Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lotte Van de Pol, The Burgher and the Whore. Prostitution in Early Modern Amsterdam, Oxford, Oxford University Press, 2011, 280 p.

Clyde Plumauzille

Texte intégral

1Dans The Burgher and the Whore. Prostitution in Early Modern Amsterdam paru aux presses universitaires d’Oxford en 2011, l’historienne Lotte Van de Pol entreprend une analyse des dynamiques sociales, économiques et culturelles liées à la prostitution amstellodamoise à l’époque moderne.

2Spécialiste d’histoire des femmes dans l’Europe de la première modernité, elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sur la déviance féminine et les pratiques sexuelles des classes populaires dont notamment un travail pionnier sur les femmes travesties intitulé The Tradition of Female Transvestism in Early Modern Europe (1989). Ses objets de recherche sont à mettre en perspective avec le renouvellement de l’historiographie néerlandaise à la fin des années 1990 dynamisée notamment par les apports de la microstoria et de l’anthropologie historique. Cette « histoire vue d’en bas » s’est ainsi intéressée à des groupes sociaux qui comme les femmes et les marginaux étaient jusque-là absents du discours historique. L’étude de la prostitution, transgression sexuelle alors définie comme spécifiquement féminine, offre ainsi la possibilité à l’auteure d’opérer un tel renversement et de corriger les silences de l’Histoire. Mais l’ouvrage de Lotte Van de Pol va plus loin encore dans son questionnement de la marge. Si cet ouvrage s’attache à reconstituer le monde de la prostitution dans la métropole néerlandaise de la seconde moitié du XVIe siècle aux dernières décennies du XVIIIe siècle, c’est pour mieux démontrer la centralité de cette sexualité monnayée (telle qu’elle est définie par l’auteure, p. 4) dans le tissu urbain d’une grande métropole européenne à l’époque moderne.

3Amsterdam, métropole portuaire qui connaît alors un véritable âge d’or, est également une des grandes capitales de la prostitution à l’époque moderne. Lotte Van de Pol fait de cet envers du décor son terrain d’investigation. Grâce à un travail d’archives minutieux mêlant étude statistique et analyse qualitative, l’auteure est en mesure de fournir de nombreuses informations sur l’objet de son enquête et l’ensemble des 7 chapitres dresse un portrait exhaustif du paysage prostitutionnel amstellodamois : son espace, sa population et sa culture. Ce travail descriptif s’appuie sur une contextualisation fine des mécanismes de contrôle de la prostitution de l’Altération de 1578 – où la ville d’Amsterdam se convertit au protestantisme et rejoint la révolte des Pays-Bas contre la couronne espagnole catholique – à la veille de l’invasion française au premier XIXe siècle. Cette période marque un changement significatif dans le traitement de la prostitution – jusqu’alors tolérée – et l’avènement d’une politique répressive portée par les autorités municipales de la ville et l’Église réformée (chapitres 4 et 5), soucieuses du contrôle social et sexuel de la population.

4Privilégiant l’approche classique de l’histoire sociale dans la filiation revendiquée des travaux de l’historienne Olwen Hufton (p. 17), Lotte Van de Pol entend reconstituer les pratiques sociales qui caractérisent la sexualité vénale. Elle mobilise ainsi les registres de la justice criminelle de la ville pour la quantité et la qualité des renseignements qu’ils produisent à l’occasion des procès pour prostitution. Au sein des archives judiciaires mobilisées, le « livre des confessions » contenant l’intégralité des interrogatoires des prisonniers occupe une place centrale dans la démonstration de Lotte Van de Pol qui a mené une étude systématique de 8099 procès pour prostitution de février 1650 à février 1750. Elle dresse alors une biographie collective des différents acteurs de la sexualité vénale (chapitres 1, 5, 6) – prostituées, souteneurs, clients, partenaires commerciaux (logeurs, restaurateurs, etc.) et agents de la répression. Le tout est entrecoupé de multiples récits de vie permettant de restituer la pluralité des expériences liées à la prostitution, les univers sociaux et les pratiques de consommation qui l’articulent.

5La richesse de ces sources judiciaires lui permet également d’élaborer dans son premier chapitre une topographie minutieuse des bordels et maisons de musiques les accueillant le long des rues Warmoesstraat, Zeedjik, Jonkerstraat et Ridderstraat qui constituent encore aujourd’hui les principaux axes du quartier rouge. À la croisée d’une étude des dynamiques sociales et spatiales du quartier portuaire du centre-ville, Lotte Van de Pol étudie les relations entre prostituées, riverains et policiers (chapitre 2 et 5). La place de l’honneur dans les rapports sociaux, économiques et sexuels joue alors un rôle essentiel dans le rapport qu’entretient la population à la prostitution. Celle-ci est considérée comme un comportement déshonorant la sacralité du mariage, l’honneur du bourgeois qui s’y adonne et la vertu des femmes qui l’exercent. La dénonciation et la criminalisation de la prostitution offrent alors à la communauté amstellodamoise un support de distinction et de redéfinition identitaire à travers le prisme de l’honneur sexuel et la promotion d’une ségrégation spatiale et sociale à l’encontre des lieux de mixité et de promiscuité populaires.

