Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 2/2

Passages de frontières. Le voyage de la jeune mariée dans la haute noblesse des temps modernes (XVe-XVIIIe siècle)

Christiane Coester

Résumés

Même si l’historiographie française a surtout retenu le voyage des infantes espagnoles vers le royaume de France et celui de Marie-Antoinette en 1770, les voyages nuptiaux vers la résidence du futur(e) époux (se) étaient en usage dans toute l’Europe du XVe au XVIIIe siècle. S’il n’existe à priori qu’un seul texte normatif (De institutione vivendi écrit par Diomeda Carafa en 1476), bien d’autres sources permettent d’étudier ces voyages sans retour (correspondances, récits de voyage, journaux et brochures, comptes princiers, etc.). Après avoir présenté une typologie de ces voyages nuptiaux, l’article se focalise sur le voyage le plus classique, celui qui conduit, à travers toute une série d’étapes codifiées, une jeune femme de la demeure parentale à celle de son époux. L’un des moments les plus importants de ce périple est sans nul doute le passage de la frontière car il s’accompagne de nombreuses représentations des différences culturelles réelles ou supposées tout en coïncidant avec le passage du statut de fille à celui d’épouse. À son arrivée à la cour de son époux, la fiancée se doit d’adopter les codes vestimentaires et les coiffures qui y sont à la mode, à la fois pour manifester sa volonté d’insertion mais aussi pour plaire à son mari. Les exemples de voyages nuptiaux étudiés à travers toute l’Europe manifestent finalement de nombreux points communs. Ce processus de transformation individuelle s’insère dans un autre plus vaste d’échange entre deux cours. Il ne s’agit pas seulement d’un déplacement dans l’espace mais aussi d’un changement de cadres des référents culturels (langue, mode, alimentation etc.) souvent douloureux pour la jeune femme même s’il existe un certain nombre de cas d’intégration réussie, comme Anne d’Este ou encore Anne d’Autriche.

Haut de page

Texte intégral

1Au XVe siècle, Konrad von Hertenstein était un voyageur entre les mondes1. Quand il se rendait en Italie, il se faisait appeler « Tristano de Sassoduro ». À la cour des Gonzague, à Mantoue, il devint le confident de la marquise Barbara de Brandenbourg. Quand cette dernière maria sa fille Barbara Gonzague avec Eberhard de Wurttemberg, Konrad accompagna la jeune femme à Urach, résidence de son futur mari. Malgré une mère allemande, Barbara ne parlait pas l’allemand, Konrad lui servit d’interprète et l’aida à s’adapter à la cour de son mari. Il connaissait bien les problèmes des personnes qui se vivaient loin de chez elles, dans un pays dont elles ne parlaient pas la langue et dont elles ne connaissaient pas les mœurs. C’est pour cette raison que Konrad avait donné une forme italienne à son nom ; il savait que la meilleure stratégie pour réussir dans un pays étranger était de s’adapter : « Ce n’est pas le pays qui doit s’adapter à l’homme, mais l’homme qui doit s’adapter au pays »2, écrivit-il à la marquise.

2La chose la plus importante pour réussir l’intégration d’une princesse dans la cour de son mari était donc sa capacité d’adaptation. Le processus d’acculturation commençait pendant le voyage, le mieux étant que la femme, à son arrivée à la cour du mari, fasse, pour ainsi dire, déjà partie de cette cour. Le voyage représentait alors pour la mariée une période de changement, au cours de laquelle la fille devenait épouse, et la princesse ferraraise, polonaise ou espagnole devenait princesse française, florentine ou anglaise. Le voyage de la jeune mariée vers la cour de son mari permet donc d’étudier les différents processus de transferts et de transformations autour de femmes transplantées dans un monde nouveau.

3Bien que les voyages des mariées vers les résidences de leurs futurs maris soient d’usage dans toute l’Europe, la langue française – comme l’anglaise – ne les désigne sous aucun terme précis ; en allemand, au contraire, la différence entre Hochzeitsreise (voyage de noces) et Brautfahrt (le voyage de la jeune mariée vers son mari) est nette. Les historiens français qui travaillent sur ce sujet préfèrent donc parler de « voyage » tout court. Régine Le Jan a été la seule à créer une expression particulière : dans ses travaux sur les femmes du Haut Moyen Âge, elle parle en effet de « voyage matrimonial3 ». Dans cet article, le terme « voyage nuptial » sera utilisé pour désigner le voyage de la jeune mariée vers la cour de son futur mari.

Le voyage nuptial

4Qu’est-ce qu’un voyage nuptial ? Il s’agit d’un acte social chargé d’un sens spécifique et qui, comme tous les actes sociaux, a une signification symbolique qui va bien au-delà de ce qu’on peut imaginer au premier coup d’œil. La difficile question de savoir si le voyage nuptial est vraiment un voyage est abordée dans plusieurs publications sur les voyages à l’époque moderne. On voit généralement les voyages comme des déplacements entrepris soit par plaisir, soit pour des raisons commerciales, ou bien encore pour apprendre ou découvrir et, le plus souvent, le voyageur retourne à l’endroit d’où il est parti4. Le voyage nuptial, par contre, est souvent un déplacement forcé et il est très rare que la mariée retourne un jour à la cour de son père : dans la plupart des cas, le voyage nuptial est donc « un voyage sans retour, une véritable expatriation5 ». Pour cette raison, le voyage nuptial n’est en général pas considéré comme un « vrai » voyage, mais plutôt comme une sorte de migration6. Par conséquent, ce type de voyage est rarement traité par les historiens travaillant sur les voyages de la noblesse aux temps modernes. Cela paraît très étonnant car ce voyage nuptial étant aussi une opération de prestige, il fait partie des événements de la vie des princesses qui ont laissé le plus de témoignages. Le père qui, le plus souvent, était responsable du voyage de sa fille jusqu’à la frontière ou jusqu’à l’endroit, préalablement convenu dans le contrat de mariage, où sa fille était remise à son nouvel époux avait besoin de vérifier que toutes les clauses du contrat étaient respectées et que tous les honneurs étaient rendus à sa fille. Le futur mari voulait surtout avoir des renseignements sur sa future femme, qu’il n’avait encore jamais vue.

