Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Corinna von List, Résistantes, traduit de l’allemand par Solveig Kahnt, Paris, Alma Editeur, 2012, 376 p.

Isabelle Ernot

Texte intégral

1L’ouvrage, paru en Allemagne en 2010 sous le titre, Frauen in der Resistance, 1940-1944, est issu d’une thèse soutenue à l’Université de Potsdam. La recherche, qui ne concerne que la résistance féminine sur le territoire français, portée aussi bien par des Françaises que par des étrangères, a été récompensée en 2006 par le prix Guillaume Fichet - Octave Simon. L’auteure part du constat que « les missions que les femmes ont accomplies dans la Résistance n’ont été reconnues que lorsqu’elles cadraient avec le schéma de la résistance militaire armée, a priori masculine dans les représentations classiques de la société, ou lorsqu’elle se terminait par une mort martyre – soit sous la torture, soit en camp de concentration. Si bien que, jusqu’à ce jour, cérémonies commémoratives et travaux historiographiques ont presque toujours relégué au second plan les missions remplies par les résistantes : à cet égard, ni le rôle déterminant de leur apport logistique dans le bon fonctionnement de la Résistance, ni les risques encourus n’ont été reconnus à leur juste valeur » (Préface, p.13-14). Corinna von List pointe, comme une des origines possibles de cette invisibilité des résistantes dans l’historiographie et dans la mémoire, la volonté manifestée dès 1944 de tourner la page d’une période noire et l’établissement du mythe de la France combattante. Elle estime que la résistance armée des femmes ne représente environ que 4% (attaques, sabotage, espionnage). Très majoritairement de nature civile, celle-ci fut toutefois essentielle comme l’auteure s’attache à le démontrer en étayant son propos par la construction de données chiffrées.

2Une trentaine d’archives ont été sollicitées, en France, Allemagne et Grande-Bretagne. En France, la recherche s’est notamment appuyée sur des fonds départementaux (Ain, Côte d’Armor, Ille-et-Vilaine, Isère, Maine-et-Loire, Nord, Rhône, Saône-et-Loire, Savoie, Haute-Savoie, Paris). D’un département à l’autre, les dossiers consultés, majoritairement ceux des Préfectures et du renseignement, s’inscrivent dans le cadre de la lutte contre la Résistance : opérations de police et répressions des activités de résistance, « Terrorisme et activités dissidentes », arrestations, etc… Par ailleurs, l’auteure a également fréquenté des centres où sont conservés des dossiers individuels : outre les Archives nationales, le Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation à Lyon, le Centre de Documentation juive contemporaine à Paris, le Bureau des archives des victimes des conflits contemporains à Caen, le Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, pour en citer quelques-uns. Corinna von List déplore n’avoir pas eu accès aux dossiers relevant de la justice militaire française alors qu’ils constituent «  une véritable mine d’or sur les activités des résistantes ». (p.21)

31604 d’entre elles constituent la base de cette étude. Un traitement parcimonieux est réservé aux individualités connues  - telles Bertie Albrecht ou l’Américaine Virginia Hall - tandis que sont cités de très nombreux noms de  femmes en relation avec une variété de types d’actions. La trentaine répertoriée est présentée en fonction de l’importance de chacune : en tête, les agentes de liaison suivies par des activités d’hébergement, d’aide à l’évasion, mise à disposition de locaux, presse clandestine (distribution), faux papiers, etc. Le croisement de ces données avec les décès permet de déceler les activités les plus dangereuses. L’auteure souligne que si des femmes ont été arrêtées, emprisonnées, déportées, notamment à Ravensbrück, c’est parce qu’elles furent résistantes et châtiées ou persécutées pour leurs actes. Leur engagement national est mis en avant tout comme le prix payé : près de 20% des résistantes y ont perdu la vie.

4Dans cette mise en lumière de l’action des femmes, Corinna von List montre comment celles-ci agirent à partir de fonctions « traditionnelles » – à entendre dans le cadre de la société et de la culture de la France des années 1940 – qui leur servirent de couverture. Des actions qui furent essentielles mais, ainsi « camouflées », parurent si « naturelles » qu’elles furent à peine reconnues après coup. Le foyer domestique en constitue un bon exemple : cet espace, qui pourrait paraître aux antipodes de l’héroïsme, offrit la possibilité de cacher des personnes, de les nourrir, d’organiser des réunions et servit d’entreposage. « La mise à disposition d’un espace privé constitue près du quart des activités féminines dans la Résistance » et près de 85,7% des femmes qui l’ont fait ont été arrêtées et 20% l’ont payé de leur vie. (p. 78). « Ainsi, ce qui pourrait sembler n’être que l’activité apolitique de la “brave petite ménagère aux fourneaux” présupposait, à l’instar de toutes les activités résistantes, une volonté politique, un esprit critique et l’aptitude à prendre des risques ». (p. 297)

5D’autres activités sont étudiées, notamment l’aide aux évasions, que celle-ci concerne les soldats alliés, les prisonniers de guerre français, les membres de la Résistance ou les personnes persécutées et particulièrement les Juifs. Dans ce domaine, l’auteur s’attache à mettre en valeur le rôle de la CIMADE (Comité inter-mouvements auprès des évacués) et de l’OSE (Organisation de Secours aux Enfants) ainsi que l’action déterminante des femmes au sein de ces organisations, allant de la direction à l’engagement sur le terrain auprès des enfants ou encore dans le convoyage des personnes persécutées entre la France et la Suisse. L’approche chiffrée permet à Corinna von List d’évaluer à près de 51% les femmes qui payèrent de leur vie l’aide à l’évasion, l’activité résistante la plus dangereuse.

6D’une manière générale, l’ensemble des actions évoquées, l’éclairage du rôle des femmes dans la mise en place et l’animation de la structure logistique, les risques pris et assumés, révèlent au grand jour l’importance de leur participation à la Résistance. La difficulté à cerner la notion d’« engagement » est soulignée, appréhendée à travers trois motifs principaux : patriotiques, politiques et humanitaires. Au fil des pages de cet ouvrage qui a le mérite de réunir des thématiques variées, dont le traitement de certaines restent peut-être trop synthétiques, ce sont des dizaines de noms de femmes qui sortent de l’ombre, trop méconnues et encore insuffisamment présentes dans notre mémoire collective de la Résistance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Ernot, « Corinna von List, Résistantes, traduit de l’allemand par Solveig Kahnt, Paris, Alma Editeur, 2012, 376 p. », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 22 septembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1479

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page