Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 2/2

Louise Colet (1810-1876), Promenade en Hollande (1859) : voyage et histoire

Madeleine van Strien-Chardonneau

Résumés

Louise Colet, poétesse, romancière et journaliste a écrit également plusieurs récits de voyage. Cet article se propose d’étudier le premier d’entre eux, Promenade en Hollande (1859), en le replaçant dans le contexte de l’évolution du genre du voyage et la longue tradition des récits de voyageurs français en Hollande puis en explorant la façon dont la voyageuse insère dans sa relation de voyage une réflexion sur l’histoire et le temps. En jouant sur diverses temporalités, Louise Colet produit un récit hybride, entre récit « traditionnel » et reportage, et affirme ainsi son identité d’écrivaine.  

Haut de page

Texte intégral

1Journaliste, romancière, historienne, Louise Colet fut aussi une poétesse renommée, couronnée plusieurs fois par l’Académie française. Son salon fut fréquenté par de grands noms de la scène littéraire et politique (notamment, Victor Cousin, Alfred de Vigny, Alfred de Musset, Pierre-Jean de Béranger, Charles Marie René Leconte de Lisle)1. Victor Hugo, farouche opposant au Second Empire et à Napoléon le Petit, lui témoigna son estime. Elle fréquentait les milieux libéraux et son salon fut un lieu de rencontre pour les patriotes européens : c’est ainsi qu’elle favorisa les contacts entre Victor Hugo, Giuseppe Mazinni et les partisans de la cause du Risorgimento2. Elle reste également connue pour sa liaison orageuse avec Flaubert et la correspondance qu’elle entretint avec ce dernier en particulier au moment où il rédigeait Madame Bovary.

2Louise Colet a laissé une œuvre abondante, des recueils de poèmes, des romans, des ouvrages historiques, des drames en vers, de nombreux articles dans diverses revues3 dont des articles de mode, et plusieurs récits de voyage : l’un consacré à l’Italie (1862-1864)4, l’autre aux Pyrénées (1866)5 et le troisième à un voyage en Orient effectué en 1869 (Les Pays lumineux) qui parut à titre posthume en 18796, un peu plus de deux ans après sa mort. On s’intéresse ici à un voyage antérieur, dont le récit fut publié sous le titre Promenade en Hollande en 1859.

3Louise Colet et ses écrits firent l’objet de hargneuses critiques de la part de Maxime Du Camp et de Jules Barbey d’Aurevilly. Ce dernier, qui a tracé d’elle un portait au vitriol dans ses Bas-Bleus (1878)7, a également reproché à son ouvrage L’Italie des Italiens, une beaucoup trop envahissante subjectivité :

« Serrer sa pensée autour des faits, qui est le grand mérite de l’historien, n’était pas possible à cette femme dont le moi a des pieds d’éléphant qui se fourrent partout et qui écrasent tout...D’ailleurs l’Italie des Italiens n’était pas qu’un livre d’histoire ; c’était aussi un voyage où l’auteur avait le droit de parler de soi, et vous pensez si elle allait s’en servir, de ce droit, parfois insupportable ! Elle n’en fait point aimer la tyrannie. Jamais la personnalité qui ne laissait rien de tranquille autour d’elle, ne dut mieux se vautrer que dans ce livre mi-parti d’histoire et de voyage... »8.

4Bien qu’insupportable à cet auteur qui exprimait publiquement sa misogynie, le choix de se mettre en avant peut aussi être légitime. Cette critique serait toutefois déplacée pour Promenade en Hollande oùLouise Colet apparaît avant tout comme une journaliste professionnelle, contrainte de vivre de sa plume. Si l’ouvrage prend la forme d’un journal de voyage dont les considérations personnelles ne sont pas absentes, il est aussi une « chronique touristique » qui mêle intérêt pour l’histoire, les familles princières, les grands événements historiques et les mœurs. En cela, il apparaît comme un récit original, qui se situe entre le guide touristique et le genre du reportage.

5Cet article se propose tout d’abord d’éclairer le contexte de ce texte destiné initialement à la presse en le replaçant dans la tradition du récit de voyage en Hollande. L’analyse s’intéresse ensuite aux principaux éléments le composant : à la place accordée à la matière historique puis à la manière dont Louise Colet aborde l’évocation de la société hollandaise contemporaine, une société proche de la France et dépourvue de l’exotisme attaché au grand voyage.

I. Un récit inscrit dans la longue tradition du « Voyage de Hollande »

1. Le contexte du voyage

6D’après ses biographes qui s’appuient sur sa correspondance, deux motivations essentielles auraient présidé à ce voyage en Belgique et en Hollande : le désir de se détendre d’une part, des raisons financières d’autre part. Louise veut en effet se changer les idées car elle vient de connaître des moments difficiles : la parution  de Madame Bovary en décembre 1856 dans la Revue de Paris, lui rappelant sa liaison et sa rupture (mai 1855) avec Flaubert l’a blessée ; 1857 marque aussi la fin de sa liaison avec Alfred de Vigny ; ses amis Musset et Béranger meurent cette même année ; elle a également de sérieux problèmes de santé9. Par ailleurs, une lettre adressée à Victor Hugo, datée du 16 septembre 1857, suggère que ce voyage est entrepris aussi pour des raisons financières : « J’avais affaire en Belgique pour des réimpressions d’ouvrages et en Hollande pour un travail littéraire. J’arrive de faire cette excursion, et je me trouve un peu mieux »10.

