Navigation – Plan du site
Articles

Mémoire et images du travail dans les parfumeries grassoises (1900-1950) : les clichés du genre

Coline Zellal

Résumés

La parfumerie grassoise, dans la première moitié du XXe siècle, doit composer avec l’introduction de nouvelles techniques et de nouveaux modes de production, tout en conservant son image de marque appuyée sur l’idée d’une fabrication traditionnelle. A partir d’un travail sur la sexuation des tâches au sein de la filière de production, depuis la cueillette des fleurs jusqu’au conditionnement, on voit les entreprises se mettre en scène, à travers films, photographies d’usine et cartes postales. Une ligne de genre fluctuante se dessine à l’échelle des ateliers, des entreprises, et de l’ensemble du secteur. Sont alors au centre de l’étude, les interactions entre images, représentations sociales qui conditionnent leur production, et mémoire collective reconstruite a posteriori par les acteurs de la parfumerie. Dans l’écart entre les sources orales, les sources écrites et l’iconographie, on peut alors dresser le portrait de la parfumerie grassoise et de l’impact du genre sur la construction de son histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louis Labaune, Entre le champ de fleurs et le laboratoire, que sera la parfumerie de demain ?, Pari (...)
  • 2 Paul Rasse, La Cité aromatique. Pour le travail des matières odorantes à Grasse, Nice, Les Éditions (...)
  • 3 Coline Zellal, À l’ombre des usines en fleurs : genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900 (...)

1L’usine fleurie, les montagnes de fleurs devant les portes des ateliers, les effluves de la rose et du jasmin qui embaument toute la ville à l’heure des livraisons, sont autant d’images qui parcourent la mémoire de la ville de Grasse et de ses habitants. Ancien-ne-s ouvrier-e-s, patrons d’usines et chercheur-euse-s les acceptent unanimement : dans un recueil d’articles dirigé par Louis Labaune, l’industriel Bertrand Frères déclare : « Grasse possédait autrefois le privilège d’être le seul coin du monde à cultiver des fleurs, et pouvait alors inspirer à François de Croisset cette description si exacte : "seule ville du monde où le mot usine soit poétique" »1; et pour Paul Rasse, les industries grassoises « soulèvent des bribes de souvenirs, réveillent des images anciennes où l’on voit des jeunes filles souriantes pour la récolte du jasmin ; des femmes s’affairant à l’enfleurage dans les caves sombres, des ouvriers conduisant la distillation d’alambics de cuivre rouge et les fameux nez, les parfumeurs créateurs trônant derrière leurs orgues à parfum »2. Cette poétisation constante qui vient déterminer les souvenirs de la ville et de son patrimoine industriel n’est pas sans conséquence sur l’histoire des métiers de la parfumerie : les acteurs de l’industrie sont eux aussi décrits à travers le prisme déformant de la mémoire. L’étude de la filière de production, depuis la préparation des champs jusqu’au conditionnement en usine3, révèle un certain nombre de contradictions entre les sources. De la source écrite à l’image, du témoignage au film d’entreprise, apparaît une marge d’incertitude qui invite à questionner le champ des représentations et la notion de souvenir.

  • 4 Jean-Luc Mayaud, Gens de la terre, La France rurale 1880-1940, Paris, Éditions du Chêne, 2003, 312 (...)
  • 5 Ibid., p. 9.
  • 6 Archives départementales des Alpes-Maritimes (ADAM), 09 AV 0020.
  • 7 Éliane Perrin, L’âge d’or de la parfumerie à Grasse, d’après les archives Chiris (1768-1967), Aix-e (...)
  • 8 Joseph Farnarier, Contribution à la connaissance de la ville de Grasse, tome 3 « La parfumerie », G (...)

2Les images de la parfumerie ne sont pas que des illustrations : « elles ne peuvent être livrées telles quelles, abandonnées au seul plaisir de la contemplation : elles sont aussi documents d’histoire et, comme tels, comportent une part de vérité qu’il convient de prendre le temps de mettre au jour »4. L’histoire, qui a longtemps mis de côté le document photographique au profit de la trace écrite, a depuis peu renoué avec lui : l’image n’est plus un simple document annexe, qui « flatte l’œil », mais partie prenante de la construction du propos de l’historien5. Films et photographies deviennent autant d’indices qui permettent de recomposer, certes partiellement, un tableau palpable du monde du travail dans le secteur de la parfumerie. Plusieurs fonds photographiques ont été utilisés dans cette perspective. Celui du Musée International de la Parfumerie à Grasse, riche en clichés d’entreprises ; puis celui des archives départementales des Alpes-Maritimes, davantage tourné vers les travaux agricoles et la figure de la cueilleuse. Un film des Établissements Chiris, présentant l’ensemble de la filière de production, a aussi été utilisé6. L’apparente homogénéité du corpus iconographique doit cependant être nuancée : de la carte postale à la photographie d’entreprise, les discours et les intentions changent ; aussi les documents mobilisés sont-ils de nature diverse et permettent, en croisant les points de vue, d’échapper au piège d’un témoignage unilatéral. Par ailleurs, les images doivent être sans cesse recontextualisées, une par une, car l’industrie du parfum à Grasse est un secteur hétérogène. Les entreprises peuvent employer entre une dizaine et près de 300 salarié-e-s7 et les situations de travail varient considérablement d’un type de contrat à l’autre. L’emploi saisonnier est ainsi caractéristique du travail en parfumerie. Les embauches saisonnières sont massives pendant les récoltes de la rose et du jasmin et, à la fin du XIXe siècle, les récoltes florales occupent 6000 à 7000 personnes, lorsque l’on compte 3500 individus qui se consacrent au travail d’usine8. Les images doivent ainsi être mises en miroir avec la diversité des situations au travail que l’on retrouve à l’échelle de toute la filière de production.

  • 9 Alain Dewerpe, « Miroirs d'usines : photographies industrielles et organisation du travail à l'Ansa (...)

3C’est à un double niveau que l’étude a été menée : dans l’analyse iconographique, la description des métiers et des ateliers a permis de dresser un premier portrait genré de l’industrie de la parfumerie. En parallèle, l’étude des conditions de production de l’image, de ses mises en scène, a été toute aussi riche d’informations. Les travaux d’Alain Dewerpe ont constitué un appui majeur : les fonds iconographiques étudiés sont autant « d’images manifestes » où les représentations du travail ne sont ni spontanées, ni interprétables directement. L’analyse des structures générales du code photographique est un détour indispensable. Entre 1910 et 1920, les industriels grassois participent à la mise en place d’une politique publicitaire qui se développe à l’échelle nationale – en témoigne l’institutionnalisation du cabinet photographique et de son personnel spécialisé – utilisant l’image comme vecteur d’une stratégie à la fois culturelle et commerciale. La production de l’image photographique, en voulant montrer des représentations homogènes d’une entreprise, en inventorie certes les métiers et les techniques ; mais elle est aussi une autocélébration et ne représente que ce qui est considéré comme l’essentiel. « Rejeté, censuré, aboli, le travail réel est transfiguré par les réseaux des usages multiples mais homogènes que la firme affecte aux représentations de l’usine »9. Les intentions de la photographie, analysée en fonction de sa nature, ont permis de dessiner les contours des notions de féminin et de masculin telles qu’on les définit dans la première moitié du XXe siècle à l’échelle d’une industrie locale. Les codifications genrées et les assignations socio-professionnelles, les figures soi-disant « naturelles » qu’elles mettent en jeu – comme celle de la « mère » ou plus largement de « la femme » – sont autant de thèmes qui sous-tendent l’étude du corpus iconographique. L’enjeu est autant social que culturel : dans ses contradictions, le portrait de la parfumerie grassoise tiré du fond photographique est significatif des rapports de genre qui règnent dans bien des mondes du travail.

