Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 2/2

Diaristes et épistolières russes (fin XVIIIe ‑ début XIXe siècle) : reflets de l’histoire

Elena Gretchanaia et Catherine Viollet

Résumés

L’article montre la place que tient l’histoire russe et européenne, aussi bien proche que lointaine, dans les journaux et la correspondance, pour la plupart inédits, des femmes de l’aristocratie russe au XVIIIe et dans la première moitié du XIXe siècle. Ces écrits comportent des témoignages, soit sur des événements vécus « sur le vif », soit sur la perception des faits historiques du passé. À partir de ces textes, on a tenté d’évaluer le rôle de l’histoire dans les écrits personnels féminins, et de voir de quelle manière ce genre se prête à l’intégration, dans le récit de la vie quotidienne, d’événements et de réflexions historiques. Ont été pris en compte l’éducation réservée aux femmes de la noblesse russe, l’exemple des femmes célèbres, la position sociale et l’implication des membres de la famille des diaristes et des épistolières russes dans des événements historiques, les voyages à travers l’Europe et les contacts directs avec les acteurs de l’histoire, le culte de Napoléon propre aux jeunes filles russes tout au long du XIXe siècle. Leur mode de vie cosmopolite, l’habitude de s’exprimer en français n’empêchent cependant pas les femmes russes de remplir leurs journaux de déclarations patriotiques.

Haut de page

Texte intégral

1Le vaste corpus de journaux personnels tenus pour la plupart en langue française par des femmes et des jeunes filles de l’aristocratie russe à la fin du XVIIIe siècle et durant les premières décennies du XIXe siècle constitue une source très précieuse bien qu’assez peu exploitée. En effet, leur étude se limite trop souvent à quelques textes publiés dont les auteures sont des figures connues voire célèbres – Natalia Dolgoroukova, Catherine II, la princesse Ekaterina Dachkova, Anna Labzina – et essentiellement sous l’angle de l’auto‑représentation1. À côté d’eux, faute de publication en russe et / ou en français, un grand nombre de textes conservés dans les fonds d’archives russes sont restés longtemps dans l’ombre. L’élargissement de l’étude de ces écrits féminins à un éventail bien plus large2 révèle de nombreux aspects plus ou moins inattendus et, en particulier, la place tenue par l’histoire russe et européenne, tant proche que lointaine, sous la plume de ces diaristes.

2Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, après l’ouverture de la Russie vers l’Occident et son accès aux modèles européens, apparaissent des textes féminins à dimension littéraire et historique, tant fictionnels que non‑fictionnels. Sur le modèle des nombreuses écrivaines européennes et des femmes au pouvoir en Russie, telles Catherine II et la princesse Dachkova, qui encouragent la pratique de l’écriture féminine et s’y adonnent abondamment elles-mêmes, les femmes russes s’habituent de plus en plus à tenir la plume et à coucher sur le papier leur vision de la vie quotidienne mais aussi celle des événements historiques. L’histoire est un objet de réflexion dans des textes publiés par Catherine II3, mais aussi dans des écrits privés de femmes moins remarquables, appartenant néanmoins à l’aristocratie.

3La dimension historique des mémoires au féminin ayant déjà été abordée4, nous nous proposons ici de considérer les reflets de l’histoire dans des journaux personnels – et à l’occasion dans des pièces de correspondance – rédigés par des femmes russes, soit dans des écrits non destinés à la publication. Ces textes invitent par ailleurs à repenser, comme le remarquent à juste titre Isabelle Havelange, Sabine Juratic et Nicole Pellegrin, la catégorie des « historiennes sans le savoir », dans laquelle on a tendance à inclure les auteures d’écrits du for privé5.

4Le corpus de journaux personnels, établi lors de recherches menées dans différentes archives de Moscou et de Saint-Pétersbourg6, comprend des journaux manuscrits pour la plupart inédits, tenus en français par des femmes et des jeunes filles de l’aristocratie russe à la fin du XVIIIe siècle et durant les premières décennies du XIXe siècle7. En Russie comme dans bien d’autres pays européens, à côté de la correspondance, la pratique de l’écriture diaristique constitue une part importante de l’activité scripturale féminine ; parmi la centaine d’auteurs de journaux manuscrits étudiés (en français et en russe), rédigés entre 1780 et 1850, nous avons recensé 62 femmes et 36 hommes, ayant rédigé parfois plusieurs journaux. Cet inventaire n’est pas exhaustif, les recherches sont à poursuivre dans de nombreux fonds privés, dans les archives provinciales russes mais aussi dans des archives hors de la Russie8.

5Les journaux retenus pour cette étude9 suggèrent la relation qu’établissent les femmes russes avec les faits historiques présents ou passés, et avec l’histoire de manière générale : ils comportent des témoignages, soit sur des événements vécus « sur le vif », soit sur la perception de faits historiques passés. À partir de ces textes, on peut tenter d’évaluer la place réservée à l’histoire dans ces écrits personnels féminins, et examiner comment ce genre se prête à l’intégration, dans le récit de la vie quotidienne, d’événements et de réflexions historiques.

L’histoire dans la vie des femmes

6L’histoire tient une place de choix dans l’éducation des nobles, y compris des femmes : ces journaux fournissent à ce sujet des informations nombreuses, bien que dispersées. Certaines se retrouvent en écho d’un journal à l’autre et confirment que le mode d’éducation et les matières enseignées étaient partagés par la plupart des diaristes. Dès la fin du XVIIIe siècle, les jeunes filles de l’aristocratie sont éduquées en français, langue de la société aristocratique et cultivée, en Russie comme dans d’autres pays d’Europe. Entreprise au sein du cercle familial dès leurs plus jeunes années, leur éducation est généralement assurée sous forme de « leçons » données à domicile par des gouvernantes étrangères ou des professeurs appointés, parfois par la proche parentèle. Ainsi, le programme que suit en 1826 Ekaterina Soïmonova, âgée de quinze ans, comprend entre autres les matières suivantes : « histoire ancienne, histoire russe, géographie »10. L’histoire tient de fait une place essentielle, et semble fort appréciée ; l’enseignement en est étayé par de nombreuses lectures de mémoires, de récits et d’ouvrages historiques. Maria Bakhmeteva, une diariste non identifiée, qui doit avoir, en 1805, entre seize et dix-huit ans, écrit dans son journal : « J’ai commencé à lire l’histoire de la découverte de l’Amérique par Campe11. Je trouve ce livre vraiment amusant » ; elle en achève la lecture en deux jours12. Visitant Rome, Sofia Mouravieva se souvient dans son journal (rédigé en 1842, à l’âge de dix-huit ans) des leçons d’histoire romaine que lui donnait l’une de ses tantes : « je me rappelais ma turbulente enfance et les moments d’ennui que je lui causais lorsqu’elle me donnait les leçons d’histoire Romaine et Grecque ; j’aurais été si heureuse de parcourir avec elle tous ces monumens Romains »13. En 1823, Maria Yurievna Tolstaia note qu’ellelit un « ouvrage charmant, précieux, d’un intérêt extrême », qu’elle recommande autour d’elle, et dont elle souhaite « faire des extraits »14. Il s’agit des Mémoires de Madame Campan15, qui « roulent sur la fin du règne de Louis XV, et parcourent en détails le règne malheureux de Louis XVI, en parlant aussi du sort de toute la famille de cet infortuné Monarque16 ». Une autre, Praskovia Moukhanova, âgée elle aussi de dix-huit ans, signale qu’elle lit en 1839 des articles sur « l’histoire russe et les monuments qui nous en restent »17. Séjournant à Gênes en 1846, Natalia Chakhovskaia, alors âgée de vingt-et-un ans, y cherche en vain des livres sur l’histoire de la ville. Elle se désole de ne pas en trouver, et doit se contenter de Varese18, « auquel j’ai dû me résigner, quoiqu’il se compose de huit volumes ». Elle s’indigne alors du fait que,