7Le voyage dut être relativement court puisqu’au tout début de sa relation, notre voyageuse mentionne qu’elle se trouve à Bruxelles « par une radieuse journée du commencement de septembre » (p. 3) et la lettre citée ci-dessus indique que le 16 septembre, elle est rentrée à Paris. Le texte,  décliné en chapitres qui s’organisent autour d’une structure spatio-temporelle, déterminée par l’itinéraire et le temps du voyage, ne donne pas de dates précises. Cependant, les quelques indications qui le ponctuent, telles que « le jour suivant », « trois jours après », « j’arrivais à 6 heures », « le lendemain à midi, j’allais voir les musées » etc. permettent de reconstituer l’itinéraire et la durée du séjour, grosso modo de 15 jours. L’itinéraire est habituel aux voyageurs français, qui, partant de Paris, traversent d’abord le nord de la France, pour arriver en Belgique avant de gagner les Pays-Bas11 .

8Louise Colet se déplace seule, ce qui, pour une femme, n’est pas encore si courant à l’époque12, et en dépit du terme « excursion », utilisé dans la lettre à Hugo, il est clair que ce sont des préoccupations d’ordre professionnel qui sous-tendent ce voyage. Ces préoccupations ne sont pas évoquées dans Promenade en Hollande mais justement on peut noter que l’écrivaine n’éprouve pas le besoin, au début de sa relation, de recourir aux « topoi discursifs justifiant la prise de parole et l’accession à l’acte d’écrire »13 souvent affichés dans les récits de voyage féminins. Louise Colet affirme ainsi son statut d’auteure.

2. Du récit de voyage au reportage

9Le travail littéraire auquel elle fait allusion est très probablement la relation de voyage elle-même, destinée au quotidien le Courrier de Paris14, dans lequel le texte fut d’abord publié en feuilleton, du 5 au 15 juillet 1858, sous le titre de Physionomie de la Hollande. La pratique était courante : la presse exploite et nourrit à la fois le succès de la littérature de voyage ; l’illustrent, parmi bien d’autres, Gautier, Nerval, Dumas ou Sand dont les récits de voyage paraissent en revue avant d’être édités en volume.  

10Le texte complet est régulièrement annoncé du 25 juillet 1858 au 30 janvier 1859 dans la liste des ouvrages offerts en prime aux nouveaux abonnés du Courrier de Paris. La Bibliothèque Nationale de France conserve ce petit ouvrage, qui ne paye pas de mine : 57 pages, format quarto, imprimées chez Dubuisson, l´imprimeur du Courrier de Paris. Le livre publié chez Hachette en 1859, dans la série Bibliothèque des Chemins de fer est nettement plus soigné en ce qui concerne la typographie, le papier, la reliure, mais le texte est le même. On remarque cependant que le titre a changé : de Physionomie de la Hollande on passe à Promenade en Hollande.

11Le glissement d’un titre à l’autre est intéressant en ce que les termes « physionomie » et « promenade » réfèrent à des modalités différentes du récit de voyage, modalités que l’on peut d’ailleurs trouver dans un même texte. « Physionomie » implique que l’on veut donner les traits distinctifs d’un pays, avec également une certaine approche contrastive, en notant en quoi ce pays se distingue des autres pays - et de la France en particulier. Physionomie de la Hollande fait donc ressortir la composante documentaire d’un récit dans lequel prime la description du pays visité et le caractère informatif et utilitaire. Le terme « promenade » au contraire place au centre du récit non plus le pays que l’on découvre, mais l’activité du voyageur, « promenade » impliquant aussi par rapport au terme « voyage », un dessin non déterminé, une certaine discontinuité qui comporte une composante égotiste : il renvoie au fait d’aller d’un lieu à l’autre pour se détendre, prendre l’air. Esquissant une poétique de la Promenade, Philippe Antoine fait ressortir diverses composantes, à savoir la revendication d’un désordre et d’une improvisation soigneusement agencés par un écrivain-promeneur associant la promenade à l’art de la conversation15.

12Dans Promenade en Hollande, Louise Colet joue sur les deux tableaux : d’une part, le fragmentaire, la subjectivité, l’imprévu de la promenade (et la détente qu’elle procure), d’autre part, le sérieux, l’informatif de la « physionomie » et pour ce faire, la voyageuse puise largement, quoiqu’elle s’en défende, dans ce qu’on pourrait appeler la « matière » de Hollande, c’est-à-dire l’abondante production de guides, de descriptions, de récits de voyage consacrés de longue date à ce pays.   

3. La « matière » de Hollande16  

13Il existe en effet en France une tradition ancienne de ce qu’on a appelé jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, « Voyage de Hollande » - qui fait référence au voyage proprement dit aussi bien qu’à la relation du dit voyage. Au XIXe siècle, les titres sont plus variés tels Un Tour en Belgique et en Hollande de Gautier, Fêtes de Hollande de Nerval, Quinze jours en Hollande de Verlaine. Cette tradition remonte à la fin du XVIe siècle lorsque la France, alors alliée à la toute jeune République des sept Provinces-Unies, y envoyait ses soldats : c'est à ce titre que Descartes fit son premier séjour en Hollande (1618-1619), dans les régiments du prince Maurice de Nassau avant d’y revenir plus tard (1629-1649) y écrire son Discours de la Méthode. La création de l'Université de Leyde en 1575 attira de nombreux savants ainsi que des étudiants séduits par le caractère novateur de l'enseignement qui y était dispensé. La révocation de l'Édit de Nantes en 1685 entraîna un afflux d'émigrés qui troquèrent leur statut de voyageur contre celui de résident permanent. Les Provinces-Unies restent encore un pays de refuge au XVIIIe siècle pour ceux qui sont persécutés du fait de leurs convictions religieuses, les jansénistes par exemple, mais également pour les auteurs en difficulté avec la censure. On y voit aussi de jeunes aristocrates accomplissant leur Grand Tour, des fils de négociants venus s’initier aux affaires dans des maisons de commerce hollandaises.

