Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Laetitia Dion, Histoires de mariage. Une contribution à l’histoire des formes narratives à la Renaissance : le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559), thèse de doctorat en littérature française de la Renaissance sous la direction de Michèle Clément, Université Lyon 2, 2012.

Texte intégral

1Au XVIe siècle, le mariage se trouve au cœur de nombreuses controverses théologico-politiques. La discipline matrimoniale de Rome est prise dans les affrontements doctrinaux liés à la Réforme protestante. Alors qu’elle n’est pas fermement établie dans les pratiques, elle fait l’objet d’antagonismes croissants entre l’Église d’un côté et, de l’autre, la monarchie française, les grandes familles et de nombreux lettrés, pour lesquels le mariage concentre des intérêts bien différents des préoccupations spirituelles de l’Église. Ces débats et oppositions vont de pair avec un renouvellement du regard porté sur la relation conjugale par les lettrés. Le mariage connaît donc à la Renaissance de profondes mutations. Dans quelle mesure les représentations fictionnelles qui s’emparent de ce thème sont-elles marquées par ces bouleversements ? Un accent particulier est-il mis sur certaines situations et celles-ci contribuent-elles à la mise en œuvre de codes narratifs nouveaux ?

2Dans le titre de la thèse, Histoires de mariage, le pluriel condense le double sens d’history et de stories et renvoie à l’histoire de l’institution autant qu’aux histoires racontant la formation d’un lien ou la vie d’un couple marié. Nous proposons en effet de mettre en relation l’histoire du mariage avec l’histoire du genre narratif afin de montrer que le choix de la thématique matrimoniale, avec les enjeux qui lui sont associés à l’époque, joue un rôle dans les changements qui affectent la fiction narrative française en prose dans les deux premiers tiers du XVIe siècle. La thèse s’inscrit donc, en arrière-plan, dans le champ de l’histoire culturelle et, au premier plan, dans le champ de l’analyse littéraire, à travers une étude de la matière et des formes narratives. Pour comprendre comment la thématique du mariage contribue au renouvellement de la prose narrative en France dans les deux premiers tiers du XVIe siècle, nous travaillons sur un vaste corpus composé d’une douzaine de fictions narratives françaises en prose, écrites et/ou publiées entre 1515 et 1559, dont plusieurs sont peu accessibles, encore peu connues et étudiées.

3Dans un premier temps, nous présentons le contexte institutionnel, religieux, socio-politique et intellectuel dans lesquels les textes du corpus sont écrits afin de dégager les enjeux qui sont liés à la question du mariage dans les deux premiers tiers du XVIe siècle. Cette première partie s’inscrit dans le champ de l’histoire culturelle et emprunte à la fois à l’histoire du droit (canonique surtout), à l’histoire politique, à l’histoire des idées et des représentations, et, enfin, aux Gender Studies. Nous présentons les acquis historiographiques sur la question du mariage en mettant l’accent sur le XVIe siècle et ses problèmes spécifiques, et en cherchant à mettre en évidence un certain nombre de débats d’interprétation et de points critiques laissés souvent en suspens par les historiens du mariage.

4La deuxième partie propose un vaste panorama des histoires de mariage produites et/ou publiées dans les deux premiers tiers du XVIe siècle. Pour cela, les œuvres du corpus sont confrontées à un ensemble plus large de textes narratifs, français ou étrangers, contemporains ou antérieurs, qui sont traduits et/ou diffusés en France durant la période. Cette partie dresse une typologie des situations matrimoniales représentées en s’interrogeant sur leur fréquence et sur l’angle d’approche adopté pour les mettre en scène, en vue de comprendre pourquoi, entre 1515 et 1559, les textes s’attachent davantage à certains aspects du mariage et les envisagent sous un jour nouveau. Pour cela, l’enquête tient compte de l’influence de certaines traditions narratives, de l’intérêt narratif propre aux situations mises en scène et des bouleversements qui affectent l’institution matrimoniale à la Renaissance. La réflexion se situe donc à la fois sur le terrain de l’histoire littéraire, de la narratologie et de l’histoire culturelle. Cette deuxième partie met en évidence un renouvellement de la matière narrative au cours de la période 1515-1559 et fait apparaître, dans certains textes, une coïncidence entre les changements à l’œuvre dans la topique narrative et la présence de formes de narration innovantes.

5La troisième partie cherche alors à comprendre le lien entre ces évolutions thématiques et ces évolutions formelles en analysant le rôle joué par le thème du mariage dans la construction des intrigues et des personnages. L’enquête s’interroge également sur les visions du mariage élaborées par les œuvres et sur la visée morale qu’elles se donnent. Il s’avère difficile d’identifier dans chaque œuvre une pensée matrimoniale unifiée et cohérente, mais on aperçoit combien les textes peuvent jouer avec les discours et les stéréotypes sociaux pour proposer parfois des images du féminin et des relations entre les sexes différente des normes ou des idéaux en circulation dans l’espace social, voire en nette rupture.

6Grâce à une méthode à la croisée de l’histoire culturelle et littéraire, de l’analyse thématique et de la poétique narrative, nous démontrons donc que la question du mariage et les enjeux qui lui sont liés à la Renaissance constituent un ferment favorable à l’apparition de structures narratives nouvelles. Ils jouent notamment un rôle déterminant dans l’orientation des récits brefs vers le genre de l’histoire tragique et dans le développement de formes romanesques à travers lesquelles on voit s’élaborer le genre du roman sentimental. Le thème du mariage se trouve également au cœur de la réflexion sur le processus interprétatif et sur la construction du sens qui constitue un autre aspect novateur de la prose narrative du XVIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Laetitia Dion, Histoires de mariage. Une contribution à l’histoire des formes narratives à la Renaissance : le mariage dans la fiction narrative française (1515-1559), thèse de doctorat en littérature française de la Renaissance sous la direction de Michèle Clément, Université Lyon 2, 2012. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1601

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page