« les Génois se résignent à ne rien lire, tout est défendu ici et particulièrement des histoires il n’y en a sur aucun pays et surtout sur l’Italie, les jeunes gens qu’on élève doivent ignorer la gloire passée de leur patrie, on craint qu’ils n’en soient fières et pour cela on les tient dans une complète et honteuse ignorance sur tout ce qui concerne l’histoire de leur patrie »19.

7La présence de l’histoire dans les journaux rédigés par ces femmes ne s’explique pas seulement par la place que tient cette matière au sein de leur éducation. Elles appartiennent en effet à des familles dont les hommes prennent ou ont pris part aux événements historiques, occupent ou ont occupé des fonctions importantes, politiques, diplomatiques, et sont ainsi liées à la « grande » histoire. La princesse Natalia Golitsyna, issue de la puissante famille des comtes Tchernychev, comprenant maréchaux, diplomates et hommes politiques – piliers, au XVIIIe siècle, de la monarchie russe –, rédige son premier journal, Remarques sur des événements de ma vie (1781 ?-1783), sous la forme d’une chronique, genre très développé dans l’ancienne Russie. Cet écrit relate les événements de la vie personnelle de la princesse, mais aussi ceux qui ont rapport à la vie de la cour (naissances, mariages, morts dans la famille impériale, vaccination de ses membres, voyage de l’héritier du trône à l’étranger), à la vie de la capitale Saint-Pétersbourg (incendies, inondations, épidémies) ou à la politique extérieure de la Russie (guerre avec la Turquie, partage de la Pologne, arrivée des ambassadeurs étrangers, visite du roi de Suède). Ce sont ces événements qui constituent la trame de la vie de la princesse, qu’elle prenne part aux fêtes à la cour, accueille chez elle le roi de Suède, fasse vacciner les membres de sa famille en suivant l’exemple de Catherine II ou subisse, en Pologne, avec son mari, des menaces liées aux troubles dans ce pays. Elle affirme vouloir noter « toutes les choses remarcables qui se passent dans le cours de ma vie »20 et parle aussi dans son journal, en véritable auteur de chronique, du voyage du pape Pie VI à Vienne en 1782, puisque « c’est pour la première fois que le Pape est sorti de Rome »21. En mentionnant, à la fin de son journal, la révolte des paysans de 1774, elle renvoie à « tous les manifestes qui ont paru à cette occasion », transcrits par un copiste sur les trente derniers folios de son journal22. La baronne Natalia Stroganova, issue elle‑aussi de la famille des comtes Tchernychev qui, en compagnie de ses amis et de son fils, traverse l’Europe et séjourne à Londres entre 1780 et 1783, est l’auteur d’un des premiers journaux de voyage d’une femme russe. Certains événements historiques du passé, en lien direct avec la famille de la diariste, donnent lieu à des réactions personnelles, en particulier lorsqu’elle est en route vers Berlin :

« Nous avons diné dans la Ville de Questrine, elle est fort belle et les batimens sont tout à fait nouveaux, mais en passant elle m’a fait saigner le cœur du seul souvenir que l’an 1752, dans la bataille de Zorendorf mon Oncle Zacar Czernicheff, eut le Malheur d’être prisonnier »23.

8Dans ses écrits autobiographiques, Mme de Krüdener donne un exemple éloquent de sa relation intime avec l’histoire24. Elle se voit comme l’héritière des Templiers du côté paternel et, du côté maternel, du maréchal Münich, un partisan zélé de Pierre le Grand. Lorsque, après ses pérégrinations à travers l’Europe, elle rentre en 1818 dans sa Livonie natale, le souvenir des chevaliers de l’Ordre teutonique – réputés successeursdes Templiers – dont un de ses ancêtres avait été grand-maître au XVe siècle, colore son séjour d’une auréole mythique. Elle écrit alors dans son poème autobiographique Le Désert :

« Enfans des Templiers, illustres Teutoniques,

    Déjà sur mon berceau flottoient Vos étendards.

 À vous étoient soumis ces peuples pacifiques

   Que la mer environne en ces vastes remparts »25.

9Héritage familial et identification avec des figures historiques donnent à l’image de Mme de Krüdener sa dimension héroïque, légendaire. Les figures féminines lui sont particulièrement chères : dans ses lettres et ses souvenirs, sainte Catherine de Sienne, sainte Thérèse d’Avila et Juliana Mengden, favorite de la régente russe Anna qui supporta avec courage son exil après le coup d’État, deviennent ses modèles et ses prédécesseurs26. Lors d'un entretien, en 1818, avec un professeur allemand, elle relate son parcours spirituel et se compare alors – d'après son interlocuteur – à la célèbre héroïne française : « Sie hätte, wie eine Jeanne d’Arc, das Schwerdt in die Hand nehmen und die kleinen und grossen Tyrannen bekämpfen mögen »27 [Elle aurait, telle une Jeanne d’Arc, été capable de prendre l’épée en main et de combattre les petits et les grands tyrans].

Journaux de voyage, lieux privilégiés des souvenirs historiques

10Dès le XVIIIe siècle, les femmes russes font preuve d’une curiosité toujours en éveil et de solides connaissances de l’histoire européenne. Elles bénéficient, parfois dès leur enfance, de voyages éducatifs, et sont coutumières de séjours prolongés d’une ou plusieurs années à travers l’Europe, le plus souvent en direction de l’Italie – parfois sans accompagnateur de l’autre sexe28. Piotr Miatlev, père de quatre enfants dont deux filles, précise dans une lettre envoyée de Rome en 1800 que le but de leur voyage en Europe est « l’éducation physique et morale des enfans ; eux-mêmes ne sont portés, dans leurs récréations, qu’à voir des chefs-d’œuvre de l’art, qui doivent former leur goût ou de ces précieux restes de l’antiquité qui leur parlent plus que les livres d’histoire »29.

11Dans les journaux de voyage, les lieux visités évoquent les souvenirs historiques, que ce soit sous forme d’anecdotes rapportées dans les mémoires, comme c’est le cas dans le journal de 1783-1792 de la princesse Natalia Golitsyna qui mentionne sa lecture des Mémoires de Sully en incluant « une anegdote que tout le monde connaît par l’histoire »30 ou encore de résumé de toute l’histoire d’un pays. Ces intrusions de l’histoire adviennent en plein récit des menus détails du voyage. Le journal de la princesse Ekaterina Bariatinskaia, qui visite Venise en 1794, évoque, juste après la description des huîtres et des moules qu’elle a dégustées, les points forts de l’histoire de cette république : le monopole du commerce avec les Indes, « les guerres heureuses » menées en Grèce et dans le Levant, et propose en conclusion une vision globale du passé, du présent et du futur : « Cette ancienne splendeur a bien dégénérée depuis et bientôt il en restera à peine un souvenir »31.

