Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Raffaella Sarti, dir., Lavoro domestico e di cura : quali diritti ?, Rome, Ediesse, 2010, 372 p.

Beatrice Zucca Micheletto

Texte intégral

1L’ouvrage collectif, dirigé par l’historienne italienne Raffaella Sarti spécialiste de l’histoire des relations de travail et de la culture matérielle en Europe à l’époque moderne et contemporaine, aborde la question des droits des travailleurs des services domestiques et de soins auprès des particuliers dans l’Italie contemporaine. Il s’agit d’un recueil de textes issus d’une journée d’étude qui a eu lieu en septembre 2008 à l’Université “Carlo Bo” d’Urbino, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la première loi italienne destinée à réglementer les conditions de travail de ces salarié-e-s domestiques (loi n° 339 du 2 avril 1958). La première partie du livre s’ouvre par un long chapitre signé par R. Sarti. L’autrice y retrace les transformations du droit en matière du travail sur une longue période depuis l’Unification italienne (1861) jusqu’à aujourd’hui. En même temps, elle montre que la composition sociale des travailleurs du secteur a largement évolué à partir des années 1950. Trois phénomènes sont cruciaux pour le comprendre : la forte féminisation du secteur, le développement d’un système de travail dans lequel le travailleur/la travailleuse ne cohabite plus avec la personne qui l’emploie, mais se rend chez elle quelques heures par jour ou par semaine seulement, et, enfin, le fait que de plus en plus, certaines activités domestiques (et notamment celles qui concernent le soin des personnes âgées non autonomes) comptent sur une présence majoritaire d’étranger-e-s ; de ce fait la question de la réglementation de leur travail s’entrecroise avec les problématiques soulevées par les droits des immigré(e)s et la régularisation de leur séjour dans le pays. Dans l’ensemble, grâce à cette analyse, qui, tout en réfléchissant sur la situation contemporaine, n’oublie jamais de placer ces phénomènes dans une perspective historique, R. Sarti montre qu’aux yeux des administrateurs et du législateur, autant que pour une bonne partie de la société italienne, les travailleurs domestiques ne sont pas assimilables aux autres travailleurs, à cause de leur proximité avec la vie privée des particuliers. En effet, selon une perception commune, les métiers de service sont l’expression d’une condition, d’un état ; en conséquence, les rapports qui se créent entre employeur et salarié-e sont spécifiques à ce genre de travail et orientées par des relations inter-personnelles. Il s’agit d’une idée qui, comme le montrent les nombreuses études historiques dont R. Sarti est l’autrice, a son origine dans la société de l’Ancien Régime. Ici, le lien entre le maître et ses domestiques était personnalisé et paternaliste, et le destin du maître, son prestige autant que sa chute sociale, étaient aussi le destin de ses serviteurs. Ces valeurs semblent donc résister au fil des siècles, et de fait, sont encore présentes, quoique avec certaines différences, dans la société italienne contemporaine : il est ainsi inévitable de souligner la difficulté avec laquelle s’impose dans la législation – et non pas encore d'une façon complète – l’idée que les relations qui règlent le rapport entre employeur et salarié-es domestiques sont des relations de travail fondées sur la signature d’un contrat de travail et régies par un droit du travail, comme c’est le cas pour les autres métiers.

2 La deuxième partie du recueil est constituée par un ensemble d’articles qui abordent dans le détail certaines des problématiques synthétisées dans l’essai de R. Sarti. Les études sont organisées en quatre groupes. Dans le premier, le texte de Claudia Alemani retrace l’évolution de la notion de colf (abréviation de « collaboratrice familiare », la femme de ménage) à travers des enquêtes menées dans l’Italie des années 1970-1990. Le deuxième groupe d’articles analyse deux moments cruciaux dans l’histoire des droits des salarié-e-s domestiques : le texte de Clorinda Turri retrace la naissance de l’Acli-Colf, la première association qui y est spécifiquement consacrée, tandis que, de son coté, celui de Artemigia Ioli évoque l’histoire tourmentée des conventions collectives nationales dans le secteur. Un troisième groupe d’études aborde deux nœuds législatifs : Francesco Basenghi analyse dans le détail ombres et lumières de la loi n° 339 du 2 avril 1958, tandis que Luciano Angelino et Paolo Pascucci abordent la question des normes qui concernent spécifiquement la protection de la santé du travailleur et son indemnité sur le lieu de travail. Surtout, les auteurs dénoncent la discrimination en termes de droit du travail dont, à l’heure actuelle encore, souffrent les employé-e-s du secteur. Ces études, de fait, démontrent chacune avec sa richesse de détails techniques, la thèse que R. Sarti développe dans son essai introductif : les travailleurs des métiers domestiques et de soin, qui exercent auprès des particuliers, ne sont pas pleinement considérés par la législation comme des travailleurs en termes de droit de prévoyance, de maternité ou de protection de santé et d’indemnité, justement à cause de la persistance d’un facteur d’ordre culturel qui pousse à considérer ces métiers comme des activités à part, fondées sur un rapport personnel plus que sur le droit du travail.

