Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Le pouvoir des « dames ». Femmes et pratiques seigneuriales en Normandie (1580-1620), Master 2 Recherche, Université de Rouen, dir. Sylvie Steinberg et Anna Bellavitis, 2009-2010. Prix Mnémosyne 2010

Anaïs Dufour

Texte intégral

1Figures emblématiques de cette « féodalité » dont la Révolution entendit faire table rase, les seigneurs sont attachés dans l’imaginaire collectif à la silhouette de l’opulent châtelain, amateur de chasse, venant faire main basse sur les récoltes paysannes. Une femme à la tête d’une seigneurie est assurément une configuration très inattendue tant la société profondément patriarcale d’Ancien Régime, assigne normalement aux femmes des places subalternes par ses lois et ses traditions. La gestion d’une seigneurie par une femme était-elle une réalité marginale voire atypique ?

2Dans l’espace de la Normandie, cette étude reconstruit les itinéraires de femmes essentiellement nobles qui, à un moment de leur existence, même transitoire, furent dites « dame de… », féminin couramment rencontré de « seigneur de… » lorsque suivant les nom et prénom, il s’agissait de désigner une femme possédant un fief. Si d’éminents historiens ont étudié les caractères économiques de la seigneurie, réservant de riches développements aux écarts de fortune entre seigneurs de haute volée et petits hobereaux, les femmes seigneurs n’ont jamais été envisagées en tant que groupe spécifique. Cette démarche a donc supposé une profonde refonte du questionnement dans le traitement des sources traditionnelles, mais aussi la recherche de matières différentes de celles ordinairement compulsées par les historiens de la féodalité. Un indispensable travail de sélection parfois arbitraire a dû être opéré notamment dans la période considérée, les bornes 1580-1620 ayant été surtout déterminées par la gamme des sources manipulées et la nécessité de limiter les dépouillements.

3La première partie de ce mémoire se concentre sur la figure de l’héritière. Alors que la Coutume normande est réputée comme étant l’une des plus dures du royaume à l’égard des femmes, énonçant un arsenal de principes qui organisait une sévère exclusion des filles de la succession aux fiefs, notre propos s’attache à mettre en relief la capacité des filles sans frère d’hériter de seigneuries. L’analyse des aveux de femmes seigneurs enregistrés par la chambre des comptes de Rouen entre 1580 et 1620 a permis d’identifier les principaux mécanismes successoraux qui ont porté ces « dames » à posséder alors une ou plusieurs des seigneuries normandes qui relevaient immédiatement du roi. À travers les disparitions prématurées des héritiers mâles signalées dans leurs préambules, ces documents donnent à voir le caractère très progressif des successions où la position d’une fille pouvait être soudainement avancée et plus généralement, les réalités démographiques de la première modernité qui autorisaient la circulation des seigneuries par les femmes parfois sur plusieurs générations. Dans un second temps, sont soulignées les spécificités des successions entre plusieurs filles qui pouvaient introduire un parage, institution très originale qui organisait la division d’une seigneurie et la répartition des droits qui y sont attachés entre les cohéritières. Ces pratiques successorales sont illustrées à partir des affaires d’héritage rapportées par les juristes normands qui ont commenté le texte coutumier après sa rédaction officielle en 1583, une approche juridique complétée par l’étude d’une sélection de règlements successoraux passés devant les tabellions rouennais entre 1580 et 1620. Dans l’affectation du colombier ou du manoir mais aussi dans la pratique collective des prérogatives seigneuriales les plus essentielles que sont notamment les honneurs dans l’église paroissiale ou la justice seigneuriale, l’existence d’inégalités voire de jalousies entre aînée et cadettes a pu être appréciée.

4Les chapitres trois et quatre envisagent l’autonomie d’une « dame » à différentes étapes d’une vie de femme. Orpheline de père, une héritière mineure était très exposée aux manœuvres d’un tuteur masculin qui pouvait aisément arranger son mariage dans son propre intérêt ou encore aux pressions de ses prétendants les plus ambitieux pour qui, la brutalité et la ruse comptaient parmi les moyens de persuasion les plus efficaces. Les lettres de la garde‑noble royale entérinées à la chambre des comptes de Rouen à partir de 1594, proposent un formidable éclairage. Dans le temps du mariage, la question de l’indépendance d’une héritière vis‑à‑vis de son époux est donc posée. Si les préceptes de la Coutume normande tendent à réserver au mari l’initiative dans la conduite des affaires seigneuriales, les procédures qui permettaient à une héritière de protéger ses terres de la dissipation d’un époux désargenté sont également envisagées à côté des formes d’entraide dans le couple seigneurial face aux épreuves financières. Enfin s’ouvraient, avec un veuvage féminin, des formes temporaires d’administration seigneuriale. L’attention est ici portée au regard permanent de l’entourage lignager qui vient contenir le pouvoir d’une veuve tutrice ou douairière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Dufour, « Le pouvoir des « dames ». Femmes et pratiques seigneuriales en Normandie (1580-1620), Master 2 Recherche, Université de Rouen, dir. Sylvie Steinberg et Anna Bellavitis, 2009-2010. Prix Mnémosyne 2010 », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1481

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page