Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 2/2

Deux Hollandaises à Trévoux (1788-1797) : voyage d’agrément ou engagement politique ?

Myriam Everard

Résumés

Cet article est consacré au ‘voyage révolutionnaire’ d’Elisabeth Wolff, née Bekker (1738-1804) et de son amie et compagne, Agatha Deken (1741-1804). Les deux femmes, écrivains néerlandaises et patriotes, qui, après l’échec de la révolution patriote des Provinces-Unies, se réfugièrent en France en 1788, où elles passèrent plus de neuf ans en exil politique dans la petite ville de Trévoux. Leurs lettres et publications et également des documents d’archives témoignent clairement de leur engagement révolutionnaire personnel. Faute de documents explicites, seuls apparaissent les contours des réseaux politiques transnationaux dans lesquels elles évoluaient. La proclamation de la République batave de 1795 leur inspira un poème enthousiaste, mais c’est seulement à l’époque du coup d’État radical de janvier 1798 qu’elles décidèrent de rentrer dans leur patrie. Aussitôt arrivées, elles s’établirent au centre du pouvoir et mirent leurs écrits au service du nouveau régime. Cet engagement inconditionnel montre bien que leurs années d’exil en France n’avaient pas diminué leur activisme révolutionnaire, mais l’avaient bel et bien accru. Toutes deux étaient devenues des citoyennes à part entière.

Haut de page

Texte intégral

1Les années révolutionnaires néerlandaises – la révolution des patriotes de 1780-1787 et la République batave de 1795-1806 – sont de plus en plus au centre de l’intérêt1, mais sur le rôle qu’ont joué les femmes en politique durant ces années, l’histoire néerlandaise a prêté jusqu’à nos jours peu d’attention. À tort, sans nul doute2. Une étude de cas telle celle que présente le séjour en France de deux femmes connues aux Pays-Bas avant tout pour leur œuvre littéraire peut contribuer à remplir ce vide. Elizabeth Bekker et Agatha Deken, en effet, ont émigré en France en 1788, et y sont restées neuf ans durant. Le caractère politique du voyage et du séjour de Bekker et Deken en France a été mis en doute par des études récentes3. De plus amples recherches en France dont les résultats sont publiés ici démontrent pourtant que leur voyage a affiné leur apprentissage politique4. Apprentissage dont elles tireront profit dès leur retour aux Pays-Bas.

Femmes de lettres patriotes

2Aux Pays-Bas, Elizabeth Bekker, passée à la postérité sous le nom de son époux, Wolff, et Agatha Deken sont les écrivains les plus connus du XVIIIe siècle mais aussi les écrivaines néerlandaises les plus célèbres de tous les siècles5. Elles doivent leur célébrité au premier roman néerlandais, écrit de leur plume, Historie van mejuffrouw Sara Burgerhart, un roman épistolaire de 1782, qui connut un grand succès lors de sa parution6. Le livre a été non seulement réédité presque immédiatement en 1783, puis en 1786, mais il a également été traduit en allemand et en français. Pour ce qui est de la traduction française, Histoire de mademoiselle Sara Burgerhart, elle était de la main de Henri Rieu, ami suisse de Voltaire, et elle a été éditée à Lausanne en 1787 et à Paris en 17887.

   

3Sara Burgerhart n’est pas le premier ou le dernier ouvrage des deux auteurs : séparément ou de concert, elles ont publié bien des poèmes, des romans, des chansons, des fables, des traités et des réactions (versifiées) aux actualités du jour. Wolff affectionnait de surcroît les polémiques théologiques de son époque, tandis que, parallèlement, elle traduisit plus de vingt ouvrages : de l’anglais, de l’allemand et notamment du français, tels que Le fils naturel de Diderot ou l’Essai de philosophie morale de Moreau de Maupertuis, et surtout les ouvrages de Mme de Genlis, qu’elle introduisit aux Pays-Bas avec sa traduction néerlandaise de Adèle et Théodore ou Lettres sur l’éducation en 1782, à savoir l’année même de la parution du livre8.

4C’est qu’elles écrivaient pour vivre. Aucune des deux n’était issue de ces milieux aisés, où les femmes seules – comme le fut toute sa vie Deken et Wolff après son veuvage – n’ont pas besoin de travailler pour gagner leur vie. Leur cohabitation – de 1777, année du décès de l’époux de Elizabeth Wolff, Adrianus, pasteur de campagne de l’église réformée, jusqu’à leur décès quasi simultané en 1804 – fut donc une vie laborieuse, en étroite collaboration. Le milieu social de Wolff et de Deken était constitué d’un éventail de citoyens lettrés – écrivains, libraires, pharmaciens, notaires, marchands et fabricants – d’obédience religieuse diverse, avec une prédominance de dissidents, comme elles-mêmes l’étaient, de naissance (Deken était née anabaptiste) ou par conviction (Wolff était réputée pour ses attaques satiriques contre l’orthodoxie réformée). C’est dans ce milieu que, dans les années 1780, naquit un mouvement politique qui s’opposait à l’oligarchie fermée des régents et à leur protecteur politique, le stathouder Guillaume V de la maison d’Orange. Ce mouvement revendiquait des droits politiques et la liberté économique de tous les citoyens, sans distinction de naissance et de religion (mais non de sexe). Pour raffermir ces revendications, les patriotes, puisque c’est ainsi qu’ils se dénommèrent, s’organisèrent et créèrent dans presque toutes les villes et tous les villages de la République des corps francs, afin que les citoyens puissent s’exercer dans le maniement des armes.

5Dans les sociétés politiques qui s’établirent alors, il ne semble pas que les femmes aient été acceptées. De même, elles ne portaient pas ou très rarement les armes. Mais elles pouvaient bel et bien devenir membres des corps francs, pour la simple raison que ceux-ci étaient contraints de se financer par eux-mêmes. Les femmes y étaient donc soit des membres payants, soit elles contribuaient en nature et offraient des bannières et des armes. Dans les deux cas, les femmes étaient nombreuses et comme l’offrande de bannières et autres attributs militaires se faisait avec beaucoup de cérémonial sur la place publique et qu’elle se doublait de discours et de poèmes imprimés par la suite, cette participation féminine à la cause patriote ne passait pas inaperçue9. Une seconde possibilité des femmes pour se faire connaître en tant que partisanes des patriotes était de rendre public leur engagement par l’imprimé. Dans les années 1780, elles furent légion à le faire et parmi elles, Elizabeth Wolff, qui fut très vite séduite par l’idéal patriote de liberté civile et qui, à partir de 1784, soutenait le mouvement dans des poésies de plus en plus militantes et applaudissait à ce que les femmes se manifestent ouvertement comme donatrices10.

