Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 2/2

L’émoi des demoiselles en voyage. Du voyage dans quelques journaux intimes de jeunes filles du XIXe siècle

Martine Sonnet

Résumés

Le corpus de journaux intimes de jeunes filles du XIXe siècle constitué par Philippe Lejeune (Le moi des demoiselles : enquête sur le journal de jeune fille, 1993) se prête à une lecture  mettant en évidence la rupture provoquée par le voyage dans le terne ordinaire des jours de jeunes bourgeoises ou de jeunes aristocrates. Une trentaine de journaux évoquant des voyages dévoilent l’ambivalence des émotions que suscitent des déplacements, toujours accomplis sous bonne escorte, remplissant le plus souvent des fonctions combinées : touristiques, familiales, thérapeutiques, éducatives etc.. Joie et anxiété des préparatifs et du départ, craintes et désirs de rencontres dans la promiscuité des chemins de fer, excitation au passage des frontières et soulagement de rentrer chez soi saine et sauve : autant de sentiments confiés à leurs journaux par les jeunes diaristes voyageuses.

Haut de page

Texte intégral

Est-ce que je vais, comme toute bonne plume d’écrivailleuse,

écrire mes « impressions de voyage » ?

Catherine Pozzi, retour d’Italie, octobre 1900

1Les nombreux récits de voyages écrits par des femmes au XIXe siècle étant de mieux en mieux étudiés1, l’historienne de l’éducation des filles est, pour sa part, tentée d’emboîter le pas de demoiselles, jeunes diaristes avant d’être voyageuses, qui ont laissé des traces écrites de leurs pérégrinations dans leurs journaux intimes. Pour ce faire, le répertoire/carnet de recherche de Philippe Lejeune publié en 1993, Le moi des demoiselles : enquête sur le journal de jeune fille2, rassemble un corpus qui se prête à la traque de l’écriture du voyage dans des textes qui ne lui sont pas spécifiquement consacrés. Philippe Lejeune souligne d’ailleurs avoir laissé de côté « toutes les formes et fonctions non personnelles du journal, en particulier le journal de voyage »3  en arguant de l’aspect « devoir de style », revêtu par des récits de voyages recomposés après coup. Le journal de jeune fille au XIXe siècle est un exercice déjà suffisamment empreint des attentes pédagogiques de ses « commanditaires », mères ou enseignantes. Seront donc évoqués dans cet article des journaux du tout venant de la vie, inscrits dans une pratique diariste au long cours, dans lesquels des voyages viennent s’inscrire en éléments perturbateurs de la consignation du quotidien4. Parce qu’ils dérangent ce quotidien, les voyages sont potentiellement révélateurs de traits de caractères ou d’éléments de personnalités passés sous le silence de l’écriture journalière ordinaire5.

2Le corpus répertorié6 au début des années 1990 par Philippe Lejeune comprenait 115 journaux de jeunes filles écrits en France au XIXe siècle. « Jeune fille » entendu comme femmenon mariée de moins de 25 ans et « journal » comme écrit, produit entre 1789 et 1914 (publié ou inédit vu par lui) à caractère périodique référentiel, quels que soient la durée de sa tenue, son objet ou sa valeur littéraire. Sa géographie s’étendait à la France et à l’aire francophone voisine, sans que le journal soit forcément tenu en français ni par une jeune Française. Depuis la parution du Moi des demoiselles quelques journaux intimes inédits ont été publiés7, des rééditions de textes sont parues8, enfin certaines éditions anciennes, ont été mises en ligne sur Gallica9. Ces éléments bibliographiques de mise à jour10, qui ignorent les exhumations nouvelles de journaux manuscrits et ne prétendent donc en aucun cas à l’exhaustivité, portent le corpus considéré à 123 textes. Dans près du quart de ceux-ci –28 journaux – des voyages significatifs, autres qu’excursions à la journée ou déplacements liés à une villégiature habituelle, sont repérables.

3Pour les « écrivailleuses » comme Catherine Pozzi11, l’itinérance n’est guère compatible avec les exigences matérielles de la tenue de leur journal – se fournir en plumes, encre, papier, disposer d’un support stable –- et le voyage se prête tout au plus à la prise de notes sur un calepin. Au point que les jeunes filles se posent gravement la question, au moment de boucler leurs bagages, de la pertinence de s’encombrer de leur journal ; cas de conscience sur lequel on verra leurs avis diverger. Mais, tempéraments exceptionnels comme ceux de Catherine Pozzi et de Marie Bashkirtseff12 mis à part, sur de nombreux points les jeunes diaristes voyageuses suivies ici se ressemblent. À commencer par leur commune appartenance à des classes sociales privilégiées : aristocratie pour quelques unes et pour les autres bourgeoisie urbaine, même si les villes quittées sont parfois de petites villes, pouvant débourser les frais du voyage en les multipliant par le nombre de participants. L’élite curieuse du monde à sa portée, ou du moins de ses villes réputées, saisit l’opportunité du développement des réseaux de chemins de fer. Cette bourgeoisie procure l’expérience du voyage à ses filles qu’elle instruit et cultive essentiellement à l’usage de leur futur mari (à moins, cas plus rares, qu’elles ne se destinent au couvent ou au métier d’institutrice) mais qui sont momentanément un peu désœuvrées en attendant le mariage. Le voyage prolonge, sur d’autres terrains, l’éducation des jeunes filles en les distrayant.

4Si tenir son journal lors de l’adolescence n’est pas une activité spécifique aux filles, celle-ci se rencontre néanmoins, au XIXe siècle comme au XXIe13 plus souvent chez elles que chez les garçons. Il est remarquable en outre que lorsque ces derniers s’y adonnent au XIXe siècle ils y exercent une écriture plus autonome, libre d’éventuelles injonctions des éducateurs qui en ont la charge. Dans l’attente de l’aboutissement de recherches en cours14, l’absence d’un corpus de textes masculins constitué, comparable à celui initié par Philippe Lejeune du côté des jeunes filles, ne permet pas de se livrer à une étude comparative de l’inscription des voyages dans l’écriture quotidienne des jeunes filles et des jeunes garçons. Ce qui ne signifie pas pour autant que les rapports sociaux de sexes soient tout à faits absents de la lecture proposée ici des voyages féminins : les motivations des départs, l’accompagnement des jeunes voyageuses, la promiscuité imposée par les moyens de transports empruntés et les rencontres qu’elles sont amenées à faire au cours de leurs déplacements impliquent la gent masculine, hommes de la famille mais aussi inconnus.

I. Voyager pour quoi faire ?

5En voyageant, les diaristes satisfont le plus souvent une curiosité touristique, raison suffisante pour partir mais associée parfois à un autre motif. Le tourisme peut se pratiquer dans l’Hexagone : des provinciales curieuses de la capitale, toutes venues avant 1850, comme Élisabeth-Féneline de Sainte-Marie15 ou Émilie de Cerilley16 relatent leurs séjours parisiens ; d’autres demoiselles explorent des villes de province, comme Caroline Normand17 la Bretagne et l’Anjou entre 1857 et 1859 ou Marie Élisabeth Court18 descendant des Hautes-Alpes visiter Lyon dans les années 1870. Mais le plus souvent le tourisme conduit à l’étranger avec un fort tropisme italien19. Près du tiers des jeunes voyageuses passent les Alpes et parmi elles Geneviève Bréton20 en 1867, Marie Bashkirtseff à plusieurs reprises dans les années 1870 ou Catherine Pozzi en 1900. Autres destinations touristiques partagées, l’Angleterre, notamment par Marie Bashkirtseff, Vitalie Rimbaud21 visitant son frère Arthur en 1874, Angélique Bulteau22 en 1880, Madeleine Lobit23 et Catherine Pozzi, et l’Espagne par Geneviève Bréton, Marie Bashkirtseff, et Renée de Saint-Pern24, cette dernière  en 1904. Les routes de la Belgique et de la vallée du Rhin sillonnées en automobile par Lysie Lannes25 en 1910 et 1911 sont moins courues, mais Marie Bashkirtseff a exploré aussi Bruxelles, d’autres villes belges, les plages et ports de la mer du Nord et parcouru en outre la Suisse, l’Empire allemand, l’Autriche et la Russie.