12Les voyages en Italie font revivre l’histoire antique. Des figures majeures de l’histoire romaine, familières depuis l’enfance, reviennent à l’esprit de la jeune Sofia Mouravieva lorsqu’elle se trouve à Rome, en 1842 :

« […] j’étais fâchée d’arriver si tard à Rome, cette ville m’intéresse beaucoup, et elle m’intéressait dès ma plus tendre enfance ; j’ai toujours beaucoup aimé l’histoire Romaine, et je ne m’attendais jamais à me trouver ici – Et nous voilà maintenant dans la capitale du Monde, dans la patrie des grands Romains, des Brutus, des Scévoles, des Gracques, des Camille, de Cornélie, etc. ; et c’est Rome qui les a vu naître, qui leur a inspiré leurs beaux caractères et qui les a vu périr ; en passant le pont Saint-Ange, j’ai pensé à Clélia, à ses braves compagnes, j’ai pensé à Tiberius Gracchus qui a été précipité dans le Tibre »32.

13Elle se montre intarissable pour évoquer la Rome antique ; les événements historiques les plus célèbres sont autant de prétextes à stimuler son imagination, au point que les personnages lui semblent toujours présents dans ce décor :

« nous nous sommes arrêtés devant le Capitole, que j’avais si envie de voir, là mon imagination a commencé à broder, je croyais voir Manlius en sursaut éveillé par les oies, il me semblait voir Camille l’intrépide Camille qui vient racheter Rome et mettant son épée de fer sur les balances des Guaulois en disant : «  Ce n’est pas avec de l’or qu’on rachète Rome, mais avec le fer » ; cette phrase m’enthousiasmait tant dans mon enfance et maintenant je me la répète encore quelquefois avec un sentiment de plaisir »33.

14Le goût pour l’histoire antique n’est pas seulement lié à la personnalité de la diariste, Rome sert de prétexte pour déployer, dans le simple récit des excursions à travers cette ville, le mythe de « Moscou, troisième Rome » qui s’est formé en Russie au XVIe siècle et fut actualisé dans les années 1830 dans les écrits des slavophiles34. Dans le journal de Sofia Mouravieva, comme dans celui de Ekaterina Bariatinskaia, les méditations sur les destinées historiques des nations côtoient le compte‑rendu de la vie de tous les jours : « … j’ai écrit mon journal, j’ai lu de l’italien […] l’idée de faire des connaissances m’est très ennuyeuse […] la différence entre ces deux villes, entre Rome et Moscou, est que Moscou va s’élever encore et Rome dégénère, l’une vit du passé, l’autre parle de l’avenir »35.

L’histoire de France dans les journaux de voyage

15L’histoire de la France, bien connue des diaristes, s’incarne dans les monuments historiques de Paris et d’autres villes françaises et fait l’objet de nombreux commentaires. Séjournant à Fontainebleau en 1785, la princesse Natalia Golitsyna évoque, dans son journal intitulé Remarques sur mes voyages (1783‑1790), les événements liés à la mémoire d’Henri IV et de Christine de Suède. Elle passe beaucoup de temps à la cour, à Versailles et à Fontainebleau, et décrit en détail de quelle manière elle est « très bien » reçue par Louis XVI et Marie‑Antoinette. Elle consacre plusieurs pages de son journal à un compte-rendu détaillé des premiers jours de la Révolution française, alors qu’elle est témoin de la réunion des États généraux le 5 mai 178936.

16Après la description des palais berlinois, c’est à travers celle des monuments et des tableaux de Versailles que la jeune Natalia Chakhovskaia donne un aperçu de l’histoire de la France37. Ses impressions, dont elle rend compte dans son journal à travers le récit de ses visites, sont principalement centrées sur le sort de la famille royale :

« À St Denis nous allâmes visiter les catacombes, là se trouvent tous les monumens des princes français depuis Clovis jusqu'à Henri IV ; depuis lui les monumens ne sont plus conservés avec autant d'exactitude, tous les os de ces princes ont été jetés puis retrouvés et mis par ordre de Napoléon dans un trou qui est cloîtré et cette porte on la nomme la porte de l'enfer, on dit qu'il y a là aussi les os de Louis XVI et de Marie Antoinette dont on trouve aussi les statues dans ces catacombes.

À Versailles nous allâmes visiter le château qui est énorme, il est aussi bien beau, nous vîmes la petite porte par laquelle Marie Antoinette a couru chez Louis XVI la nuit du 6 Octobre lorsqu'on voulait la tuer »38.

17Rien d’étonnant que ces faits aient frappé l’imagination de jeunes filles de l’aristocratie russe. En revanche, le culte passionné – tel qu’il apparaît de manière récurrente dans leurs journaux – que vouent la plupart d’entre elles à Napoléon est nettement plus surprenant de la part de sujets russes39. Ce culte prend d’ailleurs les formes les plus variées et les plus inattendues, dont un enthousiasme juvénile parfois proche du fétichisme, qui peut faire sourire. Dans son journal de 1841, la même Natalia, alors âgée de seize ans, écrit :

« C'est à Greoulx que je commençais à connaître, à aimer et apprécier Napoléon, j'ai commencé à lire les mémoires de Constant40, je passais des journées entières à lire ces intéressantes mémoires et Joséphine m'enthousiasmais autant que Napoléon, celui-ci pour son génie et Joséphine pour sa grande vertu, les détails du divorce sont si triste  et prouvent combien l'impératrice était vertueuse dans toute la force du terme. Avant je ne conçois pas comment je faisais pour ne pas aimer Napoléon, ce génie, comme les dispositions changent à mesure qu'on grandit, maintenant j'espère que je ne me changerait plus, si je n'ai pas aimé Napoléon et qu'après j'en ai été enchantée il est impossible que je le désaime de nouveau. D'ailleurs je trouve qu'il est complètement impossible qu'une personne qui a de la raison n'admire pas un être aussi beau et aussi extraordinaire »41.

18À propos de Venise, la grande-duchesse Elena Pavlovna note dans son journal que le port franc de l’île Saint Georges a été réalisé « par ordre de Napoléon », tout comme le jardin public, « seule promenade qui existe à Venise »42. La comtesse Elisaveta Vassilieva souligne également que ce jardin « a été fait par Napoléon » et qu’il est « très joli »43 ; visitant quelques jours plus tard le village de Montebello, « village où les français remportèrent une bataille sur les Autrichiens », elle se souvient qu’après cette bataille « Napoléon surnomma Lannes, duc de Montebello ». Elle note encore qu’on lui offre « une petite statue, un petit Napoléon en albâtre blanc »44.