14La faveur grandissante que connaissent les tableaux flamands et hollandais à partir des années 1730 est un autre facteur qui contribue à attirer les voyageurs au XVIIIe siècle - et la tendance se renforcera au siècle suivant. Un certain nombre de collectionneurs français, ainsi que des peintres comme Perronneau, Cochin, Quentin La Tour font le voyage de Flandre et de Hollande.

15À la fin du siècle, la tourmente révolutionnaire jette sur les routes les émigrés, voyageurs malgré eux, dont bon nombre trouveront, pour un bref ou long séjour, asile dans les Provinces-Unies17. En 1795, les armées révolutionnaires envahissent la République des Provinces-Unies qui cesse d’exister sous ce nom, s’ouvre alors une période dite « française » jusqu’à la chute de Napoléon Ier et la création en 1813 du royaume des Pays-Bas. La période fut propice naturellement à l’arrivée de Français, des diplomates et des fonctionnaires plutôt que des voyageurs-touristes. A partir de 1820 environ, la paix retrouvée en Europe, le développement des moyens de communication favorisent les voyages et on a pu, à ce propos, évoquer un âge d’or du voyage au XIXe siècle18. La Hollande ou plus exactement le royaume des Pays-Bas - mais on utilise toujours le vocable « Hollande » - est un pays largement visité par les Français ; par rapport aux deux siècles précédents, on peut noter deux nouveaux traits importants : l’intérêt qui avait commencé à se manifester au XVIIIe siècle pour la peinture hollandaise du Siècle d’Or devient un véritable engouement, qui suscite nombre de « pèlerinages » artistiques d’une part19 ; d’autre part, le voyage en Hollande et la relation de ce voyage inspirent au XIXe siècle nombre d’écrivains reconnus (Hugo, Nerval, Gautier, du Camp, Michelet, Taine, Fromentin, Huysmans, les frères Goncourt, Verlaine), sensibles eux aussi à l’attrait de la peinture hollandaise, mais également soucieux d’une recherche esthétique. À cette époque, en effet, le récit de voyage acquiert un véritable statut littéraire20, sans renier toutefois complètement le caractère encyclopédique qui caractérise le récit de voyage de l’époque des Lumières. C’est dans cette tradition et ce contexte que se situe Promenade en Hollande de Louise Colet.       

16Sa relation reproduit l’itinéraire suivi. Dans chaque ville, elle visite les principales curiosités, celles que va voir tout voyageur qui se respecte : monuments, églises et musées car elle s’intéresse comme ses contemporains aux peintres hollandais et en particulier à Rembrandt. Elle entrecoupe les commentaires sur ces visites de descriptions de paysages aperçus du train, de scènes de genre observées à l’auberge ou dans le train. La comparaison de ce récit de voyage avec d’autres de l´époque, fait ressortir quelques traits distinctifs : l’attention accordée aux intérieurs hollandais dont l’ameublement et la décoration sont décrits avec une minutie peu commune ainsi que de très précises descriptions de toilettes féminines qui rappellent que Louise Colet est aussi journaliste de modes. Elle a également prêté attention à la communauté juive et les points de vue positifs exprimés à son égard contrastent singulièrement avec l’antisémitisme latent de nombreux autres récits de voyageurs français en Hollande. D’une manière générale, la forte présence de l’histoire et la relation au temps qui caractérisent son récit illustrent l’imbrication entre tradition ancienne du genre du voyage et centres d’intérêts caractéristiques de l’époque romantique.     

II. Construire la représentation d’un glorieux passé

17Conformément à une tradition ancienne, remontant à la Renaissance, Louise Colet donne un certain nombre d’informations historiques, des éléments que l’on se doit de traiter dans une relation de voyage qu’elle soit érudite ou pédagogique : l’intérêt pour l’histoire du pays visité, les anecdotes concernant ses grands hommes figurent à côté de la géographie, des institutions politiques, et de la description des mœurs des habitants.

18Louise Colet ne déroge pas à cette règle et s’attache à mettre en valeur les grands événements nationaux. Elle rapporte par exemple à Anvers des épisodes sanglants de l’histoire de la ville au XVIe siècle : son saccage le 4 novembre 1576 par les soldats espagnols, la tentative avortée du duc d’Anjou pour s’en emparer le 17 janvier 1583 ; à Rotterdam, la statue d’Erasme est l’occasion de rappeler la vie du grand homme ; à La Haye, la voyageuse évoque la triste fin des frères de Witt assassinés sauvagement par le peuple en 1672 ; de même à Haarlem, elle mentionne le siège de 1572 soutenu contre les Espagnols. Pour chaque ville traversée, elle égrène ainsi pour les lecteurs du Courrier de Paris les événements emblématiques de l’histoire des Pays-Bas, tirés de la « matière » de Hollande, que l’on retrouve dans tous les guides et toutes les relations de voyage des XVIIe et XVIIIe siècles.

19S’y ajoute cependant un intérêt plus personnel pour l’histoire, propre aussi à son siècle et dans son cas peut-être stimulé par la fréquentation de Victor Cousin, dont les cours ont contribué ainsi que ceux d’Abel-François Villemain ou de François Guizot « à la formation de la génération romantique, dans l’esprit d’une histoire fortement teintée de philosophie »21. Dans sa relation de voyage, Louise Colet fait preuve d’un intérêt érudit pour le document inédit, le document d’archives, intérêt bien en accord avec celui de son temps, influencé par la création quelques décennies auparavant de l’École des Chartes (1821) et du Comité des Travaux historiques (1834) chargé de publier des documents inédits relatifs à l’histoire de France22. Pendant son séjour, elle évoque ce type de documents, précieux témoins d’une identité nationale – des documents au sujet desquels elle a d’ailleurs questionné des érudits et des archivistes. C’est ainsi qu’elle peut admirer à La Haye l’original de l’acte de l’Union d’Utrecht (23 janvier 1569), considéré comme l’événement fondateur des Provinces-Unies. Par ailleurs, exploitant la structure ouverte du récit de voyage, propre à faire entendre des voix diverses, elle insère dans sa relation, une lettre de janvier 1583 d’un bourgeois d’Anvers rapportant un de ces épisodes de la lutte contre les Espagnols et de la tentative avortée du duc d’Anjou (p.11-18) ; la note en bas de page23 en garantit le caractère inédit et l’authenticité et cautionne le sérieux de l’auteure qui, en faisant entendre à ses lecteurs la voix de l’un des acteurs de cet épisode de l’histoire d’Anvers, illustre ce qui lui semble le trait identitaire de la ville : « Anvers pourrait être appelée l’héroïque, car elle a dans l’histoire des pages glorieuses, des jours belliqueux où ses bourgeois se changent en soldats téméraires qui savent vaincre ou mourir » (p. 4).