6Alors que les patriotes parvenaient à saisir le pouvoir dans les diverses villes, et le stathouder tentait de freiner par la force cette évolution, la lutte entre patriotes et orangistes prenait de plus en plus des allures de guerre civile. En septembre 1787, cette menace fut conjurée non par Guillaume V et ses partisans, mais par le frère de son épouse, Frédéric Guillaume II, roi de Prusse, dont l’armée envahit la République et en quelques semaines remit brutalement de l’ordre. Des milliers de patriotes durent s’enfuir de leur pays ; parmi eux, en mars 1788, Wolff et Deken. Non qu’elles aient été poursuivies ou molestées, comme il en était allé chez bien de leurs proches, mais parce qu’elles n’étaient pas certaines d’être épargnées – avoueront-elles plus tard. Un autre fait a dû également peser dans leur décision. C’est qu’elles ne se sentaient plus capables d’être « témoins des malheurs, des offenses, des oppressions, des souffrances que subissaient leurs compatriotes et de devoir garder le silence devant ces scènes d’horreur ». De même, elles ne pouvaient supporter de « ne pouvoir sauter à la gorge de ce gouvernement répressif », ainsi que le dira Wolff en 1798 dans un langage des plus figuré11.

Voyage révolutionnaire

7Pour Wolff et Deken, voyager n’était pas inusité. Le réseau sophistiqué de coches d’eau qui reliait entre elles les provinces les plus éloignées de la République leur était familier et elles en avaient fait plus d’une fois usage, sans s’embarrasser d’un chaperon, ce qui pour les femmes de leur milieu n’avait rien d’insolite. Mais elles n’avaient encore jamais quitté la République des Provinces-Unies. Dès lors, elles ont dû être décidées à s’établir pour longtemps à l’étranger, car elles firent mettre aux enchères leur maison de campagne, leur bibliothèque et leur collection d’estampes. Le fait qu’elles confient la plus grande partie de leur fortune à un ami proche, suggère néanmoins qu’elles n’avaient pas exclu tout espoir de retour.

8Sur le voyage lui-même, on sait fort peu de choses, si ce n’est la compagnie avec laquelle elles l’ont fait, la destination du voyage et l’itinéraire. Wolff et Deken ne voyageaient pas seules, mais avec Caroline Victoire Ravanel, une gouvernante, dont elles s’occupaient depuis plus longtemps pour des raisons jusqu’ici inconnues et que deux siècles de recherches n’ont toujours pas contribué à identifier. Le but du voyage, Trévoux, est au premier abord une destination surprenante, quand on sait que les colonies de réfugiés patriotes se trouvaient avant tout au Nord de la France ou à Paris. Mais à en croire un contemporain, à Trévoux habitait le frère de Ravanel et les trois femmes espéraient trouver chez lui un abri12.

9Quoi qu’il en soit, fin mars 1788, Wolff et Deken ont pris la diligence à Amsterdam, en compagnie de Ravanel. De là elles sont passées à Anvers, Bruxelles, Maubeuge, Laon et Reims, et ont traversé la Champagne avant d’emprunter la route de Langres, de Dijon et Mâcon qui les a menées à Trévoux13. Les récits sur ce voyage font certes défaut, mais si l’on en croit ceux que vivront plus tard quelques-uns de leurs personnages romanesques dans la France prérévolutionnaire, la plupart du temps, on passait la nuit dans des logements sobres qui n’en étaient pas moins confortables ; les Français rencontrés sur la route étaient accueillants, mais leur patois difficilement compréhensible14. La petite compagnie néerlandaise s’offusquait de « l’inégalité criante15 » entre la richesse outrée de la noblesse et de l’Eglise et la misère extrême du peuple, en particulier des paysans ; les ruines qui dataient de l’époque romaine suscitaient bien d’admiration tandis que les processions catholiques, inexistantes dans la République – les catholiques y avaient bien le droit de professer leur culte, mais seulement en privé, dans des églises dépourvus de symboles religieux, et ils étaient contraints de payer annuellement une contribution à la municipalité afin de conserver ce droit – étaient aux yeux de ces protestantes une source d’étonnement, mais aussi à l’origine de maints retards.

10À peine Wolff et Deken avaient-elles franchi la frontière que s’amorça une campagne de propagande, qui allait faire en sorte qu’elles ne s’établiraient pas en France comme de simples inconnues. C’est ainsi qu’en avril 1788, la lutte de Wolff contre l’orthodoxie réformée fut invoquée dans le célèbre pamphlet de Mirabeau, Aux Bataves sur le Stathoudérat, comme un exemple frappant de l’amour que, depuis toujours, portaient à la liberté les Bataves et qui devait leur resservir dans leur nouveau combat contre le stathouder16. Être encensée par Mirabeau telle une héroïne de la liberté, voilà qui, en ces jours tumultueux, était pour le moins des mots de bienvenue. Certains passages du pamphlet qui concernent plus spécifiquement les Néerlandais ont depuis plus longtemps été attribués à un pasteur hollandais d’origine huguenote, Paul-Henri Marron, qui demeurait à Paris depuis 178217. Il y était attaché à l’ambassade des Provinces-Unies, en tant que pasteur officiel – fonction qu’il remplissait non seulement au profit des Néerlandais, mais encore des protestants de toute autre nationalité, notamment, bien sûr, les protestants français. Fin 1787, il fut démis de ses fonctions à l’ambassade pour avoir manifesté trop ouvertement sa sympathie envers les patriotes. C’était l’époque de l’Édit de Tolérance, qui, en mars 1788, inspira aux protestants de Paris l’idée de nommer Marron pasteur de leur communauté et d’organiser des cultes semi-publics, célébrés par Marron, devançant ainsi l’autorisation que finit par leur accorder l’Assemblée nationale en 1791. Son réseau littéraire et politique était étendu et international – il était ainsi étroitement lié à la voyageuse anglaise Helen Maria Williams18 – un réseau qu’il mit activement au service des réfugiés patriotes en France. Or, c’est ce même Marron qui publia en avril 1788 dans le Journal encyclopédique un compte rendu de quelques ouvrages de Wolff et Deken et qui rappelait explicitement au public la parution toute récente de la version française de Sara Burgerhart19. On en déduirait presque qu’il était au courant des projets d’émigration de Wolff et de Deken. Et si ce n’était pas le cas, il n’a pas tardé à l’apprendre, car, lorsqu’au début de 1789, il fait le bilan de la « saignée » intellectuelle de la République, il donne à Wolff et Deken une place de choix parmi les auteurs exilés en France20.

