Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 2/2

Traces et sens de l'Histoire chez les voyageuses françaises et britanniques dans l'Italie préunitaire (1815-1861)

Nicolas Bourguinat

Résumés

L'article s'appuie sur un important corpus de témoignages laissés par des femmes du premier XIXe siècle (1814-1861), Françaises ou Britanniques, relatifs au voyage en Italie : un peu plus de 150 références composées de récits de voyage publiés, de journaux de route, de journaux intimes, de fragments autobiographiques, ou encore de correspondances. Par opposition aux travaux basés sur de petits échantillons de voyageuses « représentatives » (quoique souvent célèbres à un titre ou à un autre), l'objectif est d'obtenir une vue générale, englobante, de l'approche féminine de l'Italie en tant que terre de loisir, de culture, et finalement ici plus précisément d'Histoire. Il apparaît que le discours féminin n'obéit pas aux stéréotypes attendus et ne se concentre pas sur les mœurs ou sur la sphère domestique. En explorant les routes, les villes et les monuments de la période des Restaurations et du Risorgimento, les voyageuses montrent (plus particulièrement les Britanniques), une propension non négligeable à s'occuper d'objets politiques et historiques : traces du passé proche laissées par les Français, éléments d'archaïsme politique et social (poids des masses pauvres, caractère tyrannique ou arbitraire des pouvoirs), et facteurs de relèvement et de régénération, spécialement à partir des événements de 1848.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Mariana Starke, Letters from Italy in the Years 1792 to 1798, 2 vol., Londres, R. Phillips, 1800. (...)
  • 3  Ainsi que le fait remarquer, après d’autres, Kathryn Walchester, en se focalisant sur Charlotte Ea (...)

1Contrairement à des vues encore trop répandues, les femmes n'étaient aucunement « exclues » du voyage en Italie de l'âge d'or des « grandtouristes ». Même si très rares étaient celles qui tentaient seules l’aventure, le monde des voyageurs d'alors était déjà substantiellement féminisé. Les femmes n'étaient pas davantage écartées a priori de ce terrain en tant que sujet d’écriture. Dès 1800, Mariana Starke devint la première femme à signer un itinéraire-guide de la péninsule, qui devait connaître une belle fortune éditoriale1. La part des femmes dans les  productions manuscrites et imprimées caractéristiques du discours des voyageurs sur l'Italie devait aller en s'amplifiant, de l'époque prérévolutionnaire jusqu'à l'Unité italienne. Cette contribution s'est-elle simplement coulée dans le moule d'une tradition déjà ancienne et essentiellement tracée par des plumes masculines, ou bien peut-on penser au contraire qu'elle a fait diversion de cette tradition, et a permis de la renouveler ? Ce sont des questionnements classiques à propos de l'approche féminine du voyage, des mobilités et de l’altérité2. Mais ce qui retiendra plus spécialement mon attention ici, à propos de l'Italie préunitaire, ce sera le discours sur l’Histoire véhiculé par les témoignages féminins liés au voyage, qu’ils soient imprimés ou manuscrits. Les réponses apportées dans cet article ne reposent pas sur l’analyse d’un échantillon d’ouvrages jugés plus significatifs que les autres, mais sur un corpus beaucoup plus étendu. Peut-on en effet tirer des conclusions valides sur l’approche féminine de l’Italie en sélectionnant un petit nombre de « grandes » voyageuses de la première moitié du XIXe siècle3 ? Il m’est apparu préférable de prendre en considération la totalité de ce que les femmes qui ont arpenté l’Italie préunitaire avaient écrit et/ou publié.

2Le voyage d'Italie était une ancienne tradition. Certains auteurs ont jugé que la participation des femmes y était demeurée essentiellement passive. Pour Elizabeth Garms-Cornides, par exemple, les voyageuses du xviiie siècle restaient enserrées par un carcan d’obligations et de relations. Considérées comme de simples comparses par leurs compagnons de route, elles ne pouvaient guère que prolonger en terre étrangère leurs rôles de maîtresses de maison et éventuellement de mères4. Cependant, la vision d’autres historiens comme Brian Dolan est moins sombre. Elle plaide plutôt, tout au moins pour les femmes de l’aristocratie anglaise, pour les fonctions émancipatrices des séjours sur le Continent5. Shirley Foster a mis également en évidence dans ses travaux ces opportunités d'échapper aux tutelles masculines, ou simplement aux conventions sociales, à propos des séjours féminins dans l’Italie du XIXe siècle6. Or, des environs de 1820 jusqu’en 1860, le voyage vers l'Italie connut un début de démocratisation, dont profitèrent certainement les femmes de la bourgeoisie. Sans que l’on puisse encore parler d’une massification, cependant : car si les voyages en péninsule deviennent plus fréquents, ils restent financièrement coûteux, et ils demeurent soumis à nombre de hasards matériels. Aussi Shirley Foster a-t-elle souligné très justement que l’épreuve physique et morale de certains itinéraires (les routes menacées de brigands, le passage des grands cols, l’ascension du Vésuve…) était souvent recherchée comme telle, et se trouvait valorisée par les voyageuses de cette époque. Cela ne saurait nous faire oublier, néanmoins, que l'Italie préunitaire demeurait comme celle des dernières années de l'Ancien Régime une destination privilégiée des séjours de santé, de convalescence ou de reconstruction (ainsi après la perte d’un enfant, comme pour la comtesse Anna Potocka en 1829, ou après un divorce comme pour l'actrice Fanny Kemble, en 1846). De la même manière, cela n'exclut nullement que les voyageuses du XIXe siècle aient été sensibles comme leurs devancières à l'attraction de l'Italie en tant que terre de culture classique – même si beaucoup déclaraient n'avoir pas autant que les hommes le bagage nécessaire pour en tirer tout le profit. En ce sens-là, l'Italie offrait plus que tout autre pays des itinéraires balisés, avec toute sorte d’arrêts obligés, de visites de lieux canoniques ou emblématiques.

Préambule / Les principaux caractères du corpus franco-britannique étudié7

  • 7  Voir le tableau récapitulatif des auteurs en fin d’article.

3Afin de saisir l'expérience du voyage féminin vers l'Italie dans toute sa diversité, il faut donc prendre la mesure de ce qui, après 1815, continue les orientations du Grand Tour, et en élargit le recrutement social, mais il semble raisonnable aussi d'envisager tous les motifs de déplacement possibles, au-delà du seul voyage de culture et de loisir. Il faut donc inclure dans le corpus les épouses de diplomates et de marchands, les botanistes et scientifiques diverses, les alpinistes, et même les journalistes et autres enquêteuses dont le poids augmente, en fin de période, avec l’actualité de l’Unité italienne (il suffit de voir Louise Colet, qui s'enthousiasma pour les Garibaldiens, comme Alexandre Dumas). Les réflexions qui suivent reposent sur l’analyse exhaustive des quelques 158 références viatiques recensées par mes soins (relations de voyage publiées ou restées manuscrites, mémoires, autobiographies, journaux de route et correspondances), qui concernent l’Italie de 1814 à 1861 et dont l’auteur est une femme. Les Françaises, avec 65 références, représentent 41 pourcent du corpus total. Les textes viatiques qui furent imprimés et publiés du vivant de leur auteur, sous leur signature ou de manière anonyme, comptent pour un peu moins de la moitié de ce total (ils représentent 72 titres, dont les trois quarts pour les voyageuses anglophones), ce qui montre la place extrêmement importante, et trop souvent ignorée par les chercheurs, que tiennent dans cette production les écrits dits « du for privé »8.

  • 9  Bien qu'ils n'abordent pas ou peu les rivages du XIXe siècle, on peut se référer aux remarques à p (...)

4Faute de place, je ne dirai que quelques mots ici des tendances lourdes que laisse apparaître ce corpus. D’abord, pour une tradition littéraire et un secteur éditorial comme le voyage d’Italie9, il faut se demander ce que pèse exactement la contribution des femmes, et comment elle évolue. Côté britannique, après l’apparition discrète au fil des décennies 1770 et 1780 d’un segment féminin des récits de voyage en Italie, confirmé pendant l’époque révolutionnaire et impériale (2 titres pour chaque décennie, soit autour de 10% du total), l’augmentation des écrits féminins est spectaculaire après 1815 : à la fois celle du nombre des témoignages et celle du nombre des publications imprimées, avec en particulier une phase bien identifiable entre 1814 et 1820 (pour les raisons liées à la réouverture du continent après la fin des French wars). La part des femmes s’établit dès lors pour longtemps un peu au-dessus de 20% du total des voyageurs ayant écrit sur leur expérience italienne, et un tout petit plus de 16% des relations publiées de leur vivant. Selon certains auteurs, la proportion des femmes actives dans la profession littéraire pendant la première moitié du XIXe siècle en Grande-Bretagne s’établirait autour de 20%, et de même leur part dans la production imprimée, tous domaines confondus, du roman aux textes de piété. On se situerait donc un peu en dessous de la moyenne générale, mais dans la norme. L’investissement par les femmes britanniques de cette « citadelle » littéraire et éditoriale qu’était le voyage d’Italie n’aurait donc pas eu le contenu conflictuel ou révolutionnaire qu’on lui prête parfois : probablement parce que les conquêtes les plus significatives pour faire reconnaître la dignité des femmes en tant qu’auteurs étaient au fond antérieures.