20À côté de cette démarche érudite, elle cherche, à travers événements et personnages historiques, à ressentir elle-même et à susciter chez ses lecteurs l’émotion, celle qui permet d’oublier son époque et de s’imaginer transporté dans le passé, un peu à la manière des romans de Walter Scott adorés en France dans les années 183024 :

J’étais émue par le récit que je venais de lire : je me fis conduire à cette partie des remparts où la scène de carnage s’était passée ; la pluie avait cessé tout à coup. Je mis pied à terre et je me plaçai en face de la porte Ripdorp, encore debout ; les lueurs rouges d’un soleil d’orage remplissaient le vide de son arceau ; il me sembla revoir la porte estouppée par les cadavres sanglants. Je cueillis quelques brins d’herbes dans l’anfractuosité des pierres, et je m’éloignai en pensant à ces hécatombes inutiles de l’histoire. (p. 19)

21La remarque finale suggère que l’histoire incline aussi à la méditation. Certains moments conviennent toutefois  mieux que d’autres à son surgissement. Louise exploite ainsi les atmosphères nocturnes. Elle est à La Haye et vient de rappeler le souvenir de personnages historiques bien connus de l’histoire des Pays-Bas qui furent assassinés dans cette ville : Adélaïde de Poelgeest le 22 septembre 1392 et les frères de Witt le 10 août 1672 :

La tranquillité de cette belle nuit répandait sur ces spectres sanglants comme une sérénité éternelle. C’était bien l’heure où il fallait les évoquer : car au milieu des bruits du jour et du mouvement des passants, ils auraient encore emprunté à la vie quelque chose de son tumulte et de ses douleurs. (p. 121)

22La nuit, de préférence éclairée par la lune25 offre le cadre propice au contact avec ce passé que l’on veut, à l’instar de Scott ou de Michelet ­ toutes proportions gardées - faire revivre. C’est ainsi qu’à Leyde, Louise découvre l’hôtel-de-ville :

Le perron à double escalier, couronné de deux lions ailés, me paraissait d’un beau style au clair de lune. Je repeuplais ce monument à présent si calme ; j’évoquais les scènes tumultueuses qui s’y étaient passées ; je ranimais le héros Van der Werff et ce bizarre chef des séditieux anabaptistes, Jean de Leyde ! On aime à ces heures sévères et recueillies de la nuit, à ressaisir ces vestiges de l’histoire, seules traces de leur passage que les générations laissent ici-bas. (p. 144)

23La voyageuse ne manque pas d’une certaine lucidité quant au pouvoir romanesque du clair de lune puisque qu’elle note un peu plus loin :

« Au grand jour, la façade de l’hôtel de ville de Leyde me parut moins belle qu’à la clarté de la lune qui agrandit tout. Les deux lions en terre rouge huchés sur le perron avaient des mines de caniches pacifiques ». (p. 146)

24Autre sujet de première importance pour la voyageuse : la peinture d’histoire qui est alors à la mode en Hollande comme en France. Vecteur d’une glorification du passé national, elle stimule l’imagination: ainsi le tableau de Gustaaf Wappers26, peint en 1829, qui représente le bourgmestre de Leyde, Pieter van der Werff, offrant son corps en pâture à ses concitoyens, affamés par le siège de la ville (1574) et les convainc de résister encore aux Espagnols, ranime l’inspiration de Louise Colet. Elle rapporte cette anecdote traditionnelle en décrivant le tableau comme une scène vue en direct. C’est donc par le filtre d’une vision « nationalisante » du XIXe siècle que la voyageuse transcrit un épisode de l’histoire de Leyde, qui incarne dans sa résistance à l’oppresseur espagnol le passé glorieux du pays tout entier.

25Peut-être inspirée par Michelet, elle cherche à ressusciter, à « repeupler » le passé – un terme qui revient sous la plume. Par exemple à Amsterdam, lorsqu’elle note, lors de la visite de la synagogue des Juifs portugais : « Tandis que nous parcourions la vaste enceinte, elle se repeuplait pour moi des rabbins fanatiques qui anathémisèrent un jour le tranquille et studieux Spinoza et le chassèrent du temple » (p. 200). Suit alors le récit des démêlés de Spinoza avec sa communauté, récit qui fait partie, lui aussi, du répertoire des anecdotes traditionnelles du « voyage de Hollande ». Par ce biais de la résurrection du passé - plus ou moins convaincante - l’auteure donne un lustre nouveau à des faits connus de longue date et répétés à satiété, en instaurant ou en essayant d’instaurer un lien personnel avec ces personnages de l’histoire des Pays-Bas.

26Un passage moins convenu et qui laisse transparaître une véritable émotion est celui où, visitant Aix-la-Chapelle, Louise Colet rappelle trois des grands empereurs dont le souvenir est encore présent dans la cathédrale. L’église qui se vide, le silence progressif, la lumière qui décline sont les stimulants à une méditation sur le passé et la gloire éphémère :

Insensiblement décroît et cesse le murmure des prières marmottées tout haut par quelques fidèles ; les bruits de pas ne se font plus entendre, et la nef se remplit de silence et se solitude. Seule dans cette église à la lueur d’un jour incertain et mystérieux, je sens comme une saveur de mort et de néant !

