Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters

Laura Lopez-Gancedo, Querelle des femmes et recueils de femmes illustres. Un aspect de la question de l’égalité des sexes des guerres de Religion aux Frondes, master 2 dirigé par Marie-Élisabeth Henneau, Université de Liège, 2011.

Texte intégral

1L’égalité des sexes est, pour le grand public, considérée comme une question assez récente dont les prémices remonteraient aux suffragettes. Or cette question est déjà présente, selon d’autres modalités, dès la fin du Moyen Âge. À cette époque s’ouvre, en France, la Querelle des femmes à l’occasion de la controverse du Roman de la Rose. Simultanément, la réception du De claris mulieribus de Boccace inaugure une nouvelle tradition littéraire, celle des recueils de femmes illustres.

  • 1 Elles sont principalement issues de la Bible (en particulier de l’Ancien Testament), de la mytholog (...)

2Ceux-ci ont souvent été placés en dehors du débat alors qu’ils partagent avec les œuvres de la Querelle des fonctions démonstratives et moralisantes. Cette étude croise les deux traditions littéraires en abordant un type d’argument peu examiné par les spécialistes et pourtant extrêmement fréquent, les exempla de femmes illustres1. Elle se concentre sur l’aire française, foyer particulièrement actif, depuis la fin des guerres de Religion aux Frondes. L’intérêt de cette approche est de dépasser l’aspect dichotomique de la Querelle des femmes. À travers le rapport au savoir, au pouvoir politique et guerrier et à l’héroïsme des femmes illustres ainsi qu’à leurs vertus, cette étude questionne l’identité féminine révélée par la Querelle des femmes et dégage la position des participant-e-s au débat par rapport à l’égalité des sexes. Pour ce faire, les bases de ce travail ont été établies à partir des ouvrages de Catherine Pascal, Linda Timmermans et Éliane Viennot.

3Les femmes illustres se caractérisent par leur subversion : ce sont des femmes qui se sont distinguées par leur savoir, leur gestion de l’État, des affaires militaires et leurs actes d’héroïsme. Cet aspect permet une appropriation des mêmes figures par les deux thèses du débat. Le comportement des femmes illustres sous-tend une démonstration des capacités féminines mais sert également de support à des visées morales. Cette finalité domine largement la fonction démonstrative dans les recueils de femmes illustres.

  • 2 Notre corpus de recueils contient entre autres : Vanden Bussche A., Recueil des dames illustres en (...)

4La première partie de ce travail établit que la Querelle des femmes n’est plus au xviie siècle une disputatio pro et contra, configuration traditionnellement privilégiée en raison de la réversibilité de l’argumentaire des partisans et adversaires du Sexe. Une troisième alternative apparaît qui ne place plus les hommes et les femmes en compétition mais affirme l’équivalence des sexes en matière de savoir, de vertus et d’héroïsme. C’est dans cette voie que s’engouffrent les auteurs de recueils abordés par la seconde partie. Les femmes illustres y accèdent au pouvoir politique et guerrier ainsi qu’à la connaissance. L’écriture et la publication d’œuvres féminines y semblent sanctionnées. Leur comportement exemplaire leur permet même de tutoyer l’héroïsme. Mais une question demeure : les auteurs sont-ils aussi libéraux envers leurs lectrices ?2

5Ceux-ci reconnaissent presque unanimement l’infériorité féminine comme une construction historique mais ne remettent pas pour autant en cause l’organisation anthropocentrique de la société ni la fragilité du sexe féminin. En effet, les femmes illustres portent en elles une morale, religieuse ou aristocratique, qui limite certains dithyrambes philogynes également. Dès lors, elles se caractérisent par leur exceptionnalité ; leur comportement subversif est atténué voire nié : les faits d’armes deviennent métaphoriquement un combat contre les vices, afin de rappeler l’importance de se conformer à la triade chasteté, dévotion, modestie. Le statut de la mulier domestica est donc revalorisé et réaffirmé. Toutefois, les auteurs entérinent le rôle que les femmes se sont attribué dans les cercles lettrés ; même les ecclésiastiques consentent à ce qu’elles le conservent tout en pratiquant la dévotion prescrite.

6En guise de conclusion, cette étude permet de resituer les recueils de femmes illustres dans le discours de la Querelle des femmes. Ses participants s’y expriment hors du cadre binaire de la disputatio et bien qu’ils n’envisagent que peu d’applications concrètes pour les femmes, ils leur permettent d’occuper une position revalorisée auprès des hommes au sein du mariage et, dans certaines conditions, au sein de la société.

Haut de page

Notes

1 Elles sont principalement issues de la Bible (en particulier de l’Ancien Testament), de la mythologie gréco-romaine, de l’hagiographie médiévale ou encore de l’histoire de France.

2 Notre corpus de recueils contient entre autres : Vanden Bussche A., Recueil des dames illustres en vertu, Lyon, B. Rigaud, 1581. – Dubosc J., La femme héroïque, Paris, A. Courbé et A. Sommaville, 1642. – Scudéry G., Harangues héroïques, 2 vol., Paris, A. Courbé et A. Sommaville, 1642 et 1644. – Le Moyne P., Gallerie des femmes fortes, Paris, S. Cramoisy, 1645.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Laura Lopez-Gancedo, Querelle des femmes et recueils de femmes illustres. Un aspect de la question de l’égalité des sexes des guerres de Religion aux Frondes, master 2 dirigé par Marie-Élisabeth Henneau, Université de Liège, 2011. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 24 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1608

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page