Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jacqueline Fontaine, La Scolarisation et la Formation professionnelle des filles au pays de Schneider, (1844-1942), Paris, L’Harmattan, 2010, 291 p.

Sandrine Roll

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Jacqueline Fontaine retrace l’histoire des enseignements professionnel et ménager proposés par la famille Schneider dans l'espace creusotin. L’auteur s’intéresse ici à un sujet qui est encore, en France, un parent pauvre de l'histoire de l'éducation. En effet, mises à part quelques analyses intéressantes dans des ouvrages traitant de sujets plus larges, on dispose de peu d’informations précises sur ces enseignements. Aussi Jacqueline Fontaine se propose-t-elle de combler cette lacune qui résulte selon elle de la rareté des réalisations concrètes en faveur de la scolarisation professionnelle et ménagère des filles et dès lors, du peu d’intérêt de la part des chercheurs pour « cet objet qui apparaît [...] comme mineur » (p. 133). Le manque d’informations sur cet enseignement n’est pas la seule raison qui a poussé l’auteure à se lancer dans cette histoire encore largement en friche en France. Outre les raisons personnelles (ses origines creusotines) qu’elle évoque et sur lesquelles elle réfléchie en introduction, Jaqueline Fontaine insiste aussi sur la faisabilité de sa recherche qui repose sur la consultation des archives municipales, de celles de l’Académie Bourdon et de la famille Schneider. L’auteure a également eu recours à des témoignages : elle a mené deux enquêtes biographiques auprès d’une soixantaine d'anciennes élèves, de deux générations, pour réussir à évaluer leur perception de la formation ménagère ou professionnelle reçue. Les premiers entretiens menés en 1984 et 1985 ont concerné des femmes nées entre 1898 et 1915 ; les seconds conduits il y a une dizaine d’années ont été réalisés auprès d'anciennes élèves nées entre 1915 et 1925.

2 L’intérêt de l’ouvrage se trouve également dans sa double approche : outre l’importance accordée à la formation féminine, ce livre présente une étude détaillée du paternalisme schneidérien et interroge les raisons qui ont poussé les patrons à offrir une formation technique aux filles ; question d’autant plus intéressante que cet enseignement, comme l’explique l’auteure dès son introduction, n’a pas pour objectif de faciliter une insertion durable dans le monde du travail. Pourquoi alors les Schneider ont-ils consacré du temps et de l’argent à la scolarisation des filles ? La réponse est simple : « le but de toute formation/scolarisation est la pérennité de la famille, clé de voûte de la société stable » (p. 12). Dans le Creusot comme ailleurs, dans la France du XIXe siècle, les femmes sont les garantes de l’ordre social. Aussi la famille Schneider attend-elle que ces dernières soient de bonnes ménagères attachées aux valeurs patronales. Là se trouve donc le but principal des établissements schneidériens. Pour le patronat, il s’agit de créer un instrument de domestication de la population.

3Dans les trois premiers chapitres, Jacqueline Fontaine replace l’histoire de l’éducation des filles creusotines dans le cadre du paternalisme schneidérien. Le premier chapitre, s’appuyant sur la consultation des archives et une bibliographie riche, retrace rapidement l’histoire de la famille, le deuxième apporte des éléments d’informations sur l’industrialisation du Creusot et sa réussite technologique. Le troisième chapitre insiste sur les œuvres sociales mises en place par la famille Schneider pour fixer la population et garantir la paix sociale. L’étude ne se limite pas a une simple analyse de la révolution industrielle dans le Creusot, mais jette la lumière sur les rapports de classes et de sexes. L’auteure montre le rôle que les femmes jouent dans le succès de l’implantation industrielle. Comme le note justement Michelle Perrot dans la préface « l’ordre de l’usine repose sur l’ordre familial ». C’est parce que les Schneider doivent affronter une grève en 1899-1900 qu’ils attribuent en partie aux femmes, qu’ils décident d'instruire les filles et de créer des écoles privées adaptées à leurs besoins industriels.

