Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Adrien Dubois, La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge, Société parisienne d’histoire et d’archéologie normandes, coll. Cahiers Léopole Delisle, 2005-2006, Paris, 2010, 400 p.

Bernard Dauven

Texte intégral

1Le but premier de l’ouvrage d’Adrien Dubois, spécialiste de l’histoire de la justice, est de montrer la réalité de violences féminines au Moyen Âge. L’auteur y parvient sans difficulté, ce qui fait de son livre une réussite. Ces violences peuvent dans certains cas être perçues comme légitimes et ne sont pas nécessairement considérées comme « anormales » par les hommes qui rédigent les sources mobilisées par l’auteur. Des femmes, présentes dans l’espace public, frappent, insultent et menacent sans que ces violences soient l’objet d’un étonnement particulier et sans qu’elles soient systématiquement raillées ou minorées. Leurs violences sont réelles, craintes et efficaces.

2Pour sa démonstration, l’auteur s’appuie sur un corpus varié de sources des XIVet et XVe siècles qui a, entre autres, l’avantage de mettre en parallèle la justice royale — notamment au travers des lettres de rémission —, la justice seigneuriale — celle d’Elbeuf — et la justice ecclésiastique — à travers l’étude de l’officialité de Cerisy. La multiplication des points de vue, si nécessaire dans « l’accumulation primitive des données » encore à l’ordre du jour en ce qui concerne ce que l’on a l’habitude d’appeler l’histoire des femmes et plus particulièrement l’histoire des « femmes criminelles » ou des « femmes violentes », est l’un des aspects originaux de l’ouvrage.

3Après avoir posé avec succès les enjeux épistémologiques de sa recherche dans l’introduction, l’auteur divise son propos en trois parties : d’abord, il s’attache à la description des violences commises par des femmes ; ensuite, il examine les réactions — celles de la justice essentiellement — qu’elles suscitent. Enfin, il tente de rapprocher une « image des femmes » de la construction de leur criminalité et de leurs violences, ce qui lui permet de donner une interprétation globale des évolutions qu’il observe.

4Dans la première partie, l’auteur insiste, entre autres, sur la crédibilité accordée par les contemporains aux différents récits qui mettent en scène des femmes violentes, à l’inverse du topos d’une femme faible ou non violente. Dans le même ordre d’idée, l’auteur note que les menaces proférées par des femmes sont prises au sérieux par les impétrants des rémissions : si l’aspect stratégique du récit rémissionnaire doit être souligné, il n’en constitue pas moins un discours accepté par l’ensemble des parties et cautionné par la chancellerie royale. On constate le caractère admis, voire normal, des violences au féminin.

5Les violences des femmes ne subissent pas, dans la Normandie du XVe siècle, le dimorphisme qu’Arlette Farge a mis en évidence pour le Paris du XVIIIe siècle et que nous avons également remarqué pour le Brabant du XVIe siècle : la limitation des violences des femmes à des victimes exclusivement féminines serait-elle un phénomène spécifiquement moderne ? Dans la Normandie de la fin du Moyen Âge, les victimes des violences féminines sont principalement des hommes. L’auteur pointe aussi la différence entre la violence « ordinaire » et la violence politique, particulièrement importante dans le contexte normand de la fin de la guerre de Cent Ans, en mettant en avant la nécessaire dépolitisation des violences féminines.

6L’auteur approche les violences des femmes selon une typologie assez précise qui trouve rapidement ses limites en raison de l’étroitesse de l’échantillon sur lequel il se fonde (et qui lui est imposé par les sources de la justice du XVe siècle). Bien que l’auteur souligne la difficulté de sa réalisation, la micro-histoire prônée par Martine Charageat pour l’étude des femmes dans les sources judiciaires permettrait peut-être d’aller plus loin.

7Dans l’ensemble de cette approche typologique, on regrette que les comparaisons entre hommes et femmes ne soient pas menées assez systématiquement. Par exemple quand l’auteur constate que les femmes apparaissent et disparaissent sans crier gare des récits des rémissions : le même phénomène s’observe pour un certain nombre d’hommes, la caractéristique de genre n’explique pas ces silences.On peut aussi regretter que les mêmes comparaisons entre femmes violentes et non violentes ne soient pas toujours réalisées… bien qu’on le comprenne au vu de l’ampleur de la tâche.

8L’auteur nous montre que les femmes sont présentes dans l’espace public, qu’elles n’ont pas peur de frapper ou d’insulter des hommes, que leurs violences et leurs menaces sont prises au sérieux et qu’elles sont tout aussi sensibles à la défense de leur honneur que ne le sont leurs homologues masculins : de manière détournée, on en revient toujours à la même question, celle de la rareté de la violence féminine face à l’absence de spécificité de cette violence.

9L’absence de spécificité des violences commises par des femmes par rapport à celles perpétrées par des hommes tout comme l’absence d’une violence spécialement liée aux femmes — l’infanticide n’est pas LE crime féminin — implique que le singulier du titre de l’ouvrage serait à revoir : on aurait préféré l’usage d’un pluriel… comme l’auteur le note d’ailleurs lui-même dans sa conclusion.

