Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Femmes en guerres, numéro spécial de Sextant. Revue du groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes et le genre, coordonné par Sophie Milquet et Madeleine Frédéric, Editions de l’Université de Bruxelles, n° 28, 2011, 118 p.

Elodie Jauneau

Texte intégral

1Dans ce numéro de la revue Sextant, Sophie Milquet et Madeleine Frédéric nous invitent à une relecture du fait guerrier sous le prisme du genre (p. 7). Parce que l’expérience féminine de la guerre est souvent dévalorisée, marginalisée ou simplement ignorée, elle ne constitue que trop rarement un sujet d’étude. En choisissant pour titre Femmes en guerres, la revue entend insister sur le caractère pluriel et la multiplicité des expériences féminines et des expériences de guerre. Pour autant, si ce numéro de Sextant a le mérite de croiser les disciplines (histoire et civilisation, linguistique, littérature) autour des femmes, du genre et de la guerre, on peut néanmoins regretter que la plupart des contributions soit focalisée sur la guerre d’Espagne, réduisant ainsi quelque peu le caractère pluriel de la guerre. Mais il ne perd en rien sa qualité scientifique puisqu’il rassemble des travaux novateurs, contribuant par là même au renouveau historiographique défendu par Sophie Milquet. Huit contributions proposent ainsi de revenir sur ces questions.

2Luc Capdevila revient sur le fait guerrier aux XIXe et XXème siècles. Celui-ci entraîne un déséquilibre de genre ayant des conséquences sur la construction identitaire : « le rapprochement des conditions de sexe et des imaginaires dans la société, dont la féminisation de l’armée constitue un jalon symbolique et politique important, est induit par des changement identitaires profonds » (p. 25).

3Maud Joly concentre son analyse sur l’expérience non combattante en abordant les questions de « corporéité » et de « culture de la violence ». Elle analyse les différentes facettes de la violence : les violences sexuées, la « violence spectacle » et le corps violenté de l’ennemie. Elle en arrive à la conclusion que la guerre d’Espagne, bien que civile, devient par le prisme du genre « une guerre totale » (p. 35). Sa contribution s’inscrit ainsi dans la continuité des travaux de Stéphane Audoin-Rouzeau sur « la physicalité du fait guerrier comme celle de l’expérience non combattante de la guerre » (p. 37).

4Sophie Milquet quant à elle, part de l’hypothèse que l’expérience de guerre est « genrée » et qu’elle entraîne des formes spécifiques d’expérience. Elle appuie son propos sur deux romans d’Augustin Gomez-Arcos, Maria Republica (1976) et Un oiseau brûlé vif (1984). Elle démontre que l’auteur évoque une expérience féminine de la guerre tout en déconstruisant « le seul discours autorisé pendant longtemps » (p. 51). En caricaturant les femmes ralliées au franquisme, Augustin Gomez-Arcos contredit ainsi « l’image idéalisée de la femme comme être pur et dévoué, presque asexué ». En ce qui concerne les républicaines, les romans ont au contraire pris le parti de dénoncer « les violences dont elles ont été victimes tout en réinscrivant leur expérience de la guerre dans ce qu’elle a de plus intime, le corps » (p. 51).

5Dolores Martín Moruno a choisi un tout autre angle d’approche, celui de l’hygiène sexuelle durant la guerre civile sous le regard féminin. Ainsi son analyse porte sur le projet sanitaire élaboré par le Ministère de la Santé et de l’Assistance Sociale du gouvernement de la IIème République, projet ayant entre autre pour but de « faire connaître aux femmes leur propre corps » (p. 56) par le biais de la vulgarisation des connaissances de base de l’hygiène et de la sexualité. Et c’est quand la guerre civile éclate que les Républicaines saisissent l’occasion de « livrer leur propre bataille contre les discriminations sexuelles ». On pourra regretter cependant que la démonstration de Dolores Martín Moruno s’attarde assez longuement sur l’histoire du militantisme féminin espagnol avant d’aborder le cœur de sa problématique.