Promenades en Bourgogne

11Une fois à Trévoux, où les deux Hollandaises trouvent de quoi se loger avec leur gouvernante, elles vont se promener et découvrir les environs ; elles se lient d’amitié avec quelques Français – et surtout des Françaises – des environs et se remettent au travail. Il semblerait aussi, si l’on en croit un contemporain néerlandais, qu’elles aient acheté un vignoble21. Des nombreuses lettres qu’elles ont dû écrire durant leur séjour à Trévoux, il n’y en a qu’une qui ait été conservée, écrite début juillet 1789. Il est donc impossible de savoir avec certitude ce qu’il en était de ces premières années en France, sinon par ce qu’elles écrivent là-dessus dans cette lettre à la veille de la Révolution : elles s’y inquiètent notamment de la situation politique et y perçoivent les germes d’une guerre civile à venir, mais comme elles se trouvent au cœur de la France, elles se pensent malgré tout en sécurité. Et puis, cette France qui est si différente de leur pays, elles l’affectionnent : « Ah, quel pays que celui-ci ! des bois, des monts, des vallées, du vin, des fruits22 ».

12Si toute autre correspondance fait défaut, plusieurs indications permettent malgré tout d’en savoir plus long sur leur séjour et de reconstruire ce que dut être leur vie à Trévoux. Tout d’abord, durant les neuf ans qu’elles y ont passé, elles ont continué à écrire en néerlandais, à traduire vers le néerlandais et à publier aux Pays-Bas, ce qui suggère une circulation régulière de lettres, de manuscrits et de livres entre Trévoux et La Haye, domicile de leur éditeur. De cette circulation, on ne connaît pas le fin du fin, mais ce qui est certain, c’est qu’entre le manuscrit et la publication sous forme de livre, il y avait un délai de six mois environ. C’est dire que, quand paraît à la mi-1789 leur première publication Wandelingen door Bourgogne [Promenades en Bourgogne], celle-ci a été écrite en 1788. Dans ce recueil de poésie, il s’agit d’un récit sur leur rencontre avec la France, sous forme de promenades autour de Trévoux. Mais le message n’est pas celui du touriste. Les Promenades sont avant tout un récit en vers sur la confrontation de protestantes avec une France catholique. Cette confrontation s’est avérée beaucoup plus positive qu’elles n’auraient pu s’y attendre, car aussi éclairées qu’aient été Wolff et Deken, en tant que protestantes, elles ne fréquentaient dans la République ni catholiques, ni juifs. C’est cette découverte qu’elles veulent partager avec leurs concitoyens protestants, en vue de les encourager à renier leurs préjugés anticatholiques. Ce message n’est pas dénué de signification politique, quand on sait que le mouvement patriote avait éveillé chez les catholiques néerlandais une aspiration à l’égalité civile, qui n’avait pas eu l’heur de plaire à tous les patriotes protestants.

13En 1789, Wolff s’est aussi occupée de la traduction de La cause des esclaves nègres, le plaidoyer en faveur de la suppression de la traite des noirs et de l’esclavage de Benjamin Sigismond Frossard, paru à Lyon au début de l’année. En tant qu’originaire de la ville portuaire de Flessingue, en Zélande, un des sièges de la Compagnie des Indes Occidentales, Wolff connaissait personnellement des trafiquants d’esclaves, et, de ce fait, a dû comprendre l’importance du livre. Sa traduction est publiée à la mi-1790 à La Haye, sous l’anonymat, ce qui est plutôt étrange car Wolff ne pratiquait pas normalement cet usage. Ensuite viennent le roman déjà cité, avec des personnages qui voyagent en France à la veille de la Révolution, Historie van mejuffrouw Cornelia Wildschut [Histoire de mademoiselle Cornelia Wildschut], et deux traductions, dont une du français : Les dangers de la calomnie ou Mémoires de Fanny Springler, histoire anglaise de Madame Beccary. Un deuxième roman, quelques poèmes et une autre traduction ne sortiront aux Pays-Bas qu’après le retour des auteures.

Une robe, des pains de sucre, et un avocat sans-culotte

14Quelle a été l’attitude de Wolff et Deken durant cette période ? Qu’ont-elles fait pour la Révolution, et qu’a fait pour elles la Révolution ? Dans leurs ouvrages, elles s’expriment peu sur le sujet. Leur roman Cornelia Wildschut, publié à La Haye entre 1793 et 1796 et dont l’action se déroule comme on l’a dit durant la période prérévolutionnaire propose seul, dans une anticipation toute littéraire, un jugement de valeur sur le grand événement. Cette anticipation imaginaire se compose d’un poème, où l’accent se pose sur la barbarie sanglante avec laquelle le peuple s’est vengé de la noblesse et du clergé, et d’une postface explicative, intitulée « Révolution par un peuple oppressé23 ». Là, elles motivent sans retenue la révolution comme la conséquence inéluctable des rapports féodaux tels qu’ils existaient auparavant et elles se concentrent en particulier sur l’inhumanité d’une « féodalité aussi oppressive que l’esclavage des nègres24 ». Au moment où elles écrivent, la Terreur en est tout juste à ses débuts. Cette époque, Wolff l’évoque dans une lettre de 1798, où elle revient sur son séjour en France et raconte à sa correspondante qu’il lui est impossible de décrire « les scènes de terreur et de destruction, de sang et de meurtre » qu’elle a vues de ses propres yeux ; mais, affirme-t-elle, elles n’ont pas été inquiétées, « bien que souvent j’aie été moi-même convoquée à paraître devant l’horrible comité révolutionnaire25 ». Convoquée devant l’horrible Comité révolutionnaire ? Une anecdote d’un de ses amis qui prononça un éloge funèbre lors de la mort de l’écrivaine apporte quelque éclaircissement. Dans cette anecdote, il est question d’une « calomnie » qui la porta « devant le conseil sanguinaire » et de « son courage viril », qui l’a soustraite « aux griffes de la tyrannie » :

« Le regard brûlant, elle pénètre dans son repaire ; elle ridiculise par une boutade l’accusation ; grimpe avec une audace extraordinaire sur le siège du président et désarme la médisance par sa plaisanterie26 ».