Que survit-il des bruits et des gloires de la terre ?

Un jour aussi, ils méditèrent dans cette église, les trois hommes qui, à distance de plusieurs siècles, ont le plus remué le monde. (p. 259)

27Ces trois hommes sont l’empereur Charlemagne, dont elle évoque la personnalité en insérant un passage de la Vita Karoli d’Eginhard27, puis Charles-Quint dont elle rappelle les amours dans un poème de sa composition, mais dont elle retient surtout la vieillesse : « je revois Charles-Quint vieux, cassé, moine à Saint-Just, et ranimant, comme se plaisent à le faire tous les mourants, les souvenirs des amours de sa vie » (p. 260) ; et le plus important - du moins pour elle -  Napoléon qui lui apparaît dans un surgissement fantasmagorique pour se dissoudre ensuite dans l’obscurité :

Il me semble que la nef se remplit de ténèbres ; puis tout à coup quelque chose de lumineux rayonne vers le dôme et se place au milieu sur le cercueil de Charlemagne. Je crois voir debout, les mains derrière le dos, le troisième des grands empereurs ! C’est le feu de ses yeux qui éclaire l’espace autour de lui, et, tandis qu’il marche l’irradiation se fait plus large. Il entend sous ces voûtes deux noms retentir ; il voit sur toutes les dalles flamboyer ces deux noms : Charlemagne, Charles-Quint ! Il pèse leur grandeur et mesure leur fortune et leur destinée. N’est-il pas désormais leur vainqueur ? N’a-t-il pas conquis leurs royaumes ? N’est-il pas le maître de leurs poussières, et ne pourrait-il pas au gré de son caprice, les jeter au vent !

Mais lui-même, quelle sera sa fin ? Que deviendront ses cendres ?

En ce moment, la figure de Napoléon s’assombrit ; son regard cesse d’éclairer les profondeurs de l’église, l’ombre du troisième des grands empereurs disparaît ; je la vois s’évanouir au loin dans les dunes brûlantes de l’océan Atlantique. (p. 262-263)

28À côté de cet intérêt manifesté pour l’histoire des Pays-Bas par le biais de quelques événements et personnages emblématiques illustrant l’attachement à la liberté et à l’indépendance d’esprit considérés comme caractéristiques du peuple néerlandais, on trouve donc aussi un intérêt pour l’histoire de l’Europe qui s’incarne dans la vision des trois empereurs à Aix-la-Chapelle, avec, en écho, l’engouement de l’histoire romantique pour le haut Moyen Age et la figure de Charlemagne. Mais à côté de l’histoire, Louise Colet fait aussi référence au présent, et son récit prend alors le ton du reportage, à la recherche de traces préservées du passé.

III. La Hollande contemporaine comme « conservatoire » du passé

29Traversant la Hollande, Louise Colet aborde également son présent. Son approche emprunte, un peu et maladroitement, à l’ethnographie et au folklore. C’est peut-être là une conséquence de la nature même du reportage qui suppose d’apporter aux lecteurs des éléments sortant de l’ordinaire : l’exercice était évidemment difficile, la société visitée étant bien proche de celle de Louise Colet.

30Cela donne lieu à une approche idéalisée d’un passé indéterminé, a-historique en quelque sorte, le passé de sociétés originelles qu’on s’efforce de retrouver dans des communautés ou des groupes contemporains qui n’ont pas encore subi les atteintes de la modernité. Faute de pouvoir s’offrir des voyages lointains (Amérique, Indes ou Polynésie), on s’efforce de trouver en Europe, dans quelques pays qui connaissent un certain retard par rapport à la révolution industrielle28, des sociétés propres à satisfaire la curiosité du voyageur à l’égard de « l’homme primitif ». C’est cette motivation - la recherche de mœurs nouvelles car préservées de la modernité - qui est affichée au début de Promenade en Hollande :

Depuis environ un siècle, tout cachet d’originalité s’efface des nations comme des individus ; il est grand temps de saisir les derniers vestiges de caractère distinct que présentent encore plusieurs pays. Qui dit vestiges dit fragments ; donc ce caractère de certaines particularités qui frappent le voyageur chez quelques peuples n’a plus d’unité : partout l’empreinte uniforme (et désespérante pour celui qui aime le pittoresque et l’inattendu) des usages et des modes anglaises et françaises. [...] La Chine est ouverte ; avant peu d’années elle sera devenue européenne, c’est-à-dire anglaise et française. Le littoral de l’Afrique a vu passer et dominer tous les peuples de l’Europe sur ses rivages ; il ne reste donc plus au voyageur qui cherche des peintures de mœurs nouvelles, que l’intérieur encore sauvage et jusqu’ici presque impénétrable de cette même Afrique.

Hélas ! Ce n’est pas dans ces contrées inexplorées que nous pouvons conduire nos lecteurs ; le chemin de fer nous entraîne banalement sur des routes mille fois parcourues et décrites ; hâtons-nous de saisir dans les villes et dans les campagnes quelques signes de race et de mœurs qui nous font sentir encore que nous ne sommes ni en France ni en Angleterre. (p.1-2)

31C’est en raison de cette même motivation que Louise refuse de s’arrêter à Bruxelles qui rappellerait trop Paris : « mais à quoi bon décrire des monuments vus partout » (p. 3). En Hollande, ces lieux préservés que la modernité n’a pas encore atteints existent ; on les signale d’ailleurs dès la fin du XVIIIe siècle et les voyageurs opposent volontiers dans leurs relations La Haye, la ville de la cour du stathouder, des ambassades et des diplomates au village de pêcheurs tout proche, Scheveningen, qui va devenir au XIXe une station balnéaire réputée ; Amsterdam, grande cité commerçante, grand port cosmopolite, forme contraste avec les villages de la Hollande septentrionale dont les habitants connaîtraient la simplicité et le bonheur de l’âge d’or.