  • 10 Coline Zellal, mémoire cité.
  • 11 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-6 (...)
  • 12 Michelle Zancarini-Fournel, Mathilde Dubesset, Parcours de femmes. Réalité et représentations, Sain (...)

4L’impact des représentations sociales sur la production d’images appelait en retour l’étude de la place des images dans la construction d’une mémoire collective de la parfumerie. Les sources orales ont donc constitué un autre matériau pour ce travail. À partir d’entretiens menés avec des ancien-ne-s ouvrier-e-s et cueilleuses de la parfumerie10, il a fallu mesurer le poids des représentations imagées dans la restitution a posteriori des souvenirs. Des notions comme celle de « l’illusion biographique »11 ont conduit à s’interroger sur le « socialement correct » et les cadres conceptuels fournis par l’histoire du travail ont posé des problèmes spécifiques : pour Michelle Zancarini-Fournel et Mathilde Dubesset, les sources orales révèlent « une sorte de mémoire commune qui fige hommes et femmes dans des territoires bien délimités : aux hommes, la maîtrise d’une technique, synonyme d’initiative, d’invention ; aux femmes, la fonction nourricière, supposée passive, de l’approvisionnement et de la surveillance du métier »12. Malgré tout, la dichotomie s’infléchit sous la présence de quelques indices significatifs : derrière l’unité que les représentations donnent à voir des travaux féminins, c’est une multitude de fonctions et de postes que les discours et l’iconographie traduisent.

  • 13 Laura Downs, « « Boys will be men and girls will be boys » : division sexuelle et travail dans la m (...)

5Certains thèmes ont dû être laissés de côté. Mais l’étude des images de la parfumerie invite tout de même à revenir sur plusieurs problèmes importants pour les gender studies. La mise en lumière d’un ensemble de critères et d’attributions sexuées mobilisées dans les espaces de travail, puis dans les photographies, a permis de cerner une véritable ligne de genre, autour de laquelle s’organise la distribution concrète et symbolique des tâches à l’échelle des ateliers, de l’entreprise et de l’ensemble du secteur industriel. S’impose alors, comme un des enjeux de cette distribution, la question des contraintes au travail, autour des notions de répétitivité, d’isolement et d’efforts physiques. De même, l’impact de la rationalisation, les rapports de genre, les hiérarchies et les statuts au travail13 ont été appréciés à travers leur mise en scène photographique. Les images ont alors pu être détournées de leur usage premier et redistribuées, dans la présentation, en fonction de certains détails ou de ce que nous apprend leur arrière-plan. À l’aide d’un corpus de sources signifiantes mais souvent délaissées, il s’agissait donc d’étudier l’influence des représentations sociales et culturelles du féminin et du masculin sur la production des images du travail et de tâcher de mesurer, en retour, l’impact de ces mêmes images sur la construction d’une mémoire collective. Après retour sur les visées explicites de l’image et sur les intentions de ses initiateurs seront étudiés les codes sociaux et les représentations qui président, plus ou moins consciemment, à la production des images. Puis on examinera ce que la mémoire collective, nourrie par ces témoignages imagés ou oraux, met en avant et laisse de côté.

I. Les intentions de l’image : la parfumerie grassoise, entre tradition et modernité

  • 14 Alain Dewerpe, art. cit.
  • 15 Jean-Luc Mayaud, op. cit., p. 11.
  • 16 Ibid., p. 11.

6L’image est avant tout vectrice d’un message, pensé par un commanditaire et produit par le photographe ou le cinéaste ; les intentions du premier et l’action du second composent un code de lecture spécifique : le « code généralisé » d’Alain Dewerpe14, celui des rhétoriques du travail. Que le document étudié soit un film, une photographie d’entreprise ou une carte postale, les préoccupations de ces deux types d’acteurs doivent être prises en compte15. Au tournant du siècle, c’est souvent la notion de « progrès » et son pendant, celle de « tradition », qui sont mises en scène par les commanditaires : l’équilibre que Jean-Luc Mayaud décrit entre une technique admirée et vantée et l’idéologie de la « tradition éternelle »16 se retrouve alors dans l’étude d’un secteur à mi-chemin entre agriculture et industrie, aux premiers temps de la rationalisation.

1. La tradition, gage de qualité

7L’industrie de la parfumerie grassoise dispose d’un puissant ancrage dans le monde agricole : dans la première moitié du XXe siècle, les travaux de cueillette se font encore pour l’essentiel à Grasse et dans les villages alentours, même si les grandes maisons mettent en place les bases d’un commerce de matières premières à l’échelle mondiale. La présentation du pays, des terres et des champs, occupe alors une grande partie du corpus : les chefs d’entreprise se déplacent régulièrement sur leurs champs et s’y font photographier, et le paysage joue bien souvent le premier rôle dans l’iconographie de la cueillette.

  • 17 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France 04_01599.

La cueillette de la lavande, années 193017

La cueillette de la lavande, années 193017
  • 18 ADAM, 02FI 00994.

La cueillette du jasmin, carte postale, 190818

La cueillette du jasmin, carte postale, 190818
  • 19 ADAM, 09AV 0020.
  • 20 Yvonne Zimmermann, « Les films d’entreprise de Maggi : image d’entreprise et identité nationale », (...)

8Derrière la masse des cueilleur-euse-s, ce sont finalement la vieille ville ou les montagnes de l’arrière-pays qui s’imposent comme sujet. Le film des archives Chiris n’est pas en reste : la première minute est tout entière consacrée à la présentation de la région de Grasse, « one of the beautiful towns of the Provence region »19. Un plan panoramique balaye un champ de roses où s’activent les cueilleuses, avant de s’arrêter sur une banderole artificiellement plantée au milieu des plants sur laquelle on peut lire l’inscription « Domaine Antoine Chiris ». La valorisation du pays et de la notion de propriété, qu’Yvonne Zimmermann décrit comme un des thèmes favoris des images d’entreprise, permet un resserrement des liens entre agriculture et industrie, entre tradition et innovation20 : ainsi, même la revue Parfums de France, qui s’adresse dans les années 1930 aux professionnels de l’industrie olfactive et recense avec précision les avancées techniques effectuées dans les domaines de la chimie et de l’outillage, ne manque pas de proposer des images de cueilleuses similaires à celles que l’on retrouve sur les cartes postales, revendiquant elle aussi les techniques les plus traditionnelles de la parfumerie :

  • 21 Parfums de France, n° 121, mars 1933, droits réservés.

Cueillette de jonquilles, Parfums de France, 193321.

Cueillette de jonquilles, Parfums de France, 193321.
  • 22 Jean-Luc Mayaud, op.cit.
  • 23 Entretien de l’auteure avec Angèle P., le 17/02/2011, Saint-Cézaire sur Siagne (Alpes-Maritimes).
  • 24 Valérie Bia, Éliane Richard (dir.), La cueillette des fleurs dans la région de Grasse de 1900 à nos (...)

9Les enjeux de la mécanisation des cultures22 n’apparaissent nulle part dans l’iconographie de la cueillette. Les fleurs sont fragiles et la cueillette ne peut être que manuelle : « doucement, doucement, doucement, il ne faut pas serrer ! »23. Si en vérité, les types de mise en culture sont nombreux, depuis les coopératives jusqu’aux petites propriétés familiales, en passant par les immenses domaines appartenant aux entreprises de parfumerie24, l’iconographie de la cueillette et des travaux des champs fait preuve d’une unité et d’une cohérence particulièrement fortes, dans son esthétique comme dans l’idéal qu’elle véhicule.