5Pour les voyageuses françaises, le bilan est plus modeste. L’augmentation des témoignages féminins constatée pour les décennies 1820 et 1830 n’est pas confirmée par la suite, y compris après l’expédition de Rome de 1849 lorsque la Ville Eternelle voit un net renouveau des pèlerinages catholiques. Pour les publications imprimées signées par des femmes, on ne dépasse pas le rythme moyen d’un volume tous les deux ans, ce qui fait que sur la période 1815-1861, les récits publiés par des femmes sur l’Italie dépassent à peine 7% du total des textes du même genre. On a donc le sentiment que, de ce côté-ci de la Manche, pour les femmes, le fait d’écrire et de publier sur son expérience italienne ne parvient pas à se banaliser véritablement, et que le mouvement se prolonge au même rythme sur les deux décennies du milieu de siècle, sans que parvienne à s’imposer un véritable « segment » féminin du marché de la littérature viatique comme en Grande-Bretagne. Mais les chiffres montrent que non seulement les Françaises publient moins, mais aussi qu’elles écrivent moins sur leur propre expérience italienne, que ce soit en route ou a posteriori. Car pour tous les types de documents du for privé, le décrochage apparaît, voire s’accentue encore, par rapport aux Britanniques. Pour cette période allant de la Restauration au Second Empire, la pratique du journal intime (dont le journal de route est une subdivision) apparaît plutôt peu implantée, peu encouragée, peu naturelle enfin chez les Françaises des milieux nobles ou bourgeois concernés par les voyages par rapport à ce qu’elle est chez leurs consœurs d’outre-Manche10. Enfin, sur le plan sociologique, le phénomène majeur de la période est de nouveau plus avancé et plus marqué en Grande-Bretagne qu’en France : il s’agit de l’ascension d’un groupe d’ « écrivantes » et de « publiantes » d’origine bourgeoise et de l’éclipse progressive et parallèle des femmes de l’aristocratie. En lui-même, cela est peu surprenant, dans la mesure où en tant que pratique de distinction et d’éducation aristocratique, le voyage d’Italie était en cours d’imitation et d’appropriation par les bourgeoisies européennes depuis déjà sans doute le milieu du XVIIIe siècle. Mais ce qui frappe, c’est que ce groupe ne parvient pas à décoller en France, alors qu’il est présent dès la fin du XVIIIe siècle en Grande-Bretagne et qu’il y prend un ascendant certain dès les années 1820 et 1830, à la fin de l’ère géorgienne en somme (la noblesse finit même par y disparaître complètement comme catégorie des publiantes dans les années 1850).

  • 11  Pour plus de détails sur ce corpus, voir la présentation dans ce numéro et Nicolas Bourguinat, La (...)

6L’ascension de la bourgeoisie, dans la période géorgienne puis victorienne, n’est donc pas seulement un fait matériel ou structurel : c’est aussi une affaire de prise d’indépendance et d’émancipation intellectuelles. C’est d’autant plus frappant que si l’on considère uniquement la bourgeoisie de talent (épouses ou filles d’officiers et de clergymen, enseignantes, journalistes, artistes) et la population des domestiques, gouvernantes et suivantes, bref si l’on considère isolément les « classes moyennes » (en les séparant des épouses de marchands et de banquiers, des personnes d’anoblissement très récent, que l’on rangerait du côté de la haute société). La part de ces classes moyennes est en effet légèrement majoritaire parmi les femmes témoignant par écrit ou bien publiant sur leur voyage en Italie. La réappropriation du modèle du Grand Tour par ces catégories dynamiques et conquérantes est donc quasi achevée au milieu du siècle. Que dire en revanche de la France, où les femmes issues de l’aristocratie continuent de fournir autour de 1850 le gros bataillon des scripteurs et des auteurs11 ?

I. L’empreinte française et les voyageuses

7Dès les lendemains de 1815, il semble qu’on lisait les textes sur l’Italie du Grand Tour comme des documents sur un monde qui n’existait plus, ou du moins qui n’avait pas conservé les mêmes caractères. Aucun voyageur écrivant sur son expérience ne pouvait faire l’économie de l’histoire immédiate, c’est-à-dire d’une appréciation du legs laissé par la période française en péninsule. Chez les Français, avec le recul, l’embellissement était presque obligé, tant l’épopée napoléonienne était devenue un objet de culte. Mais les voyageurs britanniques, même s’ils avaient stigmatisé la politique française en péninsule, et dénoncé la brutalité des militaires ou le pillage des œuvres d’art, ne s'affrontaient pas à l’Italie libérée de son joug sans une certaine circonspection. Après la fin de la domination française, l’idylle ne fut que de brève durée aussi bien vis-à-vis des Habsbourg établissant leur mainmise sur le royaume lombard-vénitien que vis-à-vis du gouvernement « éclairé » de Consalvi en territoire pontifical. Les réserves déjà formulées au temps des Lumières à propos de l'archaïsme du gouvernement bourbonien à Naples, un temps mises entre parenthèses, ne tardèrent pas à resurgir, d'autant que les Anglais avaient été eux-mêmes aux commandes, en Sicile, où ils avaient fini par accorder une constitution (1812) et par exiler la souveraine, Marie-Caroline (1814). Au-delà de cette réappréciation inévitable du passé proche, vers quel avenir marchait l'Italie ? Que devait-on penser de la capacité de ses classes dirigeantes ? La tutelle étrangère, en l’occurrence autrichienne, pouvait-elle fonctionner comme une garantie, un système de sécurité, ou était-elle vouée à n'être qu'un carcan12 ? Toutes ces questions se formulaient à la lumière de doctrines libérales dont l'influence sur les représentations de l'Histoire est difficile à mesurer, mais qui se refusaient en tout cas à envisager la décadence et la dépendance comme une issue irrémédiable pour l'Italie, ainsi que le Corinne de Mme de Staël avait invité l'opinion européenne à le faire dès 1807.

1. Reliques napoléoniennes

8Même de longues années après sa chute, nombre  de Britanniques comme lady Holland et son époux étaient restés des admirateurs du grand homme. Jusqu’en 1815, il était interdit de l’afficher trop ouvertement : Fanny Burney avait par exemple essuyé des critiques sévères pour n’avoir pas condamné assez franchement le régime du tyran dans le roman The Wanderer, qu’elle avait publié en 1814 de retour de plusieurs années passées en France, après son mariage avec le général d’Arblay. Désormais, tout se passe un peu comme si les adversaires de la ligne dure contre la France révolutionnaire, longtemps réduits au silence, prenaient leur revanche sur le plan moral, une fois devenus les principaux porte-parole du parti whig au cours des années 182013. Mary Shelley rappelle à Elizabeth Berry qu’au retour de son séjour sur le lac de Côme en 1840, elle a « passé une partie de l’hiver à Paris et a assisté aux funérailles de Napoléon ». Elle lui décrit minutieusement la foule immense, la déposition sur le catafalque du cercueil « qui renfermait réellement les restes mortels de cet Homme qui a rempli le monde de son nom et de son influence », et après cette déposition, très rapide vu le poids du cercueil qui accablait les porteurs, elle  admire « encore une très belle montée de la musique, qui élevait l’esprit »14.  De là à souligner les traces durables, ou simplement positives, de la longue présence française en Italie, il y avait un pas, sans doute, que les voyageurs britanniques ne franchissaient pas forcément, lorsqu’ils parvenaient au-delà des Alpes.

9Le parcours à rebours et la démarche nostalgique sont naturellement plus présents chez les Françaises. Cette dimension est parfois plus évidente encore lorsque les voyageuses appartiennent à d’anciens départements réunis ou d’anciens satellites du Grand Empire. Dans son voyage d’Italie de 1826, resté manuscrit et édité trente ans après sa mort survenue en 1867, la comtesse Potocka manifestait un très grand enthousiasme pour Milan et faisait l’éloge des embellissements apportés à la capitale de l’ancien royaume d’Italie. En filigrane, elle dessinait très distinctement la communauté politique unissant la France déchue et la Pologne reconstituée par Napoléon et désormais rayée de la carte.

« La galerie de Brera doit certains tableaux à la munificence du vice-roi Eugène. Il faut en convenir, cette dynastie, qu’on cherche vainement à rabaisser, a laissé partout des traces immortelles de son passage, et nulle part l’ombre de Napoléon n’apparaît plus majestueusement qu’à Milan. Cette magnifique route du Simplon, création gigantesque qui surpasse en beauté tous les ouvrages des Anciens, cet arc de triomphe en marbre blanc qui vient la terminer et dont le plan somptueux eût effrayé tout autre que lui, ce cirque qui dans ses vastes proportions offre un modèle et une copie parfaite des arènes antiques, et dont les colonnes de granit rose unissent l’élégance des temps modernes au style noble et sévère des siècles historiques ; tout parlera à la postérité le plus reculée de ce vaste génie qui n’a dédaigné aucun genre de gloire. — J’allai au palais ducal pour vérifier ce qu’on a publié sur les changements faits aux plafonds peints par Appiani. Je les trouvai intacts, et l’image de Napoléon n’a point été remplacée par celle du grand-duc ainsi qu’on s’est amusé à le faire croire ».