5Les sources sont donc nombreuses. Ce sont, en premier lieu, des lettres  écrites par la mariée, par ses accompagnateurs, par des gens au service du père ou du futur mari. Sur le voyage nuptial d’Anne d’Este à travers les Alpes, en 1548, un ensemble de lettres, échangées par, d’un côté, les accompagnateurs de la princesse et la cour du père et, de l’autre, la famille du futur mari a été conservé7. Par ailleurs, des récits de voyage ou des « discours », écrits par les personnes accompagnant la mariée, donnent des informations précieuses et des détails sur les voyages nuptiaux. Le voyage des sœurs Barbara et Jeanne d’Autriche, en 1565, est décrit par plusieurs de ces textes8. À partir du XVIIIe siècle, les mémoires (ou les textes dénommés ainsi) deviennent plus importants pour les descriptions des voyages. Ils représentent des sources précieuses, dont on ne doit cependant pas sous-estimer le caractère littéraire. De plus l’historien dispose des chroniques des villes traversées par le cortège ainsi que des tracts et des « journaux », qui racontent les événements à l’occasion du passage d’une princesse en voyage nuptial à un endroit précis.

6À côté de ces textes, il existe aussi toute une série de sources provenant des chambres de comptes des princes : par exemple des factures pour des objets que les mères donnaient à leurs filles ou bien des commandes passées à des menuisiers pour fabriquer des caisses servant au transport des bagages. Cependant, chose étonnante, bien que presque chaque membre féminin de la haute noblesse ait fait un voyage nuptial, aucun texte normatif destiné à aider ces femmes à faire face à cette situation n’est connu. Des auteurs comme Christine de Pizan ou Anne de France donnent à leurs lectrices des conseils sur leurs devoirs de femmes mariées, mais ne disent rien du voyage nuptial9. Le seul texte consacré à la question est « De institutione vivendi », écrit en 1476 par Diomede Carafa pour Béatrice de Naples. Avant de partir en voyage en Hongrie, où elle allait épouser le roi, Béatrice demanda des conseils sur la manière de se comporter pendant son voyage et pendant les premiers moments passés à la cour de son mari. L’idée principale du memoriale de Carafa est de préparer la mariée, dès son voyage nuptial, à sa future vie d’épouse et de reine de Hongrie. Selon l’auteur, le comportement de la jeune femme pendant le voyage, et la façon dont il sera perçu par les Hongrois présents sera la base de sa vie comme reine de Hongrie10.

7Les voyages nuptiaux sont parmi les actes culturels les plus anciens. Chez les peuples germaniques, on se mariait « par étapes ». Une de ces étapes était la traditio, la remise officielle de la femme à son mari. La fiancée était conduite publiquement par son père jusqu’à la maison du futur mari. Chez les Francs, le voyage nuptial présente déjà tous les caractères distinctifs que l’on connaît aux temps modernes, et surtout son aspect définitif11. Comme les autres rites matrimoniaux, le voyage nuptial fait partie des rituels de séparation et d’accueil. Ceux-ci aident à assumer le changement dans la situation juridique et sociale des nouveaux mariés. Pour les familles nobles, le voyage nuptial était particulièrement important car il manifestait leur capacité à maîtriser l’espace mais également à inscrire leurs réseaux dans un territoire particulier. Le voyage nuptial était donc utilisé par la famille de la mariée, aussi bien que par celle du mari, comme un moyen de représentation. Dans la plupart des cas, le groupe de personnes accompagnant la princesse était donc une sorte de copie de la cour et de son cérémonial.

8On peut distinguer plusieurs types de voyage nuptial. En premier figure le voyage le plus « classique » où un représentant du futur mari se présente à la cour du père de la mariée et épouse la jeune femme per procura, au nom de son prince. Après ce premier mariage formel, la princesse se met en route vers la résidence de son mari où, peu après son arrivée, le couple est uni lors d’une cérémonie somptuaire, avant de consommer le mariage. La plupart des exemples utilisés plus loin fait partie de cette catégorie. Mais un voyage nuptial peut aussi être le voyage que le prince fait à la cour de sa future femme, lieu où le mariage est célébré et où le prince demeure après le mariage. Le couple ne retourne donc pas à la résidence du mari. C’est le cas lorsque la mariée est une reine ou une princesse régnante, comme Marie de Bourgogne qui épouse l’archiduc Maximilien, futur empereur Maximilien Ier, en 1477. Dernier cas, appelé en allemand Heimführung ou Einholung : le futur mari vient chercher la mariée pour la ramener ensuite en sa cour. Ceci se justifie par la position supérieure de la femme dans la hiérarchie nobiliaire, comme par exemple Renée de France, fille de Louis XII, roi de France, et Hercule d’Este, fils du duc de Ferrare, en 1528.

9Le voyage nuptial « classique », qui nous intéresse principalement ici, se déroulait par étapes. La première était l’adieu à la cour des parents ; puis venait le voyage proprement dit que la mariée accomplissait sous la surveillance des représentants de son père. Pendant cette partie du voyage, la princesse était encore considérée comme la fille de son père. La remise officielle au mari ou à ses représentants constituait le tournant du voyage ; désormais, la jeune femme n’était plus fille mais future épouse, elle passait donc sous la surveillance de la famille de son futur époux. La dernière étape était l’accueil à la cour du mari et le mariage, célébré le jour même ou peu de temps après l’arrivée de la princesse.

Passages de frontières

10La frontière est habituellement représentée sous la forme d’une ligne nettement définie résultant d’une décision politique ou de limites naturelles. Or, en réalité, ces fleuves, ces côtes et ces montagnes ne sont pas des frontières naturelles, mais des limites conventionnelles. On peut les expliquer historiquement, mais pas géographiquement, comme le fait remarquer Lucien Febvre : « il n’y a rien de “donné tout fait” à l’homme par la nature, rien d’imposé à la politique par la géographie »12. La (re)construction de la frontière est donc le fait de celui qui la franchit. Quand des personnes qui, au XVIIe siècle, habitaient dans la région voisine de la frontière entre Bohême et Saxe, ont dû s’enfuir pour des raisons religieuses, elles ont traversé une frontière qui, jusqu’à leur départ, n’avait jamais joué un rôle dans leur vie de tous les jours13. C’est donc seulement dans des situations bien précises qu’une frontière devient une frontière. Notre représentation de la frontière comme quelque chose de naturel, ou comme une ligne, est fortement marquée par les conceptions idéologiques et géopolitiques du XIXe siècle. Edmund Leach a, par exemple, développé, pour une région correspondant à la Birmanie actuelle, « a concept of a frontier as a border zone through which cultures interpenetrate in a dynamic manner ». À Bali, au XIXe siècle, il y avait, comme on le sait par Clifford Geertz, des « border strips » mais pas de « well-drawn frontiers ». Et les peuples de Célèbes, aujourd’hui Sulawesi, admettaient qu’un territoire s’étendait aussi loin que pouvait porter le regard14.