15Quoiqu’à certains moments de la Révolution, on ait pu être convoqué au comité révolutionnaire pour tout et n’importe quoi, l’anecdote relative au siège du président que Wolff se serait appropriée pour convaincre le public de son innocence, parle à l’imagination. Ce détail trahit-il une forme d’activisme politique auquel se serait livrée Wolff en France ? Ce n’est certes pas impensable, quand on connaît son passé patriote. Et pas non plus impossible. Pour conforter cette hypothèse, il suffit de penser à la traduction de Wolff du livre de Frossard, La cause des esclaves nègres27, à propos de laquelle sautent aux yeux quelques évidences. Tout d’abord, le court laps de temps entre la sortie du livre et sa traduction la même année. Ce qui voudrait dire que Wolff était de quelque façon que ce soit proche de Frossard. Or, le livre est sorti à Lyon qui se trouve près de Trévoux et qui était facilement accessible par la Saône. De plus, Frossard demeurait lui-même à Lyon et il y a mieux : il y était pasteur28. Le pasteur de loin le plus proche des deux protestantes néerlandaises. Qui plus est, Frossard était étroitement lié avec Marron depuis qu’en 1785, celui-ci avait béni son mariage à l’Ambassade de Hollande de Paris29. Et Marron, on s’en souvient, était l’intermédiaire obligé entre révolutionnaires néerlandais et français. Enfin, Wolff et Deken avaient des amis à Lyon, ainsi qu’en témoigne un poème d’adieu publié plus tard aux Pays-Bas30. Tout cela incite à croire qu’une relation entre Wolff (ou Wolff et Deken) et Frossard n’est pas seulement concevable, mais très vraisemblable. Et cela ouvre un tas de perspectives. Tout d’abord, le fait que Wolff (et Deken) aient été impliquées dans la Société des Amis des Noirs, dont non seulement Frossard et Mirabeau, Condorcet, Brissot ou l’ancien journaliste de la Gazette de Leyde, Antoine Cérisier, étaient membres, mais aussi des femmes, telles que Sophie de Grouchy, épouse de Condorcet, ou Olympe de Gouges31. Wolff et Deken ne sont certes pas mentionnées sur le Tableau des membres de 178932, mais significatif est le fait qu’en 1789, des initiatives virent le jour pour créer un département hollandais des Amis des Noirs33. Dans ce contexte, la traduction néerlandaise du livre de Frossard tombait non seulement à point, mais pourrait aussi expliquer pourquoi elle parut sous l’anonymat : c’est que la traductrice passait alors pour traître à la patrie et son nom aurait pu nuire à l’initiative.

16On peut aller plus loin encore que cette connivence avec les Amis des Noirs – et par suite avec une révolutionnaire comme Olympe de Gouges. Car Frossard était aussi un ami de Manon Roland et de son époux Jean-Marie, avec lequel il créa fin 1789 la Société des Amis de la Constitution de Lyon34. Suivirent en 1791 deux clubs de femmes, l’Association des Citoyennes de Lyon particulièrement dévouées à la Nation et à la Loi et la Société des Amies de la Constitution35. Ces quelques éléments sont autant de témoignages en faveur de l’activisme d’une femme, capable de grimper sur le siège du président pour parler au public… Pure déduction, puisque, jusqu’à présent, les véritables preuves font défaut. Tout comme font défaut les sources sur le cercle parisien où Wolff aurait pu évoluer et où elle aurait été plus amplement informée du sort de Mme de Genlis. C’est ce que nous apprend la préface de sa traduction du Petit La Bruyère de Mme de Genlis, publié en 1800 à La Haye36. Quel cercle ? Le vaste cercle de Marron, auquel appartenait, on l’a vu, Helen Maria Williams, une amie de Mme de Genlis37 dont le salon était fréquenté non seulement par ce même Marron et Manon Roland, mais aussi de temps à autre par Mary Wollstonecraft38, dont on apprendra plus tard que Wolff est une lectrice ardente39 ? Le salon de Williams donc ? On aurait tendance à le croire, mais on doit s’en tenir aux faits. Il y en a quelques-uns du reste : retrouvés dans les archives de la ville de Trévoux et dans les comptes rendus de la Convention nationale.

17Comme on vient de le voir dans la seule lettre conservée, écrite de Trévoux début juillet 1789, Wolff et Deken n’étaient pas très rassurées sur la situation en France et prévoyaient une guerre civile, et même si elles se sentaient relativement en sécurité à Trévoux. Dans la même lettre, elles expriment du reste leur vif enthousiasme sur les changements politiques dont, dans le lointain Trévoux, elles sont malgré tout témoins :

« Imaginez-vous, un officier est élu pour représenter le Tiers-État. Honneur éternel à cet homme. Lorsqu’il passe en ville, le peuple l’entoure et le couvre d’éloges : voyez ici l’homme le meilleur de France. Dieu le bénisse, qu’il vive longtemps !40 »

18À peine une semaine plus tard, la Bastille tombe. Moins de trois semaines après, le 3 août, Wolff et Deken donnent en guise de « contribution volontaire » 48 livres à la municipalité « pour subvenir aux fraix du guet et de garde que les circonstances nécessitent pour la sureté de tous les ordres41 ». Le registre des contributions où elles sont mentionnées comme « les dames hollandoises demeurant en cette ville de Trevoux », témoigne qu’avec cette contribution, elles faisaient partie des grands donateurs, et qui plus est, elles étaient les premières. Étant donné leur soutien aux patriotes néerlandais, cet acte politique ne surprendra peut-être pas. Mais, en France, Wolff et Deken précédaient d’un mois l’initiative des femmes artistes de septembre 1789 qui offrirent leurs bijoux à l’Assemblée nationale et qui, par ce geste qualifié d’ « offrande patriotique », deviendraient l’exemple à suivre pour nombre de femmes42. Cette contribution patriotique généreuse témoigne, semble-t-il, non seulement d’une prospérité relative mais aussi d’un enthousiasme révolutionnaire certain. Dans la suite des registres des « dons patriotiques » des habitants de Trévoux, on retrouve Wolff et Deken encore deux fois : en février 1794, quand « les hollandaises » offrirent « un trap de lite » et « un roube en trap43 » et en septembre 1794, quand « les ces hollandaises » donnèrent 5 livres pour participer « aux dépenses de l’envoi d’un député à la Convention nationale », en vue de « la remercier d’avoir envoyé le représentant Boisset, qui nous a délivrés de la tyrannie des intrigants44 ». Par rapport à l’ensemble des contributions, les 5 livres constituent une somme courante, quelque peu supérieure à la moyenne, mais que penser du drap de lit, et surtout de la robe en drap offerte par Wolff et Deken pour l’équipement des armées révolutionnaires ? Une moquerie déguisée ? Les autorités révolutionnaires, semble-t-il, ne savaient pas trop bien qu’en faire, ainsi que le dévoile le justificatif final sur les affaires et les biens envoyés à l’armée du Rhin ou à l’armée des Alpes : chemises, bas et mouchoirs patriotiques en font partie, mais la « robe de drap », qui réapparaît dans les aperçus d’ensemble45, qu’allait-elle devenir? Elle fut en définitive destinée aux pauvres ou aux prisonnières.