10 Elle ajoute que sa préférée est Napoléon en Jupiter recevant les nations vaincues, et que « cette image est restée là pour servir de leçon et d’adieu ». On aperçoit alors que cet itinéraire est pour la comtesse un véritable voyage politique, avec la visite à la Monza et le coup d’œil à la couronne de fer conservée dans l’église, qui relie Napoléon à Charles-Quint et à Charlemagne, ce qui prépare la charge suivante contre la Russie :

« Heureux les peuples auxquels on a laissé les souvenirs glorieux de leur antique existence ! Nous aussi nous avions le glaive de Boceslas… tous ces insignes glorieux de nos héros ont servi de trophée aux indignes spoliateurs qui ont détruit notre existence politique15 ».

11Cette révérence à l'égard de l’héritage napoléonien vaut également pour celles qui voyaient en Napoléon un adversaire politique, un symbole ou un continuateur de la Révolution. La gloire des aigles impériaux serait-elle devenue le patrimoine commun de toutes les cultures politiques, ou le plus petit dénominateur commun du patriotisme français ?  En tout cas, il est assez frappant de voir les éloges que décerne à l’empereur une voyageuse de sensibilité légitimiste comme Sophie Johanet. À Milan, en mai 1845, elle se rend à la cathédrale.  Elle fait alors cette remarque, dans un carnet qu’elle mettra ensuite au propre pour sa famille :

« Une chose nous a frappés, comme Français, c’est la façade qui est due à Napoléon, cet homme non content de distribuer des couronnes à ses parents et à ses soldats, s’est plu à donner, dans les villes qu’il avait vaincues, une nouvelle impulsion aux Arts. Il a trouvé le moyen d’expier en quelque sorte ses victoires aux yeux du pays qu’il soumettait, en ajoutant à ses monuments, et on eût dit qu’il n’était devenu maître de Carrare que pour lui faire produire une pièce de plus en l’honneur de saint Charles Borromée"16 ».

12La formule n’a rien d’ironique, et elle sera confirmée par plusieurs autres passages du journal de Johanet, par exemple sur l’Arsenal et le jardin public de Venise17.

13La confrontation est parfois plus difficile avec les reliques vivantes que sont les Napoléonides18. Le plus souvent, on loue la dignité de leur exil, la simplicité de leur train de vie, la générosité de leur accueil, ainsi la comtesse Potocka lorsqu’elle se trouve à Trieste auprès de Caroline Murat, et on les présente comme des victimes courageuses d’une Histoire dont le cours s’est détourné d’eux. La situation de Marie-Louise, l’ex-impératrice, n’est jamais attribuée à sa volonté propre mais aux arrêts du congrès de Vienne et des Habsbourg. Et puis n’est-elle pas rachetée par les qualités d’administratrice qu’elle a montrées à Parme ? Pour Christine de Fontanes (la fille du grand-maître de l’Université), qui est sur place en 1837, il y a là la preuve que c’est à tort qu’« on l’avait supposée tout à fait nulle » : avec Napoléon, qui ne lui laissait aucune responsabilité, « une femme de son âge et dans sa condition n’avait aucun moyen de trahir ce dont elle était capable en matière d’administration »19. Mais pour ceux qui n’ont pu visiter sa galerie des beaux-arts ou admirer son pont sur le Taro, et qui se trouvent confrontés à la duchesse de Parme en chair et en os, le choc est parfois rude. Le passé remonte, irrépressible, à moins que l’insuffisance du personnage n’apparaisse trop criante même et y compris pour le présent. C’est ce qu’il advient à Marcelline Desbordes-Valmore en 1838. La poétesse accompagne son mari, dont la troupe de théâtre est en tournée à Milan. Marie-Louise, quant à elle, est sur place pour rencontrer l’empereur d’Autriche venu revêtir la couronne lombarde-vénitienne. Dans les couloirs menant aux loges du théâtre de la Cannobiana, la rencontre est muette :

« Nous avons vu la plus triste chose de ce monde (pour moi du moins) : Marie-Louise, plus âgée que son âge malgré sa parure élégante et son bouquet de jasmin, l’inexplicable Marie-Louise, dont le cœur demeure impénétré, dont la physionomie impassible ne trahit pas une émotion (…). Sa robe m’effleura. Sa figure me parut très longue et très colorée, mais douce et calme. Il me passa quelque chose devant les yeux dans ce moment, qui me saisit. Je vis l’empereur mort, et le roi de Rome, également comme une ombre, qui la suivaient dans ce froid corridor »20.

2. Imaginaires de la résistance

14Les voyageuses n’ignorent cependant pas la face d’ombre de la politique napoléonienne en Italie. Les persécutions infligées au clergé catholique n’ont pas manqué d’être rappelées par la littérature de voyage britannique21, de même que le sort réservé aux trésors artistiques de l’Italie est longtemps un thème incontournable du témoignage des voyageurs des deux sexes, soit qu’ils soient contemporains de la translation des œuvres vers Paris et qu’ils les y aient vues, soit qu’ils rappellent simplement les faits comme glorieux ou au contraire shameful pour les Français.

15C’était en effet déjà un thème brûlant au temps des campagnes d’Italie du Directoire et du Consulat. Même une princesse italienne comme Marie-Amélie prit le temps de noter dans son journal, lorsqu’elle traversa Florence au début de juillet 1800, que les trésors des Offices avaient été « respectés22 » lors de l’occupation française du Grand-Duché de Toscane. Mais perçue par les Britanniques, la question des prélèvements patrimoniaux opérés par les Français s’apparentait au problème de l’impérialisme et du vandalisme révolutionnaires, et de façon plus globale, au problème de la violence dans la Révolution. Aussi retrouve-t-on des traits signalés par d’autres études relatives à la perception de la France jacobine par les sujets des Hanovre23. Avec le recul cependant, et compte tenu des restitutions effectuées, la mémoire des prélèvements d’œuvres d’art effectués en Italie devient moins polémique, sans toutefois s’effacer chez les voyageuses britanniques, tandis qu’elle demeure largement indifférente aux Françaises, y compris celles de sensibilité franchement opposée au bonapartisme. Lady Ann Murray, qui est une amatrice d’art éclairée, et prend le temps de rencontrer des marchands ou des peintres de cour dans les cités italiennes qu’elle visite, était encore assez sévère en 1821. En 1835, en revanche, elle insiste surtout sur les restitutions, peut-être pour suggérer qu’au fond, les spoliations étaient un indicateur sûr de la valeur artistique des œuvres qu’elle a elle-même sélectionnées et qui ont justifié un détour de son itinéraire. À propos de Cento, une minuscule bourgade à l’entrée du duché de Modène, et ville natale du Guerchin, elle fait la remarque suivante : « Les plus beaux se trouvent dans d’autres villes et d’autres pays et ceux conservés à Cento ne peuvent atteindre la même réputation, quoique plusieurs d’entre eux aient été jugés dignes d’être emportés à Paris, d’où ils ont été finalement retournés24 ». C’est un point qu’elle rappelle sans cesse, par exemple un peu plus loin, à Parme, à propos d’une galerie, toujours pour préciser que les tableaux sont revenus sur place25. Globalement, il semble possible d’affirmer que le thème disparaît, y compris chez les  Britanniques, au cours de cette décennie 1830, et je n’ai pas trouvé en tout cas d’allusion dans les textes relatifs à des voyages postérieurs à celui-ci.

16Par-delà, la contribution de la période française en matière de lutte contre l’insécurité des routes est aussi notable, quoiqu’elle puisse faire l’objet de controverses ou de contradictions d’une voyageuse à l’autre. Le brigandage, de manière générale, est un sujet obligé pour l’écriture du voyage, a fortiori pour l’écriture destinée à publication. Il est rare cependant que les femmes s’y appesantissent beaucoup dans leurs livres, journaux et lettres, alors que les hommes sont plus friands en anecdotes et récits enchâssés renvoyant à tel ou tel acte criminel et spectaculaire (Stendhal, Walter Scott et Alexandre Dumas recherchèrent même en Italie des textes ou des traditions orales sur lesquels bâtir leurs récits). Dans la mesure où il s’agit d’un thème attendu, les voyageuses s’en jouent et se laissent aller à tromper leur lecteur (ou correspondant) ou à lui mettre l’eau à la bouche. Parfois, elles sont victimes de leur crédulité ou prennent la légende pour la réalité, et la vérité est rétablie, à leurs dépens. Parfois à l’opposé, elles s’affichent incrédules, et sont elles-mêmes ramenées à la réalité – encore que celle-ci n’est jamais faite que d’informations et de rumeurs (très rares sont ceux ou celles qui sont réellement témoins d’une attaque). Les quatre ladies anonymes de 1793 affirment que leurs postillons ont mis en fuite des assaillants armés de fourches et de bâtons qui avaient encerclé leur voiture à la tombée de la nuit26. En 1821, Anna Jameson est avertie de la présence de bandits sur son itinéraire, car lui dit-on, ils se font des signaux de fumée. Elle affirme ne pas y croire, et laisse entendre que le postillon a voulu l’effrayer. Mais elle finit par restituer une certaine vraisemblance à cette présence des brigands, lorsqu’elle atteste qu’une attaque a bien lieu le lendemain de son passage27. Bien que cela ne soit jamais explicité, la condition d’une femme qui voyage l’expose à des périls particuliers. Noter que les autochtones recommandent la prudence, et souligner que tout en y prêtant attention, on s’accommode du danger, et que finalement on s’en sort sans inquiétude, c’est dire deux choses différentes. Il s'agit d’abord d'énoncer que le brigandage est pour partie un mythe qui fait l’objet d’exagérations, ensuite qu’on est une femme et qu’on n’a cédé ni à l’excès de panique, ni à l’excès de précaution. C’est en conséquence un thème qui touche de près à la constitution de la voyageuse auteur en sujet autonome. Mais au-delà, le thème du brigandage et de l’insécurité des routes italiennes est un thème politique, car il engage aussi les auteurs à préciser leurs vues sur les effets de l’administration française et de ses réformes, par contraste avec les méthodes de la police pontificale ou bourbonienne. Lady Morgan va exactement dans le même sens que Stendhal dans Rome, Naples et Florence en 1817 lorsqu’elle affirme que le retour de Pie VII « a marqué la restauration du banditisme. Les lois ont été abrogées ou édulcorées, la justice détrônée par les privilèges, et la police de salut public remplacée par les anciens sbires »28. Maria Graham reproduit en annexe l’édit pris le 18 juillet 1819 par Consalvi contre le vol avec violence29. Mais aucune femme ne semble souligner, ni d’ailleurs aucun homme, que ce brigandage avait pu prendre un tour politique et fonctionner comme une résistance antifrançaise. Il demeure donc l’incarnation d’une spécificité italienne, et à ce titre, si les réponses qu’on lui apporte peuvent varier à travers le temps, il apparaît comme un phénomène presque soustrait au cours de l’Histoire.