10Dans la deuxième partie de son étude, Adrien Dubois envisage les éventuelles réactions particulières des différentes composantes de la société face aux violences des femmes, en commençant par celle des victimes, puis des proches et de la famille pour en arriver aux réactions de la justice. Bien que l’auteur affirme que ces réactions sont régies par des codes qui distinguent les protagonistes selon le genre et pose l’hypothèse d’une intervention différenciée selon ce critère, on peine à voir une attitude réellement différente des observateurs des violences féminines ou masculines. Tout au plus peut-on admettre un agacement de la part de certains hommes face à l’intervention de femmes dans des querelles : malgré la « normalité » de leurs violences, les femmes seraient en partie exclues des querelles et des rixes. Le mépris des hommes pour les violences féminines semble en contradiction avec le caractère admis de ces violences. Cette contradiction ressort des sources elles-mêmes et de l’attitude masculine qui reste ambivalente face aux violences des femmes. Peut-être les réactions des hommes face aux agressions féminines sont-elles davantage disproportionnées en raison de la honte éprouvée par les agressés ? Sans doute ce sentiment de honte joue-t-il aussi dans le peu de plaintes déposées par des hommes contre des agresseurs féminins.

11Lorsque l’auteur envisage la réaction de la justice face aux violences des femmes, il note que, si un traitement différencié est admis dans les textes théoriques, c’est peu le cas dans la pratique. On retrouve ici une situation observée ailleurs : la mansuétude théorique des juges envers un sexe « faible », et dès lors considéré comme moins responsable, ne s’observe pas dans la pratique. La différence majeure de la réaction de la justice face aux femmes criminelles tient dans la forme que revêt la peine de mort : on préfère brûler ou enfouir les femmes que les pendre (le constat est analogue dans les Pays-Bas bourguignons). Les enjeux de ces différences restent très largement à expliquer. L’auteur note encore quelques différences au niveau de la procédure suivie mais elles restent minimes.

12Dans la troisième partie de sa recherche, l’auteur tente de rapprocher certaines « représentations sociales » des femmes de la construction des sources judiciaires. Conscient de la difficulté de lier « réalité sociale » et « représentations culturelles », il prend soin de circonscrire le corpus des sources sur lequel il s’appuie : il prend en compte des exempla extraits d’un Manuel des péchés normand du XIIIe siècle auquel il adjoint un certain nombre de représentations figurées extraites par sondage de banques de données d’images médiévales.

13Le pari est d’autant plus osé que la lecture des sources littéraires et figurées peut se réaliser à différents degrés et qu’elles regorgent d’un symbolisme parfois difficile à manipuler. Malheureusement, on ne retrouve jamais le lien, direct ou non, entre une conception des femmes présente dans la littérature et la rédaction d’un jugement ou d’une lettre de rémission. Par exemple, le lien entre les violences des femmes et leur sexualité nous semble davantage affirmé que démontré par l’auteur. Ce dernier prend d’ailleurs toute une série de précautions dans cette partie de son travail, attendu qu’il réfléchit essentiellement sur des bases hypothétiques, des lectures « entre les lignes » et des faits qui apparaissent « en pointillés »… Cette troisième partie est assez hardie dans les pistes de travail proposées et fortement stimulante. Elle débouche, entre autres, sur un tableau synthétique (dont l’auteur souligne lui-même le caractère partiel et à dépasser) de l’ensemble des crimes associés aux femmes combiné à certains lieux communs qu’ils véhiculent et aux figures emblématiques qui les illustrent. Elle aboutit aussi sur une vision diachronique, rendue difficile par l’état de l’historiographie, mais indispensable dans une « histoire des femmes » dans laquelle les permanences sont lourdes et prêtent toujours le flanc à la naturalisation de constructions culturelles et à la réification d’un objet « femme ». L’auteur suggère ainsi que l’affirmation de la nature non violente des femmes permettrait un renforcement de la domination dont elles sont l’objet, contribuerait à leur cloisonnement dans la sphère domestique et permettrait de faire intégrer aux femmes elles-mêmes leur soi-disant incapacité à la violence.

14Au final l’hypothèse de départ de l’auteur est bien démontrée. Par la description des violences des femmes, il met en avant les réactions contrastées de la société normande de la fin du Moyen Âge : les hommes peuvent bien tenter de dénier l’importance ou la réalité de ces violences au niveau du discours qu’ils émettent à leur propos, ils n’en sont pas moins obligés d’en admettre l’existence dès lors qu’il s’agit de les contrôler, de les punir ou de s’appuyer sur elles afin d’obtenir un pardon royal. L’auteur parvient in fine à historiciser les violences des femmes et à montrer comment leur exclusion de la violence en général, loin de répondre à une quelconque « nature féminine », était un construit culturel qui, dans ce cas-ci, avait pu jouer dans le renforcement de la domination masculine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Dauven, « Adrien Dubois, La violence des femmes en Normandie à la fin du Moyen Âge, Société parisienne d’histoire et d’archéologie normandes, coll. Cahiers Léopole Delisle, 2005-2006, Paris, 2010, 400 p. », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1380

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page