19L’idée qu’en février 1794, Wolff et Deken aient voulu discrètement se moquer des révolutionnaires de Trévoux peut paraître hasardée. Mais la robe patriotique dont elles ont fait cadeau aux révolutionnaires pourrait bien être une réaction à un incident arrivé quelques jours auparavant. Il est décrit dans les registres de la société des sans-culottes de Trévoux, où le 9 février 1794 est inscrit un communiqué du ci-devant prêtre Tollet, alors président de la société :

« Tollet a fait part à la société que les citoyennes hollandaises avoient en dépôt chez elles cinq pains de sucre, et que plusieurs personnes ayant appris ce dépôt se sont portées en foule chez elles pour les forcer à le leur distribuer, se servant de mille imprécations injurieuses ; mais pour obvier à des mauvaises suites, la Société a arrêté que ces pains de sucre seront déposés au comité de surveillance ; que ce comité tiendra une liste des personnes qui se présenteront pour en avoir, et la présentera à la Société pour juger celles qui en auront réellement besoin46 ».

20Traditionnellement cet incident est considéré aux Pays-Bas comme un exemple typique des « chicaneries de la pire espèce », auxquelles pouvait se livrer un club jacobin comme celui de Trévoux47. Un jugement que raffermissait encore la confusion des pains de sucre avec une espèce de gâteau régional qu’on appelle du même nom en hollandais48. À la lumière des lois révolutionnaires – celles du « maximum » de mai et de septembre 1793 et celle sur l’accaparement de juillet 1793, qui créent tout un dispositif de contrôle et prévoient des dénonciations, des perquisitions, des confiscations, des poursuites et des condamnations qui peuvent mener à la peine de mort49 – l’incident n’a rien d’anodin. À Trévoux, ces lois ont mené plusieurs fois à un recensement des grains, farines et autres comestibles. Ainsi en octobre 1793 et en février 1794, les provisions de Wolff et Deken ont-elles été inventoriées50. Et le commissaire pour le recensement n’était personne d’autre que Tollet, le ci-devant prêtre devenu président de la société populaire. Wolff et Deken savaient sans nul doute que la possession de cinq pains de sucre pouvait mener au pis à la peine de mort. Aussi, si l’anecdote sur Wolff et le siège du président a trait à cette affaire, l’enjeu était-il d’importance et la force de persuasion de la protagoniste devait être à la hauteur.

21Pour détourner l’orage de février 1794, la force de persuasion de Wolff n’aurait sans doute pas suffi. Un autre élément entra en jeu. Un mois avant l’affaire des pains de sucre, en effet, la Convention nationale avait pris une décision positive à propos d’une pétition de Wolff où elle sollicitait une aide financière pour elle et « sa compagne », et ce, parce que, suite à un décret de la Convention, tous les biens et avoirs étrangers devaient être saisis, ce qui privait Wolff et Deken de leurs revenus des Pays-Bas51. La Convention avait pris cette décision positive grâce à l’entremise du député du département de l’Ain, Jean-Marie François Merlino, originaire de Trévoux. Lors de la séance du 11 janvier 1794, il avait pris partie pour cette « républicaine étrangère », qui « a osé avant la révolution et sous le règne du plus affreux despotisme, défendre la cause du peuple par ses écrits et par ses actions ». À Trévoux, où elle avait cherché refuge en 1788, poursuivait Merlino, « elle éclairoit le peuple, elle réchauffoit dans son sein l’amour de ses droits, la liberté et l’égalité ; elle se répandoit partout pour annoncer la vérité, la persuader à cette classe de citoyens dont la bonne foi étoit entourée de plus de pièges ». Ce patriotisme, « certifié par toutes les autorités sans culottes du département de l’Ain », devait être récompensé, concluait Merlino52. Et il le fut : avec une somme de 1200 livres, à restituer dès que la patriote hollandaise aurait à nouveau accès à sa fortune. L’éloge explicite de Merlino, qui, en tant que régicide, devait être au-dessus de tout soupçon auprès des sans-culottes de Trévoux et qui, en tant que représentant en mission, avait orienté la politique de Tollet, a sans doute contribué à épargner à Wolff un sort moins clément en ce mois de février 1794.

Femmes de lettres révolutionnaires

22Sur les années que Wolff et Deken ont passées ensuite à Trévoux, il y a peu à dire puisque les sources font défaut. En janvier 1795, quand l’armée française, accompagnée de nombreux patriotes exilés, pénètre aux Pays-Bas, le stathouder est chassé vers l’Angleterre et la République batave est proclamée. En cette occasion, Wolff et Deken écrivent un poème à la gloire de la Liberté, qu’elles publieront début 1798 dans leur recueil de poèmes « dédiés à la patrie53 ». À cette date, elles sont revenues depuis quelques mois seulement dans leur patrie, juste avant que les patriotes radicaux n’accomplissent leur coup d’État du 22 janvier. Faut-il alors supposer qu’elles sont rentrées de France parce qu’elles savaient qu’un coup d’État était prévu et qu’elles pourraient soutenir les patriotes radicaux de tout le poids de leur réputation ?  

23Une telle supposition choquera sans nul doute le milieu historien néerlandais, où tout récemment encore le séjour de Wolff et Deken en France était interprété non comme politique mais comme exclusivement récréatif. Pour preuve, le fait qu’elles s’établirent dans le midi de la France, et non dans le nord où étaient rassemblés la plupart des réfugiés néerlandais. Ne passaient-elles pas leur temps à se promener en Bourgogne au lieu de rejoindre la Légion batave, qui se préparait à « révolutionner » les Provinces-Unies ? En bref, c’étaient là des femmes, qui n’avaient rien à faire avec la politique révolutionnaire54. De telles objections témoignent non seulement d’un manque d’informations, mais encore d’un refus d’envisager « genre » comme une « catégorie utile de l’analyse historique », et, par suite, d’un aveuglement quant au rôle des femmes dans les révolutions française et batave. L’engagement de Wolff et Deken dans la révolution patriote est ainsi interprétée comme non-politique, pour la simple raison que la politique serait l’affaire exclusive des hommes. En conséquence, l’exil de Wolff et Deken est lui-même considéré comme un long séjour récréatif dû aux circonstances, ce qui expliquerait par ailleurs que les réseaux politiques transnationaux avec lesquels elles étaient liées depuis leur lointain Trévoux soient passés inaperçus, de même que l’apprentissage politique qu’elles firent en France.