19La cousine de Natalia Chakhovskaia, Praskovia Golynskaia, relate dans son journal qu’à Toulon, on proposa aux jeunes Russes dans une échoppe un « objet qui les intéressa beaucoup » : il s’agit d’« un bouquet de fleurs fait en coquilles et rapporté de St Hélène où il avait été trouvé sur la tombe de Napoléon »45. Lors de leur visite à l’arsenal de cette même ville, un galérien les « supplie de lui acheter des petits Napoléons en ivoire », ce qu’elles s’empressent de faire46. C’est également à Toulon qu’elles admirent la « Muiron, frégate qui a ramené Bonaparte d’Egypte »47. De passage à Naples, elles visitent « La Belle Poule », frégate alors commandée par le prince de Joinville : « Nous vîmes la place qu’occupa le cercueil de Napoléon, j’étais bien contente de me trouver sur ce navire en pensant à lui »48. Simple passion d’adolescente, ou mode plus largement partagée, elle s’exacerbe en tout cas sous des aspects multiples : « Ce qui me rendait heureuse lorsque j’étais sur ce vaisseau c’était l’idée que je me trouvais là où a été quelques temps le corps de Napoléon, nous avons été sur la place où il se tenait […] je ne croyais jamais que j’aurais la jouissance de me trouver sur la Belle Poule »49.

20Dans les journaux de voyage respectifs des deux jeunes cousines, Natalia Chakhovskaia et Praskovia Golynskaia, sont relatés d’innombrables faits se rapportant de près ou de loin à Napoléon. Lorsqu’elles visitent en 1838 la cathédrale de Strasbourg, elles ont pour guide « un Français soldat de Napoléon »50 ; à Gênes, on leur montre « l'endroit où on donna un dîner à Napoléon »51 ; à Pise, en mai 1842, un domestique leur apporte « un peu de cheveux de Napoléon et un mouchoir de poche qui lui avait appartenu »52. Même si la jeune Nathalie, âgée de seize ans, exprime des doutes quant à l’authenticité de ces objets, elle tient à les conserver : « à mon grand regret je ne crois pas à tout cela, pas moins je conserve avec soin ces cheveux et ce mouchoir, peut-être, peut-être que c'est vrai »53. Lorsque âgée de treize ans, elle visite pour la première fois Versailles, où elle « retrouve tous les plus beaux souvenirs de France », elle ne manque pas d’admirer le tableau « représentant le couronnement de Napoléon et Joséphine »54. Le lendemain, à Fontainebleau, qui « évoque de si pénibles souvenirs »,

« nous vîmes la chambre où Napoléon signa son abdication, nous vîmes là la table ronde sur laquelle il la signa et son écriture, nous vîmes sa chambre à coucher et nous vîmes la cour qui fut présente à de si tristes adieux ; je croyais voir encore Napoléon descendant de cet escalier puis au milieu de ses soldats embrassant son drapeau et Monsieur Petit55 ; mon cœur se déchirait à tous ces souvenirs »56.

21Pour ces jeunes Russes, si avides de retrouver des traces de Napoléon, ces traces ont plusieurs fonctions : celle de preuves matérielles, attestant les connaissances qu’elles ont acquises de ces faits historiques, mais aussi celle de faire revivre à leurs yeux ces personnages qu’elles admirent profondément, et de susciter leur émotion :

« Nous sommes restées longtemps dans ce joli jardin anglais [de Fontainebleau] planté par Joséphine, Hortense ; je cherchais en vain toutes ces personnes que j'aurais été si heureuse de voir. Il y a longtemps qu'elles ont quitté cette terre, elles sont heureuses dans l'autre monde oui décidément elles le méritent. Je n'ai vu que le produit de leurs soins et j'étais heureuse de me promener dans leur jardin »57.

22La visite qui conduit aux Invalides Natalia et sa famille constitue sans doute le point culminant de ce discours panégyrique au « plus grand homme qui ait jamais existé »  au travers d’une description particulièrement détaillée :

« Lorsqu'on entre dans la chapelle à gauche il y a une petite chapelle, dans laquelle se trouve le cercueil, qui est recouvert de velours violet brodé d'abeilles d'or. Au-dessus de la tête se trouve la couronne et au pied le chapeau en feutre noir et l'épée de Napoléon ; au pied du cercueil il y a une quantité de guirlandes d'imortelles, je suppose que ce sont les personnes qui viennent saluer ce cercueil qui apporte ces guirlandes, si j'avais su cela d'avance j'aurais aussi apporté une guirlande. Cette chapelle est gardé par deux invalides. Napoléon se trouve justement dans l'endroit qui lui convient le plus, au milieu de ses soldats, il est plus intéressant à cause de son malheur à Ste Hélène mais l'endroit qui lui convient le plus est justement là où il se trouve maintenant »58.

23Cette idolâtrie ne concerne d’ailleurs pas le seul Napoléon Bonaparte, mais s’étend à toute sa parentèle, que ces jeunes filles connaissent sur le bout du doigt. Natalia Chakhovskaia précise que la princesse de Canino-Lusignano, rencontrée sur la pelouse des Cascines, est « fille de Joseph Bonaparte, mariée à son cousin Napoléon fils de Lucien »59. Lorsque Louis Bonaparte – frère de Napoléon – en personne fit envoyer, par l’intermédiaire d’un certain Pietra-Santa, un « jasmin sauvage » à la jeune Natalia, celle-ci « était aux anges, rougissait de plaisir, ne pouvait croire à son bonheur – elle demanda cependant à Pietra-Santa s’il ne la trompait pas », lit-on dans le journal de sa cousine, qui relate cet événement mémorable60. À Livourne, le maître d’hôtel leur fait visiter les chambres qu’occupa ce même Louis Bonaparte. Quelques jours plus tard, on visite un cimetière « où se trouve un tombeau fort simple mais joli de Charlotte, belle-fille de Louis et Hortense. J’aime cette famille et surtout Napoléon ! », conclut la diariste61. À Avignon, on se rend dans la chambre de l’hôtel où fut assassiné le maréchal Brune, et les visiteuses lisent sur les lieux mêmes « la description de ce triste événement dans Alexandre Dumas »62. L’admiration que suscite, pour Natalia Chakhovskaia, la découverte de la ville de Naples ne peut se mesurer, en intensité, qu’avec celle qu’elle éprouve pour son héros : « jusqu'à présent jamais une belle situation ne m'a fait éprouver ce que je sens maintenant, je croyais qu'on ne pouvait avoir cette admiration que pour un génie comme je l'éprouve en pensant à Napoléon »63.

Accents patriotiques et… philosophiques

24Le mode de vie cosmopolite, l’habitude de s’exprimer en français n’empêchent pas les femmes russes de remplir leurs journaux de protestations patriotiques. Ainsi, la Russie et son histoire restent-elles toujours présentes dans le journal de voyage à travers l’Europe de Natalia Golitsyna. Elle y enregistre ce qu’elle apprend des événements politiques russes, parle du voyage de Catherine II en Crimée, des batailles navales lors de la guerre avec la Suède. Ce lien indissoluble avec la patrie est attesté par les fréquents renvois à son histoire dans bien d’autres journaux personnels et de voyage.