II. Entre héritage et régénération

17Fallait-il donc distinguer entre gouvernants et gouvernés, entre les maisons princières, susceptibles d’évoluer, et la société italienne, immuable ? Le fait est qu’entre gouvernement paternaliste et administration rationnelle, entre lien communautaire et ciment patriotique, entre tradition et modernité, l’Italie de l’après 1815 offrait bien des énigmes et des alternatives aux voyageurs des deux sexes. Or, beaucoup plus nettement que les hommes, assez discrets somme toute sur les problèmes politiques du moment, les voyageuses cherchent à se positionner, au moins en filigrane de leur récit, sur cette question (et deux d’entre elles au moins, lady Morgan et Mary Shelley, composeront un véritable récit de voyage politique avant 1848). On peut se demander pour quelles raisons. Est-ce qu'elles s'insinuent dans ce terrain thématique parce qu'il est délaissé par leurs homologues masculins, comme cela a pu être suggéré à propos d'autres thèmes (comme les mœurs domestiques) privilégiés par le voyage féminin ? Cela déplacerait la question vers les raisons de l'évitement de ces sujets par les hommes. Peut-être parler ouvertement de la situation politique en Italie était-il de mauvais goût, ou bien compromettant, mais en même temps il est bien évident que ces sujets n'étaient pas entièrement absents dans la littérature de voyage de la période 1815-1848 – depuis Stendhal qui décochait ses piques contre les Autrichiens au pouvoir à Milan jusqu'aux voyageurs légitimistes comme Foresta, qui voyaient la Sicile en conservatoire de l'ordre social et chrétien d'autrefois et affichaient leur admiration. Ou bien faut-il penser que les femmes, se sachant moins discutées et moins prises au pied de la lettre, du fait de leur sexe, échappent plus facilement à l'autocensure qui saisit les hommes lorsqu'il s'agit de s'aventurer sur le terrain politique ? C'est discutable, car quelques-unes étaient en réalité très exposées – lady Morgan notamment fut l'objet d'attaques parfois ignobles de la part des critiques – et d'autre part la tiédeur des voyageurs mâles n'était pas non plus généralisée, et la cause italienne de l'âge romantique y a trouvé nombre de porte-parole. Faut-il aller jusqu'à dire qu'elles en sont meilleures observatrices parce que, en tant que femmes, mieux à même de déchiffrer des systèmes d'oppression et de dépendance et plus attentives à la souffrance d'une nation enchaînée et brimée dans son libre développement ? Ce sera soutenable sans doute lorsqu'on met en avant quelques-unes des plus « grandes » voyageuses, mais difficile à défendre quand on a affaire à des grands nombres, à un échantillon qui permet d'appréhender, en pointillés au moins, la voyageuse « moyenne ». Aucun de ces facteurs n'apparaît probant à lui seul, en somme, mais tous se combinent probablement.

1. Le constat du « retard » italien

18Le paysage qui se dégage rapidement chez les voyageuses britanniques est celui d’une arriération de plus en plus criante de l’Italie, de ses institutions, de ses structures sociales, d’une backwardness à tous les sens que peut prendre ce mot. Sans doute un tel constat ne date aucunement, en lui-même, de la phase du reflux de la domination française et de la reconstruction de nouveaux pouvoirs, qui caractérise les années 1814-1820. Il faisait probablement partie d’un rejet ou d’une mise à distance progressive par l’Europe éclairée de l’Italie de la Contre-Réforme, attitude qui n’était elle-même qu’un des aspects de l’offensive des Lumières européennes contre l’Église catholique en tant que puissance dogmatique et puissance temporelle. Mais on pourrait juger que ce thème, provisoirement mis entre parenthèses du fait de la résistance de Pie VII à Napoléon, connaît une recrudescence marquée. Celle-ci est bien plus accentuée chez les femmes que chez les hommes, surtout en réalité chez les voyageuses britanniques tandis que les voyageuses françaises montrent beaucoup plus de timidité à l’inscrire dans leurs propos, même à travers le thème presque forcé de la comparaison avec le temps de prospérité et de redressement que les réformes napoléoniennes avaient pu incarner, qui les touchait pourtant directement. Les États de l’Église sont les premiers candidats à la résurrection d’un regard fait de critique et de commisération, indépendamment de la  popularité dont jouissait le souverain pontife après ses années de déportation, popularité qui avait même gagné l’Angleterre protestante (où son retour à Rome fut fêté comme un grand événement). Malgré le prestige personnel de Pie VII et de Consalvi, les attaques contre les États de l’Eglise reprennent rapidement, dès les premières maladresses du parti des « zelanti ». La répression aveugle exercée par les troupes pontificales à Forlì en 1831-1832 fera le reste30.

19Sans doute, il est assez rare de trouver des attaques contre le pouvoir temporel des papes de la part des nombreux résidents étrangers de Rome, peut-être par sentiment de retenue, peut-être par crainte de la censure du courrier, évoquée parfois par l’une ou l’autre des voyageuses. Mais après l’écrasement de la République romaine de 1849 et le retour de Pie IX, la perception d’un caractère anachronique et réactionnaire à ce pouvoir temporel ne se dissimule plus tout à fait. La physicienne Mary Somerville avait acquis une réputation intellectuelle qui la faisait recevoir par les plus importantes autorités parmi les hommes de science, en France, en Suisse, en Italie du Nord, dès le lendemain de 1815. Elle finit par se fixer en péninsule après 1820, pour la santé de son époux puis pour la sienne propre. Au milieu du siècle, elle était une figure en vue des communautés d'expatriés anglophones établies à Florence et à Rome. Dans ses souvenirs des années 1850, elle évoque la vue de la guillotine qui la glaça d’effroi31 alors qu’elle allait en voiture pour peindre et dessiner dans la campagne avec son amie lady Susan Percy et son mari. Elle commente : « Sous Grégoire XVI, tout était conduit dans le secret le plus absolu : on arrêtait quasiment à votre porte, sans que vous sussiez rien ; Mazzini était très occupé d’un côté, le parti jésuite intriguait très activement de l’autre, conformément à son penchant ; et dans l’intervalle, la société continuait à vivre gaiement en surface, ignorante du cours des événements et indifférente »32. Elle prolonge son séjour pour assister aux funérailles du pape et à l’avènement de son successeur, Pie IX, rappelant les espoirs que mettaient en ce dernier les libéraux modérés, et tranchant finalement : « C’était oublier à quel point la théocratie, ou le gouvernement des prêtres, sont incompatibles avec les institutions libérales et avec le progrès »33. Cette sensibilité antipapiste ne se cachait plus à elle-même ni aux autres dans les années 1850, où une grande offensive de sociétés prosélytes et évangéliques était observée à destination de toute l’Italie34.

20Après 1860, lorsque la souveraineté du pape apparaît en sursis, la Ville éternelle n’est plus qu’un conservatoire des maux de l’Italie ancienne, et le contraste apparaît plus criant que jamais aux visiteurs britanniques des deux sexes. Significativement, en 1861, Elizabeth Sewell accomplit le parcours dans le sens inverse de l’itinéraire ordinaire, allant de Rome vers Florence et Turin, c’est-à-dire vers l’Italie libérée (elle emploie même l’expression « new Italian dominions » à propos de Bonconvento), et dit son soulagement d’être sorti des États du pape, de retrouver la liberté de parole et de pensée, et de parcourir les rues d’une ville « which is not degraded and oppressed »)35. Plus que jamais, avec cette pédagogue anglicane très progressiste, le gouvernement de l’Église est un système général de déresponsabilisation et de démoralisation des masses, qu’il dépouille de leur self-respect tout autant que de leur self-help. La mendicité est un système – la Papauté l’entretient, et les mendiants paient leur place, comme le Beppo de L’Improvisatore d’Hans Christian Andersen, qu’elle rencontre à son emplacement habituel, près de la Trinité-des-Monts. Les loteries entretiennent les habitants dans l’indigence et le fatalisme. Un tel spectacle fait rêver Sewell d’une scolarisation des enfants qui les sortirait de leur condition et leur ouvrirait l’esprit36.