24Pourtant, si l’on envisage les circonstances du retour de Wolff et Deken dans le contexte politique qui est celui de la République batave dans les années cruciales 1797-1798, une tout autre interprétation est envisageable. Non seulement la date du retour, fin septembre 1797, deux mois après que le premier projet de constitution a été rejeté par le peuple batave, suite à une intense campagne d’opposition des patriotes radicaux, parmi lesquels des femmes – bien que privées du droit de vote – prenaient hardiment la parole55, mais encore leur lieu de résidence à La Haye, centre du gouvernement de la nouvelle république, où s’était rassemblée la crème de la crème des radicaux bataves, tout cela en dit long sur leur engagement.

25Wolff et Deken s’y retrouvent immédiatement dans le feu de l’action. Tout d’abord, elles défendent dans le recueil susnommé le droit du peuple à renverser son gouvernement – ainsi qu’il vient de l’être le 22 janvier 1798 – et chantent le nouveau régime radical, tout en rappelant que, si elles n’avaient pas été des femmes, elles auraient très volontiers rempli « les fonctions les plus lourdes » dans la nouvelle Assemblée56. Et quelques mois après, alors que les factions adverses rassemblent leurs forces, elles créent, en étroite collaboration avec le régime radical, un journal politique, De politique afleider [Le paratonnerre politique], afin d’expliquer au peuple batave les beaux principes de l’ère nouvelle – une façon de faire de la politique à laquelle les femmes avaient pris une part active et croissante dès que la République batave avait été proclamée57. En fin de compte, ce journal n’a pas pu voir le jour58, car un second coup d’État, le 12 juin 1798, renverse le régime radical et pourchasse ses partisans. C’est alors seulement que Wolff et Deken quittent l’arène politique. La précipitation avec laquelle Wolff et Deken investissent début 1798 le centre du pouvoir politique et la facilité avec laquelle elles y sont accueillies témoignent éloquemment qu’elles n’étaient pas des néophytes en matière de politique ou de révolution. Leur soutien immédiat et déterminé au coup d’État du 22 janvier et à la politique « jacobine » qui s’ensuit confirme mieux que tout autre chose qu’elles n’avaient pas perdu leur temps en France, mais qu’elles y avaient consciemment peaufiné leur apprentissage politique.

Fig.3. Plaque commémorative, Place de la Terrasse, Trévoux. © Mieke Aerts, 2006

26Article traduit par Annie Jourdan

27Notes

28Durant mes recherches sur les traces du séjour de Wolff et Deken à Trévoux, en 2006, plusieurs personnes ont eu l’amabilité de me faire partager leurs connaissances relatives à des gens, des lieux et des circonstances. Je voudrais dire ma reconnaissance à toutes, particulièrement à Norbert Guillot, qui m’a pourvu d’une multitude de données sur son ançêtre Jean-Marie François Merlino, et à Josette Namian-Reuther et Bernard Namian, qui m’ont donné l’accès à la Bibliothèque Historique et à une partie méconnue des Archives de la ville de Trévoux. Merci aussi à ma collègue Annie Jourdan, qui a eu l’amabilité de bien vouloir traduire ce texte et dont la connaissance des « républiques soeurs » m’a obligée à ajouter une précision salutaire, et à Dominique Picco pour ses commentaires pertinents et son travail d’éditrice. En plus, je remercie Mieke Aerts, compagne de voyage pendant tant d’années.

Haut de page

Notes

1  Voir Annie Jourdan, La Révolution batave. Entre la France et l’Amérique (1795-1806), Rennes, PUR, 2008, pour un état des lieux de l’historiographie révolutionnaire des Pays-Bas.

2  On trouvera un premier aperçu dans Myriam Everard, « Les femmes dans la Révolution batave. Droits des femmes, droit du peuple », Annales historiques de la Révolution française, no 326, 2001, p. 93-105. Sur la citoyenneté féminine à la fin du XVIIIe siècle (et après) : Myriam Everard et Mieke Aerts, « De burgeres. Geschiedenis van een politiek begrip », in Joost Kloek et Karin Tilmans, dir., Burger, Amsterdam, AUP, 2002, p. 173-229, notamment 173-202. Et sur les femmes libraires, actives durant les années de polarisation politique : idem, « Catharina Dóll-Egges te paard. Uitgeefsters tijdens de patriottentijd en de Bataafse Republiek », Jaarboek voor Nederlandse boekgeschiedenis, vol. 12, 2005, p. 79-94.

3  Voir Joost Rosendaal, « Vrouwen op de vlucht. Patriotse vrouwen in ballingschap », in Peter Altena et Myriam Everard, dir., Onbreekbare Burgerharten. De historie van Betje Wolff en Aagje Deken, Nijmegen, Vantilt, 2004, p. 153-158 ; idem, « Parce que j’aime la liberté, je retourne en France ». Les réfugiés bataves en voyage », in Willem Frijhoff et Rudolf Dekker, dir., Le voyage révolutionnaire, Hilversum, Verloren, 1991, p. 37-47.

4  Voir Myriam Everard, « Twee "dames hollandoises" in Trévoux. De politieke ballingschap van Elizabeth Wolff en Agatha Deken, 1788-1797 », De achttiende eeuw, vol. 38, 2006, p. 147-167.

5  Sur la vie de Wolff (1738-1804) et Deken (1741-1804), voir P.J. Buijnsters, Wolff & Deken. Een biografie, Leiden, Martinus Nijhoff, 1984.

6  Hanna Stouten, « Le XVIIIe siècle », in Hanna Stouten et al., dir., Histoire de la littérature néerlandaise (Pays-Bas et Flandre), [Paris], Fayard, 1999, p. 327-395, notamment 364-369.

7  La BnF possède un exemplaire des deux éditions, provenant respectivement de la Bibliothèque du Roi (Res Y2 12266/12269) et de la bibliothèque de Marie-Antoinette (Res Y2 12270-12273).

8  De nos jours, les traductions d’Elizabeth Wolff du français, notamment de l’oeuvre de Mme de Genlis, reçoivent beaucoup d’attention ; voir, par exemple, Suzan van Dijk, « "Gender" et traduction. Madame de Genlis traduite par une romancière hollandaise, Elisabeth Bekker (Betje Wolff) », in Annie Cointre et Annie Rivara, dir., La traduction des genres non-romanesques au XVIIIe siècle, Metz, Université de Metz, 2003, p. 299-314 ; Madeleine van Strien-Chardonneau, « Betje Wolff (1738-1804), traductrice de Madame de Genlis (1746-1830) », in Jean-Philippe Beaulieu, dir., D’une écriture à l’autre. Les femmes et la traduction sous l’Ancien Régime, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2004, p. 265-277 ; Suzan van Dijk, « La préface comme lieu de rencontre. Madame de Genlis et sa traductrice hollandaise Elisabeth Bekker », in Mladen Kozul et al., dir., Préfaces romanesques, Louvain etc., Peeters, 2005, p. 385-396.