25La princesse Maria Volkonskaia, mère de Léon Tolstoï, contemple avec émotion, lors de son voyage de Moscou à Saint-Pétersbourg en 1810 et de son séjour dans la capitale de la Russie, les lieux liés à la mémoire de Pierre le Grand et de Catherine II. En accord avec l’histoire officielle, elle perçoit ces souverains comme les réformateurs et les bienfaiteurs de la Russie. La visite de leurs résidences, comme celle du palais de Tsarskoié Selo où vécut Catherine II, ressuscite l’époque : « Je me transportais en idée dans ces temps où tout, dans ces lieux, était animé par l’âme de la grande souveraine »64. Maria Volkonskaia, qui dès l’âge de cinq ans connaissait le français mieux que sa langue maternelle, tient son journal en russe pour s’exercer dans cette langue ; sa valorisation de l’histoire de la Russie et de la langue russe font d’elle une patriote parfaitement inscrite dans la tradition nationale. Contemplant dans une auberge une carte représentant différentes parties du monde, c’est en termes philosophiques qu’elle réfléchit à l’avenir de l’Europe et du monde, en s’appuyant sur ses connaissances de l’histoire :

« Il y avait là, à propos de l’Afrique, une inscription étrange : l’Afrique contient une telle population qui peut dans l’avenir inonder tout le monde. Que ce ne soit pas une prophétie ! En effet, nous savons, d’après l’Histoire, que les lumières passent d’une partie du monde à une autre : l’Europe fut plongée dans la même barbarie dans laquelle se trouve actuellement l’Afrique ; et l’Asie, où toutes les sciences prospéraient, est de nouveau sombrée dans la barbarie. Il est triste de penser que l’Europe aura peut-être la même destinée, et que les inventions et les travaux de nos contemporains vont servir de proie et de base de la prospérité de quelques peuples sauvages, qui dans les siècles à venir dépasseront les limites de leurs pays et établiront, sur des ruines de la grandeur, de nouveaux États, comme les Francs, les Goths et les Saxes, ancêtres des Français spirituels, des graves Allemands et Anglais. Tout cela est dans l’ordre de la Providence, qui nous montre ainsi le néant de ce que nous appelons la politique et la gloire immortelle »65.

Témoignages directs

26Les diaristes et épistolières russes sont également les témoins directs d’événements historiques de leur époque qu’elles notent dans leur journal et dans leur correspondance. La sœur de Natalia Golitsyna, la comtesse Daria Petrovna Saltykova (1738‑1802), informe cette dernière d’événements remarquables survenus en Russie. Dans sa lettre du 14 juillet 1788, Daria Saltykova décrit en détail, sur deux pages, la bataille navale de la guerre entre la Russie et la Suède, donne les noms des commandants, des précisions sur les deux flottes combattantes et leurs manœuvres, et dit qu’elle joint à son récit « la liste des prisonniers suédois66 ». Natalia Golitsyna transcrit soigneusement ces informations dans son journal de voyage, les intégrant ainsi au récit de sa propre vie. Sa sœur ne manque pas non plus de raconter la campagne militaire russe contre la Turquie, campagne traitée, dans ses lettres, comme un événement de la plus haute importance. Le 19 décembre 1788, elle écrit : « Je commence ma lettre ma chère sœur par la nouvelle de la prise d’Otchakov67. Elle a été prise d’assaut et toute l’action n’a duré que cinq quarts d’heure […] »68.

27La princesse Bariatinskaia prend très à cœur la triste destinée des émigrés français qu’elle côtoie à Aix-la-Chapelle en 179069. La princesse Praskovia Golitsyna adresse de Saint-Pétersbourg, dans les années 1790, des lettres en français à son oncle par alliance, le prince Alexandre Mikhaïlovitch Golitsyne, ancien diplomate et vice-chancelier, qui résidait à Moscou. D’après ses lettres, il apparaît qu’elle est en contact direct avec des émigrés français ; elle admire leur conduite et fait sienne leur vision des événements en France :

« De Petersbourg ce 11 avril 1793

[…] On ne se fait pas d’idée de ce qu’ils [le roi Louis XVI et sa famille] ont souferts pendant leur captivité, les papiers publics ne nous en ont apris que les moindres détails. Il faut les entendre conter aux français qui en ont eus de certains. Ceux qui sont ici à la suite de Monseigneur Comte d’Artois m’en ont donné qui font dresser les cheveux. Cette famille infortunée a passé 6 mois absolument sous le couteau ayant pour gardes des assassins, et pour société continuelle dans leur prison, des scelerats qui les accablaient d’injures ignominieuses. Pas un livre, pas une feuille de papier ne leur était accordée. Pas même la consolation de pouvoir parler librement de leurs malheurs ; ils avaient nombre de gardes dans leur chambre même, et pas une femme, pour les habiller. Ils s’habillaient les uns les autres »70.

28Elle rédige aussi, pour son oncle, « la description historique de l’arrivée des Princesses de Baden »  – nom donné par ce dernier à sa lettre –, où elle décrit l’arrivée à Petersbourg en 1792 de la future épouse de l’empereur Alexandre Ier et de sa sœur71.

29Le soulèvement d’une partie des officiers russes inspirés par des idées libérales, qui a lieu à Petersbourg le 14 décembre 1825 et entraîne de nombreuses représailles, trouve aussi un écho dans les journaux d’aristocrates russes. Plusieurs d’entre elles ont des proches parents impliqués dans le mouvement des Décembristes. Les notes journalières de ces femmes expriment surtout leurs émotions, leur compassion pour les prisonniers, plus tard condamnés et exilés en Sibérie, sans donner une quelconque appréciation à propos de la conduite de ces révoltés. Les diaristes manifestent leur foi dans la justice et la miséricorde du tsar et perçoivent les événements tragiques comme un malheur qu’il faut supporter en tentant d’y remédier par tous les moyens possibles. La princesse Elisaveta Mikhaïlovna Chakhovskaia, dont les deux beaux-frères sont inculpés dans l’affaire des Décembristes, se rend en mars 1826 de Moscou à Petersbourg dans l’espoir de leur apporter quelque secours, et tient un journal qu’elle envoie à ses sœurs restées à Moscou pour les informer en détail du déroulement des événements. Pour elle, les « détenus » ne sont que des « malheureux » qu’elle plaint. Par ailleurs, elle se rend parfaitement compte de la situation plutôt ambiguë dans laquelle se trouve le tsar et de ses hésitations possibles :

« L’Empereur reçoit continuellement des lettres anonymes qui doivent le dérouter entièrement ; on lui dit dans l’une : crainds de punir pour qu’il ne t’en résulte du mal à toi-même, et dans l’autre : crainds de pardonner, tu n’y survivra pas. Faut-il être monstre pour écrire de cette manière ? La situation de l’Empereur est bien pénible aussi, ma tendre amie, et on ne saurait assez prier le Seigneur de l’inspirer et de le soutenir dans ses bonnes dispositions ! »72.