21Même certaines catholiques (Françaises, Anglaises, Polonaises) ont sympathisé avec la cause italienne et ont regardé avec distance et incompréhension sinon le gouvernement temporel du Saint Père lui-même, du moins les politiques de défense de l’ordre ancien patronnées par des dynasties très chrétiennes comme celle de Naples et par les journaux catholiques de la péninsule. Pauline Craven l’observe ainsi en 1855, jugeant que «  tout cela est très triste, très décourageant et très alarmant »37. Car Naples n’était pas épargné non plus par ce processus, qui faisait revivre là aussi une vision sombre déjà bien installée par les Lumières, où le royaume avait été montré du doigt pour son mal governo par les administrateurs, les économistes et les voyageurs étrangers. Le voyage pédagogique de Priscilla Wakefield, The Juvenile Travelers, en avait plus ou moins fourni une synthèse pour les premières années du XIXe siècle : la seule chose qui compte dans la cité parthénopéenne, c’est le show, observe l’héroïne Laura. D’où les dépenses somptuaires, l’ostentation éhontée, l'obsession du paraître. Les domestiques sont innombrables, écrit-elle à son amie Sophia, et les palais sont aussi somptueux que ceux de Pétersbourg, mais tout cela dissimule un arrière-plan nettement moins fastueux38.

22Cependant, plutôt que le caractère dispendieux de sa vie de société, ou que l’irrationalité de ses circuits économiques, qui étaient dénoncés depuis longtemps à propos de Naples, le XIXe siècle tendait davantage à pointer le caractère obscurantiste et réactionnaire du royaume et aussi son déclin culturel prononcé. Lady Sarah Spencer, qui a connu les lieux avant les soubresauts de la Révolution, et qui y retourne en 1819, remarque que Naples a beaucoup changée en 33 ans, et déplore « la misère, l’ordure, la saleté, la complète absence de tout centre d’intérêt, le vide inconcevable de la société, le manque de toute commodité, le non-sens toujours renouvelé de l’étiquette vestimentaire39 ». Et ceci alors même que lord Spencer est très bien reçu par le roi, qui l’invite à l’accompagner à la chasse, et lui fait parvenir chaque jour des cadeaux (des ortolans, des faisans, du beurre frais)… La terrible répression de 1821 laissera également des traces. Là encore, ce sont des points de vue qui ne transparaissent guère aussi ouvertement chez les voyageurs mâles : la plupart de ceux qui composent l’échantillon français de Gérard Luciani sur le Sud, par exemple Castellan, Gourbillon, Forbin, Foresta, Simond, Turpin de Crissé, pour ne citer que ceux venus pendant la décennie 1819-1829, se contentent de « relever » brièvement l’état des choses, la misère matérielle, en l’accompagnant au mieux de quelques mots moralisateurs ou d’une petite leçon de choses sur le progrès40. C’est sans aucun doute beaucoup plus modéré que la diatribe prononcée par lady Morgan en 1821 lorsque, sur la route Rome-Naples, elle traversa la ville d’Itri, au cœur d’une région jugée très dangereuse, et décrivit les créatures misérables, contrefaites, dévoyées par la misère qu’elle y observait. Elle finit par interpeller « ceux qui se réjouissent de l’échec de l’entreprise napolitaine [de 1821] et des vains efforts des hommes éclairés et des hommes libres pour secouer le joug de la tyrannie qui a empoisonné la source de l’humanité. Qu’ils visitent Itri, leur suggère-t-elle. Cela résume le résultat de siècles d’existence du despotisme napolitain : le besoin, le vice, la maladie, la bigoterie et l’assassinat »41.

23Il en allait de même dans les principautés, de plus en plus pointées du doigt comme des anomalies et des enclaves restées hors du temps, au fur et à mesure que le règlement de 1815 s’éloignait (seule la Toscane échappait, dans une certaine mesure, à ce traitement). Lady Murray, lors de son itinéraire de 1835, ponctue souvent ses remarques de réminiscences de son séjour de 1821, où elle avait traversé une première fois certaines villes, ce qui donne à son propos une portée politique discrète et maîtrisée. Cela est prétexte à des comparaisons explicites ou plus feutrées entre l’état de la société et de la prospérité publique et la façon dont les choses se présentaient au temps des Français. Ainsi, Modène, dirigée par un duc « bigot, qui passe l’essentiel de son temps à l’église », compte beaucoup plus de mendiants que sous le joug français : le volume des pauvres à secourir aurait été multiplié par cinq en l’espace de vingt ans42.

24Alors que ce retard italien avait la domination étrangère à la fois pour cause et pour conséquence, la discrétion de la grande majorité des voyageurs par rapport à la présence autrichienne est un fait frappant. Beaucoup semblent s’attacher à ne pas voir les patrouilles et les garnisons des Habsbourg dans l’ensemble de l’Italie du Nord. Or, de manière générale, là où les voyageurs mâles se montrent assez prudents et mesurés, spécialement les Français (que l’on pense par exemple à Aimable Millin ou à Paul de Musset43), les textes écrits par des femmes se montrent plus directs, au moins quand il s’agit d’en dénoncer le caractère obtus et brutal. Ce ne sont à l’origine que des formules allusives, ou des traits décochés au détour d’une phrase. Mais à partir des années 1840, et plus nettement encore dans le contexte du printemps des peuples de 1848, les anecdotes se font plus crues et les témoignages plus directs. George Sand, lorsqu’elle traite du voyage de 1834 dans l’Histoire de ma Vie (qui est rédigé à partir de 1847, mais qui ne paraît en feuilleton qu’après 1854 dans La Presse) donne ainsi en quelques anecdotes le tableau d’une occupation militaire arbitraire et pesante dans ce qui est alors le royaume lombard-vénitien44.

25Dix ans plus tard, une fois le processus d’unification entamé, lorsque seule la Vénétie et Rome manquent à l’appel, la dénonciation redouble contre un joug autrichien qui n’est que plus anachronique et plus cruel, alors que les atermoiements de la France à Rome ne font pas l’objet de la même virulence. Le récit de voyage de Sewell, qui s’est rendue sur place en 1861 peu de temps après Marie d’Agoult et Louise Colet, est une charge terrible contre l’Autriche. Quant aux sœurs Hall, deux jeunes rentières célibataires qui visitent le pays en 1860, elles relatent un incident avec des soldats puis avec un officier autrichien, lorsqu’elles se voient chassées de la plage du Lido, où sont gardés au secret des prisonniers, et qu’elles doivent rendre les coquillages qu’elles avaient ramassés et réembarquer, indignées, sur leur gondole45.

2. Les espoirs d’un relèvement

26Dans la continuité du Corinne de Mme de Staël,l’idée de régénération est présente assez tôt dans les textes féminins relatifs à l’Italie. Mary Boddington,  en 1819, au moment de passer la frontière du Simplon, faisait cette remarque : « Le sentiment qui incite un Vénitien à se retirer dans un endroit quelconque et à quitter son splendide domicile, plutôt que d’y demeurer un spectateur impuissant de la dégradation de son propre pays, pourra changer la rancœur en action, et l’antique Italie, depuis longtemps patrie de la mémoire, deviendrait aussi celle de l’espérance »46.  Dans l’ensemble, ce thème est lié à l’image de l’Italie comme femme (aimée, exploitée puis délaissée) mais aussi comme mère – au sens de matrice de la civilisation, révélant ses visiteurs à eux-mêmes. C’est en tout cas une image mobilisatrice et pathétique qui sert à éveiller chez les lecteurs l’idée d’un lien charnel avec celle-ci47, et qui fait d’elle, potentiellement, une mère souffrant pour ses fils humiliés, désarmés, ou massacrés qui était déjà présente chez Byron dans Childe Harold (chant IV, strophe 39).

27Le recours à l’Histoire sert alors à montrer que l’abaissement, la chute, la décadence, ne sont pas une fatalité : Rome et ses splendeurs artistiques sont encore debout48, affirme-t-on, et Florence n’a pas cessé d’être le berceau des arts. On pourrait n’y voir que la translation des vues staëliennes en vertu desquelles le passé est garant de l’avenir. Mais plus tard, lorsque Mary Shelley fournira un tableau détaillé des soulèvements avortés de 1830-1831, ce sera d’abord afin de les faire comprendre comme annonciateurs d’une complète libération encore non advenue. Les Rambles in Italy and Germany sont sans nul doute l’un des plus importants livres politiques fondés sur le voyage qui soit paru sur l’Italie après 1830. Mary Shelley l’avait revendiqué dans la préface, disant qu’elle aurait peu à dire qui ne serait pas déjà dit des cités italiennes comme Florence et Rome, mais qu’il en irait autrement « pour ce qui relève du peuple, et spécialement du point de vue politique », s’opposant fermement « au temps où les voyages en Italie étaient remplis d’une censure méprisante du caractère efféminé des Italiens, de diatribes contre les vices et la lâcheté des nobles, de pieds-de-nez contre les compositions courtisanes des poètes » – les classes éclairées échappaient davantage à la critique, car l’Italie possédait encore des écrivains dont les noms figuraient au firmament des lettres européennes. Elle poursuivait : « Néanmoins, le ton était généralement au mépris, et pour les voyageurs les plus récents, c’est pareil (à l’exception de lady Morgan, dont le livre est cher aux Italiens), non pas tellement parce que les mêmes phénomènes existeraient mais parce que ces voyageurs-là n’en savent pas plus long que leurs prédécesseurs49. » Or Mary Shelley n’avait pas de doute : « Italy is indeed much changed ». Les cartes avaient été rebattues et le pays, sous son apparente inertie, fortement transformé. Et c’est à un état des lieux des nationalismes en Europe qu’elle invitait ses lecteurs à travers la comparaison qu’esquissait le livre entre la France, l’Allemagne et l’Italie (cette dernière faisant l’objet de la pagination de très loin la plus importante)50.