6Tourisme et pédagogie font bon ménage ; les visites scrupuleuses des musées et monuments sur la route en font foi. Quand les séjours se prolongent, des leçons de dessin ou de chant peuvent être dispensées et Marie Bashkirtseff en fait l’expérience à Rome : ses apprentissages habituels se poursuivent auprès des maîtres les plus renommés. Le tourisme, spécifiquement en Italie, se veut aussi parfois consolateur après la perte d’un être cher : Caroline Brame26 tente, en 1864, d’y guérir le chagrin causé par la perte de sa mère et Geneviève Bréton fera de même après la mort d’un frère chéri ; partant seulement à Lyon où ses tante et oncle peuvent la recevoir et tenter de la distraire, c’est aussi un frère que pleure Marie Élisabeth Court. Moins tristes, mais ennuyeux pour les jeunes diaristes, sont les voyages de santé effectués vers des villes d’eaux où la demoiselle ou, plus souvent, sa mère sera curiste. Marie Bashkirtseff écume ainsi l’Europe thermale, de Baden Baden à Biarritz en passant par Schlangenbad, Soden ou Spa ; elle-même se soignant au Mont-Dore, en juillet 1880, quand le mal qui l’emportera trois ans plus tard est déclaré27. Catherine Pozzi, auprès de sa mère prenant les eaux à Biarritz, s’ennuie à mourir et la météo ne l’aide pas : « Il pleuvait hier, je ne suis pas sortie, et nous avons passé l’après-midi l’une près de l’autre, en parlant de Paris. Paris ! que nous voudrions y être ! » (11 novembre 1900).

7Des événements familiaux lancent les jeunes filles sur les routes, heureux quand Adèle Sarradet28 folle de joie rejoint son Béarn natal depuis l’Alsace pour le mariage de son frère en 1875, malheureux quand Marie-Edmée Pau29 cherche le sien, blessé à la guerre en 1870, d’hôpital militaire en hôpital militaire. Pour sa part, Marie Bashkirtseff, qui a quitté la Russie petite fille, y retourne en 1876 retrouver son père séparé de sa mère et englué dans un procès impliquant toute la famille. Certains des nombreux voyages de Marie sont « orientés » par sa mère en fonction des lieux de séjours de familles ayant un fils dont elle ferait bien son gendre : à l’été 1873, le voyage à Vienne permet de visiter l’Exposition universelle, certes, mais sa « principale raison c’est qu’à Vienne sont Mme Miloradovitch et son fils [...] (10 juillet 1873) « Maman ne pense qu’à Miloradovitch, elle veut que j’aille à Vienne mais c’est pour lui. Pas pour moi en tout cas » (15 juillet 1873). Touristique à leur pieuse façon, les pèlerinages ont leurs adeptes : Marie-Edmée Pau marche sur les pas de Jeanne d’Arc30 en 1861, Marie Élisabeth Court conforte sa vocation religieuse à Paray-le-Monial en 1873 et Thérèse Martin, future sainte Thérèse de l’Enfant Jésus31, 14 ans, trop jeune pour entrer au Carmel, part à Rome en 1887 solliciter du pape Léon XIII une dispense d’âge. Tonalité professionnelle enfin pour les voyages d’institutrices ou de gouvernantes rejoignant à l’étranger la famille qui les emploie. La Strasbourgeoise Amélie Weiler32 est embauchée en 1858 en Prusse puis à Varsovie, Adèle Nogaret33 à Londres en 1881 puis à Varsovie elle aussi ; Adeline Lombrail34 rejoint son père s’établissant en Algérie en 1870, elle y sera institutrice.

8La récurrence du nom de Marie Bashkirtseff dans cette esquisse de typologie/cartographie des voyages distingue nettement de ses congénères la jeune Russe gyrovague qui épuise les hauts lieux de l’élite cosmopolite européenne du dernier quart du XIXe siècle à partir d’un ancrage à Nice. Marie se présente comme une éternelle insatisfaite de la ville où elle se trouve sur la carte de la vie mondaine et ses projets de nouveaux départs, conçus à peine ses malles posées, émaillent les pages de son journal exceptionnel par la liberté, la qualité introspective et la lucidité qui s’y déploient, comme par son ampleur : 16 volumes.

9Les voyages évoqués dans les journaux du XIXe siècle s’effectuent, pour les deux-tiers d’entre eux, sur son second versant et, pour la moitié, après 1870. Les voyageuses – à l’exception de deux d’entre elles –, ont entre 14 et 26 ans au premier départ et tout près de 19 en moyenne. Ni le voyage d’Amélie Weiler allant prendre son poste en Prusse à 36 ans ni celui à Paris d’Eugénie de Guérin35 à 34 ans pour aller voir son frère ne sont intégrés au calcul, mais ce dernier s’ajoute à la longue liste des voyages causés par les déplacements des frères. Il est remarquable, sans généraliser à partir d’un si petit échantillon, qu’aucun voyage n’est justifié en revanche par une sœur à visiter : dans les fratries des diaristes, les garçons partent et les sœurs souffrent de leurs absences – le journal s’en fait le confident. Marie Élisabeth Court a pleinement conscience du clivage : « Il n’y a rien qui m’attriste comme de voir partir mes frères : Émile aime les voyages, Jules est à ses études, et mon petit Marius est toujours par monts et par vaux ». Paradoxalement, c’est parce que les garçons bougent beaucoup, que leurs soeurs qui bougent moins finissent par bouger…

II. Voyager avec qui ?

10Autant que faire se peut, l’on évite au XIXe siècle à une fille de 20 ans à peine de voyager seule, les jeunes diaristes sont donc entourées de compagnies à géométries très variables et le calendrier des départs peut se fixer sur celui des escortes possibles. Les jeunes filles voyagent souvent avec leur mère seule, comme Vitalie Rimbaud à Londres, Renée de Saint-Pern en Espagne ou Catherine Pozzi en Forêt-Noire – à qui il pèse de circuler « avec Maman-aux-lourdes-chaînes » (13 décembre 1905). Le duo père/fille, cas de Geneviève Bréton à Rome, ou sa variante père et deux filles, Thérèse et Céline Martin avec leur père à Rome également, est beaucoup plus rare et des projets de ce type se brisent contre des oppositions maternelles, quand les mères sont encore en vie. La présence des deux parents et d’une fratrie, rare également, peut signifier un départ dramatique contraint. Lucile le Verrier , fille du directeur de l’Observatoire de Paris, fuit en famille vers le Sud du pays lors du siège de la capitale en septembre 1870.