11La recherche historique des dernières décennies s’est concentrée sur la « hidden frontier », la frontière « invisible », « intériorisée » ou « introuvable »15. Des frontières culturelles invisibles existaient par exemple entre les catholiques et les protestants à Augsbourg, comme l’a montré Étienne François. Ces frontières étaient invisibles et très ambivalentes, parfois stables, parfois variables, mais elles représentaient des réalités de la vie et constituaient des influences essentielles. Les frontières invisibles franchies par les femmes au cours de leur voyage nuptial étaient d’un ordre tout à fait équivalent. Ce franchissement des frontières suscitait chez elles un fort sentiment d’étrangeté qui reposait moins sur de véritables différences culturelles que sur des représentations et des suppositions. Cependant, ce sentiment était bien réel et était renforcé par le fait que la princesse n’était pas seulement en mouvement dans l’espace, mais aussi en train de passer du statut de fille à celui d’épouse, et d’une famille à l’autre. Mais surtout, pendant son voyage, la jeune femme changeait de système de référence culturelle. Ce changement s’accompagnait de passages de frontières symboliques, autant d’étapes qui étaient en général soigneusement mises en scène. La cérémonie des adieux et celle de bienvenue devenaient ainsi des jalons dans le processus qui transformait la fille en épouse, tout en la rendant membre d’une cour étrangère.

12Quatre moments du voyage nuptial avaient, en tant que passages de frontières symboliques, une valeur particulière. Il s’agit ici de les étudier. Le premier temps était l’adieu à la famille, aux parents, aux frères et sœurs et aux habitants de la ville natale. Venait ensuite la remise officielle au mari ou à ses représentants, à un endroit fixé au préalable. Elle s’accompagnait normalement d’un changement dans les vêtements, la coiffure et le comportement de la princesse. Le troisième moment essentiel était la première rencontre avec le mari, suivi des premiers jours et semaines passés ensemble. Le dernier temps important était le départ des personnes de la suite de la princesse vers la cour du père ; il pouvait avoir lieu pendant le voyage lui-même, lors de la remise officielle, ou plus tard, quelques semaines après l’arrivée à la cour du mari. Ce dernier moment avait une importance capitale puisque ces personnes représentaient pour la princesse le dernier lien avec la famille paternelle.

L’adieu à la famille

13L’adieu de la mariée à sa famille et à sa ville natale commençait par une fête et se terminait avec la procession de la jeune femme et de sa suite vers sa voiture ou son bateau, escortée par les habitants de la ville. Habituellement, la princesse était suivie un certain temps par des membres de sa famille qui la quittaient à mesure que le voyage avançait. Ce premier passage, du confort de la famille vers le voyage, soit vers une situation difficile et pleine de risques, était souvent accompagné par des signes parfois exagérés de chagrin. L’adieu de Yolande de Lorraine à son frère et à sa femme en 1497 fut marqué par de « grans pleurs et gemissemens16 ». Pour l’adieu d’Anne d’Este de sa famille en 1548, Cyprian de Rore composa une chanson dont le texte dramatise les émotions de la mère et des sœurs de la princesse : « En voz adieux, dames, cessés voz pleurs […]. / Ne plourés plus de sa beaulté l’absence, / Dont vous pensés estre privez vos yeulx »17. Encore plus dramatique fut l’adieu de Barbara Gonzague à sa cousine Gentilia, en 1474. Les deux filles avaient été élevées ensemble et étaient très proches. Un chroniqueur de Mantoue raconte que Gentilia, au moment du départ de sa cousine, mourut subitement de chagrin18.

14Ces exemples révèlent de quelle façon le passage de la première frontière est mis en scène dans une séparation et un chagrin publics. Il est important de constater que le véritable chagrin que ces femmes ressentaient n’était pas démenti par cette mise en scène. Rares cependant sont les documents où des femmes expriment leurs sentiments lors de l’adieu à leur famille. Néanmoins, on connaît une lettre de Marie-Antoinette à sa mère, écrite en 1776, soit six ans après son voyage nuptial, dans laquelle elle s’exprime sur leur séparation : « Quand je suis partie de Vienne, j’étais encore enfant, mon cœur était bien déchiré de me séparer de ma chère mère »19.

15Au cours du voyage, la nouvelle mariée était confrontée à bien d’autres situations pénibles. L’ambassadeur du duc de Ferrare, qui appartenait à la suite accompagnant Renée de France en Italie, écrivit en novembre 1528, que seule l’idée de rencontrer bientôt sa nouvelle famille avait donné à la jeune femme la force de continuer son voyage, sans quoi elle « n’aurait jamais pu arriver saine et sauve à cause des difficultés du voyage »20. Parmi ces difficultés, figuraient d’abord les mauvaises routes et les conditions météorologiques. Souvent, il était difficile de trouver à manger pour tout le monde, ce qui n’est pas étonnant vu la taille des suites qui accompagnaient les princesses : Bonne de Savoie était suivie en 1468 par 159 personnes et 123 chevaux, Barbara Gonzague en 1474 par 70 personnes et 200 chevaux, Anne d’Este en 1548 par 400 personnes et 350 chevaux. Des groupes aussi nombreux de voyageurs n’avaient pas seulement des problèmes pour trouver de la nourriture mais aussi pour se loger, les dames étaient parfois obligées de dormir par terre21. Un jour, lors de son voyage nuptial en 1497, Yolande de Lorraine ne trouva pas assez de place pour faire dormir tout le monde dans un petit village sur la route ; elle continua donc son chemin jusqu’à un monastère. Mais les moines tenant à leur vœu de chasteté, ne voulurent pas faire entrer les femmes dans le monastère si bien que la princesse dût passer la nuit dans la cabane d’un pauvre homme, « en chambre si bien tapissée que les quatre ventz y venoient »22.

16Les situations de guerre et les conflits militaires posaient d’autres problèmes aux voyageurs. Quand Marguerite de Savoye traversa le Jura pendant l’Ancienne guerre de Zurich en 1445, elle dut se faire accompagner par une escorte de 600 hommes d’armes pour la protéger, elle et sa suite, d’actes de guerre23. Bien d’autres crises naissaient de conflits parmi les membres de la suite des princesses et de disputes de préséance. En général, la mariée avait le douteux privilège de se trouver au centre de ces disputes sans pouvoir trouver de solution. Quand le cuisinier de Yolande de Lorraine perdit son cheval pendant le voyage, les hommes de son futur mari, les seuls à avoir les moyens d’acheter un nouveau cheval, refusèrent de lui en procurer un autre : « si Madamoyselle vouloit avoir ung tel cuysenier pour elle, qu’elle le pourveust de cheval, car ilz n’avoient point d’argent pour luy en achapter, dont Madamoyselle fust aucunement estonnée »24. Pendant le voyage nuptial de Jeanne d’Autriche en Italie en 1565, son écuyer se fâcha si fort contre un jeune page qu’il lui donna une gifle qui le défigura, sans que la mariée puisse y remédier25. La dernière difficulté tenait à ce que beaucoup de ces jeunes mariées, une fois arrivées à l’endroit de la remise officielle au mari, devaient attendre leur futur époux pendant plusieurs semaines, comme Bianca Maria Sforza, qui attendit trois mois l’arrivée de Maximilien Ier à Innsbruck26.