28D’autre part, le mouvement d’opinion qui agite la Grande-Bretagne dans les années 1850 en faveur d’une complète indépendance de l’Italie fut marqué par un fort engagement et une forte présence des femmes de la middle class, comme d’ailleurs d’autres mobilisations qui prirent une allure anti-establishment par exemple en faveur de l’émancipation des catholiques. Au cimetière protestant de Florence, une plaque rend hommage à la poétesse Elizabeth Browning pour avoir forgé un « anneau d'or » entre le monde britannique et l'Italie risorgimentale. Réfugiée en Toscane depuis 1846 avec son époux Robert, elle avait en effet publié des recueils comme Casa Guidi Windows (1851) et Poems Before Congress (1860) qui eurent un énorme écho en Grande-Bretagne et qui abordaient tous, au moins indirectement, la question italienne. Le second de ces ouvrages, surtout lié à l’actualité de la guerre franco-autrichienne et de l'armistice de Villafranca,contenait toute une série de titres dédiés à des personnages héroïques de l’Unité en marche, au lendemain de laquelle la poétesse devait d'ailleurs mourir brutalement. Mais dès l'époque des révolutions de 1848, Browning avait sensibilisé l'opinion britannique. Casa Guidi Windows portait en effet la marque des attentes et des déceptions de la révolution de 1848 en Toscane. Le recueil est bâti sur l’alternance de deux tonalités, l’une exultante et libératoire centrée sur les grandes cérémonies civiques de la prérévolution de l’automne 1847, l’autre sombre et révoltée centrée sur l’entrée à Florence d’une armée d’occupation autrichienne, en mai 1849. Cette architecture, symbolisée par le balcon aux fenêtres duquel E. Browning regarde la rue, lui permettait d'y recomposer peu à peu un paysage, avec ses flux de manifestants se mêlant aux flots de l’Arno, où les allées et venues de tous finissait par produire le sentiment d’un être collectif, « capté » en quelque sorte par le regard poétique51.

29Browning ne manqua pas de convertir à ses vues tout un ensemble de correspondants et de visiteurs des deux sexes, de sorte que d’autres contributions de femmes auteurs et de voyageuses moins célèbres qu’elle, furent non moins significatives. On pourrait évoquer la journaliste américaine Kate Field, mais également l'Irlandaise Anna Jameson, dont le dernier voyage en Italie s’effectua en 1857. À l'origine, elle était fort peu motivée par la « cause » italienne, et dans le récit de voyage romancé de 1821 qui l'avait rendue célèbre, le Diary of an Ennuyée, elle avait affecté de ne pas se mêler de cette affaire, trop terre-à-terre pour un esprit vagabondant comme le sien. À Rome, la narratrice du livre préférait quitter la table lors d’une des éternelles discussions s’achevant en dispute « entre le colonel — et Mr W** », à propos de la politique italienne et ses maux, dont elle ne comprend ni les causes ni les remèdes. Était-elle venue « pour rassembler des matériaux d’un lourd in-quarto, pour balayer les restes laissés par la supposée intrépide Lady Morgan » ? Certes non. Jameson se voulait touriste, « oiseau de passage », et non concernée par le devenir collectif des Italiens. Elle fut néanmoins la première à ridiculiser le complexe de supériorité des Britanniques, et elle annonça la montée des classes moyennes en Italie, prédisant qu'« à côté d’une noblesse dissolue et obséquieuse et d’une populace asservie et rabaissée », elles feraient silencieusement leur chemin52. Sous l’influence d’Elizabeth Browning, elle évolua au cours de son séjour de 1857 vers une position de sympathisante, avec plus de distance toutefois que son amie…

30L’Italie unifiée devait pourtant décevoir, ou tout au moins décontenancer ses supportrices. On vit alors réapparaître au cours des années 1870-1880, une vision de l’Italie prisonnière de son passé, rebelle à la modernité, toujours identique à elle-même malgré la centralisation et l’urbanisation à marche forcée engagées par la monarchie libérale. Au fond, le sentiment que l’Italie, et spécialement le Mezzogiorno, ne valaient plus que comme un conservatoire, à la fois celui d’une lointaine civilisation classique mais aussi celui de la « société traditionnelle », préindustrielle, ce « monde que nous avons perdu » pour reprendre le célèbre titre de Peter Laslett. On pressentait avant même l’Unité que ce n’était plus l’affaire que de quelques années pour que le temps l’ait rattrapée. « Qu’il soit permis aux hommes du Midi de profiter des dernières heures poétiques laissées à l’Italie par notre siècle industriel et ravageur »53  écrivait ainsi Joseph Méry en 1844. Anaïs de Basanville, se rendant à Naples dans les années 1850, avait parlé pareillement du « progrès » qui s’apprêterait à « passer son niveau sur l’Italie »54. Cette orientation nostalgique ne devait s’imposer que lentement, et jamais uniformément, car la foi dans le progrès était loin d’être éteinte dans la France et la Grande-Bretagne de la fin du siècle. Néanmoins, pour la plupart des observatrices de l'Italie postunitaire, le passé avait plus ou moins cessé d’être le garant de l’avenir. Au contraire, entre la chute du Premier Empire et l’achèvement de l’Unité, loin de rester confiné à une stérile peinture des mœurs constituant une Italie hors du temps, le regard des voyageuses sur la destinée de la péninsule avait bien clairement inscrit celle-ci dans l’Histoire.

Tableau chronologique récapitulatif :

31Voyageuses Britanniques et françaises en Italie de 1814 à 1861

- Période 1814-1819

321810 Shelley (Lady Frances)

331814 Davis (Elizabeth)

341814-1816 Caroline, reine d’Angleterre

351814-1816 Bonaparte (Elisa, princesse Bacciocchi)

361815 Colbert (Juliette, marquise Falletti di Barolo)

371815 Boigne (Adélaïde d'Osmond, comtesse de)

381815-1816 Staël (Albertine de)

391815-1816 Simcoe (Elizabeth)

401815-1819 Wynne (Elizabeth)

411816 Récamier (Juliette)

421816-1817 Saint-Elme (Ida)

431816-1817 Watts (Jane W.)

441816-1818 Berry (Mary)

451817 Bury (Charlotte Susan Campbell, lady)

461817 Campbell (Harriet)

471817-1818 Somerville (Mary)

481817-1818 Eaton  (Charlotte A.)

491817-1819 Starke (Mariana)

501818 Baillie (Marianne)

511818-1820 Gisborne (Maria)

521818-1823 Clairmont (Claire)

531818-1823 Shelley (Mary)

541819 Graham (Maria)

551819-20 Hinde (Catherina H.)

561819 Lyttelton (Sarah, baronne)

571819 Morgan (Sydney Owenson, lady)

- Période 1820-1829

581820 Wordsworth (Dorothy)

591820 Engel (Regula)

601820 Gisborne (Maria)

611820-1821 Colston (Marianne)

621820-1823 Berry (Mary)

631821 Jameson (Anna)

641823-1828 Blessington (Lady Marguerite)

651819-1822 Martin (Selina)

661820 Boddington (Mary)

671820 Broglio Solari (Catherine Hyde, marquise)

681821-1829 La Tour du Pin (Félicité, marquise de)

691823 et 1828 Récamier (Juliette)

701823-1824 La Grandville (Caroline de)

711823-1824 Clarke (Mary)

721823-1824 Virieu (Stéphanie de)

731825 Elwood (Anne Katharine)

741825-1826 Trant (Clarissa)

751825-1828 La Force (Antonine Vischer de Celles, duchesse de)

761826 Morton (Harriet)

771826 Starke (Mariana)

781826-1829 Allart (Hortense)

791827Girardin(DelphineGay,épouse)

801827 Montefiore (Lady Judith)

811827 Strutt (Elizabeth)]

821827 Lister (Anne)

831827-1830 Cornwallis (Caroline Frances)

841829 Wilmot (Katherine)

- Période 1830-1839

851830s ? Montaran (Marie Constance de)

861830s ? Montpezat (Mme Charles de)

871830s ? Taylor (Catherine)

881830-1831 Beauharnais (Hortense de)

891830-1835 Craven (Pauline, née de la Ferronays)

901832-1835 Alopeus (Alexandrine d’)

911832-1837 Boyle (Mary Louisa)

921833-1834 Colbert (Juliette, marquise Falletti di Barolo)