2. L’idéal de modernité : l’influence diffuse de l’organisation scientifique du travail

  • 25 Alain Dewerpe, Le monde du Travail en France, 1800-1950, Paris, Armand Colin, 1989, 189 p. ; Franço (...)
  • 26 Alain Dewerpe, op. cit., p. 6-7.
  • 27 Paul Rasse, op. cit.
  • 28 Elisabeth De Feydeau, op. cit., p. 410 et suivantes.
  • 29 ADAM, 09AV0020, 03’21.
  • 30 Au sein de l’extracteur, la fleur est l’objet de lavages successifs, jusqu’à ce que les solvants ch (...)
  • 31 Enfleurage : technique qui extrait les odeurs grâce aux propriétés absorbantes de graisses, étalées (...)

10Si elle s’enracine dans les activités de mise en culture et de cueillette, la parfumerie fait néanmoins partie du secteur secondaire et participe, dans la première moitié du XXe siècle, aux grandes évolutions techniques et idéologiques qui contribuent à modeler l’industrie française25. Le tissu des PME grassoises qui composent le secteur de l’industrie olfactive se situe, dans ses architectures et son organisation, à mi-chemin entre ce qu’Alain Dewerpe appelle la fabrique, « la petite production artisanale urbaine dont la logique est celle du savoir-faire pratique et des autonomies qui la caractérisent » et « un troisième mode de régulation : celui de l’usine, de la force de travail prolétarisée » directement frappé par les transformations du travail et la rationalisation26. Si Paul Rasse pose l’impossible application de ces principes au monde de la parfumerie27, Élisabeth de Feydeau insiste sur les progrès du machinisme et de l’organisation scientifique du travail dans ce secteur28. L’étude de l’iconographie montre en effet que si les grands principes du fordisme ne président pas véritablement à l’organisation de la production dans les usines, plusieurs éléments attestent néanmoins d’une volonté de rationaliser le travail. Les espaces fonctionnels sont ainsi systématiquement mis en valeur, comme dans le film des établissements Chiris qui s’attarde plusieurs secondes sur la grande allée centrale29 autour de laquelle sont regroupés différents espaces de travail – à gauche, les extracteurs30, à droite, des espaces laissés libres pour déposer les livraisons de fleurs faites dans la matinée. Les activités les plus traditionnelles, comme l’enfleurage31, sont organisées sur le modèle de la taylorisation. Dans des ateliers sombres – pour ne pas altérer les propriétés de la graisse – les tâches sont enchaînées le plus logiquement possible : les premières ouvrières apportent les pétales, les suivantes travaillent sur les châssis qui circulent d’une table à l’autre. Successivement, les ouvrières enduisent les châssis de graisse, les recouvrent de pétales, puis ôtent ces derniers du bout des doigts pour ne pas salir la pâte désormais parfumée.

  • 32 ADAM, 10FI1416.

Enfleurage, début du XXe siècle32

Enfleurage, début du XXe siècle32
  • 33 Parfums de France, octobre 1925, n°32, p. 329, droits réservés.

Coin d’une table d’enfleurage, Parfums de France, 192533

Coin d’une table d’enfleurage, Parfums de France, 192533

11Ces dynamiques sont particulièrement lisibles dans les photographies de la revue scientifique La Parfumerie Moderne. Un article sur l’amélioration du procédé d’enfleurage -qui ne sera jamais véritablement mis en pratique, l’usage de cette technique déclinant sur la période au profit de l’extraction et de la parfumerie de synthèse – témoigne ainsi de la volonté des industriels d’appliquer à la parfumerie grassoise des principes rationnels d’amélioration des rendements et d’optimisation des conditions de production. La « machine à défleurer » est l’occasion de produire plus, plus vite :

  • 34 Cité dans Elisabeth de Feydeau, op. cit., annexe 18, La parfumerie Moderne, « Fabrication nouvelle (...)

« Des soins que l’on apporte dans la fabrication des pommades aux fleurs et des frais de main-d’œuvre dont elles sont grevées dépendent et leur qualité et leur prix de revient. De tout temps, on a cherché à perfectionner la préparation des pommades sur châssis, à avoir moins de perte de graisse, à utiliser surtout moins de main-d’œuvre, et jamais n’avait été trouvé aucun système réellement pratique. Il fallait suivre encore les anciennes méthodes qui nécessitaient une main-d’œuvre énorme [...]. Les usines Lautier Fils à Grasse semblent pouvoir revendiquer l’honneur d’avoir trouvé la solution de cet important problème en imaginant une machine à défleurer [...]. Sur le côté droit, une femme va placer sur l’appareil un des innombrables châssis encore garni de fleurs de jasmin. Ce châssis est immédiatement emporté par l’appareil et on le retrouve, deux secondes plus tard, sur le côté gauche, complètement débarrassé de ses fleurs que l’on recueillera sur le sol. Deux femmes feront passer dans l’appareil une quantité de châssis d’autant plus considérables qu’elles seront elles-mêmes plus agiles »34.

12Sur les photographies, les sols sont propres, les tabliers immaculés, et l’organisation de l’espace de travail linéaire :

  • 35 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01613.

La machine à défleurer, Lautier, 192035.

La machine à défleurer, Lautier, 192035.
  • 36 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01612.

La machine à défleurer, Lautier, 192036.

La machine à défleurer, Lautier, 192036.
  • 37 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01614.

La machine à défleurer, Lautier, 192037.

La machine à défleurer, Lautier, 192037.
  • 38 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01615.

La machine à défleurer, Lautier, 192038.

La machine à défleurer, Lautier, 192038.

13D’une photographie à l’autre, les différentes étapes du travail sont illustrées. À la présentation formelle des châssis avant et après enfleurage succède l’image du travail en train d’être exécuté par les ouvrières : c’est grâce à leurs petits aspirateurs que celles-ci peuvent rendre, au bout de la table de travail, un châssis immaculé, sans pétale ni marque de doigts. Il faut noter toutefois que les images sont ici une vitrine trompeuse : face aux progrès des techniques par évaporation, l’enfleurage est de moins en moins la priorité des industriels grassois, et la machine à défleurer ne se généralise pas. C’est sous sa forme strictement manuelle, et de façon résiduelle, que l’enfleurage persiste.

  • 39 Laura Downs, art. cit., p. 584.

14Entre 1900 et 1950, les industriels utilisent donc photographies et films pour dessiner les contours d’une industrie atypique, entre agriculture et secteur secondaire, entre tradition et modernité ; mais à ces visées conscientes s’ajoutent d’autres grilles de lecture nécessaires pour interpréter les images. Laura Downs, dans ses recherches sur l’industrie métallurgique, revient sur un principe majeur de l’organisation du travail, non planifié et pourtant incontournable dans la définition des statuts au travail et des hiérarchies : celui de la différence des sexes, résultat de la rencontre entre les transformations de l’industrie et d’une pensée naturalisante qui prend une ampleur nouvelle dans les discours des industriels39. L’image devient ainsi le témoignage des représentations sociales sur la codification des rôles de chaque sexe au travail et dessine, en même temps qu’un portrait genré du travail en parfumerie, une définition du féminin et du masculin.

II. Hommes et femmes au travail : représentations sociales et imagées du féminin et du masculin, de leurs attributs et de leurs rôles « naturels »

15Les représentations des hommes et des femmes au travail sont le résultat d’une série de représentations sociales qui conditionnent les mises en scène de l’image et en constituent l’arrière-plan socio-culturel.

1. Les hiérarchies : l’image du chef

16Le partage des rôles dont les images témoignent n’est pas sans conséquence : il implique, de façon plus ou moins explicite, une distribution des pouvoirs et la mise en place de hiérarchies genrées, que les photographies mettent systématiquement en scène.

  • 40 Alain Dewerpe, art. cit.

17Le contremaître n’est ainsi jamais absent des images d’ateliers féminins. Il se tient dans une pause classique, debout, le bras tendu et posé sur la machine en signe de possession et de maîtrise technique40, comme ici, à l’extrême gauche de l’image :

  • 41 ADAM, 10FI 1412.