6A cet égard, Lotte Van de Pol s’efforce également de reconstruire la pluralité des discours sur la prostitution et en particulier ceux de la littérature de voyage et de divertissement ou encore de l’iconographie. Elle réserve une place singulière à l’ouvrage anonyme Het Amsterdamsch Hoerdom paru en 1681 (Le Putanisme d’Amsterdam pour sa traduction en français la même année) qui livre à la faveur d’une « descente aux enfers » d’un bourgeois de Rotterdam dans les bordels et maisons de musique de la ville, une étude quasi sociologique des mœurs des prostituées d’Amsterdam, entre fiction et réalité. L’ouvrage qui n’est pas sans rappeler les écrits ultérieurs de Rétif sur les filles du Palais-Royal, se conclut par le réveil du protagoniste qui se déclare alors complètement guéri de toutes tentations. Cette source est significative du traitement ambivalent de la prostitution dans la sphère médiatique des Lumières. Son caractère transgressif y est à la fois valorisé et dénigré, faisant de la prostituée un objet littéraire fascinant, mais stigmatisé.

7Un des aspects les plus novateurs de cette étude réside dans son étude de l’économie de la prostitution à l’époque moderne (chapitres 6 et 7). Celle-ci est considérée comme partie intégrante du fonctionnement d’Amsterdam assurant la subsistance d’une part importante des classes populaires – féminines comme masculines – et participant du dynamisme économique de la ville et de ses lieux de loisirs et de consommation. Pour les femmes en situation de précarité – célibataire, immigrée ou épouse de marin – elle offre la possibilité d’une autonomie économique sur le marché du travail, assurant un revenu égal au salaire d’un ouvrier qualifié. Pour les hommes, la gestion d’un bordel ou le soutien d’une ou plusieurs prostituées constitue une réelle opportunité économique, souvent saisie par l’importante population des marins en rupture de contrat. Enfin, pour la ville d’Amsterdam, la prostitution constitue un véritable atout ‘touristique’ – on visite même la Spinhuis, maison de correction où été enfermée de nombreuses prostituées – et un agent économique essentiel dans le flux des circulations des richesses : aller voir les filles est une activité partagée par toutes les couches sociales et implique de nombreuses dépenses associées comme la fréquentation des maisons de musique et des bals et la restauration.

8Traduction anglaise d’un travail de thèse paru en 1996, cette édition rend accessible à tous les chantiers entrepris par l’histoire des femmes aux Pays Bas. Il est difficile de ne pas comparer cette étude à celle d’Erica-Marie Benabou sur la prostitution et la police des mœurs à Paris au XVIIIe siècle (1987), en ce qu’elles offrent chacune un panorama complet du monde de la prostitution – appréhendée comme un fait social total – inscrit dans leur environnement urbain respectif. Il en résulte une approche micro-historique descriptive qui témoigne d’une économie de la preuve scrupuleuse, mais pouvant parfois atténuer la force problématique de la démonstration. Cependant, l’attention portée aux cultures des prostituées, à leur vie quotidienne, leurs stratégies de survie permet de saisir la prostitution dans le continuum de l’économie des expédients des sociétés préindustrielles. L’ouvrage de Lotte Van de Pol fait ainsi émerger les prostituées comme des sujets historiques à part entière. Une révision de la bibliographie de l’ouvrage, particulièrement marquée par l’historiographie des années 1980 et 1990, aurait permis d’incorporer à la problématique, les renouvellements des cadres de références théoriques féministes sur les groupes subalternes, notamment les problématiques liées à la puissance d’agir des individus (agency) ou encore celles touchant à l’intersectionnalité des rapports sociaux pour appréhender la complexité des frontières invisibles de ce monde social.

  • 1 Pour une histoire sociale de la prostitution dans l’Europe moderne, on peut citer les ouvrages de E (...)
  • 2 A cet égard, le constat de l’éditorial du numéro spécial ProstiuéE de la revue Clio affirmant que l (...)

9Ces quelques remarques n’ôtent rien à la valeur de cet ouvrage et Lotte Van de Pol apporte une contribution essentielle à l’historiographie de la prostitution1, qui, à l’exception d’une bibliographie importante pour la période contemporaine, reste encore le parent pauvre de l’histoire des femmes et du genre2.

Haut de page

Notes

1 Pour une histoire sociale de la prostitution dans l’Europe moderne, on peut citer les ouvrages de Erica-Marie Benabou, La Prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 1987, 547 p. ; Beate Schuster, Die freien Frauen : Dirnen und Frauenhäuser im 15. und 16. Jahrhundert, Frankfurt am Main, Campus Verl., 1995, 511 p. ; Tony Henderson, Disorderly women in eighteenth-century London : prostitution and control in the metropolis, 1730-1830,  London, New York, Longman, 1999, 226 p., et plus récemment Tessa Storey, Carnal commerce in Counter-Reformation Rome, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, XVI-269 p.

2 A cet égard, le constat de l’éditorial du numéro spécial ProstiuéE de la revue Clio affirmant que la « prostitution n’apparaît pas comme un thème important de l’histoire des femmes », reste d’actualité. Christine Bard et Christelle Taraud, « Éditorial », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 17, 2003, p. 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clyde Plumauzille, « Lotte Van de Pol, The Burgher and the Whore. Prostitution in Early Modern Amsterdam, Oxford, Oxford University Press, 2011, 280 p. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1589

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page