Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Thomas Cardoza, Intrepid Women. Cantinières and Vivandières of the French Army, Bloomington, Indiana University Press, 2010, 312 p.

Elodie Jauneau

Texte intégral

1Thomas Cardoza est professeur au Truckee Meadows Community College de Reno dans le Nevada. Ses recherches portent sur l’armée française à l’époque moderne et contemporaine et plus particulièrement sur les femmes et les enfants de troupe. Dans son livre Intrepid Women, l’auteur propose en six chapitres chronologiques une histoire des cantinières, contingent invisible de l’armée française, du XVIIIe siècle à la Première Guerre mondiale. Soulignant que la présence féminine au sein des troupes n’est pas une nouveauté et que les cantinières sont les héritières d’une tradition féminine de soutien aux troupes, il s’interroge sur les processus législatifs par lesquels elles ont acquis un statut officiel. En revanche – et c’est là toute l’originalité de sa réflexion – il replace ces processus dans un contexte paradoxal : celui du XIXe siècle, à la fois marqué par une officialisation de la mobilisation des femmes et par une réaffirmation des valeurs militaires, obéissant à une logique de virilisation de l’armée.

2L’ouvrage s’ouvre sur un rappel historique de la présence des femmes au feu (épouses de soldats, vivandières, blanchisseuses, prostituées, travesties), leurs origines sociales et géographiques ainsi que leurs motivations. Ce portrait socio-historique met en évidence un engagement féminin qui a devancé les lois puisque les femmes ont pénétré depuis l’époque moderne une sphère qui n’était « naturellement » pas la leur. Jugées indispensables au service des troupes, elles n’en demeurent pas moins un objet de critiques et de méfiance et sont régulièrement accusées de semer le trouble et le désordre parmi les hommes. Pendant la Révolution Française elles ont toutefois pu conserver leur position reconnue tout en gagnant en autonomie.

3Mais rapidement, les cantinières redeviennent un sujet d’inquiétude pour le commandement. De 1789 à 1793, la Convention, lasse des désordres occasionnés par leur présence parmi les hommes, ordonne de « congédier des armées les femmes inutiles »1. Seules les cantinières y sont maintenues car elles sont « absolument nécessaires ». Thomas Cardoza retrace alors l’histoire militaire de plusieurs d’entre elles, dont Marie-Élisabeth Peter, Anne Petry et Marianne Ressouce, tout en démontrant comment elles demeurent les éternels seconds rôles, en dépit de parcours dignes des plus grands héros. Ce deuxième chapitre analyse donc la mutation de la fonction de cantinière à la fin du XVIIIe siècle et la consolidation de son statut qui fait que désormais « personne n’imaginerait une armée française en campagne sans ses auxiliaires féminines » (p. 58-61).

4La période napoléonienne et l’attachement de l’empereur au bien-être de ses troupes entraînent une reconnaissance grandissante des cantinières qui bénéficient d’une pension que la Ière République leur avait toujours refusée. Les effectifs des cantinières augmentent au rythme des guerres qui se succèdent en Europe. Leur profil s’uniformise et Thomas Cardoza s’attarde alors sur les « hereditary cantinières » (p. 60), les filles de cantinières nées au sein des troupes et qui n’ont jamais connu la vie civile. La fonction de cantinière s’inscrit désormais dans le long terme. L’auteur analyse ensuite leur identité à partir de leurs relations avec les hommes ou leurs pratiques sexuelles. Cette perspective place incontestablement l’ouvrage dans l’historiographie du genre. Quand on sait qu’à la fin du XIXe siècle, Pierre Larousse définit la cantinière comme appartenant « à un sexe intermédiaire, à quelque chose d’androgyne, beaucoup plus proche du sexe fort que du sexe faible », on saisit l’importance d’une telle approche. Ce troisième chapitre aborde également la question de la représentation des cantinières et plusieurs planches complètent le propos de l’auteur (p. 91-102).