Triage des fleurs, début du 20e siècle41

Triage des fleurs, début du 20e siècle41
  • 42 Sylvie Schweitzer, « Les enjeux du travail des femmes », Vingtième siècle. Revue d’histoire, Presse (...)
  • 43 Laura Downs, art. cit., p. 573.

18En jeu, la question de l’autorité : la loi de 1892 sur l’inspection du travail interdit aux inspectrices de pénétrer dans des salles équipées de machines et dans des ateliers d’hommes, car elles ne peuvent pas avoir autorité sur eux ; et c’est sans doute pour la même raison que dans les parfumeries – entre autres – les femmes ne peuvent pas accéder à des postes de surveillance. Par ailleurs, les femmes n’ont que très difficilement accès aux formations nécessaires pour obtenir des postes qualifiés – ainsi Paul Rasse note que les directeurs de production sont, jusqu’aux années 1960, les seuls à avoir une formation technique poussée, entre licences et diplômes d’ingénieurs ; or on connait le difficile accès des femmes à ces formations techniques, dans le cadre de la forte sexuation des enseignements qui caractérise la période42. Dans ses travaux de recherche, Laura Downs parle de « hiérarchies asymétriques »43 pour qualifier les parcours professionnels féminins et masculins. Les industriels ne pouvant pas considérer les femmes comme « des créatures douées d’un potentiel de développement et de progrès, éducables comme les hommes », elles ne peuvent disposer d’un savoir-faire reconnu et suffisant pour accéder aux mêmes postes que leurs collègues hommes.

19À noter : l’autorité ne s’exerce pas exactement de la même manière dans les ateliers féminins et masculins. Au triage des fleurs, la surveillance est essentiellement comportementale. Le contremaître veille au bon déroulement de la journée de travail et son action se trouve renforcée par la disposition des tables : à l’action du chef s’ajoutent les effets du panoptisme, pour un travail considéré comme parmi les moins techniques de la filière de production.

  • 44 ADAM, 10FI 1414.

Triage des fleurs, début du XXe siècle44

Triage des fleurs, début du XXe siècle44
  • 45 ADAM, 10FI 1413.

Triage des fleurs, début du XXe siècle45

Triage des fleurs, début du XXe siècle45

20À l’inverse, au distilloir, la stratification est plus complexe et le contrôle est autant technique que comportemental – d’une part car le travail appelle la manipulation d’une machine ; d’autre part parce qu’il implique une transformation du produit qui n’est pas seulement manuelle mais aussi chimique.

  • 46 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_02876.

Salle aux alambics, Société Selin, Charabot, 191246

Salle aux alambics, Société Selin, Charabot, 191246
  • 47 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01618.

Distillation des fleurs, Lautier, 192047

Distillation des fleurs, Lautier, 192047

21Le travail est accompli par des manœuvres qui chargent et déchargent les alambics, sous la tutelle d’un chef d’équipe chargé de superviser l’ensemble ; mais la surveillance fait appel à un échelon supérieur et se dit aussi en termes de contrôle de la production. Sur la première photographie, on trouve ainsi un ouvrier occupé à charger l’alambic, un contremaître – ou un ingénieur – sur la gauche, bras derrière le dos, en position d’autorité et de surveillance ; puis, au premier rang, deux hommes en blouse blanche rattachés au laboratoire – peut-être des préparateurs –, chargés de vérifier la qualité des eaux produites.

2. Métiers de femmes, métiers d’hommes : une mise en image des attributs du féminin et du masculin dans le monde du travail

  • 48 Coline Zellal, mémoire cité.
  • 49 Ibid., p. 55

22Dans l’ensemble du corpus, rares sont les images qui présentent des espaces de travail mixtes. Dans le film des établissements Chiris, la partition est on ne peut plus claire : sont présentés successivement le transport des fleurs, la livraison, l’extraction, la distillation, effectués par des hommes, et la cueillette, le travail des pommades, l’enfleurage, travaux dits féminins. Dans un travail de recherche mené à partir d’une base de données et de l’analyse de parcours individuels48, la répartition des tâches s’est avérée particulièrement nette, entre les ateliers d’hommes et les ateliers de femmes49.

  • 50 Michelle Zancarini-Fournel et Mathilde Dubesset, op. cit.
  • 51 Ibid., p. 127 et suivantes.

23À cette séparation des espaces et des métiers50 s’ajoute une distribution de « qualités naturelles » et d’attributs dont témoigne le corpus d’images. Aux hommes, la force51 : ce sont eux qui, dans le film, actionnent les leviers et soulèvent le lourd couvercle de l’extracteur, transportent les sacs de toile remplis de pétales de fleurs à l’aide de diables ou sur leurs épaules. Leur revient aussi en théorie la manipulation des machines comme la voiture ou l’alambic, depuis l’atelier de l’usine jusqu’aux espaces de distillation qui se maintiennent dans les campagnes de l’arrière-pays :

  • 52 Parfums de France, août 1925, n°30, p. 275, droits réservés.

Distillation du géranium, Chiris, 192552

Distillation du géranium, Chiris, 192552
  • 53 ADAM, 60FI 10781.

Distillation de la lavande à Escragnolles, 190553

Distillation de la lavande à Escragnolles, 190553
  • 54 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04 02628.

Livraison aux usines, années 193054

Livraison aux usines, années 193054
  • 55 Leora Auslander, Michelle Zancarini-Fournel, Différence des sexes et protection sociale, 19e et 20e (...)

24Dans un premier XXe siècle qui prêche la protection physique et morale des femmes – à travers les restrictions faites à l’emploi féminin, en terme d’horaires, de lieux, ou d’accessibilité à certains segments « corrupteurs » du marché du travail55, les discours tendent à éloigner les femmes du maniement des outils et des machines. Ceux-ci deviennent alors – en théorie – des attributs du masculin, ce que les photographies ne manquent pas de mettre en scène, même dans les coins les plus sombres des ateliers. Dans la photographie ci-dessous, clairement esthétisée par le photographe qui joue sur les lignes des colonnes et la profondeur de la salle qui s’enfonce dans l’obscurité, le maniement de la fourche est réservé aux hommes.

  • 56 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01605.

Atelier de triage des fleurs, Lautier, 192056 : travaux périphériques.

Atelier de triage des fleurs, Lautier, 192056 : travaux périphériques.
  • 57 Michelle Perrot, « Qu’est-ce qu’un métier de femme ? », Le Mouvement Social, n°140, 1987, pp. 3-8., (...)
  • 58 Entretien de l’auteure avec Angèle P.
  • 59 Éliane Perrin, op. cit., p. 34.
  • 60 Laura Downs, art .cit. p. 573.

25À l’inverse, le féminin est rangé du côté de la minutie, de la patience, de la dextérité, toutes ces qualités vantées par les employeurs et qui caractérisent aussi bien l’infirmière que l’ouvrière des chaînes de montage57. De tous les travaux effectués par des femmes dans les usines, les plus photographiés, les plus présents dans la mémoire des témoins, sont ceux qui convoquent ces qualités dites naturelles des femmes. Dans la cueillette, l’agilité des doigts est présentée par les femmes elles-mêmes comme une qualité majeure. Ainsi, la sœur d’Angèle P., devant sa rapidité, lui dit : « Mais comment tu fais pour cueillir comme ça ! Moi, je peux pas, j’ai les doigts raides, je peux pas »58. À l’usine, l’enfleurage est une affaire de femmes car il requiert minutie, agilité, patience. Au moment du défleurage, le châssis est tapé contre une table jusqu’à ce que la majorité des fleurs tombent ; mais les fleurs restantes doivent être retirées une à une, sans que les doigts ne touchent trop la graisse pour ne pas la salir. Tous les huit jours, pour renouveler la surface de contact de la pommade, les femmes la raclent à l’aide d’une petite fourchette en bois à large dents59. Ainsi, l’enfleurage fait appel, dans toutes ses étapes, à ces « qualités naturelles » que Laura Downs identifie dans les discours des industriels : précision des mouvements, acuité visuelle, extrémité des doigts délicate, manipulation rapide, travail soigneux60.

