Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Piété filiale : commandes et dévotions des femmes royales autour du culte de Saint Louis, master 1 d’Histoire de l’art, Université Paris IV (dir. Fabienne Joubert)

Eve Elizabeth Grinstead

Texte intégral

1L'histoire de l’art médiéval fait peu de place à l’histoire des femmes. Néanmoins, les deux sujets ne s’excluent pas. C’est pourquoi ce mémoire explore la question de la piété filiale féminine comme facteur d’impulsion et de perpétuation du culte religieux et royal de Saint-Louis.

2La vénération de Saint-Louis prend forme sur une période inhabituellement courte, entre sa mort et sa canonisation. Avant même de devenir saint, Louis IX bénéficiait déjà d’un culte plutôt étendu, ce qui facilita largement la rapidité du processus de canonisation. Participant à sa seconde croisade en 1270, il décéda cette année-là en Terre Sainte, après avoir contracté la peste noire. Pendant presque trente ans, des membres de la famille capétienne sollicitèrent les hauts responsables de l’Église Catholique pour que le roi qu’ils chérissaient soit canonisé. La première de ces requêtes fut formulée seulement deux ans après sa mort, entre 1273 et 1274, et la seconde en 1282. La canonisation longuement attendue de Louis IX en tant que Saint-Louis de France fut déclarée officiellement en 1297. Même si la famille royale vénérait déjà ce roi – il était, en effet, aussi bien adoré pour ses actions charitables que pour ses décisions gouvernementales – cette reconnaissance de l’Église sacralisait désormais la figure de Louis IX. Ses descendants ne rendraient plus alors hommage à Louis IX, mais à Saint-Louis : la vénération de cet homme n’était plus une question de piété familiale, mais de dévotion religieuse. Dorénavant, ses descendants imiteraient son comportement civil ou religieux, même s’ils bénéficiaient largement de l’aura d’un royaume de France jadis gouverné par un roi saint, mais aussi – et dans une plus grande mesure – du prestige de la filiation. Par conséquent, la vive vénération de cette « personnalité » était aussi une vive révérence au royaume de France et à son Histoire. Tous les rois français du Moyen Âge qui lui succédèrent se tournèrent vers Saint-Louis, en quête d’un modèle monarchique. Une vénération se développa également de manière assez forte chez certaines descendantes.

3Ce mémoire peut donc être considéré comme une sorte de catalogue de témoignages longtemps négligés – des objets de vénération, des lieux de cultes, des établissements de cérémonies religieuses, ou d’autres actions qui perpétuent les idéaux mis en avant par Saint-Louis – et dont ces femmes sont responsables. Ces informations sont présentées dans l’ordre chronologique, suivant la vie de personnages.

4Les manifestations de vénération de Saint-Louis peuvent être divisées/réparties en deux catégories générales. La première consiste en des actes, des commissions ou des dons à des institutions religieuses, comme les églises, les cathédrales ou les monastères. Louis IX ayant lui-même été révéré pour sa piété et sa générosité envers ces établissements, le fait d’observer un comportement similaire chez ses descendants peut être compris comme la perpétuation de son héritage dévot après sa mort. La deuxième catégorie regroupe des exemples de vénération plus directement liés à ce roi défunt, comme des images, des sculptures ou des fondations de messes quihonoraient Saint-Louis.

5 Ces informations sont présentées dans l'ordre chronologique, selon la vie des femmes considérées. Dans de nombreux cas, ces femmes sont des descendantes directes de Louis IX, tandis que d'autres s’étaient mariées avec l'un de ses descendants mâles. Ce qui se manifeste de la fin de la XIIIe jusqu'à la fin du XIVe siècle, c’est l’évolution d’une vénération royale et familiale envers le roi le plus influent de l'époque. Ce laps de temps a été établi tenant compte du fait que que Louis IX mourut et fut canonisé seulement trois décennies plus tard, à la fin du XIIIe siècle. Pourtant, la dernière figure « témoin » étudiée/considérée/analysée dans le cadre de cette étude est morte à la fin du XIVe siècle. Puisque dans les premières années suivant sa canonisation expéditive, les exemples les plus pertinents de cet hommage se retrouvent dans les actes et les commandes de sa femme, Marguerite de Provence, et l’une de ses filles, Blanche de France, ils peuvent signaler le deuil d’une femme et de sa fille pour leur patriarche récemment décédé. Les exemples plus tardifs, appartenant au siècle et à la dynastie suivants, sont quant à eux des revendications flagrantes par des descendantes plus éloignées de leur légitimité royale.

6Dans la foulée du scandale de la Tour de Nesle, de la malédiction de Jacques de Molay sur les derniers rois de la dynastie capétienne, de la remise en question constante du rôle des femmes à la cour par des législations alambiquées telles que la loi salique, il n'est pas étonnant que les femmes royales aient ressenti cette vague croissante d'aliénation du pouvoir. Il leur est donc devenu nécessaire non seulement de se rappeler, mais aussi de rappeler à celles et ceux qui les entouraient,  les liens qui les associaient à ce personnage illustre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eve Elizabeth Grinstead, « Piété filiale : commandes et dévotions des femmes royales autour du culte de Saint Louis, master 1 d’Histoire de l’art, Université Paris IV (dir. Fabienne Joubert) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1369

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page