4Les quatre chapitres suivants s’intéressent davantage à la scolarisation des filles. C’est dans cette partie surtout que Jacqueline Fontaine nous livre un éclairage novateur sur le but et le fonctionnement des formations ménagères et professionnelles féminines et nous donne à entendre des « paroles de femmes ». Le chapitre 4 consacré à la « scolarisation des filles », débute par une brève synthèse du contexte scolaire national avant d’expliquer le micro-contexte local – l’origine du projet schneidérien, les liens de la famille avec le clergé et le rôle des sœurs de l’ordre de Saint Joseph de Cluny dans la formation des filles, les programmes et règlements stricts,  les réactions du patronat face à la fermeture des écoles congréganistes et à l’ouverture d’une école primaire supérieure (EPS) en 1927, école publique qui représente en quelque sorte une école concurrente à celles patronales . La formation post-scolaire des filles est ensuite exposée. Jacqueline Fontaine rappelle alors les efforts de Mme Schneider pour mettre en place une école de dentelle à la main (1844-1866) qui fournissait des compétences pour exercer un métier à domicile et offrait un enseignement religieux et moral garant de la stabilité sociale. L’école professionnelle qui ouvre en 1916 et fonctionne jusqu’en 1936 s’inscrit dans un cadre d’économie sociale paternaliste. Son objectif est clairement de répondre aux besoins du patronat, c’est à dire former des salariées capables d’accomplir les tâches répétitives des emplois de bureau ; employées qui doivent toutefois impérativement quitter leur emploi six mois après leur mariage pour se consacrer à la tenue de leur foyer. Malgré l’ouverture de l’EPS qui offre de plus grande possibilité professionnelle, la norme schneidérienne n’est pas remise en cause. Les jeunes filles qui ont de l’ambition sont mal vues.

5Le chapitre 6 présente rapidement les idées de certains économistes sociaux sur la place de « la » ménagère dans la société et la pensée et les réalisations d’un certain nombre de promoteurs de l’enseignement ménager, notamment les œuvres d’Augusta Moll-Weiss et de la comtesse de Diesbach, qui ont pu inspirer la famille Schneider. Le dernier chapitre et non le moins intéressant, expose le fonctionnement de l’école ménagère et laisse entendre un point de vue positif et peu critique des anciennes élèves sur les enseignements reçus.

6La conclusion met en avant ce manque de discernement. Que ce soit vis-à-vis du cours professionnel ou ménager, c’est un sentiment de reconnaissance qui domine dans les discours entendus par Jacqueline Fontaine. Aussi l’auteure conclut-elle sur le conditionnement de la population et évoque « la métaphore du ‘syndrome schneidérien’ » pour présenter la relation qui unit « un patronat autoritaire et une classe ouvrière soumise, qui revendique son appartenance à l’entreprise’ (p. 274)

7Toutefois des questions restent en suspens. Si, comme l’écrit Jacqueline Fontaine, les enseignements féminins dispensés par les Schneider avaient uniquement pour but d’asservir le population, pourquoi certaines femmes engagées dans les luttes féministes en ont-elles fait la propagande ? Cet enseignement n’a-t-il pas aussi pu servir les femmes ? Il est vrai que dans le Creusot, celles qui avaient suivi les formations professionnelles ou ménagères devaient quitter leur emploi six mois après leur mariage pour les unes et devenir des fées du logis pour les autres ; mais ce n’est pas le cas partout. Il ne faut donc pas oublier que ces enseignements ont aussi pu être une possibilité stratégique dans un contexte bien particulier.

8Le livre de Jacqueline Fontaine ouvre la voie à la réflexion. Espérons que cet ouvrage novateur et très instructif sur la scolarisation des filles réussira à revaloriser les enseignements ménagers et professionnels aux yeux des chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Roll, « Jacqueline Fontaine, La Scolarisation et la Formation professionnelle des filles au pays de Schneider, (1844-1942), Paris, L’Harmattan, 2010, 291 p. », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 21 août 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1373

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page