  • 61 Entretien avec Liliane V., le 20 février 2011, à Saint-Jacques (Alpes-Maritimes).

26En mobilisant des images moins familières de la parfumerie grassoise, on mesure l’écart entre les représentations et la réalité quotidienne du travail. Si les discours sur la « nature féminine » et sa délicatesse sont nombreux, le travail des femmes n’est pas qu’affaire de minutie et de patience : Liliane V., lorsqu’elle mentionne son travail debout, à remplir des bidons et à pousser des fûts, dit avoir travaillé « comme un homme. Pendant sept ans. Et les trois dernières années, j’étais assise, je faisais beaucoup plus minutieux, moins fatigant. Mais pendant sept ans, comme un homme »61. La construction du féminin et du masculin imprègne très largement les discours : ce sont à travers des critères implicites de « nature féminine » et de « nature masculine » que les travaux sont évalués par les acteurs eux-mêmes. Mais reste que, dans l’écart que Liliane V. mentionne entre son travail et un implicite « travail de femme », on peut mesurer le relatif aveuglement des représentations sociales. Il devient dès lors intéressant de mobiliser les images moins familières du corpus, pour élargir le portrait du travail dans la parfumerie grassoise et dépasser le champ des représentations. Certains travaux d’usine sont ainsi l’objet d’une iconographie plus discrète ; précédant l’enfleurage, le travail des pommades est lui aussi effectué par les femmes. Il s’agit de fabriquer la pâte graisseuse sur laquelle seront déposés les pétales des fleurs et qui absorbera leur parfum :

  • 62 ADAM, 10FI1418.

Préparation des pommades, début XXe siècle62

Préparation des pommades, début XXe siècle62
  • 63 Michelle Zancarini-Fournel, Mathilde Dubesset, op. cit., p. 129.
  • 64 Laura Downs, art. cit., p. 563.

27À l’instar de ce que Michelle Zancarini-Fournel et Mathilde Dubesset appellent la « réalité occulte des femmes qui savent barrer »63 dans le cadre de la rubanerie stéphanoise, l’iconographie de la parfumerie n’oublie pas le travail des femmes sur machines. Certains clichés plus tardifs témoignent ainsi de l’ouverture de postes, auparavant strictement masculins, aux femmes. Cette évolution, que l’on constate par exemple dans l’atelier de distillation ci-dessous, s’explique peut-être par ce que Laura Downs décrit dans ses travaux : la fragmentation des tâches et la multiplication des postes sur machines, couplées à l’idée de « qualités féminines naturelles », ont ouvert aux femmes la voie sans issue des postes répétitifs, elles seules pouvant, « par nature », résister à la monotonie64.

  • 65 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04803749.

Service des absolues, années 194065

Service des absolues, années 194065
  • 66 Jean-Luc Mayaud, op. cit. p. 11.
  • 67 Michelle Zancarini-Fournel, Mathilde Dubesset, op. cit.

28Les photographies ne sont pas des images prises sur le vif. Pensées par les commanditaires et les photographes, elles sont aussi conditionnées par les contraintes techniques du début du siècle66, qui imposaient aux ouvrier-e-s de s’arrêter dans des postures figées, d’interrompre leur geste67. Les résultats sont moins des images du réel que des reflets retravaillés de celui-ci, et témoignent moins des situations de fait que des représentations sociales qui les gouvernent. Néanmoins, les images comme les discours qui se transmettent d’une génération à l’autre participent à la construction d’une mémoire collective consensuelle, reprise par les acteurs eux-mêmes et dont l’évidence est parfois trompeuse.

III. Images et construction d’une mémoire collective

  • 68 Pascal Moliner, Images et représentations sociales. De la théorie des représentations à l’étude des (...)
  • 69 Ibidem.

29La production d’images et la construction de la mémoire collective sont deux processus qui interfèrent et se nourrissent l’un l’autre. Les représentations sociales et la restitution par la mémoire d’une réalité passée ne sont finalement construites que partiellement à partir de données objectives : « elle[s] résulte[nt] de l’accumulation d’informations ponctuelles et des interprétations qui en sont faites par les individus »68. Partant de ce constat, Pascal Moliner revient sur le sentiment de l’évidence dont fait preuve une forme de connaissance particulière : la « connaissance spontanée »69, fondée sur la tradition et le consensus. Son évidence est illusion, puisque la représentation se donne à tort pour le reflet objectif du réel. L’étude conjointe des images et de la restitution des souvenirs par les acteurs et les actrices interrogé-e-s permet de mettre en lumière ces processus : les mises en scènes photographiques participent de l’élaboration d’un sentiment d’évidence, lequel ne s’appuie que sur une restitution parcellaire de la réalité du travail en parfumerie.

1. L’idéalisation des travaux de cueillette

a – Hommes et femmes : la reconstruction d’une hiérarchie.

30Dans l’iconographie de la parfumerie grassoise, les images de cueilleuses – des livres d’histoire jusqu’aux étals de cartes postales – tiennent incontestablement le premier rôle. Les cartes postales, comme celle-ci trouvée aux archives départementales des Alpes-Maritimes, deviennent ainsi chacune des définitions en miniature de la parfumerie grassoise et les voyageurs relaient, à travers leurs messages, une vision parcellaire et unique de la réalité du travail dans le secteur de l’industrie olfactive :

  • 70 ADAM, 02FI 00988.

Cueillette des fleurs d’oranger, Bruno Court, 190870

Cueillette des fleurs d’oranger, Bruno Court, 190870

31Ce qui se présente ici comme « la cueillette des fleurs d’oranger » n’est en fait qu’une demi-réalité, modifiée par l’œil du photographe et qui ne peut scientifiquement prétendre à rien d’autre qu’à rendre compte d’une vérité ponctuelle et conditionnée par les impératifs de la production photographique.

  • 71 Mémoire de maîtrise de Lucien Chiris, 1930, archives départementales, 033J477.

32Malgré tout, l’image prétend à l’universalité. Elle influe sur les discours autant qu’elle leur sert de preuve. Dans son mémoire de maîtrise soutenu en 193071, Lucien Chiris dresse ainsi le tableau des cultures florales de la région grassoise et mentionne le sexe des saisonnier-e-s employé-e-s pour chaque type de cueillette. Pour la cueillette de la fleur d’oranger, sur arbre, il écrit :

  • 72 Ibid.

« Un homme se tient au centre de l’arbre et les cueilleuses sont autour. Chaque ouvrier met les fleurs dans un sachet pendu à sa ceinture et les laisse tomber sur un drap étendu au pied de l’arbre, sur le sol préalablement ratissé et aplani. On revient environ tous les deux jours au même arbre au fur et à mesure du plein épanouissement de la corolle. Les récoltes faites, on trie feuilles et brindilles. Ce travail est fait par les femmes et les enfants »72.

33L’homme trônant sur son échelle est entouré de cueilleuses prêtes à trier les fleurs qu’il laisse tomber sur le drap. Le cueilleur est défini par l’échelle, par l’objet et la hauteur ; la cueilleuse par la minutie de son travail de triage : aux cueilleurs la force des jambes, aux cueilleuses la délicatesse des mains. Toutefois, cette description, si soigneusement hiérarchisée, se trouve nettement contredite lorsqu’on l’étudie au regard d’autres images, comme ci-dessous :

  • 73 Éliane Perrin, op. cit., p. 9, droits réservés.