La remise au mari

17La première partie du voyage nuptial prenait fin à l’arrivée de la jeune mariée sur les lieux de la remise officielle au mari. Celui-ci n’était pas toujours présent personnellement pour recevoir sa future femme, il s’agissait alors d’une remise symbolique de la jeune fille à des représentants de l’époux. Le plus souvent, le lieu était choisi avec beaucoup de soin par les deux familles. Pour Marie-Thérèse et Louis XIV, ce fut une île au milieu du fleuve Bidassoa, qui marquait la frontière entre la France et l’Espagne. Pour Marie-Antoinette et le futur Louis XVI, une petite maison fut construite spécialement sur une île du Rhin, entre Kehl et Strasbourg. La zone neutre entre les territoires de deux principautés jouait donc un grand rôle dans le passage de frontière symbolique de la mariée d’une famille à l’autre. Le carrosse qui transportait Sophie Dorothée de Hanovre en 1706 en Prusse s’arrêta pendant quelques instants dans la zone neutre entre Lüneburg et Brandenbourg, événement qui fut interprété comme un mélange de « deux actes contraires, à savoir une bienvenue et un adieu »27.

18Les deux familles faisaient très attention à ce que leurs droits fussent scrupuleusement respectés. Quand, en novembre 1615, Anne d’Autriche et Elisabeth de France, futures femmes de Louis XIII et de l’infant Philippe, furent échangées à la frontière entre la France et l’Espagne, des deux côtés du fleuve Bidassoa, les camps étaient parés de manière symétrique. Les bateaux des deux princesses partirent exactement en même temps, s’approchèrent et se rencontrèrent exactement au milieu du fleuve, où les princesses échangèrent leurs embarcations ; puis les navires se rendirent, toujours simultanément, de l’autre côté du fleuve28. Si les territoires des mariés n’avaient pas de frontière commune, on en construisait une symbolique. Quand Anne de Foix rencontra son mari Vladislav II, roi de Bohême et de Hongrie, un simple tapis fit office de frontière. Au moment où la mariée marchait sur le tapis, le mari quitta sa tente, dressée de l’autre côté, et s’approcha de sa future femme exactement jusqu’au milieu du tapis, où elle s’agenouilla devant lui29.

19L’élément le plus remarquable de la cérémonie de remise au mari et celui qui frappait le plus les contemporains dans le déroulement du franchissement des frontières symboliques était le changement de vêtements et de coiffure de la jeune femme. Dans les récits des contemporains qui accompagnent ou rencontrent une princesse lors de son voyage nuptial, la description de ce moment occupe une place toute particulière. Les princesses se rendaient bien compte de l’importance accordée par le mari et sa cour à leurs vêtements. Renée de France avait même envoyé ses mesures à Ferrare avant le début de son voyage parce qu’elle voulait arriver en Italie habillée selon la mode italienne30. Que le remplacement des vêtements se fasse en une fois, dans un acte bien mis en scène, ou plus ou moins « naturellement », par petites étapes pendant le voyage et les premières semaines à la cour du mari, est équivalent d’un point de vue symbolique.

20L’acte symbolique de remplacement des vêtements de la mariée est particulièrement bien connu pour les futures reines de France. Ainsi, en 1570, lors de sa première rencontre avec Charles IX, Elisabeth d’Autriche étant habillée à la mode de la cour impériale ; tout de suite après son arrivée, la reine-mère l’emmena dans une chambre pour se changer31. Marie-Antoinette était habillée « à la française » quand elle arriva à Strasbourg, en territoire français32. Bien que ces changements de vêtements semblent être, à première vue, une spécialité française, on en connaît des exemples pour d’autres pays. Maximilien Ier donna, par exemple, lui-même l’ordre d’habiller sa femme « a la Todesca »33. Edwige de Pologne, quand elle arriva à Landshut en 1475, fut emmenée dans une petite chapelle de l’église pour y changer de vêtements. Ce geste produisit chez la princesse un tel sentiment de dépaysement qu’elle pleura pendant toute la cérémonie du mariage. Cependant, la jeune femme, dont les cheveux étaient tressés en une seule natte, à la polonaise, fut toutefois autorisée à conserver son étrange coiffure. On la dissimula sous une décoration et cela fut apparemment suffisant pour la cérémonie de mariage34.

21Dans certains cas la transformation de la garde-robe était progressive, pendant le voyage ou même après l’arrivée à la cour du mari. Ainsi, la façon de s’habiller et de se coiffer d’Anne d’Este s’est lentement modifiée au cours de son voyage nuptial en 1548. Pendant les premières semaines du voyage, elle était habillée à la mode italienne mais quand, deux mois après son départ de Ferrare, elle arriva à Paris, elle était habillée « alla francese »35. Un peu plus d’un siècle plus tard, la mutation vestimentaire de Marie-Thérèse après son mariage avec Louis XIV se fit selon les mêmes modalités. Quand la cour française rencontra la cour espagnole pour recevoir la mariée, chacun put témoigner de la métamorphose de la princesse, qui, de l’espagnole « Infanta María Teresa » était devenue la reine française Marie‑Thérèse. Lors de sa première rencontre avec la cour de France, la princesse espagnole était habillée selon la mode de son pays mais avant de pouvoir être présentée à son mari, elle dut se changer, pour plaire au roi et pour se rendre désirable. Le jour suivant, Marie-Thérèse était encore habillée à la façon espagnole, mais déjà « coiffée moitié à la Françoise ». Le jour de son mariage, elle portait un habit à la française, « coiffée encore un peu à l’Espagnole ». Selon la source qui fait état de ces événements, la princesse devenait plus belle de jour en jour, jusqu’au point où elle correspondit tout à fait à l’image que les Français se faisaient d’une « vraie » reine de France36. Néanmoins, il pouvait arriver que la princesse oppose une certaine résistance à la mode de la cour du mari et essaye de garder au moins quelques détails de sa tenue habituelle. Jeanne d’Autriche, le jour de son mariage avec le fils du grand-duc de Toscane, apparut habillée selon la mode de la cour de son mari ; mais le jour suivant, bien que son corps fût vêtu d’une robe florentine, sa tête resta coiffée selon la mode de la cour impériale où elle avait grandi37. Edwige de Pologne dût changer de vêtements pour son mariage ; mais le soir, pour le bal, elle apparut habillée selon la mode de son pays d’origine38.