11Catherine Pozzi découvre l’Italie sans ses parents, mais en compagnie de sa grand-mère et de son frère. Marie Bashkirtseff est souvent escortée de sa mère et d’une tante, ainsi que de son frère Paul et de sa cousine Dina. Son voyage en Espagne de l’automne 1881, se fait avec mère et tante, elle doit se faire une raison : « Si vous croyez que le voyage avec mes mères est un plaisir, vous vous trompez joliment. Du reste c’est tout naturel, elles n’ont ni ma jeunesse, ni mes curiosités… » (28 septembre 1881). Ses plus longs voyages, vers la Russie, voient ses accompagnateurs se relayer selon les tronçons du parcours et pour finir un oncle vient à sa rencontre.

12Une bonne compagnie familiale élargie et amicale est composée pour certains voyages si attractifs qu’ils justifient aussi à eux seuls la tenue d’un journal : celui de Lysie Lannes, nièce de Raymond Poincaré, bien entourée (et avec chauffeur pour l’automobile qui ne passe pas inaperçue en 1910), et celui de Mlle Julien36 qui visite Londres avec treize de ses connaissances pendant dix jours en juillet 1850. Si les deux voyages d’Adèle Nogaret de son Béarn natal vers ses futures places d’institutrices, dès 20 ans, se font avec ses employeuses – vers Londres avec Mrs Harvey et ses quatre enfants, vers la Pologne avec Mme Hardliczka et deux de ses filles – c’est seule qu’Amélie Weiler rallie la Prusse puis la Pologne pour y prendre son service, mais elle a 36 ans.

13Voyager seule est une expérience riche d’enseignements. Marie-Edmée Pau, 21 ans en 1866, déjà recherchée comme artiste graveuse, de retour à Nancy après une semaine parisienne solitaire, en tire des conclusions : « Il est certain que ce dernier voyage, où j’ai été presque entièrement livrée à moi-même, m’a fait prendre pied dans la vie réelle d’une manière saisissante ». Enjeu décisif pour Catherine Pozzi, 23 ans en 1905, partir seule en Angleterre voir son frère : « On m’envoie à Brighton, probablement dans quelques jours, à la place de Maman à qui la traversée ferait mal, voir Jack. J’ai mis comme condition de mon départ que je voulais y aller seule. Si j’obtiens cela – ma vie, ma jeune, ma nerveuse, ma sage, ma belle, ma vivante vie : c’est la grande porte ouverte !  » (7 juillet 1905). Catherine, tenace, arrache sa victoire mais le retour à la vie contrainte à l’issue du voyage est douloureux, résumé en un mot : « le chloroforme. Chloroforme à petite dose, sous lequel on agit tout de même… » (13 décembre 1905).

III. Que faire de son journal pendant le voyage ?

14Les diaristes rompues à l’écriture quotidienne partant en voyage sont conscientes que leur pratique en souffrira faute de confort et/ou de temps à lui consacrer. Dans les affres des préparatifs elles ont donc à décider d’emporter ou non leur journal. Eugénie de Guérin renonce en 1835 « Adieu, mon confident, tu vas m'attendre dans mon bureau » (11 mars 1835) mais se ravise trois ans plus tard « Adieu mon cahier, quoique je le prenne avec moi, mais il voyagera dans ma malle » (29 septembre 1838). Pour Marie Bashkirtseff, pas question de s’en séparer, mais la dispersion de ses écrits complique les choses : « Que d’embarras avant de partir ! Emballer toutes mes affaires ! C’est facile à dire ! Tant de papiers, de journaux, j’ai la triste habitude d’écrire tout et partout. Aussi j’eus assez de peine à rassembler mes autographes. Dans une boîte à part j’ai enfermé mes journaux » (9 mai 1874). Se priver un temps de son journal promet des retrouvailles chaleureuses mais Catherine Pozzi qui n’avait pas le sien à la campagne en Dordogne l’emportera à la mer : « Ah ! Mon cher petit livre, je te revois enfin ! Depuis un mois je ne t’avais plus sous la main pour écrire les idées qui me passaient par la tête [...] Dans un mois nous partons pour Puys, aux bains de mer, et je te prendrai » (15 juin 1893). Avis contraire de Marie Élisabeth Court sortie du tourbillon de la vie Lyonnaise et revenue dans ses montagnes : « Ce n’est plus la peine de faire voyager mon journal, puisque je n’ai jamais un moment pour lui dire où je vais, d’où je viens, et ce que je fais » (2 octobre 1873).

15Celles qui l’emportent doivent s’organiser pour écrire quand les conditions ne s’y prêtent guère. Partie à la recherche de son frère blessé, mais restée scrupuleuse dans ses pratiques d’écriture, Marie-Edmée Pau prend soin d’ouvrir une parenthèse pour signaler qu’elle passe du journal au calepin : « (Ici j’ouvre mon carnet de voyage et je copie mes notes écrites au jour le jour. Je les commenterai, je les éclairerai suivant le besoin.) » (5 septembre 1870). Écritoire de fortune pour Marie Bashkirtseff le 30 juillet 1873 « une table du restaurant de la gare de Milan » ; à Florence deux ans plus tard, elle n’a pas trop la tête à écrire « Voyons que je rassemble un peu mes idées ! Plus j’ai à raconter moins j’écris » (13 septembre 1875) et parfois, envers et contre tout, « J’écris en wagon » (20 juin 1877). Adeline Lombrail, rejoignant son père en Algérie fait le point à l’étape de Marseille : « C’est dans une chambre d’hôtel que je rouvre mon cher petit cahier pour écrire une fois encore avant de quitter la France [...] seule au moins pour deux heures je désire les employer à conserver sinon mes impressions, au moins le récit de cette première partie de notre voyage » (12 juillet 1878). À Londres, Angélique Bulteau est un peu dépassée par l’ampleur de la tâche : « Je vais changer ma façon de prendre mes notes ou jecours grand risque de perdre beaucoup de mes impressions [...] Je vais donc écrire mes appréciations d’hier puis je reprendrai les autres plus anciennes » (4 juillet 1880). Très appliquée, Caroline Normand, 16 ans, découvrant Dinan écrit régulièrement à l’hôtel et essaie de ne rien oublier, car « Si, un jour à venir, la destinée me ramène dans les murs de cette ville, les notes que je prends aujourd’hui me serviront à comparer mes impressions du moment présent avec celles que j’éprouverai alors » (juillet 1857).

16Les jeunes diaristes qui ont « décroché » le temps du voyage rattrapent comme elles peuvent leur négligence. Adèle Sarradet, 15 ans, de retour en Alsace après le mariage béarnais de son frère Onésime résume : « je ne pourrai naturellement pas raconter tous les moindres détails de notre voyage comme je l’aurais fait si j’avais écrit régulièrement mon journal, mais je le tracerai à grands traits » (17 juin 1875). Les guides imprimés viennent parfois à la rescousse, dans des exercices anticipant l’art du « copier-coller ». Venue de Lyon visiter Paris, Émilie de Cerilley l’écrit tout net à sa soeur Clémence : « Comme j’ai un explicateur de Paris et des environs, je vais te communiquer ce qui est dit de Nanterre » (12 mars 1843). Et la lecture des descriptions minutieuses des monuments visités pendant le séjour plaide pour le fréquent recours au dit explicateur.