30La belle-sœur d’Elisaveta Mikhaïlovna, la princesse Elisaveta Alexandrovna Chakhovskaia (née Moukhanova, 1803-1836) tient le même discours dans son journal de 1826. Elle s’inquiète du sort de son frère Piotr Moukhanov emprisonné dans la forteresse à Pétersbourg puis exilé en Sibérie, de son beau-frère Alexandre Mouraviev et de son épouse Pauline qui suivit son mari en exil, mais sans jamais adresser de reproches au gouvernement73.

31L’éducation religieuse orthodoxe des diaristes se perçoit à travers leur vision « providentielle » des événements en relation tant avec la grande histoire qu’avec l’histoire familiale. Cependant leur résignation face à la Providence peut être qualifiée d’active dans la mesure où elles soutiennent les femmes qui suivent leurs maris en Sibérie, encouragent leurs parents détenus et exilés, ne renonçant nullement à communiquer avec ceux qui sont considérés comme des criminels d’État. Elles relatent dans leurs journaux les visites qu’elles rendent aux prisonniers aussi longtemps qu’ils sont à Petersbourg, et entretiennent avec eux une correspondance lors de leur exil.

32Munies de solides connaissances historiques, témoins et parfois même actrices des événements importants qui marquent leur époque, conscientes du rôle des femmes dans l’histoire – un rôle particulièrement évident dans la Russie du XVIIIe siècle, qui a vu cinq impératrices sur le trône –, les femmes de l’aristocratie russe intègrent les événements historiques dans la trame même de leur propre vie, ce qui est plus rarement le cas des hommes de la même époque74. Face à des événements majeurs comme la Révolution française, le journal féminin peut prendre la forme d’une chronique historique, voire d’un périodique  politique.Néanmoins diaristes et épistolières donnent à leurs comptes-rendus une dimension toute personnelle, les accompagnant souvent de leurs propres réflexions et émotions qui résultent de leur implication directe ou indirecte, ou de celle de leurs proches dans ces événements, et du fait que rien de ce qui s’est passé ou se passe en Europe et en Russie ne leur est indifférent. Cette présence de l’histoire dans les écrits personnels féminins se maintient au siècle suivant. Les diaristes sont capables de prendre à cœur, avec la même intensité, des événements et des acteurs historiques aussi bien russes qu’européens, et particulièrement français. Cette vaste et multiple résonance constitue l’un des traits saillants des journaux et des correspondances des femmes russes. Enfin, le fait même de tenir un journal témoigne de la perception de sa propre vie sub specie historiae, d’une vie qui s’inscrit nettement dans l’histoire, et en porte l’empreinte.

Haut de page

Annexe

Corpus de texte

(par ordre alphabétique d’auteures)75

- Bakhmeteva Maria (vers 1788 - ?), Journal depuis le 10 août. 1805. par Marie de Bachmeteff, 10 août 1805 - 24 mars 1809, Saint-Pétersbourg.

Jeune fille non identifiée, qui évolue dans un milieu aristocratique, fiancée et plus tard mariée avec l’officier Alexandre Bakhmetev.

- Bariatinskaia, Ekaterina Petrovna, princesse (née princesse Holstein-Beck ; 1750-1811), Journal, 29 juin 1789 - 12 juin 1798, Allemagne, Hollande, France (Strasbourg), Suisse, Italie, Saint Empire romain germanique (Aix-La-Chapelle, Spa, Vienne, Prague).

Épouse du prince Ivan Bariatinski, ministre de la Russie à Paris. Une grande dame pétersbourgeoise.

- Chakhovskaia, Elisaveta Alexandrovna, princesse (née Moukhanova ; 1803-1836), Journal, 1826, Moscou.

Issue d’une famille noble de Moscou comptant plusieurs gens de lettres. Vit la plupart du temps à la campagne aux environs de Moscou.

- Chakhovskaia, Elisaveta Mikhaïlovna, princesse (1797-1877), Journal, 9 mars 1826 - 19 juin 1826, Saint-Pétersbourg.

Belle-sœur de la précédente, issue d’une famille de grande noblesse moscovite.

- Chakhovskaia, Natalia Valentinovna, princesse (1825-1847), Journal, 20 décembre 1838 – 23 août 1840, Moscou, Allemagne, France ; Journal, 20/8 août 1841 - 29/17 août 1842, Moscou, France, Italie ; Journal, 25/13 juillet 1846 - 13/1er décembre 1846, France, Allemagne, Italie.

Fille d’Elisaveta Alexandrovna Chakhovskaia.

- Elena Pavlovna, grande-duchesse (née princesse Frederika-Charlotta-Marie de Würtemberg ; 1806-1873), Journal, 1838 - 1839, Italie.

Salonnière et protectrice des écrivains.

- Golitsyna, Natalia Petrovna, princesse (née comtesse Tchernycheva ; 1744-1837), Remarques sur des événements de ma vie, 1781(?) - 16 avril 1783 ; Remarques sur mes voyages, 14 juin 1783 - 14 octobre 1790, Pologne, Allemagne, France, Angleterre.

Fille d’un diplomate, elle passe son enfance en Angleterre et en France. En Russie, elle jouit d’une grande autorité au sein de la société aristocratique. Prototype de la vieille comtesse dans la nouvelle d’Alexandre Pouchkine La Dame de pique.

- Golitsyna, Praskovia Andreïevna, princesse (née comtesse Chouvalova ; 1767-1828), Lettres au prince Alexandre Mikhaïlovitch Golitsyne, 1792-1793, Saint-Pétersbourg.

Fille d’Andreï Chouvalov, proche de Catherine II, poète franco-russe et correspondant de Voltaire. Elle est l’auteur de deux romans rédigés et publiés en français.

- Golynskaia, Praskovia Mikhaïlovna (1822-1892), Journal, 6 octobre -14 octobre 1841 et 1er juin -11 octobre 1842, Italie.

Issue d’une famille noble de Moscou, cousine de Natalia Chakhovskaia.

- Krüdener, Varvara-Juliana, baronne (née baronne Vietinghoff ; 1764-1824), Le Désert, poème, 1818 ; Notes autobiographiques, 1783 ;  Lettres à des inconnus, années 1810.

Grande dame russe d’origine allemande. Auteure de Valérie (1803), roman rédigé et publié en français. Mystique et guide spirituelle de l’empereur Alexandre Ier.

- Moukhanova Praskovia Alexandrovna (1809-1894), Journal,1839, Moscou.

Issue d’une famille noble de Moscou.

- Mouravieva Sofia Alexandrovna (1824-1851), Journal. – Mai 1842, Rome. 17 mai-31 mai 1842.

Issue d’une famille noble de Moscou. Son père est franc-maçon et traducteur de Swedenborg, impliqué dans la révolte des Décembristes et exilé.

- Sophia H. (dates de vie inconnues), Journal, 21 Août 1839 - 25 février 1840. Pologne, Allemagne.

Jeune fille non identifiée, dont le père est un militaire de haut grade.  

- Saltykova Daria Petrovna, comtesse (1738-1802), Lettres à la princesse Natalia Petrovna Golitsyna, 1784-1789, Saint-Pétersbourg.

Sœur de Natalia Petrovna Golitsyna.

- Soïmonova Ekaterina Alexandrovna (1811-1879), Journal de Catiche. Commencé le 9 Août 1825, 9 août 1825 - 1826, Pologne, Allemagne, Italie.

