Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes : des sexualités légitimes et illégitimes à l’intérieur des espaces sociaux et géographiques parisiens (1851-1914), thèse de doctorat en histoire en co-tutelle sous la direction de Renata Ago et de Maurizio Gribaudi, EHESS et Università degli Studi di Napoli L’Orientale, 2012.

Texte intégral

1En prenant appui sur un important corpus de littérature prostitutionnelle (ouvrages généraux, médicaux, guides touristiques, etc.), sur des ouvrages romanesques, des Mémoires (dont le Journal des Goncourt) et les archives de la Préfecture de police de Paris (principalement celles du service des mœurs), cette thèse en histoire interroge les tensions et les articulations entre sexualité légitime et illégitime au sein des espaces sociaux et géographiques parisiens. Considérant à la suite de Maurice Godelier que « la sexualité est toujours autre chose qu’elle-même », cette thèse porte sur la prostitution mais cette dernière est aussi une entrée pour l'étude de l'ensemble des sexualités de cette époque. En effet, ce qui conduit à nommer prostitution certaines pratiques, c’est la transgression des règles qui structurent et définissent les formes de sexualité légitime.

2La diversité des pratiques et des discours produits dans la seconde moitié du XIXe siècle témoigne de la pluralité des images et des représentations de la prostitution qui circulaient dans l’imaginaire social. Mais la définition et la description du monde de la prostitution n’est ni moralement ni socialement neutre. Les hypothèses développées par Michel Foucault sur la sexualité dans La Volonté de savoir me semblent pouvoir s’appliquer tout particulièrement au phénomène prostitutionnel. Au XIXe siècle la prostitution est devenue un « objet de savoir », ce dont témoigne la place considérable qu’elle occupe dans la production imprimée de l’époque. Et alors que la société parisienne connaît des transformations et des restructurations profondes, cette diversité révèle également les oppositions et les affrontements entre différents groupes sociaux cherchant à asseoir leur conception de la prostitution et plus largement leur vision de la sexualité, du mariage et de la conjugalité.

3La première partie consacrée aux liens entre les formes prises par la prostitution bourgeoise, les évolutions du mariage et les transformations de la population parisienne aborde les trajectoires et les parcours possibles des prostituées et des femmes galantes, les clients du demi-monde, la sexualité estudiantine et la montée des groupes abolitionnistes. Elle se propose de démontrer que la contestation du mariage d’argent et les progrès du mariage d’amour n’influèrent que lentement sur les stratégies matrimoniales et familiales. Mais que par contraste ces phénomènes transformèrent profondément les formes prises par les sexualités illégitimes et firent évoluer les discours et les pratiques en matière d’amour vénal.

4La valorisation de l’amour hors mariage et la passion romantique tout aussi bien que les évolutions juridiques et législatives en matière de mœurs contribuèrent à spécifier la prostitution par rapport aux autres formes de sexualités illégitimes. Par ailleurs se développèrent d’autres types de relations extraconjugales comme le concubinage ou l’entretien d’une maîtresse ; relations, certes souvent précaires, qui, à la fin du siècle, n’étaient plus seulement des palliatifs du mariage (pour des personnes qui ne pouvaient pas ou plus se marier) mais des formes de relation lui faisant de plus en plus directement concurrence.

5La seconde partie se focalise sur les articulations entre évolutions de l’activité prostitutionnelle et émergence du Paris moderne à travers un travail de cartographie et d’analyse spatiale des différents lieux de l’activité prostitutionnelle (maison close, maison de rendez-vous, lieu de racolage, etc.). Le déclin des maisons closes et la mutation des formes de prostitution seraient moins liés à une évolution des désirs masculins, comme Alain Corbin l’affirmait, qu’au développement des espaces de loisir et au mouvement d’extraversion de la vie bourgeoise qui suivirent les transformations de l’espace public urbain.

6Phénomène intrinsèquement lié à la démocratisation des loisirs et de la consommation, mais qui ne peut se comprendre sans prendre en compte la très forte division sexuée de l’espace et des rôles diffusée par la morale bourgeoise. Les territoires de la vie parisienne, qui concentraient la grande majorité des établissements de divertissement, instauraient une double stratification sociale et morale qui interdisait aux femmes « honnêtes » la plupart des lieux, réglementait rigoureusement leur présence au sein des autres, tandis que prostituées et femmes vénales étaient partout. Enfin, en abordant en dernière partie le tourisme sexuel en direction de la capitale et le fonctionnement des établissements de plaisir parisiens, ce travail entend souligner l’imbrication constitutive des dynamiques sociales et urbaines dans l’élaboration des lieux et des formes prises par la prostitution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lola Gonzalez-Quijano, Filles publiques et femmes galantes : des sexualités légitimes et illégitimes à l’intérieur des espaces sociaux et géographiques parisiens (1851-1914), thèse de doctorat en histoire en co-tutelle sous la direction de Renata Ago et de Maurizio Gribaudi, EHESS et Università degli Studi di Napoli L’Orientale, 2012. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1604

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page