22Presque tous les récits émanant de personnes appartenant à la cour du mari contiennent des critiques à propos des vêtements et de la coiffure de la mariée, avant qu’elle ne se soit changée. Une princesse étrangère ne pouvait être considérée belle par son nouvel entourage que si elle rentrait dans le système culturel de la cour du mari, soit lorsqu’elle se conformait aux normes et au goût de cette cour. Renée de France choqua tout Ferrare quand, le jour du couronnement de son mari, elle apparut, avec ses dames, habillée « alla costume di Franza »39. Ces particularités culturelles expliquent qu’on trouve, dans presque toutes les sources décrivant les premières semaines d’une princesse à la cour de son mari, des remarques selon lesquelles elle serait devenue beaucoup plus belle après avoir changé de vêtements. Anne de Foix avait déjà été décrite comme « l’une des belles dames que jamais avoient veu en icelluy royaume » lors de son arrivée en Hongrie ; mais elle devint encore plus belle au moment de son couronnement : « sa beauté augmenta quand elle fut couronnée »40. Marie‑Thérèse devint « plus belle & plus aimable » à mesure qu’elle renouvelait sa garde-robe, et Marie-Antoinette, après avoir changé sa parure, apparaissait à son entourage « mille fois plus charmante »41.

La première rencontre avec le mari

23La première entrevue de la princesse avec son futur mari était un moment essentiel du voyage nuptial. Cette rencontre pouvait avoir lieu au moment où la jeune femme arrivait dans le territoire de son mari ou bien seulement quand elle arrivait à la cour. Dans tous les cas, le sentiment de dépaysement culminait lors de la première entrevue avec le mari. En général, les deux époux ne s’étaient jamais vus auparavant, la tension nerveuse était donc immense. Souvent, on essayait de la réduire par des plaisanteries ou des stratagèmes. Anne d’Este et son beau-père, qui avait fait une partie du voyage avec elle, préparèrent une « surprise » pour sa première rencontre avec son mari François de Lorraine, en décembre 1548 : une des dames de la suite d’Anne d’Este, habillée et coiffée comme une princesse, fut présentée au mari comme sa future femme, pendant que la vraie princesse, habillée modestement, se tenait à l’écart. François de Lorraine ne se rendit compte de rien, il salua et embrassa la fausse princesse et ignora la modeste suivante ; c’est seulement quand Anne d’Este se démasqua qu’il reconnut sa véritable future épouse42. Quand Galeazzo Maria Sforza et Bonne de Savoie se rencontrèrent pour la première fois en 1468, le duc envoya son frère à sa place. Mais, parmi les hommes présents, la mariée reconnut son mari, à cause de sa ressemblance avec un portrait qu’elle avait déjà vu et de la réaction des gens de sa suite43. De la même manière, Charles IX rendit visite en secret à sa future femme Elisabeth d’Autriche en 1570, la veille de leur première rencontre officielle : il alla secrètement chez elle, déguisé en Allemand, et fit semblant d’être un des hommes du service de table de la princesse. Il eut ainsi le temps de la regarder à loisir sans être aperçu44.

24Une autre barrière existait lors de la rencontre entre les futurs époux : celle de la langue. La plupart du temps, les promis n’avaient pas la même langue maternelle et il était rare qu’ils comprennent tous deux le latin : ils ne pouvaient donc pas se parler. Maximilien Ier et Marie de Bourgogne communiquaient, au début, uniquement par gestes et par expressions45. En général, les mariés se servaient d’un interprète. Quand Eberhard de Wurttemberg se rendit à Mantoue, en 1474, pour épouser Barbara Gonzague, la fille du marquis, il ne parlait ni italien, ni latin, mais il communiqua avec elle à l’aide d’un traducteur46. Comme Barbara Gonzague, malgré sa mère allemande, ne parlait pas l’allemand, le couple utilisa longtemps un interprète. Même quand la jeune femme accoucha de son premier enfant, en août 1475, il y avait un interprète à côté de son lit qui traduisait les paroles de consolation et de réconfort que son mari prononçait47.Comme presque toutes les princesses mariées dans une cour étrangère, Barbara Gonzague apprit vite l’allemand. Eléonore d’Autriche parlait si bien l’italien, après son mariage avec le duc de Mantoue en 1561, qu’elle jouait le rôle d’interprète quand il y avait des hôtes allemands à la cour48. Anne d’Este parlait déjà le français quand elle arriva à Paris, grâce à sa mère française. Et Marie‑Antoinette, après quelques années à la cour de France, commença à prendre des leçons d’allemand parce qu’elle craignait d’oublier sa langue maternelle. La baronne d’Oberkirch raconte dans ses mémoires qu’en juin 1782 la reine l’aurait ainsi priée : « parlez-moi donc un peu allemand ; que je sache si je m’en souviens. Je ne sais plus que la langue de ma nouvelle patrie »49.

Le départ de la suite de la princesse

25La jeune mariée franchissait la dernière frontière symbolique au moment où elle renvoyait les personnes de sa suite vers la cour de son père. C’était un moment essentiel dans le processus de transition entre sa famille d’origine et celle de son mari. Pour la jeune mariée, le départ du cortège était en général très douloureux parce que les hommes et surtout les femmes de sa suite la connaissaient depuis longtemps, et représentaient le dernier lien avec la cour de ses parents. Souvent, pour se prémunir d’éventuels problèmes, la question du cortège était réglée dès le contrat de mariage. La plupart du temps, le cortège était renvoyé lors de la remise de la princesse à son mari, mais parfois certaines personnes restaient avec la mariée jusqu’à la fin du voyage nuptial. Sur les quatre cents personnes qui accompagnaient Anne d’Este jusqu’à Grenoble en 1548, seuls deux gentilshommes italiens, sa nourrice, son serviteur personnel et une ou deux demoiselles de sa suite restèrent avec elle jusqu’à son arrivée à la cour de France. Pour la princesse, renvoyer sa suite à Ferrare représentait aussi la séparation d’avec sa ville natale, sa langue et sa culture d’origine. Elle pleurait et se montrait « toutte fachée et éplourée »50. De telles descriptions sont courantes : l’adieu de Yolande de Lorraine à sa suite « ne fust sans souppirer », et les circonstances douloureuses des adieux de Marie‑Antoinette à la sienne sont ainsi décrites : « On lui retira, comme c’est d’usage, les personnes de sa maison ; elle pleura beaucoup, et les chargea d’une infinité de choses pour l’impératrice, pour les archiduchesses ses sœurs et pour ses amies de Vienne »51.