9  Voir Everard, « Les femmes dans la Révolution batave… », art. cit., p. 95-98.

10  Elizabeth Bekker, veuve A. Wolff, De Natuur is mijne zanggodin [La Nature est ma muse], Aan het vaderland [À la patrie], Aan de vaderlandsche burgers [Aux citoyens patriotes], Vrijheid blijheid [Vive la Liberté], publiés à La Haye par Isaac van Cleef entre 1784 et 1786.

11  Pétition pour une pension annuelle, adressée, début 1798, par Wolff et Deken à l’Assemblée Nationale batave, reproduite in Dagverhaal der handelingen van de Constitueerende Vergadering representeerende het Bataafsche volk, vol. 9, 1798, no 888 (séance de 26/3/1798), p. 245-246.

12  Cela pourrait indiquer que Caroline Victoire Ravanel était une Française, originaire de Trévoux, mais les enquêtes sur place n’ont pas encore permis de retrouver ni Caroline Victoire, ni un autre Ravanel. Le seul document, connu depuis longtemps, est le testament que Wolff et Deken ont établi à Trévoux au profit de la Ravanel le 8 août 1790. Après cette date, plus aucune allusion à la gouvernante de la part de Wolff et Deken ; voir Buijnsters, Wolff & Deken…, op. cit., p. 269.

13  Ibid., p. 250.

14  E. Bekker, veuve Wolff et A. Deken, Historie van mejuffrouw Cornelia Wildschut, of, De gevolgen der opvoeding [Histoire de mademoiselle Cornelia Wildschut ou Les conséquences de l’éducation], La Haye, Isaac van Cleef, 6 vol., 1793-1796.

15  Ibid., vol. 5, p. 347.

16  Mirabeau, Aux Bataves sur le Stathoudérat, [Paris], s.n., 1788, t. 2, p. 4.

17  Charles Cocquerel l’affirme déjà en 1832, dans son « Nécrologie. Notice sur Paul Henri Marron, pasteur-président de l’église réformée de Paris », Le moniteur universel (11/8/1832). Sur Paul-Henri Marron (1754-1832), voir en outre Armand Lods, « L’église réformée de Paris de la Révocation à la Révolution » et « L’église réformée de Paris pendant la Révolution (1789-1802) », Bulletin historique et littéraire, vol. 38, 1889, p. 301-312, et p. 357-368 et 467-474, et Francis Garrison, « Genèse de l’Eglise réformée de Paris, 1788-1791 », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, vol. 137, 1991, p. 25-61.

18  Voir Lionel D. Woodward, Une Anglaise amie de la Révolution française : Hélène-Maria Williams et ses amis, Paris, Honoré Champion, 1930, p. 77, 115 n13, 130-131 et 136, et Deborah Kennedy, Helen Maria Williams and the Age of Revolution, Lewisburg etc., Bucknell University Press, 2002, p. 85 et 108.

19  Journal encyclopédique, 1788, t. III/2, p. 366 (15/4/1788). Sur Marron et le Journal encyclopédique, voir Peter Altena et al., « Nouvelles littéraires de la Hollande. Werk van auteurs uit de Republiek in het « Journal encyclopédique » », Documentatieblad Werkgroep Achttiende Eeuw, no 47/48, 1980, p. 36-130, notamment 47-51.

20  Journal encyclopédique, 1789, t. 1/III, p. 431-434.

21  Archives privées famille Six, Amsterdam, no 73621 : lettre de Nicolaas van Winter, écrivain, à son fils Pieter (26/1/1789). À l’origine de cette nouvelle se trouve vraisemblablement Maria Bavinck, la gouvernante de la famille De Winter, et une amie de Deken.

22 Briefwisseling van Betje Wolff en Aagje Deken, éd. par P.J. Buijnsters, Utrecht, HES, 1987, p. 565.

23  Wolff et Deken, Cornelia Wildschut…, op. cit., vol. 3, p. 373-382.

24 Ibid., p. 381.

25 Briefwisseling…, op. cit., p. 582.

26  J. Konijnenburg, Lofrede op Elizabeth Wolff, geb. Bekker, en Agatha Deken, Amsterdam, W. Holtrop, 1805, p. 78.

27  B.J. Frossard, De zaak der negerslaaven, en der inwooneren van Guinéa, ingeleverd bij het gerichtshof der gerechtigheid, van den godsdienst, en der staatkunde, of, Historie van den handel, en de slavernij der negers, bewijzen van derzelver onwettigheid, middelen om die te vernietigen, zonder de colonien, of de colonisten te benadeelen, La Haye, Isaac van Cleef, 1790.

28  Sur Frossard, ses années à Lyon et son traité abolitionniste, voir Robert Blanc, Un pasteur du temps des lumières. Benjamin Sigismond Frossard (1754-1830), Paris, Honoré Champion, 2000, p. 33-165.

29  Ibid., p. 85.

30  « Afscheids-lied » [Chanson d’adieu], in Elizabeth Bekker, veuve A. Wolff et Agatha Deken, Gedichten en liedjens voor het vaderland [Poèmes et chansonnettes dédiés à la patrie], La Haye, Isaac van Cleef, 1798, p. 212-226.

31  Sur les Amis des Noirs, voir Marcel Dorigny et Bernard Gainot, La Société des Amis des Noirs (1788-1799). Contribution à l’histoire de l’abolition de l’esclavage, Paris, Éditions Unesco, 1998 ; sur l’admission sans distinction de nation, sexe, classe ou profession, voir p. 124. Bien que l’affiliation d’Olympe de Gouges aux Amis des Noirs n’y soit pas mentionnée, elle compta bien parmi les femmes du club des Amis des Noirs, voir Olivier Blanc, Marie-Olympe de Gouges. Une humaniste à la fin du XVIIIe siècle, Paris, René Viénet, 2003, p. 91-92.

32  Tableau des membres de la Société des Amis des Noirs. Année 1789, réédité dans La Révolution française et l’abolition de l’esclavage, Paris, EDHS, 1968, t. VI, pièce 4.

33  Ibid., p. 208-209.

34  Blanc, Un pasteur…, op. cit., p. 56-59 et 125-126.

35  Ibid., p. 126. Voir aussi Louis de Combes, « Clubs révolutionnaires de Lyonnaises », Bulletin de la Société littéraire, historique et archéologique de Lyon, vol. 3, 1908-1909, p. 33-51 ; Marc de Villiers, Histoire des clubs de femmes et des légions d’amazones 1793-1848-1871, Paris, Librairie Plon, 1910, p. 172-184.