IV. L’aspiration au voyage

17La singulière Marie Bashkirtseff mise à part, les jeunes diaristes expriment des envies de voyages mesurées, parfois focalisées sur une destination « idée fixe » ; des réactions assez indifférentes à l’annulation de voyages projetés reflètent cette appétence relative. Pas de dépit pour Lucile Le Verrier dont la mère s’oppose à ce que son astronome de père l’emmène une semaine à Marseille « Ce voyage, du reste, m’est assez indifférent. Je verrais une belle ville et la magnifique Méditerranée, mais quand je quitte l’Observatoire sans tous les miens, mon cœur se serre » (2 mars 1867) ni, encore moins, pour Eugénie de Guérin :« C'était pour moi une véritable peine de m'en aller ; papa l'a su et m'a laissée [...] tout, jusqu'aux moindres choses, se présente quand on s'en va, et vous entoure si bien qu'on n'en peut sortir. [...] Comme la colombe, j'aime chaque soir de revenir à mon nid. Nul endroit ne me fait envie » (12 mars 1835). Frustration violemment exprimée en revanche par la jeune Catherine Pozzi, au caractère déjà bien trempé et nettement plus vindicative que ses jeunes contemporaines, dont les parents sont partis sans elle à Bayreuth en 1897 : « Et ils n’ont pas voulu me prendre ! J’ai quinze ans, je suis une jeune fille, et on me traite encore, on me traite toujours en enfant. J’ai supplié d’aller avec eux entendre cette musique adorable : jamais ils n’ont voulu » (août 1897) Promesse lui est faite d’être du voyage de Bayreuth dans deux ans mais, narquoise : « peut-être serait-ce plus raisonnable d’attendre que j’aie « coiffé la sainte Catherine » ? ».

18Marie-Edmée Pau rêve de voir Domrémy : « Quel bonheur j’en éprouverais !... Voir la patrie de Jeanne d’Arc a toujours été un de mes doux rêves » (6 juin 1861) « Le voyage de Suisse n’est rien auprès de celui-là… Domrémy est pour moi un idéal  » (21 août 1861). Un peu plus

19ambitieuses, Marie Élisabeth Court au sortir de la lecture de Corinne de Madame de Staël pense que « si jamais voyage m’était proposé, ce serait celui d’Italie qui aurait la préférence » (8 novembre 1868), et Renée de Saint-Pern, 18 ans, qui a toujours voulu franchir les Pyrénées de s’émouvoir grandement : « Demain pour la première fois de ma vie , je quitte la France… et pour l’Espagne, ma passion, mon rêve depuis que je suis capable d’aimer et de rêver… » (1904). Plus âgée et vivant à proximité de la garnison de Mont-Dauphin, à 28 ans Marie Élisabeth Court a des fourmis dans les jambes : « Mais pourquoi la vie errante et nomade d’une femme d’officier inspire-t-elle tant de répugnance à ma Mère, quand, ce serait précisément ce qui ferait un des charmes de la mienne. Avoir partout un chez-soi, n’être attaché nulle part, courir le monde en gens heureux, n’est-ce pas là un sort digne d’envie ? » (28 janvier 1873). Envie non satisfaite puisque Marie Élisabeth entre à la Visitation de Lyon trois ans plus tard.

20Marie Bashkirtseff ne tient pas en place, moins attirée par les villes en elles-mêmes où elle revendique véhémentement de se rendre, que par leurs sociétés. Son dévolu jeté sur Paris, Londres ou Rome selon la saison, Marie pratique un véritable harcèlement, ponctué de psychodrames, auprès de sa mère et de sa tante. Ainsi du printemps 1874 : alors que dès le 27 janvier Marie « brûle de quitter Nice pour Paris », elle y est toujours le 17 mars : « Je m’ennuie et Nice devient ennuyeux, ça sent l’été. Le soleil brûle. Mon plus cher désir est de m’en aller, m’en aller au plus vite ! » et pourtant « Je viens tous les matins chez maman et ma tante préparer notre départ de Nice » (23 mars). En avril, le harcèlement se poursuit, le 12 « Dès demain avec l’aide et sous le patronage de Dieu je commence à plaider pour notre départ avant le 18 courant » mais il n’aboutira qu’en mai, le 7 : « Aussitôt réveillée,  je me mis à demander le voyage et à pleurer ; ce n’est qu’ainsi malheureusement qu’on obtient ce qu’on veut dans cette maison », le 8 : « J’ai encore pleuré et grondé. [...] Voilà le commencement de tous nos voyages » et finalement Marie quitte Nice pour Paris le 11 mai, encore « après une scène terrible ».

V. Se préparer, partir

21Le départ c’est pour toutes, les jours qui précèdent, les tâches d’emballage, la confection de malles et les au revoir à distribuer à la compagnie que l’on quitte. S’y ajoute pour Marie Bashkirtseff, très attentive aux questions vestimentaires, le soin extrême de sa tenue de voyage car, comme elle le souligne achetant « l’étoffe grise pour la robe voyage », « c’est toujours un pas en avant la robe de voyage » (15 mai 1873). Une robe à laquelle il convient d’assortir un chapeau et un voile ; le tout choisi non salissant parce qu’on arrive « sales comme des machinistes » (1er août 1873), « J’ai mis une heure à me décrotter. Dieu qu’on est sale en voyage » (9 septembre 1875). Retour de Naples à Nice : « Pour voyager je suis en robe marron, serrée à la taille par un galon égyptien, des bottines et des gants noirs et un chapeau d’homme en feutre noir. Sur le côté une aumônière en cuir jaune » (28 avril 1877). Du gris, du marron, du noir sur lesquels les stigmates charbonneux du chemin de fer resteront plus discrets.

22Partir à l’étranger implique des formalités, comme l’obtention du passeport, qui peuvent retarder le départ. Amélie Weiler doit gagner la Prusse et s’impatiente : « Qu’il me tarde d’avoir l’autorisation de mon départ ! [...] Mes préparatifs sont à peu près tous terminés. Comme l’oiseau qui voudrait s’échapper de sa cage, je n’attends que le signal du départ » (23 mai 1858). En partance pour la Pologne, Adèle Nogaret passe à Paris trois jours à courir, toujours en manque d’un papier tamponné ou d’un témoin, entre ambassade russe, ministère des Affaires étrangères et préfecture de police (16-18 mars 1882).

23Le moment du départ et les tout premiers temps du voyage, même ardemment désiré, font parfois vaciller des déterminations qui semblaient pourtant solides. Caroline Normand confie son désappointement lors de son arrivée à Dinan, venant de Rennes : « Je ne sais pourquoi les premiers moments que l’on passe dans un lieu qui vous est inconnu sont pénibles [...] que dirait ma pauvre mère, en ne me voyant pas jouir d’un plaisir que j’ai souhaité ? (juillet 1857). Récidive à Nantes : « Me voici à Nantes !... Pour moi, le jour de l’arrivée dans une ville qui m’est étrangère est un jour perdu, où je ne récolte qu’ennui et tristesse » (9 février 1859). Même Marie Bashkirtseff, voyageuse aguerrie s’il en est, confie une « aversion pour les nouvelles villes » et son soulagement, quand elle voit Florence et Naples, à la pensée qu’y revenant elle n’éprouvera plus cette répulsion (19 avril 1876). Catherine Pozzi, attend depuis longtemps un départ pour l’Italie, avec frère et grand-mère, ajourné plusieurs fois et enfin confirmé – « Partir ! que c’est joli, amusant, séduisant, enivrant ! Je vais partir, partir, partir ! » – mais au dernier moment son enthousiasme retombe « Nous partons – croyez-vous ? [...] C’est drôle, je n’ai presque plus envie de partir. Je me croirais incompréhensible, si Jean ne sentait en lui se produire un phénomène pareil » (20 septembre 1900).