26Du côté du mari, bien des raisons le conduisaient à insister sur le renvoi de la suite de sa femme, elles concernaient le prestige tout autant que l’argent. La suite d’une princesse étrangère rencontrait également à la cour du mari un système social qui fonctionnait selon des règles différentes. Souvent, les dames accompagnant la mariée à la cour du mari et y restant étaient objet de scandale. Madame de Soubise, dame d’honneur française de Renée de France, se vit attribuer la responsabilité de l’intégration manquée de la princesse et fut finalement renvoyée en France52. La dame d’honneur d’Élisabeth de Valois fut également forcée de quitter la cour d’Espagne, le roi voyant en elle un obstacle à l’adaptation de sa femme à son nouvel entourage.53 Bianca Maria Sforza était si liée à l’une de ses demoiselles d’honneur italiennes qu’elle prononçait son nom même en dormant. L’ambassadeur du duc de Milan raconte que la princesse aurait parlé dans son sommeil : « Oh la mia Violante ! » aurait-elle dit, ce à quoi son mari, l’Empereur, aurait répondu : « io non sono Violante. » La demoiselle dut rentrer en Italie54.

Conclusion

27Ces exemples de voyages nuptiaux laissent paraître plusieurs points communs. Le voyage nuptial se présente toujours comme un processus de transformation individuelle qui s’insère dans un autre, plus vaste, d’échange entre deux cours. Une de ses caractéristiques essentielles est son caractère définitif qui a pour corollaire la rupture avec la culture de la cour d’origine. La jeune femme ne se déplace pas seulement dans l’espace, elle change aussi de cadre de références culturelles. Elle est donc obligée de s’adapter aux normes et aux attentes de sa nouvelle cour. Le plus souvent, ce changement se produit au cours du voyage. On trouve dans tous les exemples étudiés des cérémonies d’adieux et de bienvenue, ainsi que des mises en scène de la douleur et de la tristesse. Finalement, le voyage nuptial est toujours une expérience douloureuse pour la jeune mariée. Marie‑Antoinette eut par exemple du mal à s’habituer à sa nouvelle vie. Après son arrivée en France, elle écrivit à sa mère : « quoique je suis très bien ici, je souhaiterais pourtant ardemment de revenir voir ma chère et très chère famille au moins pour un instant »55. Quelquefois, même après plusieurs années à la cour du mari, la jeune femme n’avait pas réussi à surmonter ces expériences douloureuses. Barbara Gonzague se trouvait bien en Allemagne et était aimée de son mari. Mais à la mort de ce dernier, vingt ans après son arrivée, une lettre adressée à sa famille d’origine témoigne de son mal du pays et de son désir de retourner en Italie : « Je ne désire rien plus que de retourner dans ma patrie [ripatriare], vivre et mourir ce peu de temps qui me reste avec ceux de mon sang et parmi les miens »56.

28Il existe cependant des exemples d’intégration réussie. Anne d’Este s’adapta fort vite et fort bien à sa nouvelle vie ; elle parlait le français et était bien intégrée à la cour de France; elle ne manifesta jamais le désir de retourner en Italie. La capacité d’adaptation de la jeune femme à de nouvelles situations est donc primordiale, mais la mise en place de frontières symboliques lors d’un voyage nuptial est aussi très utile. Les passages de ces frontières étaient des moments où la tension et le dépaysement atteignaient leur paroxysme, comme lors de la remise de la mariée au mari ou encore l’échange des vêtements : ils étaient très soigneusement mis en scène. En même temps, sous certaines conditions, le franchissement de frontières symboliques pouvait aider à l’accomplissement du processus d’acculturation et permettre ainsi à la jeune femme de surmonter l’éloignement. Le voyage nuptial pouvait ainsi devenir un moyen pour la mariée de s’adapter aux coutumes et aux normes de la cour de son mari et de mieux entamer sa nouvelle vie dans le cadre d’une nouvelle cour. D’Anne d’Autriche, un contemporain disait « étant femme raisonnable, elle s’est vite habituée et conformée aux manières du pays »57.

29Christiane Coester

30Université de Sarre-Institut historique allemand.

Haut de page

Notes

1  Merci à Denis Villard pour sa relecture attentive de ce texte.

2 Lettre de Konrad von Hertenstein à Barbara de Brandenbourg, 4 octobre 1474, in Karl-Heinz Spieß, « Fremdheit und Integration der ausländischen Ehefrau und ihres Gefolges bei internationalen Fürstenheiraten », in Thomas Zotz (dir.), Fürstenhöfe und ihre Außenwelt. Aspekte gesellschaftlicher und kultureller Identität im deutschen Spätmittelalter, Würzburg, Ergon, 2004, p. 267-290, ici p.279 : « ain yde person mus sich nach aim lantcz siten richten, das lant richt sich nach dem menschen nicht ».

3  Régine Le Jan, Femmes, pouvoir et société dans le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2001, p. 42.

4  Werner Paravicini, « Von der Heidenfahrt zur Kavalierstour. Über Motive und Formen adligen Reisens im späten Mittelalter», in Horst Brunner & Norbert Richard Wolf (dir.), Wissensliteratur im Mittelalter und in der Frühen Neuzeit, Wiesbaden, Reichert, 1993, p. 91-130 ; Sabine Holländer, « Reisen – die weibliche Dimension », in Michael Maurer (dir.), Neue Impulse der Reiseforschung, Berlin, Akademie Verlag, 1999, p. 189-207.

5  R. Le Jan, Femmes, pouvoir et société…, p. 42.

6  Folker Reichert, Erfahrung der Welt. Reisen und Kulturbegegnung im späten Mittelalter, Stuttgart, Kohlhammer, 2001, p. 15.

7  Christiane Coester, Schön wie Venus, mutig wie Mars. Anna d’Este, Herzogin von Guise und von Nemours (1531-1607), Munich, Oldenbourg, 2007, p. 102-116.

8 Brigitte Grohs, « Italienische Hochzeiten. Die Vermählung der Erzherzoginnen Barbara und Johanna von Habsburg im Jahre 1565 », in Mitteilungen des Instituts für Österreichische Geschichtsforschung, 96, 1988, p. 331-381, ici p. 349.

