Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michèle Riot-Sarcey (dir.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010, 287 p.

Sandrine Roll

Texte intégral

1 Cet ouvrage collectif a pour projet d’apporter un éclairage nouveau sur les sociétés passées en montrant de quelle manière les rapports de sexes se sont définis, établis et réorganisés. Si l’usage de la catégorie du genre comme outil d’analyse des sociétés passées n’est pas nouveau en histoire, cet ouvrage a pour avantage de proposer une synthèse de travaux sur différentes périodes historiques. Pour ce faire, les auteur-e-s spécialistes confirmé-e-s des questions traitées, soumettent leurs sources à la grille de lecture du genre. Les contributions abordent chronologiquement différents moments historiques pour offrir une autre lecture de la démocratie athénienne, de l’organisation du pouvoir à Rome et à Byzance, de la théocratie, de la place des femmes et des hommes sous l’Ancien Régime et dans la constitution de la démocratie française durant les XIXe-XXe siècles.

2 L’ensemble des études de cas de l’ouvrage pose la question de la différence des sexes comme un critère essentiel de l’organisation des sociétés observées et montre en même temps que l’identité sexuée n’est pas toujours l’élément le plus significatif. Violaine Sebillote Cuchet, qui examine la valeur accordée par les Athéniens à la différence des sexes, montre de quelle manière le statut, l’origine familiale et le charisme sont des critères bien plus importants que l’appartenance au sexe féminin ou masculin. L’auteure explique que si les Athéniennes sont sous la tutelle de leur père, mari, frères ou fils, cette subordination existe uniquement pour les femmes appartenant à des familles de citoyens, donnant ainsi la preuve que cette tutelle est le signe de l’appartenance à la citoyenneté. A Athènes, c’est donc le principe de filiation qui l’emporte. Thomas Späth se penche sur le fonctionnement des pratiques de pouvoir dans la société romaine à travers les récits de deux auteurs contemporains, Tacite et Pline le Jeune, qui associent le pouvoir à la figure masculine du pater familias. Pourtant leurs récits laissent apparaître des empereurs dépendants de leur mère ou épouse. Aussi, Tibère qui a régné de 14 à 37, « accède au pouvoir grâce aux machinations de Livie, sa mère » (p. 53), Claude (41-51) apparaît dépendant de ses épouses successives et Néron (54-68) est montré dominé par sa mère Agrippine la Jeune. Cependant le domaine d’action des femmes reste celui de la domus. Les actions de Livie ou d’Agrippine la Jeune doivent-elles alors être simplement perçues comme des attitudes classiques de matrones romaines souhaitant que leur fils accèdent au pouvoir ? Dans ce cas, ne doit-on pas toutefois être étonné des moyens dont elles disposent et usent ? Telles sont quelques-unes des questions que se pose Thomas Späth. L’auteur démontre par ailleurs que dans la société romaine, les murs de la maison sont « perméables », permettant au politique de s’introduire dans les maisons aristocratiques et aux femmes de s’intéresser et de participer aux affaires politiques (p. 66-67). Là encore une opposition entre le masculin et le féminin est insuffisante pour expliquer les rapports de pouvoirs dans l’Antiquité romaine. A Byzance également, comme l’historiographie l’a montré, des femmes jouent un rôle politique et religieux majeur. Georges Sidéris s’intéresse à la trisexuation de Byzance (homme, femme, eunuque). Son article a pour originalité de montrer comment cette organisation spécifique articule les rapports de pouvoir dans la société byzantine. Pour ce faire, il s’intéresse aux eunuques (troisième sexe), au rôle qu’ils jouent à la cour, comme pacificateurs face à l’armée ou comme gardes des femmes et montre de quelles manières ils arrivent à étendre leurs fonctions et à apparaître comme « une composante constitutive de la société byzantine, que se soit sur terre comme au ciel ».