3La troisième partie du recueil s’interroge sur le rôle des badanti, des femmes chargées de suivre et d’apporter les soins nécessaires aux personnes âgées qui ne sont plus autonomes dans leur vie quotidienne. Ces femmes sont employées par des particuliers (normalement un membre de la famille de la personne âgée) et représentent la forme d’assistance privée la plus répandue à l’heure actuelle en Italie. La présence et le rôle des badanti constitue une problématique complexe pour plusieurs raisons. Fréquemment, les badanti sont employées par les particuliers sans contrat de travail régulier, un problème auquel s’ajoute le fait qu’elles sont dans la majorité des cas des immigrées qui restent ainsi dépourvues d’un permis de séjour. Ainsi, la législation du travail et celle de l’immigration se croisent. En outre, les rythmes de travail sont souvent lourds : on demande aux soignantes une présence constante et quotidienne auprès de la personne non autonome (ce qui implique la cohabitation avec celle-ci et l’absence d’une vie privée) et parfois l’administration de soins médicaux importants pour lesquels elles ne sont pas forcément formées. Toutes ces questions sont traitées dans les deux contributions qui concluent le livre. Le texte de Elena De Marchi et de R. Sarti s’interroge sur le rôle des organismes publics locaux dans le financement et la réalisation des projets consacrés à l’aide des personnes âgées non autonomes et destinés aussi à mieux gérer et régulariser la présence des badanti sur le marché du travail italien. De son coté, le texte de Flavia Piperno s’interroge sur la durabilité de ce modèle d’assistance presque exclusivement fondé sur le recours aux badanti. En effet, celles-ci représentent pour des milliers de familles italiennes une solution flexible et économique pour assurer un soin continu et à domicile des personnes âgées semi-autonomes ou non autonomes et une réponse aux carences de l’offre de ce genre d’assistance spécialisée par le secteur publique. Mais, ce système comporte aussi des coûts sociaux non négligeables, tels que des temps de travail très longs et la cohabitation auxquels font face les badanti, leurs salaires souvent réduits, leur situation d’immigrées en situation irrégulière. Selon l’analyse de F. Piperno, ceux-ci ne sont pas supportables ni par la société italienne ni par les badanti elles-mêmes, qui en effet cherchent à sortir de cette condition le plus rapidement possible.

4 Le livre a le grand mérite d’aborder un sujet délicat et actuel, de le replacer dans son contexte social, juridique et historique, et finalement de créer et de montrer des interconnexions significatives entre des phénomènes sociaux apparemment éloignés les uns des autres (la notion de serviteur des sociétés d’Ancien Régime, le droit du travail des salariées domestiques contemporaines, l’immigration). Cela permet aux chercheurs autant qu’aux lecteurs non spécialistes d’apprécier la complexité de la problématique. Par ailleurs, il rappelle clairement que l’encadrement contractuel des salarié-e-s domestiques et de leur tutelle par la loi constitue des enjeux fondamentaux de la société italienne contemporaine autant que les questions soulevées par la régularisation des rapports de travail des immigré-e-s, si nombreux dans le secteur. Le livre est complété par un Cd-rom (édite par E. De Marchi) qui rassemble la version intégrale de plusieurs documents évoqués par les auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Beatrice Zucca Micheletto, « Raffaella Sarti, dir., Lavoro domestico e di cura : quali diritti ?, Rome, Ediesse, 2010, 372 p. », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 28 août 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1376

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page