Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

À Lip, les femmes aussi ont une histoire : la lutte des ouvrières de 1973 à 1977, master 2 d’histoire contemporaine, Université de Rouen (dir. Jean-Claude Vimont)

Caroline Dehedin

Texte intégral

1En 1973, alors que le mouvement soixante-huitard imprègne encore les esprits, un nouveau conflit surgit et vient marquer l'histoire sociale et ouvrière des années 1970 : l'affaire Lip.

2Ce conflit, par son ampleur et sa renommée, a inspiré bon nombre de sociologues et d'historiens, mais a toujours été raconté au masculin. Pourtant, la moitié des ouvriers de Lip sont en réalité des ouvrières. Il apparaît alors intéressant d'analyser ce conflit en prenant en compte la dimension féminine.

3Afin de comprendre tout l'impact de cette lutte d'ouvrières et d'ouvriers, il a été nécessaire dans une première partie de dresser un état des lieux de la situation, de rappeler le contexte et les grandes étapes du conflit, avant de consacrer une seconde partie au « deuxième sexe »1.

4Ainsi, dans cette première partie, il a fallu développer la question du travail féminin dans les années 1970, d'un point de vue général, afin de rappeler quelles étaient les caractéristiques propres à l'emploi féminin. Pour cela, il a été nécessaire de revenir sur des points précis tels que les conditions de travail des travailleuses, leurs souffrances physiques et/ou psychologiques dans certains secteurs d'activités, mais aussi le problème du salaire d'appoint, la question de la précarité et du chômage.

5Ensuite, il s'est agi de retracer l'histoire de la lutte des Lip en insistant sur les grands moments du conflit et la manière dont les ouvrières s'y sont illustrées malgré les difficultés liées à leur statut de femme. Rappelons d'ailleurs que deux conflits Lip se sont succédé : le très célèbre « Lip 73 », suivi d'un « Lip 76 » moins connu mais qui concrétise l'émergence des ouvrières. De ce fait, il a fallu comparer ces deux conflits afin de mettre en évidence les ruptures, mais surtout les avancées et les limites.

6Cette partie permet ainsi de restituer le contexte pour ensuite en venir au cas précis qui nous intéresse : celui des ouvrières de Lip. C'est donc dans une seconde partie que nous nous attardons sur les différents aspects qui ont trait aux femmes.

7À la suite d'un bref rappel de la vie syndicale chez Lip, et après s'être attardé sur le problème de la représentation des ouvrières au sein de l'usine et dans les structures syndicales,  force est d'admettre que les travailleuses n'y ont pas leur place – tout du moins dans un premier temps. Ceci peut expliquer le succès d'une troisième force libre, le Comité d'Action, où les ouvrières ont le sentiment d'être entendues et comprises. Mais, très vite, il faut nuancer et revenir sur les résistances masculines en révélant les différents procédés ou stratagèmes utilisés par les hommes pour briser l'émergence des voix féminines.

8Le sexe fort a en effet su tirer profit des ouvrières à certains moments tout en niant leur investissement et leur importance plus tard. Cela explique la nécessité pour les travailleuses de se constituer en Groupe Femmes2. Dans cette structure féminine libre et autonome, elles ont enfin pris la parole et ont été en mesure de prendre en charge leur destin, à la fois d'ouvrières et de femmes, d'épouses et mères. C'est alors que l'on prend conscience de l'impact du conflit sur les mentalités, un conflit qui a permis aux ouvrières de se construire une identité propre et de s'émanciper peu à peu. Les nombreux témoignages confirment ce phénomène de libération des mœurs. Il devient alors intéressant d'étudier le transfert de cette lutte pour l'emploi au cadre privé et familial. Ces femmes ont en effet remis en cause le modèle conjugal propre à cette époque.

9Le dernier chapitre a vocation à servir de bilan. On revient notamment sur la notion de modèle féminin. Les ouvrières de Lip ont en effet inspiré bon nombre de femmes, et un accent est mis sur la multiplication visible des conflits féminins durant cette période. À la suite de ce bilan, une interrogation concerne l'après-Lip, et les retombées de la lutte. Que sont devenues ces ouvrières après la fin du conflit ? Ont-elles réussi à demeurer fortes et libres ? Quels ont été les limites et les avancées et qu'a apporté ce conflit aux femmes ? Au travers de ce développement, de nombreuses citations s'appuyant sur des témoignages écrits ou oraux attestent de l'ampleur de cette affaire et des bouleversements engagés dans la vie de ces personnes. Par ailleurs, deux ouvrières ont livré leur témoignage plus de 35 ans après les faits et ont donné un nouveau souffle à ce sujet. Finalement, analyser et étudier l'aspect féminin de l'affaire Lip permet de mieux en saisir les enjeux et d'avoir une vision globale et plus complète d'un conflit qui a déjà fait couler beaucoup d'encre.

Haut de page

Notes

1  Titre de l'ouvrage de Simone de Beauvoir.

2  Dénomination et orthographe utilisées par les ouvrières de Lip.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Dehedin, « À Lip, les femmes aussi ont une histoire : la lutte des ouvrières de 1973 à 1977, master 2 d’histoire contemporaine, Université de Rouen (dir. Jean-Claude Vimont) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1361

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page