32Louise Colet ne manque pas de rappeler ces lieux, mais finalement développe assez peu la thématique qui introduit sa relation : à Scheveningen, les habitants du petit village de pêcheurs ne lui inspirent pas de commentaires admiratifs sur la pureté et la simplicité de leurs mœurs, mais sont l’occasion de donner une description assez ironique de l’habillement bizarre des femmes. En fait la romantique en elle est surtout sensible au spectacle de la mer et la mondaine beaucoup plus intéressée par les grands de ce monde qu’elle peut croiser sur la plage.

33N’ayant pu faire l’excursion projetée en Hollande septentrionale où elle aurait pu trouver ces mœurs originelles qu’elle prétend rechercher, elle insère dans son texte un document inédit procuré par l’archiviste de la ville d’Amsterdam, le rapport d’un fonctionnaire français sur les habitants de cette région et quelques pages du journal de voyage d’une amie. Le fait que ces documents datent du début du siècle, contredisent finalement l’effet attendu, à savoir ce contact avec une société préservée, qui aurait échappé à la modernité et donc à l’écoulement du temps. Les dates précises de ces documents qui tendent à souligner la dimension érudite que Louise Colet tient parfois à donner à son récit de voyage (le rapport du sous-préfet d’Alkmaar est daté du 27 juin 1812, le journal de voyage de l’été 1816) font au contraire ressortir cet écoulement du temps. Le lecteur de 1859 peut en effet penser que depuis ces dates, bien des choses ont changé.

34Une société plus conforme à ses aspirations, une société en quelque sorte hors-temps, Louise la  trouvera à Zeist dans la communauté des frères Moraves qui se sont installés dans le premier tiers du XVIIIe siècle dans ce petit village situé à quelques kilomètres d’Utrecht29. L’organisation (la communauté est fondée sur le principe de l’égalité chrétienne), les habillements simples et élégants dont les diverses couleurs distinguent les âges et les conditions,  les mœurs préservées frappent la voyageuse :

« J’étais touchée de la sérénité et de la grâce de cette société heureuse » ; et elle conclut la relation de cette visite en ces termes : « Je m’éloignais avec tristesse de Zeyst ; je saluai avec respect et envie cette petite république tranquille. Il me semblait que j’aurais pu vivre si facilement là et m’y recueillir jusqu’à la mort ». (p. 248)

35Vœu pieux sans doute, mais de ce tableau de la communauté morave, se dégage une certaine image de la pérennité : le temps n’a pas vraiment prise sur cette communauté qui se dérobe aux influences extérieures.

36On pourrait établir un parallèle entre cette recherche affichée au début du récit de voyage d’un présent qui serait en fait un îlot préservé du passé au milieu de la modernité - et cette expérience, Louise la fait d’une certaine façon à Zeist - et le temps du voyage, un temps intermédiaire, qui se déroule à un autre rythme que celui de la vie ordinaire de la voyageuse et qui constitue un arrêt, une parenthèse dans une vie parisienne pénible et agitée. En témoigneraient les lignes qui concluent Promenade en Hollande : « À quand donc maintenant un nouveau voyage ? À quand une autre halte dans le labeur ? À quand un autre déploiement des ailes de l’esprit vers des pays inconnus ? » (p. 274)

Conclusion

37Fidèle à la tradition du voyage pédagogique comme du voyage encyclopédique des Lumières, Louise Colet n’omet pas d’évoquer l’histoire du pays visité qui est un ingrédient indispensable de la relation de voyage. Elle réutilise donc sur ce point la « matière » de Hollande en la mettant au goût du jour ; inspirée par les tendances qui marquent la science historique de son époque, elle s’appuie d’une part sur l’intérêt apporté aux sources et aux documents d’archives  et en produit un certain nombre, ce qui lui permet, oubliant de temps à autre qu’elle lui a donné le titre de « Promenade », de conférer un cachet de sérieux à son récit de voyage ; d’autre part, elle s’applique, dans la tradition romantique, à faire revivre certains épisodes et personnages emblématiques de l’histoire néerlandaise choisis pour conforter l’image de tolérance, de liberté, d’indépendance attachée de longue date au pays. Par ailleurs, Louise Colet inscrit d’emblée sa relation dans une problématique chère à son époque, la recherche de sociétés originelles, qui implique une réflexion sur l’histoire de l’humanité et le rapport entre modernité et histoire.

38L’auteur combine passé, présent et futur en recomposant son voyage et, ce faisant, construit une certaine image de soi en écrivaine voyageuse : elle ne se représente pas dans son texte en voyageuse qui écrit une relation de voyage, mais avant tout comme une écrivaine qui fait de son récit de voyage le lieu propice pour afficher ses compétences et ses ambitions d’auteure30, le lieu propice également pour nourrir son inspiration de poète, de nouvelliste et de romancière et sans doute aussi – mais ceci n’est pas affiché – de journaliste.