931833-1835 Murray (Lady Ann)

941833-1834 Sand (George)

951834 Chastellux (Adélaïde-Louise, de Damas, comtesse de)

961834 Gasparin (Valérie Boissier, comtesse de)

971836 Austin (Sarah Taylor)

981837 Fontanes (Christine de)  

991837-1839 Agoult (Marie de Flavigny, comtesse d’)

1001837-1839 Allart (Hortense)

1011838 Desbordes-Valmore (Marcelline)

1021838 Frank (Pauline)

1031838 Holmes (Mrs. Dalkeith)

1041838 Huvier (Pauline)

1051838 Montefiore (Lady Judith)

1061838-1839 Orléans (Marie d’)

1071838-1840 Somerville (Mary)

1081839 Levett (Frances M.)

1091839 Gray (Elizabeth Caroline)

1101839-1840 Londonderry (Frances Ann Vane-Tempest, marquise de)

- Période 1840-1849

1111818-1843 Power-Villepreux (Jeannette)

1121840s Du Montbar

1131840 et 1842-1843 Shelley (Mary)

1141841 Grosvenor (Lady Elizabeth Mary)

1151841 Trollope (Frances)

1161842 Romer (Isabella)

1171842-1843 Stisted (Clotilda Elizabeth)

1181843 Griffith (Lucinda Darby)

1191843 Yates (F.M.L.)

1201843 et 1845 Nevill (Lady Dorothy)

1211843 et 1848 Bunbury (Selina)

1221844 Fison (Margaret)

1231844-1846 Arnaud (Julie)

1241845 ? Carleton (Mrs)

1251845Costello (Louisa Stuart)

1261845 Dunbar (Margaret Juliana)

1271845 Johannet (Sophie)

1281846 Anon. [jeune fille]

1291846Kemble (Fanny)

1301846 Renan (Henriette)

1311846-1847 Robertson (Janet)

1321846-1848 Boyle (Mary Louisa)

1331847-1848(et1861-1862)Horner (Susan)

1341846-1850 Browning (Elizabeth, née Barrett)

1351847 Nightingale (Florence)

1361847-1848 Michel (Caroline)

1371848-1849 Charlton (Mary, comtesse Pasqualino)

1381848-1850 Davey (Mary)

1391849-1850 Crawford (Mabel Sharman)

1401849-1852 Ruskin (Euphemia)

- Période 1850 -1861

1411848-1858 Gretton (Mrs G.)

1421850s Anon. [Eugénie X]

1431850s Anon. [Voyageuse du Nord]

1441850s Bassanville (Anaïs de)

1451850s Catlow (Agnes)

1461850s Lowe (Emily)

1471850 ? Vervel (Mme, née Duval)

1481850 et 1856 Cole (Mrs Henry)

1491851 Sewell (Elizabeth)

1501852 Segur (Sophie, comtesse de)

1511852-1857 Crichton (Kate)

1521852-1860 Eastlake (Lady Elizabeth, née Rigby)

1531853-1854 Bonaparte (Julie, marquise Roccagiovine)

1541853-1854 Wynn (Charlotte Williams)

1551853-1854 et 1859 Thackeray Ritchie (Anne Isabella)

1561854 Westropp (Mrs J.E.)

1571854 et 1857Mario (Jessie White)

1581855 Sand (George)

1591855 Bellairs (Nona Maria Stevenson)

1601855 (?) Kavanagh (Julia)

1611855-1860… Sassenay (Elise-Rosalie, marquise de)

1621855-1860 Elliot (Frances Minto)

1631856 Macdonald (Anne, dite Nancy)

1641856 Croze (Louise, baronne de)

1651857 Gaskell (Elizabeth)

1661857 Lowe (Emily)

1671857 [Maitland (Catherine Fuller)]

1681857-1858 Cobbe (Frances Power)

1691858 Faria (comtesse de)

1701858-1859 Shaw (Mathilde)

1711858-1860 Trollope (Theodosia)

1721859 Hall (Mrs Charlotte, épouse Newman)

1731859 et 1863 Oliphant (Margaret)

1741859-1861 Colet (Louise)

1751860 Hall (Emily et Ellen)

1761860 Eliot (George)

1771860-1861 Agoult (Marie de Flavigny, comtesse d’)

1781861 Prades (Elisabeth de)

1791861 Sewell (Elizabeth)

Haut de page

Notes

1  Mariana Starke, Letters from Italy in the Years 1792 to 1798, 2 vol., Londres, R. Phillips, 1800. Née aux Indes, Starke avait déjà fait joué des pièces de théâtre et publié des poésies quand elle accompagna une amie malade en Italie. Le texte reparut en 1815, augmenté d'un itinéraire composant un Grand Tour complet, et retitré en 1820 Travels on the Continent. Après Starke vient Charlotte Eaton, avec son Rome in the Nineteenth Century, paru en 1820, toujours sous une forme épistolaire d'ailleurs (elle profita d'un long séjour effectué avec sa sœur et leurs époux respectifs en 1817-1818). Sur ce segment du marché de l'édition, en grande expansion à compter des années 1830, voir  Gilles Chabaud, Natacha Coquery, Evelyne Cohen et Jérôme Penez, dir., Lesguides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 2000.

2  Voir Nicolas Bourguinat, « Voyage et genre, une interrogation renouvelée », in Nicolas Bourguinat, dir., Le voyage au féminin. Perspectives historiques et littéraires, XVIIIe-XXe siècles, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2008.

3  Ainsi que le fait remarquer, après d’autres, Kathryn Walchester, en se focalisant sur Charlotte Eaton, Mariana Starke, lady Morgan, Anna Jameson, lady Eastlake et Mary Shelley Voir le Ph.D. de Kathryn Walchester, ‘Our Own Fair Italy’. Nineteenth-Century Women’s Travel Writing and Italy, 1800-1844, New York, Peter Lang, 2007.

4  Elizabeth Garms-Cornides, « Essiste un Grand Tour al femminile ? », in Dinora Corsi, dir., Altrove. Viaggi di donne dall’Antichità al Novecento, Rome, Viella, 1999,p. 180-183. L’auteur décompte cependant pas moins de 15 à 20% de femmes dans les entrées du dictionnaire biographique de John Ingamells, limité aux voyageurs britanniques du XVIIIe siècle (John Ingamells, A Dictionnary of British and Irish Travellers in Italy, 1701-1800, New Haven, Yale University Press, 1995).

5  Sans toutefois rien dégager de très spécifique à l’Italie : cf. Brian Dolan, Ladies of the Grand Tour, Londres, Flamingo, 2002.

6  Voir notamment le chapitre « Italy, the land of dreams » in Shirley Foster, Across New Worlds. Nineteenth-Century Women Travellers and their Writings, New York, Harvester Wheatsheaf, 1990.

7  Voir le tableau récapitulatif des auteurs en fin d’article.

8  Sur cette notion d'écriture « du for privé », voir Elisabeth Arnoul, Jean-Pierre Bardet, François-Joseph Ruggiu, dir., Les écrits du for privé en Europe, du Moyen Age à l’époque contemporaine. Enquêtes, analyses, publications, Presses universitaires de Bordeaux, 2010, et Michel Cassan, dir., Ecritures de famille, écritures de soi, XVIe-XIXe siècles, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2011. Pour l'aire anglophone et le cas des femmes, spécifiquement, voir Harriet Blodgett, Centuries of Female Days. English Women's Private Diaries, Gloucester, Alan Sutton, 1989.

9  Bien qu'ils n'abordent pas ou peu les rivages du XIXe siècle, on peut se référer aux remarques à propos du marché de l'édition de textes de voyages que donnent des auteurs comme Yasmine Marcil, Lafureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), Paris, Champion, 2006 ; Jeremy Black, Italy and the Grand Tour, New Haven (Ct.) et Londres, Yale University Press, 2003 ; Gilles Bertrand, Le grand tour revisité. Pour une archéologie du tourisme : le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle-début XIXe siècle, Rome et Paris, EFR/De Boccard, 2008.

10  C’est dans les grandes lignes la chronologie de Philippe Lejeune dans Le Moi des Demoiselles, Paris, Le Seuil, 1993, qui constate une disparition relative du journal intime entre la Révolution et le milieu du XIXe siècle, puis sa renaissance à partir des années 1850 jusqu’à l’entre-deux-guerres.

11  Pour plus de détails sur ce corpus, voir la présentation dans ce numéro et Nicolas Bourguinat, La bella libertà ? Voyages et séjours de femmes dans l’Italie pré-unitaire, 1770-1861 : une comparaison franco-britannique, mémoire d’habilitation à diriger des recherches (Université de Paris 1, 2009), à paraître en 2012. Je remercie Nicole Pellegrin de m’avoir invité à présenter les conclusions développées ici à son séminaire de l’IHMC, en mai 2009.

12  Ces interrogations ne trouvèrent leur réponse qu’avec les insurrections de 1820-1821 –ce qui correspond avec la publication d’une part par Byron de Childe Harold et d’autre part par Samuel Rogers de Italy, a poem, deux monuments de la poésie romantique qui devaient infléchir considérablement la perception de l’Italie par l’opinion anglaise de la fin de l’ère géorgienne.

13  Voir un exposé général dans Norman McCord, British History, 1815-1906, Oxford, Oxford University Press, 1991, p. 14-138.