VI. Tuer le temps du voyage

24Les moyens de transports empruntés par les diaristes sont d’une grande variété : diligences de la poste aux chevaux, voitures de louage, bateaux, wagons de chemin de fer, et même automobile pour les plus tardifs. Ces modes de transports, souvent combinés pour un même voyage, engendrent des sociabilités contraintes – dont on peut aussi jouir – , génèrent des temps d’attentes dans des lieux non choisis et des heures de « mobilité immobile » que l’on s’efforce d’occuper au mieux. Pour évoquer quelques facettes de la matérialité du voyage, l’on se concentrera sur l’usage du chemin de fer, nouveauté pour les jeunes voyageuses, au moins sous le Second Empire, et pour elles source d’émotions jusqu’alors inconnues.

25Celle de la vitesse en premier lieu : Élisabeth-Féneline de Sainte-Marie, Berrichonne montée à Paris en 1842 par le train de Saint-Germain, voudrait regarder le paysage mais « la rapidité est extrême ; les objets qui sont sur la route font tourner la tête quand on les regarde [...] » et Marie Bashkirtseff filant vers Vienne « On va vite avec l’express, je ne voyais pas une minute la même chose. Tout tourne, tout passe, tout fuit et tout est si beau ! » (1er août 1873). Autre étonnement, plus craintif, partagé par toutes : les tunnels. Élisabeth-Féneline de Sainte-Marie toujours dans le train de Saint-Germain y est sensible : « On passe deux fois sous des voûtes sombres comme la nuit, silencieuses et craintives ; pour se rassurer, il faut penser que l’hiver ne dure pas toujours, et que la nuit est suivie du jour ». Vitalie Rimbaud et sa mère roulant vers Londres s’étonnent « en voyant tous les compartiments allumés ; bientôt nous sommes instruites : de Douvres à Londres nous avons à passer sous six tunnels » (5 juillet 1874).

26Outre le paysage entre les tunnels, ce que l’on regarde dès que l’on s’installe dans un wagon de chemin de fer ce sont les voisins avec lesquels l’on peut être amené à passer de nombreuses heures, du jour et de la nuit. Cohabitation forcée à la fois redoutée et source d’espoirs de rencontres intéressantes pour des jeunes filles par ailleurs peu brassées socialement. Suspense pour Marie Élisabeth Court qui voyage seule mais en « wagon pour dames » : « Je pars demain pour Lyon [...] Rencontrerai-je d’aussi aimables voyageuses qu’à mon dernier voyage ? Il me tarde de le savoir » (7 mars 1872) et déception : « J’ai pris en partant de Lyon le wagon des Dames. Je suis arrivée à Grenoble sans dire le moindre mot, quoique je fusse avec deux voyageuses qui ont fait tout le trajet » (8 octobre 1873).

27Innombrables silhouettes dans le journal de Marie Bashkirtseff, particulièrement sensible aux rencontres d’étrangers, comme entre Nice et Genève cesAméricains « charmants et aimables » (22 mai 1873), plus agréables que le « fabricant de velours qui a tant parlé à Maman qu’elle en était étourdie » lors du voyage retour quatre jours plus tard. De Nice à Paris « À ma gauche sommeille un grand être blond roux, barbu, au nez régulier. Il a l’air belge ou suisse. En face une espèce d’Italien, marchand d’huile, maigre et vulgaire » (20 juin 1877). De Biarritz à Burgos « Nous avons voyagé avec un gros monsieur qui ne parlait pas français, personne de nous ne parle espagnol, néanmoins il m’a expliqué un journal illustré et offert deux fleurs à une station.  Et un jeune homme qui allait à Lisbonne et qui ne demandait qu’à être utile, une sorte d’Anglais de Gibraltar » (28 septembre 1881).

28Amélie Weiler de Strasbourg à Francfort voyage « en compagnie de deux Anglais, mari et femme, qui se rendaient aux eaux de Hombourg », puis de Francfort à Halle, « en tête à tête avec un individu [...] dont les allures galantes et prévenantes m’alarmèrent fort au premier abord. Ce n’est pas qu’il fût irrespectueux : au contraire, il me titrait sans cesse de gnädige Frau [gracieuse dame], choisit le siège en face du mien quoi qu’il s’en trouva quatre autres de libre [...], m’offrit un verre de vin à la première station » (7 juin 1858). Poursuivant un an plus tard de Berlin à Varsovie, Amélie partage plus sereinement son compartiment avec « une vieille et craintive Allemande qui fit la juste observation que le chemin de fer, la nuit, faisait l’effet d’un pays de féérie » (21 avril 1859) Pour sa part, Adèle Nogaret dans le train de Paris à Berlin  observe « trois Japonais en costume national, et très amusants » (19 mars 1882).

29On peut aussi préférer l’entre soi et user de stratégies pour défendre son compartiment contre l’envahisseur. Il y a la méthode Bashkirtseff, entre Nice et Paris, ludique et fantasque « Smirnoff se mettait à la fenêtre et disait avec un sang-froid impayable qu’il y avait un fou furieux parmi nous. Ce qui nous faisait éclater et rire tellement qu’aux stations tout le monde regardait et écoutait avec étonnement » (1er août 1875). Et la méthode Hardliczka, sonnante et trébuchante, quand Adèle Nogaret voyage entre Bordeaux et Paris avec son employeuse : « il a fallu caresser la main du chef de train dans l’espoir qu’il empêcherait personne de monter dans notre compartiment. Vain espoir ! Nous avons dû nous contenter d’un à peu près de solitude, ayant toute la nuit un Espagnol avec nous » (15 mars 1882).

30L’entre soi préservé permet quelques excentricités comme dans ce train de Poltava à Kharkoff dans lequel Marie Bashkirtseff voyage très gaiement en famille, « Nous avons envahi un wagon, on a dressé les lits, Michel a fait de la gymnastique, mon père des sauts difficiles, Pacha a boudé, et Paul a ri comme moi » (11 septembre 1876), mais le calme d’un compartiment est aussi mis à profit pour s’appartenir, méditer, rêver. Marie la première le constate « il n’y a rien comme le roulement d’un wagon pour donner des idées » (16 novembre 1875), « Dois-je dire mes pensées de voyage ? Oui, elles sont touchantes » (7 juillet 1878) et Catherine Pozzi roulant vers Ostende : « En chemin de fer. – 2 heures après-midi. C’est seulement maintenant que je sens combien était grande la fatigue qui me remplissait, maintenant que je suis tranquille, maintenant que je puis pense » (6 juin 1897). Tranquillité propice également à la lecture, Marie en fait régulièrement mention – « Je n’ai pas levé les yeux de mon livre, tout le temps, sans dire un seul mot » de Genève à Lyon (26 mai 1873), lectures dépaysantes dans le « non lieu » du train, parfois anticipant ou prolongeant ses voyages, comme entre Paris et Nice les Impressions de voyage en Russie d’Alexandre Dumas (27 août 1873), quand elle rêve d’y aller, puis de retour vers son pays natal Tras los montes de Théophile Gautier, « de cette façon je revois l’Espagne » (11 octobre 1882) découverte récemment. Mais « Une heure avant d’arriver, je mis mon livre de côté pour bien voir Moscou » (11 août 1876) car c’est la première fois qu’elle y va.