39Barbey d’Aurevilly aurait sans doute pu tout aussi bien que pour L’Italie des Italiens s’irriter du « moi aux pieds d’éléphant » de l’auteure, qui utilise en effet le droit de parler de soi qu’autorise le genre du récit de voyage mais c’est surtout en femme de lettres, journaliste et particulièrement en poète que Louise Colet se met en scène dans sa Promenade en Hollande. Son récit n’est pas une forme d’accès à l’écriture comme ce fut le cas pour d’autres voyageuses, mais l’œuvre d’une professionnelle de l’écriture qui a dû gagner sa vie, parfois difficilement, avec sa plume. Elle y insère (renouant, peut-être involontairement, avec la tradition mondaine des récits de voyage des XVIIe et XVIIIe siècles qui entremêlaient vers et prose) ses poésies composées au gré des rencontres et des choses vues : sur le bois de La Haye, le jardin zoologique d’Amsterdam, l’Institut des jeunes aveugles toujours à Amsterdam, une vieille femme aperçue du train. A La Haye, elle mentionne avec fierté qu’elle a offert au secrétaire de la Reine un volume de ses poèmes couronnés par l’Académie française et elle étale cette soif de reconnaissance assez naïvement en se mettant en scène dans les derniers vers du poème consacré au jardin zoologique d’Amsterdam :    

« C’est une princesse en voyage

Disent les promeneurs entre eux

Au poète rendant hommage

Ah ! Qu’ils me flatteraient mieux ». (p. 208)

40Derrière la « promeneuse » se profile ainsi l’écrivaine au travail : Les scènes observées dans le train, dans la rue, constituent un réservoir de sujets notés comme thèmes éventuels pour l’œuvre ultérieure. C’est ainsi qu’une jeune fille aperçue dans l’encadrement de la fenêtre d’un moulin des environs de Rotterdam, lui suggère un titre de roman, Un drame dans un moulin à vent (p. 107). Elle insère également des intermèdes narratifs qui rappellent par leur thématique et leur forme des contes sentimentaux et tragiques publiés dans des keepsakes français entre 1835 et 184831. On peut donc s’interroger quant à leur authenticité, mais ces histoires enchâssées illustrent au même titre que les poèmes, les documents d’archives et les descriptions détaillées de toilettes féminines insérés dans le récit de voyage, les multiples facettes des activités littéraires de Louise Colet, qui aimait écrire et - ce qui était plus difficilement acceptable pour ses confrères masculins - prétendait aussi trouver dans l’écriture un moyen de subsistance32.

41Madeleine van Strien-Chardonneau, Université de Leyde

Haut de page

Notes

1  Cet article reprend et développe les éléments d’une étude antérieure plus générale, « Trois voyageuses en Hollande : Anne-Marie du Boccage (1750), Stéphanie-Félicité de Genlis (1776), Louise Colet (1857) » in Le voyage au féminin. Perspectives historiques et littéraires (XVIIIe-XXe siècles). Sous la direction de Nicolas Bourguinat, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2008, p. 73-88.

2  Louise Colet, Lettres inédites de Louise Colet à Honoré Clair (1839-1871), réunies, présentées et annotées par Annalisa Aruta Stampacchia, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 1999 (Cahiers d’études sur les correspondances du XIXe siècle, no 9), p. 303.

3  En 1854, elle est rédactrice des Modes Parisiennes ; elle collabore aussi au Monde illustré (articles de mode, bals, fêtes de la haute société parisienne) et en  1857 à la Revue de la Mode (Louise Colet, Lettres inédites [...], op. cit.,p. 197-198).

4  L’Italie des Italiens, Paris, E. Dentu, 1862-1864.

5  Les Derniers Marquis. Deux mois aux Pyrénées,Paris, E. Dentu, 1866.

6  Les Pays lumineux. Voyage en Orient, Paris, E. Dentu, 1879. Louise Colet avait été envoyée par le journal Le Siècle pour faire un reportage à l’occasion de l’inauguration du Canal de Suez en 1869.

7 J. Barbey d’Aurevilly, Les œuvres et les hommes, V, Les Bas-Bleus, Genève, Slatkine Reprints, 1968, chapitre XIX, Mme Louise Colet, p. 237-252 : « Ce n’est pas seulement un bas-bleu. C’est le bas-bleu même. Elle s’élève jusqu’à l’abstraction ! (p. 237). C’était le bas-bleu à outrance, fastueusement impie et jacobin, insulteur, vésuvien (un mot de son temps), le bas-bleu rouge – hardiment écarlate, parmi les bas-bleus !» (p. 239).   

8  J. Barbey d’Aurevilly, op. cit., p. 247.

9   Voir lettre à Honoré Clair du 4 juin 1857 : « Ma santé continue à être très altérée... », Louise Colet, Lettres inédites […], op. cit.,p. 198.

10  Joseph F. Jackson, Louise Colet et ses amis littéraires, New-York, AMS Press, 1973, p. 244.

11  La première ville mentionnée est Bruxelles, où Louise Colet ne s’arrête pas ; Anvers [1 jour], Rotterdam [1 jour], La Haye [2 jours], Leyde [deux nuits. 1 journée], Haarlem, Amsterdam et environs (Saardam, actuellement Zaandam, célèbre par ses pittoresques moulins et le séjour qu’y fît au XVIIe siècle le tsar Pierre le Grand ; l’île de Marken, réputée pour les mœurs originales et préservées de ses habitants et qu’elle ne pourra visiter à cause du mauvais temps) [4 jours et 5 nuits] ; Utrecht et Zeist [3 jours]; Louise ne rentre pas directement d’Utrecht - dernière ville de l’itinéraire néerlandais - en France mais fait un crochet par Cologne et Aix-la-Chapelle (la Rhénanie est à la mode), Cologne [1 jour], Aix-la-Chapelle [1 jour], puis rentre en Belgique par Verviers, visite Spa, célèbre pour ses eaux et ses mondanités et regagne Paris [Verviers, Spa [1 jour, 1 nuit], en passant par Compiègne et Pierrefonds.

12  Voir Sylvain Venayre, « Pour une histoire culturelle du voyage au XIXe siècle », Sociétés et représentations, 2006 (1), no 21, p. 11 : « Le XIXe siècle des femmes fut aussi le temps du combat pour le voyage solitaire, en dehors des normes du séjour dans les villes d’eaux ou les stations balnéaires, en dehors aussi de celles de ce voyage de noces qui, à bien des égards, fut alors codifié comme un anti-voyage. »

13  Nicolas Bourguinat, « Voyage et genre une interrogation renouvelée », in Le voyage au féminin […], op. cit., p. 11-12.

