Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Testatrix. Être femme et tester à Rome du IIe siècle av. J. C. au IIe siècle ap. J.C. : vers la normalisation, master 2 d’histoire ancienne, ENS de Lyon (dir. Yves Roman, Université Lyon 2)

Hélène Rougier

Texte intégral

1« Femme, épouse et tais-toi ; la discrétion se paie en pierreries »1. Malgré de tels préjugés, fréquents dans la littérature latine, certaines femmes – celles présentes dans les sources, donc celles qui possèdent un capital – connaissent une remarquableévolution dans leurs statuts juridiqueet social. Les testaments féminins permettent d’appréhender de tels changements.

2La première mention de testament fait par une femme, rapportée par Polybe, est celle d’Aemilia Tertia, épouse de Scipion l’Africain. Nous sommes au IIe s av. J.-C., à une époque où les hommes connaissaient, depuis la Royauté, une première forme de testament, devant les comices. C’est par la substitution des magistrats et témoins aux comices que le testament, désormais moins solennel et plus facile à réaliser, devient accessible aux femmes. Ce testament d’Aemilia a été le point de départ chronologique de notre travail.

3Il s’agissait de dresser un premier aperçu de la question, de connaître le cadre juridique des testaments féminins, puis d’en réaliser une première confrontation avec des cas concrets. Bien que ne développant jamais ni le contexte ni le déroulement completsde la procédure, les exemples des sources juridiques et littéraires restent beaucoup plus précis que les seules sources gardant une trace directe des femmes, les inscriptions. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi pour cette première approche du testament féminin de travailler sur les sources littéraires et juridiques, donc sur des documents uniquement masculins, qui présentaient par ailleurs un autre biais, d’ordre chronologique. Les textes littéraires sont datés majoritairement de la période tardo-républicaine et du début de l’époque impériale, quand les cas du Digeste sont tous du IIe et début du IIIe siècle. Une centaine d’exemples ont pu cependant être rassemblés, notre travail cherchant en permanence à confronter le droit, les stéréotypes et la pratique du testament féminin. Ce sont donc trois types de normes, juridique, sociale et morale, qui s’articulent ici suivant des évolutions à des rythmes variés.

4Le droit romain permet à la femme de tester à partir du IIe s. av. J.-C., par un acte identique à celui des hommes dans son déroulement. Une condition demeure cependant spécifique à la femme, celle d’être sous tutelle. Toutefois, il est frappant que sur nos cent quatorze exemples de testaments fémininsseuls deux mentionnent le tuteur. De fait, dès la fin de la République, le tuteur n’est qu’une petite partie du rituel et n’intervient pas dans les choix de la femme. Des procédures se multiplient d’ailleurs pour permettre à celle-cid’en changer, voire, pour certaines femmes, d’en être totalement affranchies. Les Romains ont ainsi créé une situation paradoxale, permettant aux femmes de réaliser un acte juridiquement identique au leur, tout en les maintenant dans un statut de mineures juridiques. La norme juridique s’est alors sans cesse heurtée aux évolutions sociales.

5Dès le premier siècle avant notre ère, les sources littéraires montrent en effet des femmes riches gérant un capital propre, comme Terentia, la femme de Cicéron. C’est toutefois un milieu particulier qui est décrit, celui des aristocrates et impératrices, dans lequel la richesse compte énormément dans le maintien de la position sociale et la maîtrise du pouvoir. Le choix des femmes est donc crucial, puisqu’elles portent comme les hommes la responsabilité du capital transmis, et cela d’autant plus que l’on voit larichesse de certaines d’entre elles augmenter sous le Haut-Empire. Le Digeste décrit également des femmes qui, sans être forcément femmes de sénateurs ou membres de la famille impériale, possèdent un capital. On trouve làdes « femmes d’affaires », gérant des capitaux fonciers, des tabernae, des ateliers artisanaux, des esclaves et des affranchis qui y sont rattachés, ces derniers figurant par ailleurs régulièrement parmi les bénéficiaires des testaments féminins. Les femmes semblent donc acquérir une autonomie de gestion d’un capital semblable à celui des hommes, capitaldont elles assurent la continuité après leur mort. Malgré le maintien des stéréotypes et de la définition de la femme comme « mère de » ou « femme de », elles peuvent être les maîtresses de leur fortune. L’importance de la désignation des héritiers est alors un enjeu de taille. Si la volonté des femmes est respectée comme celle des hommes, une norme sociale, proclamée haut et fort, semble s’adresser davantage aux femmes : les parents doivent transmettre en premier lieu à leurs enfants. Un second paradoxe apparaît. Les textes littéraires et juridiques sont unanimes pour affirmer qu’une femme qui fait un testament doit y inscrire ses enfants sous peine de sanctions juridiques, morales et sociales. Toutefois, si elle meurt sans testament valide, ses enfants ne sont pas prioritaires sur la succession et peuvent ne rien recevoir. Le paradoxe est en partie levé quand, en 178, Marc Aurèle change l’ordre de succession issu des XII Tables pour favoriser les enfants. Notre mémoire s’achève autour de cette date, à laquelle certaines femmes paraissent avoir acquis un statut relativement autonome, recadré toutefois sous le Haut-Empire dans l’enceinte de la famille, et avec un lien particulier entre la mère et ses enfants. Vu à l’aune des testaments féminin, il est clair que l’idée d’un immobilisme de la société romaine est à revoir.

Haut de page

Notes

1  Juvénal, Satires, v. 61(édition CUF, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Rougier, « Testatrix. Être femme et tester à Rome du IIe siècle av. J. C. au IIe siècle ap. J.C. : vers la normalisation, master 2 d’histoire ancienne, ENS de Lyon (dir. Yves Roman, Université Lyon 2) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1363

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page