31Si les repas dans le wagon avec provisions apportées ou achetées lors des arrêts distraient les longs trajets – Marie Bashkirtseff retour de Vienne le 17 août 1873 : « On trouva du jambon et du champagne [...] Nous avons fait la noce, j’ai ri tout le temps et la tante se fâchait. Puis pour couronner les bêtises j’ai fumé une cigarette [...] J’aime les folies, les ripailles. Et quand je m’y mets, je vais jusqu’au bout » –, la grande affaire reste de passer la nuit en train et de tenter d’y dormir dans des conditions de confort approximatives. Pas de sleeping pour Amélie Weiler qui doit partager sa nuit entre Francfort et Halle avec son voisin encombrant « Je vis avec effroi venir les ténèbres ; mon individu capuchonna la lampe, étendit d’un côté ses pieds chaussés de pantoufles vertes, moi les miens de l’autre, et chacun dormit paisible » (7 juin 1858). Couchage de fortune aussi pour Adèle Nogaret de Bordeaux à Paris partant vers l’Angleterre avec Mrs Harvey « Dormi les uns sur les banquettes, les autres par terre, moi sur un fauteuil » (été 1881), mais plus tard vers la Pologne en compagnie de Mme Hardliczka, elles dorment « comme des bienheureuses » entre Paris et Berlin, au point que « Nous avons traversé presque toute la Belgique inconsciemment » (19 mars 1882). Excellente nuit encore de Berlin à Varsovie : « Grâce à une petite étrenne, le chef de train nous a procuré un confortable compartiment, les sièges s’ouvraient et se transformaient en couchettes, et c’est là que nous avons passé la nuit ». (22 mars 1882).

32Marie Bashkirtseff préfère différer un départ de Paris à Nice plutôt que risquer l’insomnie : « il fallait retenir un sleeping mais on a laissé aller les choses tout en disant, oui il faut le retenir, puis au moment de partir c’est trop tard, me voyant furieuse de voyager dans un compartiment ordinaire, on propose de rester jusqu’à demain mid  » (13 avril 1882). Elle est alors malade mais s’est toujours montrée soucieuse du confort de ses voyages ; retour de Genève en 1873 déjà « J’ai prié Maman de prendre un coupé-lit. Nous le prîmes. Comme s’est agréable de pouvoir se déshabiller en voyage. Nous étions parfaitement à notre aise » même si le sommeil est mis à mal par un changement à Marseille à 5 heures du matin (26 mai 1873). Pour cette connaisseuse d’une grande partie du réseau des chemins de fer européens, rien n’est comparable au confort des trains russes et de leurs wagons de nuit ; rentrée sur Paris : « Physiquement parlant, mon voyage a été parfait, j’ai bien dormi, bien mangé et je suis propre. C’est le principal et possible en Russie seulement où l’on chauffe avec du bois, et où les wagons ont des cabinets de toilette » (12 novembre 1876).

VII. Passer la frontière 

33« Pays natal, je te salue de loin ! séparée des miens par une grande distance, je ne les ai pas encore regrettés » (7 juin 1858) : grand cri du cœur d’Amélie Weiler qui, se considérant bannie par sa famille, vient de passer en Prusse. Geneviève Bréton, partie visiter l’Espagne laisse aussi filer son enthousiasme sur la route de Gérone : « Salut terre promise, terre d’Espérance, salut soleil de liberté ! Je ne sens plus la lassitude ; perchée sur cette diligence, je suis gaie, descansada. Je roulerais vingt heures maintenant sans me plaindre car je respire la brise du Sud ! » (23 avril 1870). Mais quel que soit le degré d’enthousiasme avec lequel une frontière se franchit, une pointe d’inquiétude demeure quant au contact avec les douaniers et leurs excès de zèle éventuels ; Marie Bashkirtseff a d’ailleurs une pensée pour le sort de ses écrits face à cette épreuve lors de ses préparatifs pour la Russie : « Personne ne fera attention à un cahier à la douane » (19 juillet 1876).

34Quand Amélie Weiler se pose à Varsovie venant de Berlin, si elle se félicite d’être arrivée « sans avoir été ni volée ni trompée dans ce pays de trompeurs et de voleurs » c’est que son passage de la douane n’a pas été de tout repos : « nous eûmes à nous débattre avec les employés dont l’un, suffisant personnage, voulut obtenir trois livres et me les faire attendre à Varsovie. Je les lui pris sans façons des mains en disant qu’une institutrice n’était pas un personnage suspect. Ma robe de soie brune, cadeau de madame la ministresse, tomba aussi entre leurs mains sales : j’en fus quitte pour trois kopecks » (21 avril 1859). Franchissant la même frontière, Adèle Nogaret redoute la fouille mais «  ils ont été assez gentils grâce à un chef polonais que connaissait Mme Hardliczka, et nous avons pu repartir sans encombre » (23 mars 1882). Marie arrivée à Petersbourg, récupérant ses malles, prend les devants : « On a fouillé toutes les malles, je leur défaisais l’emballage en donnant des coups de poing aux robes et aux chapeaux, ce qui a modéré, je crois leur zèle en prouvant que je n’étais pas marchande de modes » (5 août 1876). Ce qui laisse à penser sur l’importance de la garde-robe transportée….

35Le passage par l’Empire allemand, après 1871, exacerbe le patriotisme des jeunes voyageuses. Ainsi Marie Bashkirtseff, retour des eaux de Schlangenbad, « À la frontière française j’ai respiré pour la première fois depuis que je suis sortie de France. C’est avec dépit et tristesse que j’ai regardé le territoire chipé aux Français par ces cochons maudits » (27 août 1875). Quant à l’automobile dans laquelle circule Lysie Lannes en 1910, elle est pavoisée de drapeaux français qui « se comportent bravement » mais « à la frontière nous avons peur qu’on nous les fasse enlever. Nous passons cependant sans encombre ». Les intempéries mettent à mal les drapeaux et arrivés à Cologne « Nous allons acheter de quoi refaire les drapeaux ». Retour par Strasbourg « sur les routes nous rencontrons des Alsaciens et des Alsaciennes en costume du pays, sur notre passage ils inclinent la tête et nous leur disons bonjour », enfin « nous repassons la frontière, nous sommes en France, l’air nous paraît plus léger, tout est plus frais, plus beau, plus gracieux » (5 septembre 1910).

VIII. Pour ne pas conclure : voyager, il en reste quoi ?

36Avoir apprécié leur voyage n’empêche pas certaines voyageuses d’exprimer au retour, dans un premier temps, un fort sentiment de soulagement. Caroline Brame commence à tenir son journal intime tout juste rentrée de son voyage consolateur en Italie et note le 24 novembre 1864, première entrée du journal : « pendant la messe j’ai remercié Dieu qui m’avait ramenée d’un si beau voyage et qui me faisait trouver dans mes chères habitudes un plaisir toujours nouveau dont je ne me lasserai jamais ! ». Rompue à l’introspection, les jeunes diaristes sont conscientes de l’ambivalence de leurs désirs entre envol et goût du nid, ainsi Élisabeth-Féneline de Sainte-Marie s’apprêtant à quitter la capitale pour rejoindre son Berry « Enfin j’entrevois le jour du départ, et je le salue avec des élans d’allégresse. Sois béni, mille fois béni, jour tant désiré ! mais sois béni, mille fois béni aussi, ô séjour si heureux de Paris » (8 juin 1842) ou Caroline Normand retrouvant sa bonne ville de Rennes : « Pour conclusion de mes réflexions, je sens que, pour moi, c’est un bonheur de voyager ; mais aussi, après quelque temps d’absence, j’éprouve un plaisir ineffable à regagner mon nid » (octobre 1859). Marie Bashkirtseff qui bouge tellement peut graduer ces sentiments de retrouvailles avec les terres connues, « Eh bien ce n’est pas comme après l’Espagne ; je ne suis pas ravie de revoir Paris, seulement contente… » (19 avril 1882), mais cette fois elle n’arrive que de Nice.