9  Christine de Pizan, Le Livre des Trois Vertus, ed. C.C. Willard & E. Hicks, Paris, Champion, 1989 ; Anne de France, Enseignements à sa fille, suivis de l’Histoire du siège de Brest, ed. T. Clavier & É. Viennot, Saint‑Étienne, PSE, 2006.

10  Diomede Carafa, « De institutione vivendi », in Diomede Carafa, Memoriali, ed. F. Petrucci Nardelli, Rome, Bonacci, 1988, p. 211-243.

11  Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 264 et suiv.

12  Lucien Febvre, « Frontière », in Bulletin du Centre international de Synthèse, Section de Synthèse historique, 5, 1928, p. 31-44, ici p. 41. Voir Peter Schöttler, « Présentation: Lucien Febvre ou la démystification de l’histoire rhénane », in Lucien Febvre, Le Rhin. Histoire, mythes et réalités (1935), éd. Peter Schöttler, Paris, Perrin, 1997, p. 11-56.

13  Wulf Wäntig, Grenzerfahrungen. Böhmische Exulanten im 17. Jahrhundert, Constance, UVK, 2007.

14  Edmund R. Leach, « The Frontiers of “Burma” », in Comparative Studies in Society and History, 3, 1960/61, p. 49|-68, ici p. 50 ; Clifford Geertz, Negara. The Theatre State in Nineteenth-Century Bali, Princeton, University Press, 1980, p. 24 et suiv.

15  Robert Sauzet (dir.), Les frontières religieuses en Europe du XVe au XVIIe siècle, Paris, Vrin, 1992, ici les articles de Marie-Madeleine Fragonard, Étienne François et Gérald Chaix. Voir John W. Cole & Eric R. Wolf, The Hidden Frontier. Ecology and Ethnicity in an Alpine Valley, New York, Academic Press, 1974 ; Jörg A. Reiter, Unsichtbare Grenzen. Distinktion und Demarkation bei einer bäuerlichen Gemeinschaft in Nord-Luzon : Maligcong, Mountain Province, Berlin, Reimer, 1992.

16  Discours des ceremonies et autres choses qui se passerent à la conduicte de Madame Yoland de Lorraine et au festin des nopces d’elle et de Guillaume, landgrave de Hesse, en l’an M.CCCC.XCVII, in Henri Lepage, « Mariage d’Yolande de Lorraine avec Guillaume, Landgrave de Hesse », in Recueil de documents sur l’histoire de Lorraine, Nancy, Société d’archéologie lorraine, 1855, p. 23-42, ici p. 26.

17  Cyprian de Rore, « En voz adieux – Hellas, comment », in Cyprian de Rore, Opera omnia, éd. Bernhard Meier, vol. 8, Neuhausen, American Institut of Musicology, 1977, p. 39-43.

18  Carlo d’Arco (éd.), « Cronaca di Mantova di Andrea Schivenoglia dal MCCCCXLV al MCCCCLXXXIV », in Raccolta di cronisti e documenti storici lombardi inediti, vol. 2, Milan, Colombo, 1857, p. 117-194, ici p. 180 : « quando questa spoxa volia e foe per partirsi da Mantova una soa choxina zermana la vene per vedirla, fiola de messer Carlo fradelo de lo marchexo, ge prexe una doia et subito morite quela zovene che era ».

19  Lettre de Marie-Antoinette à Marie-Thérèse, 14 janvier 1776, Versailles, in Évelyne Lever (éd.), Correspondance de Marie-Antoinette (1770-1793), Paris, Tallandier, 2005, p. 239.

20  Lettre de Bartolomeo Prosperi à Alphonse d'Este, 3 novembre 1528, Pavìa, in Bartolommeo Fontana, Renata di Francia, Duchessa di Ferrara, vol. 1, Rome, Forzani, 1889, p. 68 : « non haveria possito mai giungere viva per la difficoltà del viaggio ».

21  Max von Freyberg (éd.), « Herzog Ferdinands, dritten Sohnes Herzog Albrechts V von Bayern (geboren den 21 Jän. 1550), im Jahre 1565 unternommene Reise nach Italien », in Sammlung historischer Schriften und Urkunden, vol. 4, Stuttgart, Cotta, 1834, p. 277-362, ici p. 288 : « frauen Zimmer auf der Erd mehrtails geschlaffen, dann khaine benckh noch Tisch, vil minder Peth verhanden gewest darauff sie schlaffen hetten mögen ».

22  Discours des cérémonies et autres choses…, p. 34.

23  Ernest Cornaz, Le mariage palatin de Marguerite de Savoie, Lausanne, Payot, 1932, p. 35 et suiv.

24  Discours des cérémonies et autres choses…, p. 32 et suiv.

25  M. von Freyberg (éd.), « Herzog Ferdinands Reise…», p. 297 et suiv.

26  Lettre de Bianca Maria Sforza à Ludovico Sforza, 28 décembre 1493, Innsbruck, in Felice Calvi, Bianca Maria Sforza-Visconti, regina dei Romani, imperatrice germanica, e gli ambasciatori di Lodovico il Moro alla corte cesarea, Milan, Vallardi, 1888, p. 48-50.

27 Die grosse Preußisch- und Lüneburgische Vermählungs-Freude, Berlin 1707, in Daniel Schönpflug, « Verhandlung, Inszenierung und Erleben kultureller Unterschiede: Die “europäischen” Heiraten der Hohenzollern 1767-1817 », in Dorothea Nolde & Claudia Opitz (dir.), Grenzüberschreitende Familien­beziehungen. Akteure und Medien des Kulturtransfers in der Frühen Neuzeit, Cologne, Böhlau, 2008, p. 27 : « zwey widrige Actus, nemlich eine Bewillkommnung und ein Abschied ».

28  Thomas Rahn, « Grenz-Situationen des Zeremoniells in der Frühen Neuzeit », in Markus Bauer & Thomas Rahn (dir.), Die Grenze. Begriff und Inszenierung, Berlin, Akademie Verlag, 1997, p. 177-206, ici p. 190 et suiv.

29  Antoine Le Roux de Lincy (éd.), « Discours des cérémonies du mariage d’Anne de Foix, de la maison de France, avec Ladislas VI, roi de Bohème, de Pologne et de Hongrie, précédé du discours du voyage de cette reine dans la seigneurie de Venise, le tout mis en écrit du commandement d’Anne, reine de France, duchesse de Bretagne, par Pierre Choque, dit Bretagne, l’un de ses rois d’armes (mai 1502) », in Bibliothèque de l’École des chartes, 21, 1861, p. 156-185, 422-439, ici p. 428 et suiv.