Issue d’une famille noble de Saint-Pétersbourg.

- Stroganova, Natalia Mikhaïlovna, baronne (née princesse Belosselskaia ; 1743-1819), Journal, 11 juin 1780 - 30 juillet 1782, Allemagne, France, Angleterre, Saint Empire romain germanique (Vienne).

Issue d’une famille de grande noblesse des princes Belosselski.

- Tolstaia Maria Yurievna, comtesse (née princesse Obolenskaia ; 1802 - après 1847), Journal, 12 septembre 1819-12 août 1823, Saint-Pétersbourg.

Issue d’une famille noble de Saint-Pétersbourg, orpheline, éduquée dans un pensionnat pour jeunes filles nobles.

- Vassilieva (?), Elisaveta (vers 1820 - ?), Journal, 25 Juillet 1836 - 12/24 Mars 1837, Turquie, Grèce.

Jeune fille non identifiée, issue d’une famille noble d’Odessa (sud de la Russie).

- Volkonskaia Maria Nikolaevna, princesse (épouse comtesse Tolstaia; 1790-1830), « Dnevnaia zapiska dlia sobstvennoï pamiati » (« Note pour ma mémoire »), Journal de voyage de Moscou à Saint-Pétersbourg, 1810.

Issue d’une famille de haute noblesse de Moscou. Future mère de Léon Tolstoï.

Haut de page

Notes

1  Wendy Rosslin, « Women in Russia (1700-1825) : Recent Research », Women and gender in 18-th century Russia, Wendy Rosslin ed., London, Ashgate, 2003, p. 14.

2  Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, « Si tu lis jamais ce journal » : diaristes russes francophones. 1780‑1854, Paris, CNRS Éditions, 2008.

3  Catherine II, Zapiski kassatelno rossiïskoï istorii [Notes sur l’histoire russe], Saint-Pétersbourg, typographie impériale, 1787-1794 ; Antidote, ou Examen du mauvais livre superbement imprimé intitulé Voyage en Sibérie fait par ordre du roi en 1761 contenant les moeurs, les usages des Russes ... par m. l’abbé Chappe d’Auteroche, s.l.n.d. [Saint-Pétersbourg, typographie de l’Académie des sciences] (seconde édition: Amsterdam, Rey, 1771‑1772) ; « Imitation de Shakespeare, scène historique […] tirée de la vie de Rurick », Théâtre de l’Hermitage de Catherine II, impératrice de Russie ; composé par cette Princesse, par plusieurs personnes de sa société intime, et par quelques Ministres Étrangers, À Paris, chez F. Buisson, an VII [1799], t. 2, p. 369 passim.

4  Elena Gretchanaia, « L’histoire, affaire de femmes ? Les femmes francophones russes du 18e siècle face à l’histoire », in Jean-Claude Arnould et Sylvie Steinberg, dir., Les femmes et l’écriture de l’histoire, 1400-1800, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 103-115.

5  Isabelle Havelange, Sabine Juratic et Nicole Pellegrin, « Femmes et histoire. Pour des enquêtes longues », in Jean-Claude Arnould et Sylvie Steinberg, op. cit., p. 29‑30.

6  Nous donnons la référence complète à la première occurrence du document cité, puis la référence abrégée des archives dont il provient.

7  Pour une description plus complète de ces journaux, voir Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, op.cit., p. 9-62.

8  Un journal d’une jeune fille russe, Anastassia Khlustina, épouse de Circourt, qui deviendra une célèbre salonnière parisienne, a été récemment découvert au Département des manuscrits de la Bibliothèque polonaise à Paris. Il est intitulé Lettres inédites d’une sœur à ses frères ou Consolations de l’absence ou Journal pittoresque, burlesque, sentimental de tous les faits & gestes de Mlle Anastasie de Klustine. 1827. Ne se vend nulle part, pas même chez l’auteur. Écrit à Nice, Gênes, Milan, Lausan[n]e & Genève.

9  Voir liste en annexe.Nous conservons l’orthographe des documents originaux.

10  Ekaterina Soïmonova, Journal de Catiche. Commencé le 9 Août 1825. Moscou, Département des manuscrits du Musée historique d’État (OPI GIM), fonds 395, op. 1, dossier n° 159.

11  Joachim-Henri Campe (1746‑1818), écrivain allemand, auteur de nombreux ouvrages d’éducation et de livres pour la jeunesse, dont La découverte de l’Amérique, pour l’amusement et l’instruction des jeunes gens parut en 1781-1782, et fut traduit en français en 1784.

12  Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, op. cit., p. 177-178.

13  Sofia Mouravieva, Journal, Mai 1842. Département des manuscrits de la Bibliothèque d’État russe (RGB), fonds 336/2, carton 78, n° 3, f° 9v.

14  Maria Tolstaia, Journal, 1819-1823, Archives russes des Actes anciens (RGADA), fonds 1280, inventaire 1, n° 134, f° 76.

15  Les Mémoires de Madame Campan, première femme de chambre de Marie-Antoinette furent publiés en 1822.

16  Maria Tolstaia, op. cit.

17  Praskovia Moukhanova, Journal, 1839. OPI GIM, fonds 117, inventaire 1, n° 243, entrée du 9 août 1839.

18  Carlo Varese, Storia della repubblica di Genova, dalla sua origine sino al 1814, 8 vol., Genova, tip. de Y. Gravier, 1835-1842.

19  Natalia Chakhovskaia, Journal, 1846. Département des manuscrits de l’Institut de littérature russe (IRLI), fonds 334, dossier n° 978, entrée du 6 novembre / 24 octobre 1846. La double datation renvoie aux deux calendriers, grégorien (européen) et julien (russe).

20  Natalia Golitsyna, Remarques sur des événements de ma vie, RGB, fonds 64, carton 117, n° 1, f° 38.

21  Ibid., f° 38v.

22  Ibid., f° 76-106.

23  Natalia Stroganova, Journal, 1780-1782, in Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, op.cit., p. 75‑76. Il s’agit de la Guerre de Sept ans et de la ville de Küstrin, actuellement Kostrzyn en Pologne, une ville fortifiée au bord de l’Oder qui défendait Berlin du côté est.

24  Elle dit avoir déjà, dans son enfance, parcouru « le vaste champ de l’histoire » ; voir Elena Gretchanaia, op. cit., p. 106.

25  Varvara-Juliana de Krüdener, Cahier de poèmes, Archives de la Fédération de Russie (GARF), fonds 967, inventaire  1, n° 35, f° 8.

26  Varvara-Juliana de Krüdener, Notes autobiographiques, GARF, fonds 967, n° 1, f° 3-3v° ; Lettres à des inconnus, GARF, fonds 967, n° 80, f° 12.

27 Gespräch unter vier Augen mit Frau von Krüdener gehalten und als Neujahrsgeschenk für gläubige und ungläubige Seelen mitgetheilt vom Professor Krug. Leipzig, den 1. Jan. 1818. In Kommission bei W. Rein und Komp. p. 11.