37Voir du pays permet de relativiser ceux que l’on connaissait déjà. Eugénie de Guérin, après avoir vu Paris, trouve Nevers ville morte : « De temps en temps, je vois le ciel et entends les cloches et quelques passants des rues de Nevers, la triste. Est-ce Paris qui me gâte, me rapetisse, m'assombrit tout ? Jamais ville plus déserte, plus noire, plus ennuyeuse » (10 avril 1839) et pourtant elle était prévenue du changement d’échelle imposé par la capitale : « On me l’avait dit, mais je n’aurais pas cru Paris ce qu’il est, car c’est à Paris seulement qu’on voit la société en grand, en corps. Nous n’en avons en province que des bouts de doigts, des fragments qui ne peuvent donner des idées complètes » (15 décembre 1839). Geneviève Bréton revient d’Italie grandie, mûrie : « Je ne veux pas quitter Rome sans dire ce que j’ai senti. J’ai appris ici beaucoup de choses qui ne sont ni à la maison ni dans les musées, ni dans les livres, et que je ne soupçonnais pas » (2 juillet 1867). Outre ces perspectives nouvelles, restent parfois pour acquis des changements d’habitude, alimentaires par exemple pour Marie Bashkirtseff : « Mon voyage en Espagne m’aura servi à m’ôter l’habitude de manger pour manger, ce qui prend du temps et alourdit l’intelligence ; je suis devenue d’une sobriété arabe et ne prends que le strict nécessaire, juste assez pour vivre » (31 octobre 1881).

38Et puis vient le temps des souvenirs que l’on prend plaisir à cultiver et partager. L’Italie semble la destination qui en laisse le plus, profanes ou pieux pour celles qui ont été reçues en audience par le Saint Père. Caroline Brame, dans les mois qui suivent son retour saisit avec plaisir les opportunités de discussions à propos de l’Italie autour des gravures rapportées et des photographies prises à Rome et à Florence ; et le 14 février 1865 elle trouve enfin le temps d’aller « un instant chez Mme Lépine, à qui je voulais remettre enfin son chapelet de Rome ! ». Ludovie37 cultive aussi ses souvenirs romains une fois revenue à Saint-Étienne : « Maintenant le nom de Rome nous fait tressaillir ; nous relisons tous les livres que nous trouvons sur ses monuments, ses fêtes, ses souvenirs ». Elle ne se lasse pas de raconter et son frère commente : « C’était dans ses récits une animation que nous ne lui connaissions pas ; elle éclatait sur son visage qui s’illuminait de joie et de piété au seul souvenir de Rome ».

39Rentrée de Rome, Marie Bashkirtseff, qui prolonge volontiers ses voyages par des lectures, lit Corinne, pour s’y transporter à nouveau – Corinne qui donnait envie à Marie Élisabeth Court d’y aller faire un tour – et ses nostalgies romaines prennent parfois des tours inquiétants. Le mal, récurrent, de Rome – « Le seul nom de Rome m’exalte et la moindre description, le moindre souvenir me font un effet tel que je ne puis supporter sa violence, je tombe pâmée » (9 octobre 1876) – la frappe notamment lors de son premier séjour en Russie, quand sa curiosité est épuisée : « Je pleure d’ennui, je veux partir… je suis malheureuse ici, je perds mon temps, ma vie, je suis misérable, je moisis, je souffre, je suis agacée, oh ! c’est bien le mot ! » (28 septembre 1876). Marie, lucide, livre une clé qui aide à comprendre ses perpétuelles envies d’être ailleurs à peine arrivée quelque part : « Je suis le contraire de ceux qui disent : loin des yeux, loin du cœur… A peine loin de mes yeux l’objet acquiert une valeur double, je l’admire, je l’aime » (22 septembre 1876) ; elle pourrait ajouter pour ce qui est des villes « et n’ai de cesse d’y retourner ».

40Rentrée d’Italie, pour elle aussi « pays des délices », « la messe est dite », Catherine Pozzi, toute « bonne plume d’écrivailleuse » qu’elle soit, n’écrira pas, finalement, ses impressions de voyage : « Non je n’en ai pas envie. Pourquoi irais-je emphraser le rêve ? Non, je ne vais pas écrire, pas maintenant. Si la fièvre me reprend, à Dieu Vat ! J’ouvre les écluses. Mais pas maintenant » (octobre 1900). Qu’elles ouvrent ou non les écluses au retour, le voyage constitue pour les jeunes filles diaristes du XIXe siècle une expérience sensible des plus fortes qu’il leur est donné de vivre. De quoi les rendre fébriles, comme Catherine Pozzi, insatiables, comme Marie Bashkirtseff, et provoquer chez toutes ces demoiselles bien des émois.

41Martine Sonnet (IHMC – CNRS/ENS)

Haut de page

Notes

1  Pour ne citer que trois références : Bénédicte Monicat, Itinéraires de l'écriture au féminin : voyageuses du 19e siècle, Amsterdam, Rodopi, 1996 ; Le voyage au féminin : perspectives historiques et littéraires, XVIIIe-XXe siècles, sous la dir. de Nicolas Bourguinat, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2008 ; ainsi que le mémoire inédit d’HDR de Nicolas Bourguinat : «  La bella libertà ? » Voyages et séjours de femmes dans
l’Italie préunitaire (1770-1861) : une comparaison franco-britannique, 2009.

2  Philippe Lejeune, Le moi des demoiselles : enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993. Lire aussi l’entretien de Philippe Lejeune avec Florence Rochefort et Gabrielle Houbre évoquant cette enquête dans le n°4 de Clio, Histoire, Femmes et Sociétés « Le temps des demoiselles » : Florence Rochefort et Gabrielle Houbre, « Témoignage : Philippe Lejeune », Clio, 4,1996, « Le temps des jeunes filles », mis en ligne le 01 janvier 2005. URL : http://clio.revues.org/index438.html . Consulté le 25 juillet 2011.

3  Philippe Lejeune, Le moi des demoiselles, op. cit., p. 26.

4  « Le journal intime au XIXe siècle est d'abord commandé par l'institution, par l'école, par la mère, par les institutrices, etc. Il se tient sur le même type de matériel scolaire, et ce sont les mêmes gestes, les mêmes mécanismes d'apprentissage, la même régularité. Le journal intime, avant d'être une pratique d'autocontrôle, d'autoguidage, d'autoéducation, est en fait l'intériorisation d'une technique d'éducation. » « Témoignage : Philippe Lejeune », Clio. HFS, art. cit.

5  Sur l’écriture des journaux, quelques travaux postérieurs à l’enquête de Philippe Lejeune : Verena von der Heyden Rynsch, Écrire la vie : trois siècles de journaux intimes féminins, Paris, Gallimard, 1998 ; Si jamais tu lis ce journal : diaristes russes francophones, 1780-1854, textes rassemblés, transcrits, présentés et annotés par Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, Paris, CNRS Éd., 2008 ; Françoise Simonet-Tenant, Journal personnel et correspondance, 1785-1939 ou Les affinités électives, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2009.