14  Lettre à Elizabeth Berry, 14 janvier 1842, in The Letters of Mary Wollstonecraft Shelley, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1995, t. 3, p. 19.

15  Anna Potocka, Voyage d’Italie (1826-1827), éd. de Casimir Strayenski, Paris, Plon, 1899, p. 201-202 et p. 206. On consultera Henri Rossi, Anna Potocka, des Lumières au romantisme, Paris, Champion, 2001.  

16  Archives départementales du Nord, 63J49, « Voyage de noces de Sophie Johanet, née Bayart », ms., Archives départementales du Nord, 63J49., p. 18.

17  Ibid., p. 67. « « Quelle distraction a été la vôtre en me prononçant tout à l’heure le mot de jardin ? Un jardin à Venise, un jardin sur pilotis, quelle est donc cette énigme ? – Napoléon, voilà le mot qui vous la fait comprendre, abordons ensuite à la Riva, nous aurons le temps d’en faire le tour avant le départ des gondoles ». Cela pourrait être rattaché à l’aspect didactique du journal de Sophie Johanet, car il y a parmi ses destinataires familiaux des neveux et nièces, des jeunes gens donc, qui s’initient à l’histoire.

18  Il s’agit des frères et sœurs de Napoléon et leurs descendants.

19  Christine de Fontanes, « Lettres de voyage en Italie », Bulletin de la Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, 2e série, t. 16, 1984, p. 492. Je dois cette référence à Isabelle Havelange. Christine de Fontanes dépense la fortune paternelle et voyage sans but précis, assez luxueusement, avec sa bonne amie et avec un cousin, qui est le véritable rédacteur des lettres – mais elle en est bien le sujet central. Voir pour l’œuvre de Marie-Louise à Parme l’appréciation de Bianca Montale, Parma nel Risorgimento. Istituzioni e società (1814-1859), Milan, Franco Angeli, 1993.

20  Lettre à Pauline Duchambge, juillet 1838, citée par Francis Ambrière, Le siècle des Valmore, Paris, Le Seuil, 1990, t. 2, p. 528. A la différence du cas précédent, le séjour de Desbordes-Valmore s'effectue dans des conditions très précaires, et Milan, suffocante et hostile, apparaît comme un lieu de deuil dans la courte prose qu'elle en a rapportée (« Fragments d'album inédit », Le Mercure de France, 16 juin 1910, p. 8-23).

21  Jane Moskal, « Napoleon, Nationalism and the Politics of Religion in Mariana Starke’s Letters from Italy », in Adrian Cracuun et Karl Lokke, dir., British Women Writers and the French Revolution, Aldershot, Ashgate, 2001.

22  La jeunesse de Marie-Amélie reine des Français d’après son journal, éd. de la duchesse de Vendôme, Paris, Plon, 1935, p. 35 (entrée du 12 juillet 1800).

23  Sandra Adickes, The Social Quest. The Expanded Vision of Four Women Travellers in the Era of the French Revolution, New York, Peter Lang, 1991, et Steven Blakemore, Crisis in Representation. Thomas Paine, Mary Wollstonecraft, Helen Maria Williams, and the Rewriting of the French Revolution, Londres, Associated University Presses, 1998.

24  [Lady Ann Murray], Journal of a tour in Italy, op. cit., t. 5, p. 5.

25 Ibid., p. 26.

26  « Extract from a tour in Italy, in 1792 and in 1793, by 4 ladies », The Antiquary, 33, 1897, p. 297.

27  Anna Jameson, Diary of an Ennuyée, Londres, 1826, p. 240, note (la première édition, anonyme, est de 1824). Jameson voyagea comme accompagnatrice d'une dame malade. Le récit qu'elle en tira, écrit à la première personne et attribué à une femme morte d'amour, lui valut immédiatement la célébrité. Ce n'est que bien plus tard qu'elle se fit reconnaître comme historienne de l'art italien du Moyen Âge.

28  Lady Morgan, Italy, Londres, Colburn, 1821, t. 2, p. 325.

29  Maria Graham, Three months passed in the mountains north of Rome, Londres/Édimbourg, Longman/Constable, 1820, p. 231-237.

30  Pour le contexte italien voir Martino Caravale et Alberto Carraciolo, dir., Lo Stato Pontificio da Martino V a Pio IX, Turin, UTET, 1997 (Storia d'Italia, t. 14).

31  Williams-Wynn l’aperçoit également au détour d’une course dans les rues de Rome en 1853 (lettre à Varnhagen von Ense, 28 janvier 1853, in Memorials of Charlotte Williams-Wynn, Londres, Longman, 1877, p. 188).

32 Mary Somerville, Personal Recollections, Londres, John Murray, 1873, rééd. Bristol, Thoemmes, 2004, p. 282.

33 Ibid. , p. 283.

34  Voir C.T. McIntire, England against the Papacy, 1858-1861, Londres, Cambridge University Press, 1979, p. 32-35. De plus, le catholicisme était plus que jamais suspect d’infiltrer l’Église d’Angleterre à travers la liturgie et les mouvements de conversion individuels.

35  Elizabeth Sewell, Impressions of Rome, Florence and Turin, Londres, Longman, 1862, p. 247.

36  Ibid., p. 104. La lettre est entièrement consacrée à la population de Rome, et datée d’avril 1861.

37  Lettre à M. Monsell, octobre 1851, citée in Maria C. Bishop (éd.), Mme Craven née La Ferronays, sa vie et ses œuvres, Paris, Perrin, 1897, p. 62.

38  Priscilla Wakefield, The Juvenile Travellers, Londres, Darton and Harvey, 19e éd., 1850, p. 176-178. Le texte est resté presque inchangé de 1801 à 1850.

39  Correspondence of Sarah Spencer Lady Lyttelton, éd. Mrs Hugh Wyndham, Londres, John Murray, 1912, p. 220.

40  Gérard Luciani, « Voyageurs français dans le Sud de l’Italie entre XVIIIe et XIXe siècle », Recherches et Travaux de l’Université de Grenoble, n° 21 [1981], p. 157-158.

41  Lady Morgan, Italy, op. cit., t. 2, p. 328-329.  Voir Donatella Abbate Badin, Lady Morgan’s Italy. Anglo-Irish Sensibilities and Italian Realities in Post-Restoration Italy., Bethesda (Md.), AcademicaPress, 2008, p. 136-138.

42  Lady Ann Murray, Journal of a tour in Italy, op. cit., t. 5, p. 13.

43  Le cas de Stendhal serait à mon avis à mettre à part.

44  George Sand, Histoire de ma vie, éd. D. Zanone, op. cit., t. 2, p. 417-419 (cinquième partie, ch. 3). Il s’agit de l’anecdote de la dispute entre le gondolier et le factionnaire autrichien, qui a uriné sur la couverture de l’embarcation où se trouve George Sand : « Ces ignobles vexations étaient de tous les jours et de tous les instants », observe-t-elle en matière de conclusion, soulagée que le gondolier n’ait pas été jeté au cachot pour avoir protesté.

45  A.R. Mills, Two Victorian Ladies. More Pages from the Journals of Emily and Ellen Hall, Londres, Frederick Muller, 1969, p. 42.

46  Mary Boddington, Slight Reminiscences of the Rhine, Switzerland, and a Corner of Italy, Paris, 1830, t. 2, p. 194.

47  Ainsi chez Charlotte Eaton en 1820, Rome est nommée « common mother of all ».

48  Voir par exemple Lady Morgan, Italy, op. cit., t. 2, p. 82, ou Mariana Starke, Letters from Italy, op. cit., t. 1, p. 138.

49  Mary Shelley, Rambles…, op. cit., t. 1, p. ix-x.

50  Sur ce point et pour la réception des Rambles, voir les remarques de Jeanne Moskal, « National identity in Mary Shelley’s Rambles in Germany and Italy and its reviewers », in Nicholas Roe et Peter J. Kitson, dir., Placing and Displacing Romanticism, Leicester, Scholar Press, 1994.

51  Voir notamment Richard Cronin, « Casa Guidi Windows : Elizabeth Barrett Browning and the poetry of citizenship », in Alison Chapman et Jane Stabler, dir., Unfolding the South. Nineteenth-Century British Women Writers and Artists in Italy, Manchester, Manchester University Press, 2002, p. 27-46 ; Sandra Gilbert, « From Patria to Matria. Elizabeth Browning’s Risorgimento », in Angela Leighton, dir., Victorian Women Poets. A Critical Reader, Oxford, Basil Blackwell, 1996.  Rappelons que la poétesse était une grande neurasthénique et qu’elle ne quittait guère son lit ou son fauteuil, à l’exception d’une brève rémission au début des années 1850.

52  Anna Jameson, Diary of an Ennuyée, op. cit., p. 131.

53  Joseph Méry, « Préface » à La comtesse Hortensia, 2 vol., Paris, 1844, cité par Gérard Luciani, « Voyageurs français dans le Sud de l’Italie », op. cit., p. 165.

54  Anaïs de Bassanville, Un voyage à Naples, scènes de la vie napolitaine, Paris, Brune, 1861, p. iii.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Bourguinat, « Traces et sens de l'Histoire chez les voyageuses françaises et britanniques dans l'Italie préunitaire (1815-1861) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1460

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page