36  Mevrouw de Genlis, De kleine La Bruyere, of Karakters en zeden der kinderen onzes tyds. Traduit du français par Elizabeth Bekker, veuve A. Wolff, La Haye, J.C. Leeuwestyn, 1800, p. xiv.

37  Kennedy, Helen Maria Williams…, op. cit., p. 66-67 et 86.

38 Ibid., p. 94-96.

39 Briefwisseling…, op. cit., p. 604.

40  Ibid., p. 565.

41  Archives municipales de Trévoux, partie non-transférée des archives de la période révolutionnaire, conservée, en 2006, en mairie (désormais AMT), no 75, p. 2.

42  Voir Nicole Pellegrin, « Les femmes et le don patriotique. Les offrandes d’artistes de septembre 1789 », in Marie-France Brive, dir., Les femmes et la Révolution française, vol. 2, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1990, p. 361-380, et Christine Fauré, « L’offrande patriotique des femmes en 1789 », Revue de la Bibliothèque nationale de France, no 20, juin 2005, p. 68-73.

43  Archives départementales de l’Ain, Bourg-en-Bresse (désormais ADA), 14 L 120 : comité de surveillance du district de Trévoux, registre des dons patriotiques, 25 pluviose an II [orthographie phonétique originale].

44  AMT, no 77, section F.

45  ADA, 14 L 120 : comité de surveillance du district de Trévoux, état des […] dons patriotiques déposés au cydevant comité de surveillance de Trévoux, et emploi de ces objets.

46  Registres de la Société des Bons Républicains sans-culottes de Trévoux, éd. par M. Valentin-Smith, Trévoux, 1884, p. 80. Tollet hante, toujours sans prénom, l’historiographie révolutionnaire comme une âme damnée et sanguinaire de la Révolution à Trévoux et ses environs. Voir, entre autres, Édouard Herriot, Lyon n’est plus, vol. 2, Paris, Hachette, 1938, p. 496 et 499 ; Michel Vovelle, La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être Suprême, Bruxelles, Éditions Complexe, 1988, p. 93 et 225-226 ; Jérôme Croyet, Albitte. Le tigre de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Musnier-Gilbert, 2004, p. 198.

47  Buijnsters, Wolff & Deken, op. cit., p. 264.

48  Sur cette confusion, voir Myriam Everard, « Spraken Wolff en Deken Hongaars? », in Altena et Everard, dir., Onbreekbare Burgerharten…, op. cit., p. 141-151, notamment 145-146.

49  Voir François Martineau, « Accaparement et maximum. La répression de la cupidité mercantile sous la Terreur », in Robert Badinter, dir., Une autre justice. Contributions à l'histoire de la justice sous la Révolution française, Paris, Fayard, 1989, p. 127-147.

50  AVT, no 87 : ménage « Elizabeth Wolff, hollandaise », 6 bichets de farine et 16 bichets de grain ; AVT, no 88 : ménage « Elisabeth Bekker », 18 bichets de froment en grain et une demie bichet de pommes de terre.

51  La pétition elle-même n’a pas été retrouvée, mais on peut suivre ses traces dans les procès-verbaux du Comité des Secours publics, séance du 15 nivôse an II-1/1/1794, in Archives nationales de France, AFII*39, p. 165v, et ensuite dans ceux de la Convention nationale, séance du 22 nivôse an II-11/1/1794, Archives parlementaires, 1re série, 1787 à 1799, éd. par J. Madival et E. Laurant, t. 83, Paris, CNRS, 1961, p. 222.

52  Ibid. Sur Merlino (1738-1805), voir Anne-Marie Guillot, « Jean Marie François Merlino », in Les conventionnels de l’Ain, Bourg-en-Bresse, Regain, 1989, p. 49-57 ; Norbert Guillot, « Jean-Marie François Merlino au début de la Révolution dans l’Ain ou les prémices d’une carrière parlementaire », Sine dolo, no 6, décembre 2004, p. 168-281.

53  « Aan de Vrijheid » [À la Liberté], in Wolff et Deken, Gedichten en liedjens…, op. cit., p. 20-30. Le poème présente la mention suivante : « Au département de l’Ain, le 2 février 1795 ».

54 Voir la polémique sur la signification politique de lexil de Wolff et Deken qui a suivi la parution de mon « Twee "dames hollandoises"… », art. cit., celui-ci déjà une réaction polemique à Rosendaal, « Vrouwen op de vlucht… », art. cit. : Joost Rosendaal, « Revolutionaire vrouwen gezocht! Een repliek op de kritiek van Myriam Everard », et Myriam Everard, « Naald of slagzwaard? Een reactie op de repliek van Joost Rosendaal », De achttiende eeuw, vol. 39, 2007, p. 25-34 et 35-39.

55 Voir Myriam Everard, « Lieve van Ollefen (1749-1816), Catharina Heybeek (1763-na 1805) : Een ultrarevolutionaire « Loonschryver », een schrijvende Batavin en een gekwetste Natie », in Anna de Haas, dir., Achter slot en grendel. Schrijvers in Nederlandse gevangenschap 1700-1800, Zutphen, Walburg Pers, 2002, p. 207-221.

56  « Zang voor den 22sten januari 1798 » [Chant sur le 22 janvier 1798] et « Op het zelfde onderwerp » [Sur le même thème], in Wolff et Deken, Gedichten en liedjens…, op. cit., p. 112-120 et 121-132.

57  Voir Myriam Everard, « In en om de (Nieuwe) Bataafsche Vrouwe Courant. Het aandeel van vrouwen in een revolutionaire politieke cultuur », Mededelingen van de Stichting Jacob Campo Weyerman 24, 2001, p. 67-87, et Jourdan, La Révolution batave…, op. cit., p. 415-420.

58  Bibliothèque de l’Université de Leyde, Ltk 492/21 : De politique afleider, 4 numéros en manuscrit (écriture-Wolff), mai-juin 1798.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig 1 et 2. Elizabeth Wolff, née Bekker (1738-1804) et Agatha Deken (1741-1804). Gravures pointillées par Ludwig Portman, d’après Abraham Teerlink (dessin, s.a.), d’après Petrus Groenia (peinture, 1798), 1805, Collection de l’auteur.
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
URL http://genrehistoire.revues.org/docannexe/image/1427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Everard, « Deux Hollandaises à Trévoux (1788-1797) : voyage d’agrément ou engagement politique ? », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1427

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page