5Par la suite, les opérations militaires étant plus rares sous les monarchies constitutionnelles, le nombre de cantinières baisse irrémédiablement. C’est pour cette raison que les études à leur sujet sont moins nombreuses. En choisissant d’y consacrer un chapitre entier, Thomas Cardoza comble un grand vide historiographique. L’armée d’Empire est démantelée et remise en ordre : les cantinières se retrouvent sans emploi, à nouveau suspectées de tous les maux et renvoyées à la vie civile alors que certaines n’ont rien connu d’autre que la vie militaire. Laissées pour compte du nouveau régime, elles doivent se reconvertir dans une société civile qui accorde peu de place à ses vétérans, qui plus est quand le vétéran est une femme (p. 125). L’auteur se penche alors sur la « nouvelle vie » de plusieurs d’entre elles, dont Madame Maire, Marie Dieulevant ou encore Marie Bory.

6C’est finalement – et sans surprise – le Second Empire qui redonne aux cantinières leurs pages de gloire : ce que Thomas Cardoza appelle « l’âge d’or des cantinières » (p. 127). Napoléon III reconstitue une armée digne de son ancêtre et multiplie les hommages en leur faveur. Médaille militaire, Médaille d’honneur : pour la première fois, ces femmes – comme les hommes avant elles – reçoivent les plus hautes distinctions pour service rendus à la nation. Pour autant, toutes les difficultés qu’elles ont dû affronter précédemment ne disparaissent pas et l’auteur analyse ainsi les lacunes et les contradictions législatives qui font des cantinières, des militaires et des héroïnes éphémères.

7Durant la seconde moitié du XIXe siècle, l’image de la cantinière évolue. Davantage associée au soutien moral qu’à celui de la logistique de la vie quotidienne, son rôle « naturel » de femme (re)prend le dessus. L’âge d’or des cantinières s’accompagne d’un retour aux valeurs de genre traditionnelles (p. 131) et du début de leur mythification fondée sur leurs légendaires aïeules du Premier Empire. Mais cette admiration s’inscrit dans un paradoxe : autant elles sont militaires au même titre que les hommes, autant ce statut même de militaire leur est reproché, tant il est associé à la « nature » masculine.

8Enfin, c’est la IIIe République qui amorce les mutations les plus radicales de l’armée française, la Commune et l’Affaire Dreyfus ébranlant considérablement son prestige. La Grande Muette est restructurée : les cantinières ne sont plus considérées comme indispensables, mais à nouveau comme des éléments superflus et nuisibles (p. 166) et sont définitivement exclues de l’armée entre 1905 et 1906. L’âge d’or des cantinières prend fin au moment où celui des casernes se met en place. Ainsi disparaissent-elles – officiellement – des rangs de l’armée... qui, ne pouvant malgré tout se passer de leurs services, fait à nouveau appel aux femmes pendant la Première Guerre mondiale.

9Pour mener à bien ce travail, Thomas Cardoza a dépouillé une quantité de sources considérable. Et la tâche est ardue, tant il est difficile dans les archives militaires de retrouver la trace des femmes. Non seulement plusieurs fonds du Service Historique de la Défense ont été consultés, mais l’auteur a également visité des centres d’archives départementales, sans omettre le Musée de l’Armée et le Cabinet des Estampes de la BNF, indispensables à l’étude des représentations des cantinières et des vivandières. Une dizaine de périodiques militaires, mais aussi de grands quotidiens comme Le matin ou le Times, ont fait l’objet d’un dépouillement systématique. Le corpus de ses sources primaires rassemble près de deux cents titres allant du récit de guerre à la sociologie militaire du XIXe siècle.

10En reconstruisant l’histoire des cantinières et des vivandières sur près de deux siècles, le travail de Thomas Cardoza contribue incontestablement à combler les lacunes historiographiques de l’histoire militaire française, tout en prenant en compte la perspective du genre comme axe central de son approche.

Haut de page

Notes

1  Procès-verbal de la Convention Nationale, Paris, Imprimerie Nationale, 1793, tome 10, p. 128. Décret du 30 avril 1793.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Jauneau, « Thomas Cardoza, Intrepid Women. Cantinières and Vivandières of the French Army, Bloomington, Indiana University Press, 2010, 312 p. », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1395

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page