Cueillette de la fleur d’oranger, Juan-les-Pins73

Cueillette de la fleur d’oranger, Juan-les-Pins73

34Les discours et les images abondent donc pour raidir une ligne de genre sans doute plus souple qu’il n’y paraît. Il est toutefois impossible de trancher, de définir l’exacte réalité sexuée des travaux de cueillette, de donner raison à une source plutôt qu’à une autre. Le flou des souvenirs restitués dans les entretiens, la part de mise en scène dans les photographies, font face à l’incapacité des sources écrites et des discours contemporains à se débarrasser complètement des représentations du féminin. Le mémoire de Lucien Chiris regorge d’informations précieuses, mais pas indiscutables : à travers ce qu’il décrit, c’est finalement moins les situations concrètes de cueillette que l’état d’esprit de toute une société sur le féminin et sur ses attributs qui est mis en lumière.

  • 74 Coline Zellal, mémoire cité p. 77.
  • 75 Entretien avec Angèle P.
  • 76 Coline Zellal, mémoire cité, p. 75.
  • 77 Entretien avec Angèle P.

35L’image est alors d’autant plus trompeuse qu’elle lisse le souvenir et occulte tout un pan de la réalité du travail des femmes dans les champs de fleurs. Dans la bouche des témoins, le discours s’articule souvent en deux temps : après une présentation idéalisée de la cueillette vient la liste des contraintes à subir. La première d’entre elles : le rythme de la fleur74 qui s’impose à tous les acteurs de la filière de production, et en premier lieu aux cueilleur-euse-s. La rose et le jasmin ne supportent guère l’attente : « il ne fallait pas en laisser, des fleurs, il fallait tout ramasser ! La fleur que tu laisses elle est perdue : le lendemain, ça perd son parfum. Il ne fallait pas en laisser »75. Viennent ensuite les peines des femmes et des hommes qui, sous le soleil, longent les rangées de plants, courbé-e-s, le dos penché vers les fleurs : Liliane C. dans son témoignage, mentionne les douleurs dorsales auxquelles elle était sujette enfant alors qu’elle devait cueillir76. Les effets des rayons du soleil sont l’autre contrainte majeure subie par les ouvrières agricoles. Sur toutes les photographies, aucun chapeau ne manque, depuis les capelines sur les images du début du siècle jusqu’aux chapeaux à rebords plus étroits des années 1920-1930. Angèle P., qui dit n’avoir, par commodité, jamais porté de couvre-chef pendant ses heures de travail, rapporte la réaction de ses collègues qui s’écrient en la voyant « tu me fais souffrir ! »77.

  • 78 Parfums de France, août 1933, n°126, droits réservés.

Cueillette du jasmin, 193378

Cueillette du jasmin, 193378

b – Les cueilleuses : mères et enfants

  • 79 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes au XIX e e (...)

36Dans une période qui cultive l’idéal d’une adéquation entre les termes de femme et de mère79, c’est bien souvent la famille qui est mise en scène dans les images : ci-dessous, la cueillette de la fleur d’oranger devient le fait de la maisonnée où les codes genrés de la hiérarchie familiale traditionnelle sont soigneusement respectés et mis en scène. Aux hommes les branches les plus hautes, aux femmes les échelons intermédiaires, et aux enfants les plus menus travaux, sur le sol :

  • 80 ADAM, 02FI 00992.

Cueillette de la fleur d’oranger, 190980

Cueillette de la fleur d’oranger, 190980
  • 81 Entretien de l’auteure avec Angèle P.

37Dans un registre plus restreint donc, la cueilleuse est souvent identifiée en tant que mère de famille. Le ramassage des fleurs se caractérise par la liberté qu’il offre aux mères de venir avec leurs enfants et de les surveiller tout en cueillant : « Il y avait la mère qui avait des petits, alors elle les amenait au jasmin, mais c’était pas pour ramasser, c’était pour qu’ils restent là. Elle les surveillait et en même temps, elle cueillait »81. Les enfants les plus jeunes, qui n’ont pas encore l’âge de cueillir, font partie de l’iconographie de la cueillette et sont parfois l’objet de mises en scènes bien peu réalistes, comme sur la gauche de la photographie ci-dessous où une cueilleuse porte sa petite fille dans les bras :

  • 82 A.D. Nice, 02FI 0091.

La cueillette des roses, début du XX e siècle82.

La cueillette des roses, début du XX e siècle82.
  • 83 Valérie Bia, Éliane Richard (dir.), mémoire cité.
  • 84 Entretien avec Liliane C., le 26 février 2011.
  • 85 Entretien avec Angèle P.

38Par ailleurs, dans les discours, l’assimilation est vite faite entre le travail des femmes et celui des enfants. Etudiée notamment par Valérie Bia83, la participation des enfants aux cueillettes de rose et de jasmin est un des topoï des discours sur la cueillette des fleurs. Les « doigts agiles » des enfants – tout comme ceux des femmes – légitiment leur contribution durant les périodes de cueillettes, lesquelles ne vont pas sans entraver la scolarité de certains. Ainsi, si Liliane C., qui ramassait les fleurs de jasmin à Rocheville pendant la guerre lorsqu’elle avait huit et neuf ans, limite sa participation à la durée des vacances scolaires84, les temps de cueillette d’Angèle P. semblent s’être étendus sur des semaines postérieures à la rentrée des classes, comme en témoigne l’injonction de ses parents qu’elle rapporte : « demain, au lieu d’aller à l’école, comme il y a beaucoup de fleurs, vous irez cueillir »85. Si les travaux de cueillette concernent aussi bien les filles que les garçons, on remarque, dans les reconstructions de la mémoire collective, la très nette concordance des justifications données au travail des enfants et à celui des femmes : la « finesse des doigts », « l’agilité des mains », l’absence de qualification nécessaire pour un travail monotone, sont autant de caractéristiques que les discours de l’entre-deux guerres rabattent du côté des enfants... et des femmes.

2. Famille, groupe et construction identitaire

39Une image parcourt inlassablement les sources : celle de « la famille au travail », ou de la « grande famille » de la parfumerie grassoise. Fréquemment mise en scène dans l’iconographie de la cueillette, elle est fréquemment mobilisée dans l’histoire des industries grassoises au sein desquelles on retrouve les mécanismes courants de l’embauche sur recommandation.

  • 86 Coline Zellal, mémoire cité, p. 96.

40Mais la reconstitution des réseaux familiaux dans l’espace de travail est plus complexe que ce que laissent penser les discours. Certes, des filiations se constituent au sein des usines, comme le montre un travail à partir de registres du personnel86 ou de témoignages : dans son ouvrage sur la parfumerie, Eliane Perrin étudie ainsi l’embauche familiale comme un recours face aux secrets de fabrication qu’il faut impérativement maintenir :

  • 87 Eliane Perrin, op. cit.

« Ainsi, lorsqu’il entre comme apprenti chez Méro en 1947, Abel H., âgé de 17 ans, se retrouve au milieu de 21 membres de sa famille (l’usine devant compter environ 200 salariés). Son grand-père est chef d’atelier à l’entretien, son oncle sous-chef. Il raconte : "c’était assez dur d’être l’apprenti de son grand-père et de son oncle. Assez. Pourquoi ? Toute simplement parce qu’il y avait une image de marque à garder. Il fallait que la famille soit respectée, dans le travail surtout" »87.

  • 88 Coline Zellal, mémoire cité p. 97.
  • 89 Sylvie Schweitzer, « Industrialisation, hiérarchies au travail et hiérarchies sociales au XXe siècl (...)

41Mais la grande visibilité du phénomène dans la restitution des souvenirs et son évidente mise en scène dans l’iconographie ne doivent pas faire oublier qu’en termes statistiques, les processus de renouvellement sont d’une ampleur bien plus importante88. L’hérédité sociale, très forte au moment du premier emploi – et qui se dit en termes de recommandation, de transmission de savoir-faire et d’influence – est ensuite compensée : le milieu ouvrier est un milieu divers, aux valeurs et aux conditions de vie plus différentes que ne laisse penser l’idée d’un « contingent ouvrier » homogène89.

  • 90 Yvonne Zimmermann, art. cit., p. 10.
  • 91 Alain Dewerpe, art. cit.