30  Lettre de Bartolomeo Prosperi à Alphonse d’Este, 14 juillet 1528, in B. Fontana, Renata di Francia…, p. 58 : « Madama Renea vorria venire in Italia al modo di La ».

31  Newe Zeitung, 1570, in Karl Vocelka, Habsburgische Hochzeiten 1550-1600. Kulturgeschichtliche Studien zum manieristischen Repräsentationsfest, Vienne, Böhlau, 1976, p. 109.

32  Suzanne Burkard (éd.), Mémoires de la baronne d’Oberkirch sur la cour de Louis XVI et la société française avant 1789, Paris, Mercure de France, 1970, p. 44 ; Martine Reid (éd.), Mémoires de Madame Campan sur la vie privée de Marie-Antoinette (extraits), Paris, Gallimard, 2007, p. 29.

33  Lettre d’Erasmo Brasca à Ludovico Sforza, 15 mars 1494, Innsbruck, in F. Calvi, Bianca Maria Sforza…, p. 62.

34 Beschreibung der Solennien bey dem Beylager Herzog Georgens von Beyern, des Reichen, 1475, in Sebastian Hiereth, «Zeitgenössische Quellen zur Landshuter Fürstenhochzeit 1475», in Verhandlungen des historischen Vereins für Niederbayern, 85, 1959, p. 3-64, ici p. 25.

35  Lettre de Georgio Conegrani à Francesco Gonzague, 7 décembre 1548, Poissy, in Archivio di Stato di Mantova, Archivio Gonzaga 641, fol. 276r.

36 La Pompe et Magnificence faite au mariage du Roy et de L’Infante D’Espagne, Toulouse, 1660, in Abby Zanger, « Fashioning the Body Politic : Imagining the Queen in the Marriage of Louis XIV », in Louise Olga Fradenburg (dir.), Women and Sovereignty, Édimbourg, University Press, 1992, p. 101-120, ici p. 104 et 111.

37  M. von Freyberg (éd.), « Herzog Ferdinands Reise…», p. 327.

38  Beschreibung der Solennien…, p. 27.

39  Marco Guazzo, Historie di tutte le cose degne di memoria quai del anno M.D.XXIIII. sino à questo presente sono occorse, Venise 1540, fol. 121r.

40  A. Le Roux de Lincy (éd.), « Discours des cérémonies…», p. 433.

41  La Pompe et Magnificence…, p. 111 ; S. Burkard (éd.), Mémoires de la baronne d’Oberkirch…, p. 44. Sur la signification des vêtements lors des mariages princiers, voir également Monique Chatenet, « Les habits de cérémonie: les mariages à la cour des Valois », in Isabelle Poutrin et Marie-Karine Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les princesses d'Europe, XVe-XVIIIe siècle, Rosny-sous-Bois, Bréal, 2007, p. 218-232.

42  C. Coester, Schön wie Venus, mutig wie Mars…, p. 112 et suiv.

43  Gregory Lubkin, A Renaissance Court. Milan under Galeazzo Maria Sforza, Berkeley, University of California Press, 1994, p. 53.

44  Newe Zeitung, 1570, in K. Vocelka, Habsburgische Hochzeiten…, p. 109.

45  Jean Molinet, Chronique, in Hermann Wiesflecker, Kaiser Maximilian I. Das Reich, Österreich und Europa an der Wende zur Neuzeit, vol. 1 : Jugend, burgundisches Erbe und Römisches Königtum bis zur Alleinherrschaft, 1459-1493, Munich, Oldenbourg, 1971, p. 134.

46  C. d’Arco (éd.), Cronaca di Mantova…, p. 179 : « non savia niente taliano, ne letterij, ma con interprete se chonvegnia parlare ».

47  Lettre de Konrad von Hertenstein à Barbara de Brandenbourg, 3 août 1475, Urach, in Joachim Fischer & al. (dir.), Württemberg im Spätmittelalter, Stuttgart, Hauptstaatsarchiv, 1985, p. 24.

48  M. von Freyberg (éd.), « Herzog Ferdinands Reise…», p. 293.

49  S. Burkard (éd.), Mémoires de la baronne d’Oberkirch…, p. 198.

50  Lettre de Louis de Lorraine à François de Lorraine, 3 novembre 1548, Moirans, in Bibliothèque nationale de France, Fonds Français 20467, p. 73.

51  Discours des ceremonies et autres choses..., p. 31; S. Burkard (éd.), Mémoires de la baronne d’Oberkirch…, p. 44.

52  Chiara Franceschini, «La corte di Renata di Francia (1528-1560)», in Adriano Prosperi (dir.), Storia di Ferrara, vol. 6: Il Rinascimento. Situazioni e personaggi, Ferrara, Corbo, 2000, p. 185-214. Sur la situation difficile de Renée de France à Ferrare, voir Caroline zum Kolk, « Les difficultés des mariages internationaux : Renée de France et Hercules d'Este », in I. Poutrin et M.-K. Schaub (dir.), Femmes et pouvoir politique..., p. 102-119.

53  Margarita García Barranco, « La Casa de la Reina en tiempos de Isabel de Valois », in Chronica Nova, 29, 2002, p. 85-107, ici p. 103.

54  Petitione et desiderii particulari de Messer Herasmo [Erasmo Brasca, ambassadeur milanais à la cour impériale], quali se hanno ad intercedere cum lo Illustrissimo Signore Duca de Milano, per mezo de la Illustrissima Duchessa, 1494, in F. Calvi, Bianca Maria Sforza…, p. 157.

55  Lettre de Marie-Antoinette à Marie-Thérèse, 12 juillet 1770, Choisy, in É. Lever (éd.), Correspondance de Marie-Antoinette…, p. 50.

56  Lettre de Barbara Gonzague à Francesco Gonzague, 23 octobre 1496, Böblingen, in J. Fischer & al. (dir.), Württemberg im Spätmittelalter…, p. 23 : « desidero ancora io repatriare, viuere e morire quel puoco che ce resta cum el sangue mio et fra li mei ».

57  Johann Christian Lünig, Theatrum Ceremoniale Historico-Politicum, Oder Historisch= und Politischer Schau= Platz Aller Ceremonien, vol. 2, Leipzig, 1720, p. 384, in T. Rahn, « Grenz-Situationen des Zeremoniells…», p. 193 : « hat es aber als eine vernünfftige Frau bald gewohnet und sich in die Landes=Art geschickt ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christiane Coester, « Passages de frontières. Le voyage de la jeune mariée dans la haute noblesse des temps modernes (XVe-XVIIIe siècle) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1469

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page