3 Concernant l’étude du moyen-âge, c’est Anne-Marie Helvétius qui propose une approche genrée du processus de transformation de la théocratie, système dans lequel politique et religieux sont liés. Sous le joli titre, « Le sexe des anges au moyen-âge », son article démontre comment le renforcement du poids de l’Eglise dans la société s’est accompagné du recul du rôle des femmes dans la société. Si pendant le haut moyen-âge, les religieuses ont une place importante dans la société chrétienne, avec la réforme grégorienne qui impose le célibat aux clercs, leur rôle est minoré. Anne-Marie Helvétius y voit un « rude coup pour la gent féminine » : « la nouvelle théocratie consacre la victoire de la masculinité sur le ‘sexe universel’ », conclut-elle (p. 130). Petit à petit se met donc en place une société strictement organisée. C’est notamment le cas sous l’Ancien Régime structuré en société d’ordres, dont Sylvie Steinberg rend compte. Son article, en veillant à l’historicité des concepts utilisés et à l’articulation des représentations et réalités, montre que des femmes nobles ont su profiter des contextes politiques, religieux et sociaux pour dépasser le rôle qui leur était généralement attribué. Là encore, l’analyse de Sylvie Steinberg témoigne de la prééminence de l’identité sociale sur l’identité sexuée. A titre d’exemple, rappelons que « l’acte le plus réprouvé, celui de s’habiller en homme trouvait parfois grâce aux yeux des observateurs à partir du moment où la dame qui se parait ainsi obéissait à un dessein élevé » (p. 144). L’auteure explique également que les femmes non mariées ou veuves jouent un rôle spécifique dans la société, qui ne ressemble en rien à celui des autres femmes.

4 Deux contributions, celles d’Alice Primi et de Françoise Thébaud, abordent la question femmes qui se disent citoyennes, telle André Léo. L’article montre que certaines femmes ont su profiter des événements historiques pour faire des apparitions publiques et demander d'être associer aux décisions politiques. Mais les prises de positions des femmes sur leur statut et rôle dans la société ne sont pas les bienvenus. Même les socialistes « renvoient les femmes entre les murs du foyer » (p. 178). L’auteure analyse alors les oppositions auxquelles les femmes du XIXe siècle ont été confrontées. L’article de Françoise Thébaud complète celui d’Alice Primi dans la mesure où il dresse un bilan du genre de la démocratie française au XXe siècle. L’historienne s’interroge sur la spécificité du suffrage en France. Elle pose d’abord la question du retard de l’obtention du droit de vote, malgré les campagnes suffragistes menées à partir des années 1910. Elle se demande ensuite de quelle manière les femmes exercent leur citoyenneté politique après 1945, puis ouvre la réflexion sur les débats contemporains traitant de la spécificité du vote féminin et de la parité.

5 L’ouvrage a également pour avantage de révéler un questionnement sur les concepts utilisés. Michèle Riot-Sarcey explique dans l’introduction les raisons qui ont poussé les auteur-e-s à poser « un autre regard sur l’histoire ». Elle insiste sur la nécessité pour les historien-nes de s’interroger sur leur manière d’aborder les sources, de prendre en compte l'historicité et « la signification des notions politiques en usage dans les sociétés » (p. 11). Elle rappelle qu’il est indispensable de théoriser les concepts utilisés. Aussi dans le dernier chapitre revient-elle sur l’apport des travaux de Michel Foucault pour les théoriciennes du genre.  

6 Cet ouvrage synthétique montre donc comment l’usage du concept du genre peut modifier l’écriture de l’histoire, sans omettre de souligner l’importance de croiser les catégories d’analyse. Il offre une réponse positive à la question posée en introduction : « est-il réellement possible de repenser l’histoire autrement » (p. 17). Espérons maintenant que cet ouvrage encourage un autre enseignement de l’histoire, un enseignement qui prenne en compte le genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Roll, « Michèle Riot-Sarcey (dir.), De la différence des sexes. Le genre en histoire, Paris, Larousse, 2010, 287 p. », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1394

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page