6Beatriz Calvo Martín a choisi d’étudier les récits de guerre féminins depuis 1975 (mort de Franco) jusqu’à nos jours. Elle rappelle que les républicaines étaient présentes dans toutes les sphères d’actions du camp républicain (p. 69) en jouant un rôle fondamental au front (milicianas), dans le maquis (guerrilleras), etc. L’auteure souligne que c’est l’arrivée au pouvoir du Partido Popular en 1996 qui amorce la plus importante vague de publications autobiographiques. Elle relève deux ouvrages particulièrement importants pour la mémoire féminine du franquisme : ceux de Tomasa Cuevas et Juana Doña. Le premier rassemble des témoignages de femmes emprisonnés sous Franco : Testimonios de mujeres en las cárceles franquistas (1982). Le second est le « témoignage sous forme de roman autobiographique » (p. 72), d’une militante communiste, dernière condamnée à mort du franquisme en 1947, dont la peine a été commuée en trente ans de prison. Beatriz Calvo Martín conclut sa contribution sur la « postmémoire » féminine entre 1996 et 2010. Elle analyse comment cette postmémoire, définie par Enzo Traverso comme la « mémoire collective reçue » (p. 75), s’est construite à travers les générations suivantes. Les deux ouvrages qu’elle a choisis s’inscrivent dans le « mouvement global de prise de conscience des femmes, intensifié depuis les années 1970 » (p. 82). Ainsi, entre témoignages, autobiographies ou recueils, la transmission mémorielle d’une expérience de guerre féminine est rendue possible et d’autant plus essentielle qu’elle participe de la construction identitaire complète « tant individuelle que collective » (p. 83).

7Allison Taillot a choisi de redécouvrir une figure méconnue, Maria Lejárraga, attachée commerciale de la République espagnole à Berne, pendant toute la durée du conflit. Comme Luc Capdevila, elle souligne l’importance de s’arrêter sur les expériences et les parcours individuels qui constituent un « observatoire privilégié » pour saisir « les dynamiques identitaires » (p. 9). En s’attardant sur ce parcours, Allison Taillot met en évidence une contradiction : la publication précoce des mémoires de guerre de plusieurs femmes contribue certes à populariser leur cause, mais ne leur permet pas « d’échapper à l’oubli » (p. 95). La fin de la guerre et la construction de la mémoire républicaine s’accompagnent également d’une remise en ordre des valeurs de genre traditionnelles en replaçant les femmes « à leur place » de subalternes ou d’actrices secondaires de la guerre.

8Toujours à propos des écrits autobiographiques, Michèle Touret étudie un roman de Louis Guilloux, O.K., Joe (1976), en se basant sur les thèses de Claude Romano (L’événement et le monde, Paris, PUF, 1998 et L’événement et le temps, Paris, PUF, 1999) pour analyser les modalités selon lesquelles Louis Guilloux relate les événements dont il a été le témoin. Ce roman porte sur quelques « épisodes d’une justice expéditive menée par des hommes pourtant le plus souvent de bonne volonté, et idéalistes » (p. 97). Il traite essentiellement des relations entre l’armée américaine et la population libérée. Interprète, il accompagne les officiers américains chargés d’instruire les procès en cour martiale. Michèle Touret parvient à démontrer comment O.K., Joe est avant tout « un témoignage des vainqueurs à l’égard des habitants du pays libéré et de ses propres soldats » (p. 102). Et elle revient sur un épisode particulièrement méconnu et souvent tabou de la Libération : celui des exactions commises par l’armée héroïque des libérateurs américains. Mais il s’agit en fait d’un tabou pluriel. Non seulement il est question de viols commis sur des Françaises, mais la figure des coupables fait également l’objet d’une analyse. Ceux-ci sont en effet tous afro-américains et dépourvus du droit de parole au tribunal, ce qui amène l’auteure à replacer les faits dans le cadre de la politique ségrégationniste de l’armée américaine et de ses tribunaux. Les victimes sont ainsi mises en scène pendant les procès : les Françaises victimes de viols d’un côté et les soldats noirs, coupables de viols mais victimes de ségrégation de l’autre.

9Pour finir, Justine Feyereisen conclut ce numéro de Sextant en revenant sur les interconnections entre genre et guerre, deux concepts qui sont au cœur de l’ouvrage Sexes, genre et guerres (France, 1914-1945) de Luc Capdevila, François Rouquet, Danièle Voldman et Fabrice Virgili (Payot, 2010). Elle aborde ainsi les bouleversements des identités de genre liés au contexte de guerre en revenant sur les articulations entre sphères publique et privée par l’analyse des liens de cause à effet entre guerre et émancipation des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Jauneau, « Femmes en guerres, numéro spécial de Sextant. Revue du groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes et le genre, coordonné par Sophie Milquet et Madeleine Frédéric, Editions de l’Université de Bruxelles, n° 28, 2011, 118 p. », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1586

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page