14  Le Courrier de Paris a paru du 11-12 avril 1857 jusqu’au 30 juin 1860.

15  Philippe Antoine, « Une rhétorique de la spontanéité : le cas de la Promenade », in Voyager en France au temps du romantisme. Poétique, esthétique, idéologie. Textes réunis et présentés par Alain Guyot et Chantal Massol, Grenoble, ELLUG Université Stendhal, 2003, p. 146.

16  Voir Roelof Murris, La Hollande et les Hollandais aux XVIIe et XVIIIe siècles vus par les Français, Paris, Edouard Champion, 1925 ; Madeline Koumans, La Hollande et les Hollandais au XIXe siècle vus par les Français, Maastricht, Van Aelst, 1930 ; Madeleine van Strien-Chardonneau, Le Voyage de Hollande : récits de voyageurs français dans les Provinces-Unies (1748-1795), Oxford, The Voltaire Foundation, 1994.

17  Voir par exemple Karine Rance, « Voyages en terres d’exil : les émigrés et l’Europe », in Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal, 1790-1840, Paris, Nouveau Monde, 2007.

18  « Le Siècle du voyage », Sylvain Venayre (dir), Sociétés et représentations, 2006 (1), no 21, Présentation.

19  H. van der Tuin, « Art et littérature comparés. Voyageurs français aux Pays-Bas dans la première moitié du XIXe siècle », Revue d’histoire de la philosophie et d’histoire générale de la civilisation, 15 octobre 1935, p. 360-384 ; 15 janvier 1936, p. 55-74.

20  Même si nombre d’écrivains voyageurs refusent de conférer ce statut à leurs propres relations de voyage. Voir Philippe Antoine, « ‘Ceci n’est pas un livre’. Le récit de voyage et le refus de la littérature », Sociétés & Représentations, 2006, op. cit., p. 45-58.

21  Marie-Paule Caire-Jabinet, L’Histoire en France du Moyen Age à nos jours. Introduction à l’historiographie, Paris, Flammarion (Champs Université), 2002, p. 117.

22  Ibid., p. 120.

23  « Ce document est inédit et d’une authenticité incontestable. Nous le publions d’après une copie envoyée au roi d’Espagne, Philippe II, qui avait tant d’intérêt à savoir d’une manière précise comment les faits s’étaient passés » (p. 11).  

24  Jo Tollebeek, De Illusionisten. Geschiedenis en cultuur in de Franse Romantiek, Leuven, Universitaire Pers Leuven, 2000, p. 95.

25  Voir aussi à La Haye : « La soirée est superbe. Une pleine lune projette sur les monuments cette lueur laiteuse qui double leur beauté » (p. 119).

26  Gustaaf Wappers (1803-1874).

27  Elle précise en note : traduction de M. Alexandre Teulet. Ce passage extrait de la Vita Karoli était célèbre par la vivacité du portrait physique qu’il donne de l’empereur (voir Jo Tollebeek, De Illusionisten […], op. cit., p. 116).

28  Wendelin Guentner cite l’Italie, l’Ecosse, la Suisse et en France la Bretagne et les Pyrénées (Esquisses littéraires : rhétorique du spontané et récit de voyage au XIXe siècle, Saint-Genouph, Nizet, 1997, p. 32). On peut y ajouter les Pays-Bas qui connaissent un certain retard économique jusque dans les années 1840.

29  En 1722, le piétiste Von Zinzendorf avait accueilli sur ses terres en Saxe des réfugiés moraves et avait donné une impulsion nouvelle à cette communauté chrétienne qui se rattache au mouvement hussite né en Bohème au quinzième siècle : persécutés, les Moraves s’étaient installés en Hollande où le comte Von Zinzendorf avait trouvé l’appui de Marie-Louise d’Orange, grand-mère de Guillaume V. En 1745, Zinzendorf envisagea d’installer une communauté à Zeist et fit acheter la propriété de Willem-Adriaan van Nassau-Odijk. C’est le piétisme, mouvement de foi situé dans la mouvance du luthéranisme, qui inspire les Moraves.

30  Cette façon de se consacrer elle-même, de consolider son statut de femme auteur n’est pas étrangère non plus à Anne-Marie du Boccage et à Félicité de Genlis qui voyagent en Hollande, Angleterre et Italie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Anne-Marie du Boccage se met en scène dans ses lettres de voyage, comme poète et auteure de tragédies, soucieuse de montrer qu’elle s’est illustrée dans les grands genres. Félicité de Genlis réutilise la dimension pédagogique reconnue de longue date au voyage pour s’afficher en éducatrice hors pair. (M. van Strien-Chardonneau, « Trois voyageuses en Hollande : Anne-Marie duBoccage (1750), Stéphanie-Félicité de Genlis (1776), Louise Colet (1857) », art. cit., p. 85-86)   

31  Louise Colet, Lettres inédites […], op. cit., p. 16.

32  Voir Barbey d’Aurevilly, Les œuvres et les hommes […], op. cit., p. 240 : « Mme Colet avait trop d’impétuosité dans l’amour-propre pour être habile ; mais elle n’en était pas moins intrigante au profit du talent qu’elle croyait avoir ; dévouée, corps et âme, à sa fortune littéraire et à des besoins de publicité dont aucune femme n’eut la rage au même degré qu’elle. » ; sur l’hostilité à l’égard des femmes de lettres au XIXe siècle, voir Christine Planté, La petite sœur de Balzac : Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, 1989.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madeleine van Strien-Chardonneau, « Louise Colet (1810-1876), Promenade en Hollande (1859) : voyage et histoire », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1428

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page