42Au-delà de la cellule familiale, restreinte au couple ou étendue aux cousinages, c’est véritablement le groupe élargi des salarié-e-s d’une entreprise qui constitue le maillon central dans la production d’une mémoire et d’une identité professionnelle partagées. Est en jeu, dans l’étude de la mémoire collective et de ses rapports aux images, la cohésion d’un atelier, d’une usine, voire de tout un secteur industriel90. Ainsi, dans l’ensemble du corpus étudié, aucune image ni aucun plan du film des établissements Chiris ne se concentre jamais sur un individu : c’est sans cesse le groupe qui est mis en scène, à l’échelle de l’atelier comme à celle de l’ensemble de l’entreprise – comme on peut le voir avec la très classique « sortie d’usine » du document cinématographique91. Les sociabilités qu’on y devine restent certes très nettement genrées –les petits groupes qui défilent successivement devant la caméra étant bien souvent non-mixtes ; mais dans l’esprit du cinéaste ou du commanditaire, la différenciation sexuée –conçue comme allant de soi- ne fait pas obstacle à la représentation du groupe, uni, des salarié-e-s de l’entreprise.

43Les différents types d’images, étudiés par rapport à leur contexte de production, leur nature et leur contenu, viennent finalement montrer comment se combinent, au quotidien, les pratiques et les représentations du féminin et du masculin à l’échelle d’une industrie locale. Plutôt que de simplement contredire l’étude des pratiques, la question des représentations vient nourrir le portrait irrémédiablement incomplet des métiers de la parfumerie. Si, entre deux sources, entre deux témoignages, entre deux clichés, l’historien-ne ne peut jamais véritablement trancher, il peut toujours nuancer les images monolithiques de la cueillette ou du travail d’usine.

44Les attributs « naturels » du féminin et du masculin sont, dans la parfumerie grassoise, constamment mobilisés pour marquer le territoire symbolique de chaque sexe au travail. Aux hommes la force, aux femmes la patience : c’est tout l’imaginaire du corps social de l’entre-deux-guerres qui est invoqué. L’impact du genre sur les assignations socio-professionnelles est central dans l’imaginaire du corps social et des générations suivantes ; mais la mosaïque de situations concrètes dont témoigne l’iconographie ne peut être véritablement appréhendée sans accepter de repenser la réalité du travail des femmes. Entre représentations imagées, représentations sociales et mémoire collective, la pensée du féminin et du masculin est constamment réappropriée et remaniée. Les deux notions ont une influence sur la production photographique : elles renvoient à une codification des rôles que l’on retrouve, de façon plus ou moins consciente, dans les images. L’esthétique des cartes postales est à grands traits conforme aux normes sociales que les touristes s’attendent à retrouver dans les images d’un monde du travail ; quant aux photographies d’usine, elles sont les mises en scènes de hiérarchies rigides, elles-mêmes dépendantes des « qualités » dites du féminin et du masculin. Ces interpénétrations entre production d’image et représentations sociales ne sont pas sans effet sur la construction d’une mémoire collective. En même temps qu’elle intègre les codes culturels et sociaux transmis par les images, celle-ci se nourrit aussi de souvenirs individuels, bien souvent en contradiction avec un tableau trop rigide de la parfumerie. Les témoins, tout en restituant les topoï de ce secteur industriel, se situent eux-mêmes à la marge de ces partitions familières que restituent aussi les images les plus courantes.

  • 92 Michelle Zancarini-Fournel, Mathilde Dubesset, op. cit.
  • 93 Élisabeth De Feydeau, op. cit.

45On ne saurait négliger par conséquent le poids de l’objet fabriqué par les usines : comme les rubans de Saint-Etienne92, les parfums, concrètes et autres huiles essentielles sont, dans les esprits, des attributs de femmes. Des considérations d’ordre esthétique viennent ainsi se mêler aux représentations courantes de ce que « la femme » doit être. La poétisation d’un secteur industriel qui fait de la fleur non seulement sa matière première, mais aussi l’emblème de sa spécificité et de sa valeur, n’est sans doute pas sans effet sur la production d’image et la constitution d’une mémoire collective. Les fleurs, les cueilleuses en robe longue, les femmes qui se parfument, constituent les maillons d’une chaîne de représentations solides, dans laquelle certaines images n’ont pas leur place. À l’heure où dans l’élan de l’hygiénisme, les notes florales, fortement connotées en termes de fraîcheur, de santé et de bien-être, remplacent les senteurs plus lourdes et plus corsées93, l’identité de « la femme » et de la fleur se superposent, aux deux extrémités de la filière de production. Seuls quelques clichés, quelques arrière-plans, contredisent ce tableau conforme et cohérent du travail en parfumerie. Sur ces industries locales pèse le poids de deux types d’idéaux : à l’idéal social se juxtapose un idéal esthétique, bien loin souvent de la réalité du travail des ouvrières.

Haut de page

Notes

1 Louis Labaune, Entre le champ de fleurs et le laboratoire, que sera la parfumerie de demain ?, Paris, Éditions de la Revue des Marques, 1935, 111 p., p. 24.

2 Paul Rasse, La Cité aromatique. Pour le travail des matières odorantes à Grasse, Nice, Les Éditions Serre, 1987, 167 p., p. 9.

3 Coline Zellal, À l’ombre des usines en fleurs : genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de Sylvie Schweitzer, ENS de Lyon, 2011.

4 Jean-Luc Mayaud, Gens de la terre, La France rurale 1880-1940, Paris, Éditions du Chêne, 2003, 312 p., p. 9

5 Ibid., p. 9.

6 Archives départementales des Alpes-Maritimes (ADAM), 09 AV 0020.

7 Éliane Perrin, L’âge d’or de la parfumerie à Grasse, d’après les archives Chiris (1768-1967), Aix-en-Provence, Édisud, 1996, 133 p., p. 87.

8 Joseph Farnarier, Contribution à la connaissance de la ville de Grasse, tome 3 « La parfumerie », Grasse, 1983, 149 p., p. 48.

9 Alain Dewerpe, « Miroirs d'usines : photographies industrielles et organisation du travail à l'Ansaldo (1900-1920) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1987, Volume 42, Numéro 5, pp. 1079-1114., p. 1109.

10 Coline Zellal, mémoire cité.

11 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-63, juin 1986, pp. 69-72.

12 Michelle Zancarini-Fournel, Mathilde Dubesset, Parcours de femmes. Réalité et représentations, Saint Étienne, 1880-1950, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1993, 270 p., p. 132.

13 Laura Downs, « « Boys will be men and girls will be boys » : division sexuelle et travail dans la métallurgie (France et Angleterre, 1914-1939) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1999, Volume 54, Numéro 3, pp. 561-586 ; Catherine Omnes, Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au XX e siècle, Paris, EHESS, 1997, 374 p.

14 Alain Dewerpe, art. cit.

15 Jean-Luc Mayaud, op. cit., p. 11.

16 Ibid., p. 11.

17 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France 04_01599.

18 ADAM, 02FI 00994.

19 ADAM, 09AV 0020.

20 Yvonne Zimmermann, « Les films d’entreprise de Maggi : image d’entreprise et identité nationale », Entreprises et histoire, 2006/3, n° 44, pp.9-24, p. 26.

21 Parfums de France, n° 121, mars 1933, droits réservés.

22 Jean-Luc Mayaud, op.cit.

23 Entretien de l’auteure avec Angèle P., le 17/02/2011, Saint-Cézaire sur Siagne (Alpes-Maritimes).

24 Valérie Bia, Éliane Richard (dir.), La cueillette des fleurs dans la région de Grasse de 1900 à nos jours, mémoire de maîtrise, Université de Provence, www.cg 06.fr (le 18/04/2011) ; Gabriel Benalloul, « Techniques de parfumerie à Grasse : présentation historique », www.cg06.fr, (consulté le 18/04/2011), 28 p.