28  Ces voyageuses russes sont absentes – sans doute parce que leurs journaux restent largement inédits – des récents ouvrages consacrés aux voyageuses de cette époque. Voir notamment, « Voyageuses », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, Toulouse, Privat, n° 28/2008 ; Nicolas Bourguinat, dir., Le Voyage au féminin, perspectives historiques et littéraires (18e‑20e siècles), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2008 et Frank Estelmann, Sarga Moussa et Friedrich Wolfzettel, dir., Voyageuses européennes au XIXsiècle. Identités, genre, codes, Paris, PUPS, 2012. Le journal de voyage inédit de Roxandra Stourdza (épouse Edling ; 1786-1844) fait exception : Stella Ghervas, « Voyage au pays des mystiques : une aristocrate russe dans les cours allemandes de la Restauration », in Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre, dir.,Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal (1790-1840), Paris, Nouveau Monde éditions, 2007, p. 385‑412.

29  Lettre de Piotr Vassilievitch Miatlev à la princesse Natalia Petrovna Golitsyna, Rome, 1/13 février 1800, RGB, fonds 64, carton 100, n° 7, f° 3.

30  Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, op.cit., p. 101.

31 Ibid., p. 116.

32 Ibid., p. 304.

33  Ibid., p. 310.

34  Le mythe de « Moscou, troisième Rome » (Constantinople tenait dans ce mythe la place de la deuxième) se forma en Russie au XVIe siècle. Un moine de Pskov du nom de Philothée aurait écrit, en 1523-1524, au grand prince de Moscou Basile III : « Deux Rome sont tombées, la troisième [Moscou] se dresse, et de quatrième il ne peut y avoir », voir N. V. Sinitsyna, Tretiy Rim. Istoki i evolutsia rousskoy srednevekovoy kontseptsii (XV-XVI vv.) [La Troisième Rome. Origine et évolution d’un concept russe datant du Moyen Âge (XVe-XVIe siècles)], Moscou, Indrik, 1998.

35  Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, op.cit., p. 316‑317.

36 Elle assista à la première réunion des États généraux. Des fragments de son journal concernant le début de la Révolution française sont publiés, en français et en russe, par Vera Miltchina : « Iz poutevogo dnevnika N.P. Golitsynoï (« Extraits du journal de voyage de N. P. Golitsyna »), Zapiski otdela roukopiseï, n° 46, Moscou, 1987, p. 95‑136. Les passages concernant son séjour à Paris sont publiés dans Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, op.cit., p. 89‑102.

37  Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, op.cit., p. 280‑282.

38  Natalia Chakhovskaia, Journal, 1841‑1842, Archives russes de littérature et d’art (RGALI), fonds 1337, inventaire 1, n° 292, entrée du 14/2 août 1841.

39  Notons cependant que Napoléon a été célébré par les écrivains russes les plus éminents de l’époque, notamment Pouchkine et Lermontov, et a donné naissance à tout un mythe romantique. Voir Dmitri Sorokine, Napoléon dans la littérature russe, Paris, Publications orientalistes de France, 1974.

40  Il s’agit des Mémoires (1830‑1831) de Constant Wairy, dit Constant (1778-1845), premier valet de chambre de Napoléon.

41  Natalia Chakhovskaia, op.cit., entrée du 11 Septembre/30 Août 1841.

42  Elena Pavlovna, grande-duchesse, Journal de voyage, 1838‑1839, GARF, entrée du 18/30 octobre 1838.

43  Elisaveta Vassilieva, Journal de voyage, 1836‑1837, RGALI, fonds 1337, inventaire 1, n° 24, entrée du 3 novembre 1836.

44  Ibid., entrée du 8 novembre 1836.

45  Praskovia Golynskaia, Journal, 1841‑1842, RGB, fonds 336/2, carton 78, n° 2, entrée du 8 octobre 1841.

46 Ibid.

47  Ibid., entrée du 27 septembre 1841.

48  Ibid., entrée du 6 juillet/24 juin 1842. François Ferdinand Philippe Louis Marie, prince de Joinville (1818‑1900) et fils de Louis-Philippe, ramena de Sainte-Hélène à Paris les cendres de Napoléon Bonaparte sur le navire La Belle Poule en 1840.

49  Ibid., entrée du 2 juillet/21 juin 1842.

50  Natalia Chakhovskaia, Journal, 1838‑1839, entrée du 22/10 décembre 1838. IRLI, fonds 334, n° 977.

51  Natalia Chakhovskaia, Journal, 1841‑1842, op. cit., entrée du 9/21 septembre 1841.

52  Ibid., entrée du 16/4 octobre 1841.

53  Idem.

54  Natalia Chakhovskaia, Journal, 1841‑1842, op. cit., entrée du 14/2 août 1841.

55  Le général Jean‑Martin Petit (1778‑1856) commandait les troupes à Fontainebleau lors des adieux de Napoléon à la Garde impériale, le 20 avril 1814.

56  Natalia Chakhovskaia, Journal, 1841‑1842, op.cit., f° 21v°.

57  Ibid., entrée non datée [septembre] 1841.

58  Natalia Chakhovskaia, Journal, 1841‑1842, entrée du 14/2 août 1841.

59  Praskovia Golynskaia, op.cit., entrée du 9 septembre/22 août 1842.

60  Idem.

61  Praskovia Golynskaia, op.cit., entrée du 6 Septembre/25 Août 1842.

62  Natalia Chakhovskaia, Journal, 1841‑1842, entrée du 14/2 Août 1841.

63  Ibid., entrée du 22/10 Juin 1842.

64  Kniajna M. N. Volkonskaia, « Dnevnaia zapiska dlia sobstvennoï pamiati » (Princesse M. N. Volkonskaia, « Note pour ma mémoire »), publiée par T. Nikiforova, Nache nasledie, 2008, n° 87 (www.nasledie-rus.ru, consulté le 30 avril 2012). Non paginé.

65  Idem.

66  Daria Saltykova, Lettres à la princesse Natalia Golitsyna, RGB, fonds 64, carton 101, n° 8, f° 35v.

67  Ville-forteresse au sud de la Russie occupée par les troupes turques.

68  Daria Saltykova, op. cit., f° 39.

69  Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, op.cit., p. 107‑108.

70  Praskovia Golitsyna, Lettres au prince A.M. Golitsyne, RGADA, fonds 1263, inventaire 1, n° 7378, f° 15‑16.

71  Ibid., f° 7-7v°, f°10 (foliotation erronée).

72  Elisaveta Mikhaïlovna Chakhovskaia, Journal, 1826, GARF, fonds 855, inventaire 1, n° 26, f° 15.

73  E.A. Chakhovskaia, « Dnevnik 1826-1827 » [« Journal, 1826-1827 »], présenté par M. A. Tsiavlovski, Golos minouvchego. 1920-1921, Moscou, [sans lieu d’édition], 1922, p. 105-107.

74  Il s’agit des journaux de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ceux du comte Alexandre Stroganov, du prince Alexandre Kourakine, d’Alexeï Bobrinski, du comte Pavel Stroganov.

75  Les titres originaux sont en italiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, « Diaristes et épistolières russes (fin XVIIIe ‑ début XIXe siècle) : reflets de l’histoire », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 19 avril 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1396

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page