6  Le moi des demoiselles, op. cit., p. 295-340, répertoire auquel l’on renvoie pour la présentation générale des diaristes et de leurs journaux. Pour alléger les notes la référence bibliographique des journaux cités est fournie à la première apparition dans le texte du nom de la jeune fille, les extraits cités ensuite sont repérés seulement par leur date entre parenthèses à la suite de la citation.

7  Lucile Duplessis Desmoulins, Lucile Le Verrier, Catherine Pozzi, Amélie Weiler, Marie Élisabeth Court, Adèle Sarradet, Adèle Nogaret et Léontine Nogaret.

8  Marie Bashkirtseff, Vitalie Rimbaud, Marie Lenéru, Élisabeth de la Trinité, Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (Thérèse Martin).

9  Eugénie de Guérin, Valérie Boissier de Gasparin, Marie Bashkirtseff, Adeline Lombrail, Caroline Normand.

10  Prolongements possibles grâce, notamment, aux bibliographies présente sur le site de Philippe Lejeune, « autopacte » www.autopacte.org ; la « bibliographie d’histoire de l’éducation française », revue Histoire de l’éducation et site du Service d’histoire de l’éducation, rubrique autobiographies, journaux http://www.inrp.fr/she/bhef/ ; les Garde Mémoire de l’APA (Association pour l’autobiographie, dernier paru, n°9, présentant les écrits déposés à l’APA en 2008-2009) http://publications.sitapa.org/garde-memoire/index.php  ; le site du GDR « Les écrits du for privé en France de la fin du Moyen Age à 1914 » www.ecritsduforprive.fr avec base de données de manuscrits localisés et de publications ; et concernant la littérature de voyages au XIXe : le site du Centre de recherche sur la littérature des voyages http://www.crlv.org/swm/Page_accueil_swm1.php

11  Catherine Pozzi Journal de jeunesse, 1893-1906, éd. établie et annotée par Claire Paulhan avec la collab. d’Inès Lacroix-Pozzi, Lagrasse, Verdier, 1995.

12  Marie Bashkirtseff, Mon journal, texte intégral transcrit par Ginette Apostolescu, Montesson, Cercle des Amis de Marie Bashkirtseff, 1995-2005, 16 vol. et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1131377 pour l’édition de 1890. Les références dans le texte renvoient vers le journal en 16 volumes.

13  Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français, enquête 2008 : « un quart des jeunes filles en cours d’études tiennent un journal intime contre 9 % de leurs homologues garçons » cité par Philippe Lejeune sur son site : http://www.autopacte.org/Statistiques.html#2010

14  Thèse en cours de Marilyn Himmesoëte, Juvenilia : pratiques d’écriture adolescente au XIXe siècle, université Paris 7, sur un corpus mixte ; et ses articles « Diaristes en herbe du XIXe siècle », La licorne, n°72, 2005, p. 103-116 ; « Juvenilia : pratiques d’écriture adolescente au XIXe siècle » in Les écrits du for privé : objets matériels, objets édités, sous la dir. de Michel Cassan, Jean-Pierre Bardet et François-Josph Ruggiu, Limoges, PULIM, 2007, p. 297-315.

15  Un ange sur la terre : vie et écrits de Elisabeth-Fénéline de Sainte-Marie, publiés par M. l’abbé P.-A. J., 2e éd., Paris, C. Dillet, 1860.

16  Émilie, présenté par Bernard de Fréminville, Paris, Seuil, 1985.

17  Caroline Normand, Souvenirs et pensées d’une jeune fille, juillet 1857-avril 1861, Rennes, chez les principaux libraires, 1863 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5781102c

18  Journal de Marie Élisabeth Court de 1868 à 1876, Guillestre, Association les Descendants des Court, 2001.

19  Le voyage en Italie et ses récits font l’objet des travaux du CIRVI http://www.cirvi.it/index.php?option=com_content&view=frontpage&Itemid=1  qui a publié un bulletin de 1980 à 1992 (Bollettino del CIRVI) ainsi qu’un ouvrage collectif, actes d’un colloque de 1986, consacré aux écrits des voyageuses étrangères en Italie au XIXe siècle : Viaggio e scrittura : le straniere nell’Italia dell Ottocento, Genève, CIRVI, 1988.

20  Geneviève Bréton, Journal 1876-1871, Paris, Ramsay, 1985.

21  « Journal de Vitalie Rimbaud », in Arthur Rimbaud, Œuvres complètes, Paris, Gallimard-Pléiade, 1963, p. 571-583 etVitalie Rimbaud, Journal et autres écrits, texte établi par Gérard Martin, Charleville-Mézières, Musée-bibliothèque Arthur Rimbaud, 2006.

22  Angélique Bulteau, Impressions d’Angleterre 1880, manuscrit inédit, BnF ms nafr 17391 et microflim 23376.

23  Madeleine Lobit, Promenades et esquisses (impressions d’une jeune fille, 1900-1905), Biarritz, impr. Lamaignère, 1907.

24  Journal de Renée de Saint-Pern, Angers, J. Siraudeau, éd., 1906.

25  Carnets de voyage de Lysie Lannes, 1910-1911, manuscrits inédits, BnF ms nafr 16830 et 16831.

26  Le Journal intime de Caroline B., enquête de Michelle Perrot et Georges Ribeill, Paris, Arthaud Montalba, 1985.

27  Pour un aperçu de la vie de Marie Bashkirtseff à partir de ses journaux : Colette Cosnier, Marie Bashkirtseff : un portrait sans retouches, Paris, P. Horay, 1985.

28  Adèle, Adèle et Léontine : journaux de jeunes filles protestantes à la fin du XIXe siècle [Adèle Sarradet, Adèle Nogaret et Léontine Nogaret], textes établis, annotés et présentés par Michel Braud et Hélène Charpentier, Pau, Ed. Cairn, 2010, 158 p.

29  Le journal de Marie-Edmée [Pau], Introd. de M. Antoine de Latour, Paris, Plon, 1876.

30  Sur Marie-Edmée Pau et Jeanne d’Arc : Nicole Cadène, Karine Lambert et Pierre-François Astor, «La petite soeur de Jeanne d'Arc : Marie-Edmée Pau ou le féminin à l'épreuve de l'héroïsme», in G. Dermenjian, M. Lapied & J. Guilhaumou dir., Le Panthéon des femmes, figures et représentations des héroïnes, Marseille, Publisud, 2004, p. 91-109.

31  Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, Manuscrits autobiographiques, publiés par le Fr. François de Sainte-Marie, Lisieux, Carmel de Lisieux, 1957 et Claude Langlois, L'autobiographie de Thérèse de Lisieux : édition critique du manuscrit A, 1895, Paris, Éd. du Cerf, 2009.

32  Amélie Weiler, Journal d'une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859, texte établi par Nicolas Stoskopf, Strasbourg : la Nuée bleue, 1994.

33  Adèle, Adèle et Léontine, op. cit.

34  Une belle-âme : notice et souvenirs intimes de Mlle Adeline Lombrail, Lille, Desclée De Brouwer, 1913 ethttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5680238s

35  Eugénie de Guérin, Journal et lettres, publiés par Guillaume-Stanislas Trébutien, Paris, Didier, 1864 et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202673b

36  Mlle Julien, Excursion à Londres par un train de plaisir (juillet 1850), manuscrit inédit, ms Smith-Lesouëf ms 165.

37  Ludovie dans la famille et la religion,souvenirs recueillis par son frère, Lyon, Impr. catholique, 1878.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Sonnet, « L’émoi des demoiselles en voyage. Du voyage dans quelques journaux intimes de jeunes filles du XIXe siècle », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1382

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page