25 Alain Dewerpe, Le monde du Travail en France, 1800-1950, Paris, Armand Colin, 1989, 189 p. ; François Caron, Histoire économique de la France, XIX e et XX e siècles, Paris, Armand Colin, 1999, 452 p. ; Élisabeth De Feydeau, De l’hygiène au rêve : l’industrie française du parfum, 1830-1939, thèse de doctorat sous la direction de François Caron, Paris 4, 1997, 4 volumes.

26 Alain Dewerpe, op. cit., p. 6-7.

27 Paul Rasse, op. cit.

28 Elisabeth De Feydeau, op. cit., p. 410 et suivantes.

29 ADAM, 09AV0020, 03’21.

30 Au sein de l’extracteur, la fleur est l’objet de lavages successifs, jusqu’à ce que les solvants chargés de son odeur, filtrés, débarrassés des impuretés, subissent plusieurs évaporations, afin de récupérer soit la concrète, soit l’absolue – liquide et plus concentrée.

31 Enfleurage : technique qui extrait les odeurs grâce aux propriétés absorbantes de graisses, étalées sur châssis.

32 ADAM, 10FI1416.

33 Parfums de France, octobre 1925, n°32, p. 329, droits réservés.

34 Cité dans Elisabeth de Feydeau, op. cit., annexe 18, La parfumerie Moderne, « Fabrication nouvelle des pommades aux fleurs à froid », anonyme, janvier 1919.

35 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01613.

36 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01612.

37 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01614.

38 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01615.

39 Laura Downs, art. cit., p. 584.

40 Alain Dewerpe, art. cit.

41 ADAM, 10FI 1412.

42 Sylvie Schweitzer, « Les enjeux du travail des femmes », Vingtième siècle. Revue d’histoire, Presses de Sciences Po, 2002/3, n°75, pp. 21-33, p. 24 et suivantes.

43 Laura Downs, art. cit., p. 573.

44 ADAM, 10FI 1414.

45 ADAM, 10FI 1413.

46 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_02876.

47 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01618.

48 Coline Zellal, mémoire cité.

49 Ibid., p. 55

50 Michelle Zancarini-Fournel et Mathilde Dubesset, op. cit.

51 Ibid., p. 127 et suivantes.

52 Parfums de France, août 1925, n°30, p. 275, droits réservés.

53 ADAM, 60FI 10781.

54 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04 02628.

55 Leora Auslander, Michelle Zancarini-Fournel, Différence des sexes et protection sociale, 19e et 20e siècles, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1995, 232 p.

56 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04_01605.

57 Michelle Perrot, « Qu’est-ce qu’un métier de femme ? », Le Mouvement Social, n°140, 1987, pp. 3-8., p. 4.

58 Entretien de l’auteure avec Angèle P.

59 Éliane Perrin, op. cit., p. 34.

60 Laura Downs, art .cit. p. 573.

61 Entretien avec Liliane V., le 20 février 2011, à Saint-Jacques (Alpes-Maritimes).

62 ADAM, 10FI1418.

63 Michelle Zancarini-Fournel, Mathilde Dubesset, op. cit., p. 129.

64 Laura Downs, art. cit., p. 563.

65 Coll. Musée International de la Parfumerie, Grasse-France, 04803749.

66 Jean-Luc Mayaud, op. cit. p. 11.

67 Michelle Zancarini-Fournel, Mathilde Dubesset, op. cit.

68 Pascal Moliner, Images et représentations sociales. De la théorie des représentations à l’étude des images sociales, Grenoble, Université de Grenoble, 1996, 276 p., p. 20.

69 Ibidem.

70 ADAM, 02FI 00988.

71 Mémoire de maîtrise de Lucien Chiris, 1930, archives départementales, 033J477.

72 Ibid.

73 Éliane Perrin, op. cit., p. 9, droits réservés.

74 Coline Zellal, mémoire cité p. 77.

75 Entretien avec Angèle P.

76 Coline Zellal, mémoire cité, p. 75.

77 Entretien avec Angèle P.

78 Parfums de France, août 1933, n°126, droits réservés.

79 Sylvie Schweitzer, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes au XIX e et XX e siècles, Paris, Odile Jacob, 2002, 330 p., p. 37.

80 ADAM, 02FI 00992.

81 Entretien de l’auteure avec Angèle P.

82 A.D. Nice, 02FI 0091.

83 Valérie Bia, Éliane Richard (dir.), mémoire cité.

84 Entretien avec Liliane C., le 26 février 2011.

85 Entretien avec Angèle P.

86 Coline Zellal, mémoire cité, p. 96.

87 Eliane Perrin, op. cit.

88 Coline Zellal, mémoire cité p. 97.

89 Sylvie Schweitzer, « Industrialisation, hiérarchies au travail et hiérarchies sociales au XXe siècle », art. cit. p. 111.

90 Yvonne Zimmermann, art. cit., p. 10.

91 Alain Dewerpe, art. cit.

92 Michelle Zancarini-Fournel, Mathilde Dubesset, op. cit.

93 Élisabeth De Feydeau, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La cueillette de la lavande, années 193017
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-1.png
Fichier image/png, 158k
Titre La cueillette du jasmin, carte postale, 190818
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-2.png
Fichier image/png, 106k
Titre Cueillette de jonquilles, Parfums de France, 193321.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-3.png
Fichier image/png, 243k
Titre Enfleurage, début du XXe siècle32
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-4.png
Fichier image/png, 116k
Titre Coin d’une table d’enfleurage, Parfums de France, 192533
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-5.png
Fichier image/png, 210k
Titre La machine à défleurer, Lautier, 192035.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-6.png
Fichier image/png, 151k
Titre La machine à défleurer, Lautier, 192036.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-7.png
Fichier image/png, 155k
Titre La machine à défleurer, Lautier, 192037.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-8.png
Fichier image/png, 152k
Titre La machine à défleurer, Lautier, 192038.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-9.png
Fichier image/png, 167k
Titre Triage des fleurs, début du 20e siècle41
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-10.png
Fichier image/png, 87k
Titre Triage des fleurs, début du XXe siècle44
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-11.png
Fichier image/png, 113k
Titre Triage des fleurs, début du XXe siècle45
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-12.png
Fichier image/png, 92k
Titre Salle aux alambics, Société Selin, Charabot, 191246
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-13.png
Fichier image/png, 232k
Titre Distillation des fleurs, Lautier, 192047
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-14.png
Fichier image/png, 206k
Titre Distillation du géranium, Chiris, 192552
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-15.png
Fichier image/png, 220k
Titre Distillation de la lavande à Escragnolles, 190553
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-16.png
Fichier image/png, 164k
Titre Livraison aux usines, années 193054
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-17.png
Fichier image/png, 188k
Titre Atelier de triage des fleurs, Lautier, 192056 : travaux périphériques.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-18.png
Fichier image/png, 237k
Titre Préparation des pommades, début XXe siècle62
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-19.png
Fichier image/png, 84k
Titre Service des absolues, années 194065
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-20.png
Fichier image/png, 261k
Titre Cueillette des fleurs d’oranger, Bruno Court, 190870
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-21.png
Fichier image/png, 128k
Titre Cueillette de la fleur d’oranger, Juan-les-Pins73
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-22.png
Fichier image/png, 220k
Titre Cueillette du jasmin, 193378
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-23.png
Fichier image/png, 204k
Titre Cueillette de la fleur d’oranger, 190980
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-24.png
Fichier image/png, 118k
Titre La cueillette des roses, début du XX e siècle82.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1551/img-25.png
Fichier image/png, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coline Zellal, « Mémoire et images du travail dans les parfumeries grassoises (1900-1950) : les clichés du genre », Genre & Histoire [En ligne], 10 | Printemps 2012, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 28 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1551

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page