceux qui avancent l’hypothèse d’une rupture incomplète des durkheimiens avec, d’un côté, le naturalisme de leurs prédécesseurs, et de l’autre avec leurs « concurrents » contemporaines, particulièrement flagrante en ce qui concerne les rapports sociaux de sexe. Avec d’autres études récentes comme celles de Martin Staum, qui propose une lecture instructive – bien que moins aviseé d’un point du vue féministe selon l’auteure – du genre dans la pensée sociologique non durkheimienne4, le livre de Charron ouvre de nouvelles pistes de réflexion concernant le genre, la politique et les sciences sociales au tournant du vingtième siècle en France et ailleurs.

Haut de page

Notes

1 Philippe Besnard, « Durkheim et les femmes ou le Suicide inachevé », Revue française de sociologie, vol. 14, no. 1, janvier-mars 1973, p. 27-61.

2 Laurent Mucchielli, La découverte du social. Naissance de la sociologie en France, Paris, La Découverte, 1998.

3 Voir Anne Epstein, « Anna Lampérière, solidarité et citoyenneté féminine sous la Troisième République », Genre & Histoire, 3, automne 2008. [http://genrehistoire.revues.org/index394]

4 Martin S. Staum, « ‘Race’ and Gender in Non-Durkheimian French Sociology, 1893-1914 », Canadian Journal of History/Annales canadiennes d'histoire, XLII, automne 2007, p. 183-208 ; et Nature and Nurture in French Social Sciences, 1859-1914 and Beyond, McGill-Queen’s University Press, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Epstein, « Hélène Charron, La sociologie entre nature et culture, 1896-1914. Genre et évolution sociale dans l’Année sociologique, Québec, Presses de l’Université Laval, 2011, 173 p. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1627

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page