Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

À l’ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, master 1 d’histoire contemporaine, ENS de Lyon (dir. Sylvie Schweitzer)

Coline Zellal

Texte intégral

1La construction sociale des notions de féminin et de masculin, les modalités de la répartition des rôles, le (non-)respect des codifications, l’impact du genre sur la définition des statuts au travail : les grandes questions que l’histoire du genre pose à l’histoire du travail viennent ici guider la recherche autour d’une industrie locale atypique : celle de la parfumerie grassoise.

2La première moitié du XXe siècle, période que les historiens appellent unanimement « l’âge d’or » de l’industrie olfactive à Grasse1, est aussi le moment où se construisent les topoï de cette industrie : la cueilleuse en robe dans les champs, l’ouvrier chargeant son alambic, les femmes à l’enfleurage et le « nez » devant leur orgue à parfum. Mais à l’heure où se construisent les images de la parfumerie, la filière de production évolue et la définition des métiers change. Les décennies qui s’étendent entre 1900 et 1950 sont le temps de toutes les superpositions : entre agriculture et industrie d’abord, car malgré les premières délocalisations, la production de fleurs occupe encore un grand nombre d’exploitants dans la région de Grasse ; entre la fabrique traditionnelle et la grande usine rationalisée ensuite2, car la transition d’un modèle à l’autre est ici particulièrement fine et sinueuse. Les techniques de production les plus traditionnelles coexistent avec les nouvelles machines : la parfumerie grassoise juxtapose des espaces de travail divers, où les rapports de genre sont plus ou moins cristallisés.

3 Au centre de l’étude : la recontextualisation des notions de féminin et de masculin, pensées à rebours des déterminismes biologiques3. Les assignations sociales qui prétendent dicter aux femmes leurs droits et leurs devoirs, la façon dont elles modèlent les espaces de travail – depuis les politiques des entreprises jusqu’à l’organisation des ateliers – permettent de définir une ligne de genre plus ou moins ferme, à l’échelle des ateliers, des usines, ou du secteur industriel dans son ensemble.

4À partir d’images photographiques4, de films d’entreprise et d’entretiens, il a été possible de recomposer à grands traits une mémoire collective, nourrie par la rencontre des représentations sociales et de la réalité du travail en parfumerie. La pensée, plus ou moins consciente, du masculin et du féminin, est donc un facteur explicatif central dans l’étude des parcours, des hiérarchies et des statuts au travail. Ces derniers ont été étudiés à partir des fonds des Archives Départementales des Alpes-Maritimes et des Archives Municipales de Grasse qui, couplées à des registres d’entreprises privés, ont permis la constitution d’une base de données fondée sur un ensemble de 60 individus pris au hasard dans les registres des Archives Municipales de Grasse, 43 hommes et 17 femmes, qui se sont ajoutés aux 23 femmes et aux 30 hommes du registre d’entrée et de sortie du personnel de l’entreprise Payan & Bertrand5. Sur des échantillons certes modestes, des statistiques ont été produites. Moins que la représentativité par rapport à l’ensemble du marché du travail et de la main-d’œuvre de Grasse, c’est une identification des grands phénomènes organisateurs du travail qui a été l’objet de la recherche. L’impact des deux conflits mondiaux n’a guère pu être mesuré autrement qu’à travers la bibliographie, contrairement à celui de la crise des années 1930, qui semble avoir joué un rôle important dans la définition des parcours professionnels. Par ailleurs, le choix d’exemples significatifs, piochés dans la base de données ainsi constituée, a permis de mieux comprendre le fonctionnement du marché du travail à la lumière des processus de mobilités individuelles, géographiques  et sectorielles.

5Avec ce travail de recherche, il s’agit donc d’historiciser le genre sur cinquante ans d’industrialisation, à l’échelle d’une filière de production locale6. La construction des métiers et des professions au masculin ou au féminin, les formes historiques de la division sexuelle du travail, l’impact des conjonctures économiques et de l’évolution des techniques sur la sexuation des tâches, le rapport différencié des hommes et des femmes à la qualification, sont autant de facettes à explorer. L’étude porte sur un monde atypique, celui de la parfumerie grassoise : aux représentations sociales liées au genre s’ajoute l’impact de la poétisation de l’industrie du parfum – car aux objets et aux matières de la parfumerie, depuis la fleur jusqu’au flacon, sont attachées nombre d’images. Mais aussi original soit-il, cet espace n’en est pas moins significatif : en regardant avec précision, à l’échelle d’un marché du travail local, l’impact des critères de genre sur les rôles et les parcours de chacun, de même que leur imbrication avec les grandes dynamiques qui traversent le secteur secondaire comme l’organisation scientifique du travail, ce sont les rouages de la sexuation du travail industriel, le va-et-vient entre réalités et représentations, qui peuvent être mis en lumière.

Haut de page

Notes

1  Hervé DE FONTMICHEL, Le pays de Grasse, Grasset, 1963, 175 pages ; Joseph FARNARIER, Contribution à la connaissance de la ville de Grasse, tome 3 « La parfumerie », 1983, 149 p. ; Elisabeth DE FEYDEAU, François CARON (dir), De l’hygiène au rêve : l’industrie française du parfum, 1830-1939, thèse de doctorat, Paris 4, 1997, 4 vol. ; Paul RASSE, La Cité aromatique. Pour le travail des matières odorantes à Grasse, Les Editions Serre, Nice, 1987, 167 p.

2  Alain DEWERPE, Le monde du Travail en France, 1800-1950, Armand Colin, 1989, 189 pages.

3  Michelle PERROT, « Qu’est-ce qu’un métier de femme ? », Le Mouvement Social, n°140, 1987, pp.3-8.

4  Alain DEWERPE, « Miroirs d'usines : photographies industrielles et organisation du travail à l'Ansaldo (1900-1920) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1987, vol. 42, n° 5, p. 1079-1114.

5  Le masque de saisie mis au point pour traiter les informations se décompose alors en plusieurs blocs ; le premier revient sur l’état civil ; le deuxième sur la situation familiale ; le troisième sur les études ; et un dernier bloc plus fourni détaille les cinq dernières séquences d’emploi, depuis les dates d’entrée et de sortie de poste jusqu’à l’employeur, en passant par les motifs de fin de contrat et la nature du travail effectué.

6  Michelle ZANCARINI-FOURNEL, Mathilde DUBESSET, Parcours de femmes. Réalité et représentations, Saint Etienne, 1880-1950, Presses universitaires de Lyon, 1993, 270 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coline Zellal, « À l’ombre des usines en fleurs. Genre et travail dans la parfumerie grassoise, 1900-1950, master 1 d’histoire contemporaine, ENS de Lyon (dir. Sylvie Schweitzer) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 29 août 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1371

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page