Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Marion Coddington Bromley (1912-1996) : une militante pacifiste radicale féministe, master 2 d’histoire contemporaine, ENS Lyon (dir. Romain Huret, Université Lyon 2)

Doris Brossard

Texte intégral

1Née à en 1912 à Akron dans l’État de l’Ohio, Marion Coddington s’engage dans la cause pacifiste dans les années 1930 au sein d’une organisation locale, l’Akron Council for Peace Action.  Au début des années 1940, elle quitte sa région natale pour s’installer à New York où elle travaille à plein temps pour la Fellowship of Reconciliation (FOR), organisation pacifiste chrétienne créée en 1915. Elle y développe alors un pacifisme centré sur l’individu et sur la recherche d’une société juste et égalitaire dans laquelle toute forme de violence aurait disparu. Pendant ses années à la FOR, elle rencontre Ernest Bromley, pasteur méthodiste et résistant à l’impôt, avec qui elle se marie en 1948. La même année, elle démissionne de la FOR et part s’installer avec Bromley à Wilmington, puis à Gano, dans l’État de l’Ohio. Ils y fondent une communauté de Peacemakers  avec un couple de militants noirs, Wallace et Juanita Nelson, et un autre pacifiste, Lloyd Danzeisen. Créés en 1948, les Peacemakers sont un groupe de pacifistes qui mettent l’accent sur la désobéissance civile, l’action directe non-violente, la transformation individuelle et la création de communautés militantes. Leurs membres prônent la résistance à la conscription et à l’impôt sur le revenu. Leurs champs d’intervention ne se limitent pas à la guerre et incluent aussi la lutte contre la ségrégation raciale, question à laquelle ils accordent beaucoup d’attention.

2Nous avons voulu, à travers l’exemple de Marion Coddington, étudier la participation féminine au sein du mouvement progressiste américain des années 1940-1970 et plus particulièrement au sein des organisations pacifistes. Ce travail entre donc dans la cadre de la relecture historiographique récente des années 1950 : d’une part, il remet en cause la thèse d’une démobilisation totale des femmes de la sphère publique et politique durant cette décennie ; d’autre part il nuance l’image conservatrice de la femme au foyer associée à cette période. En outre, nous nous sommes intéressée aux rapports de genre au sein du mouvement pacifiste progressiste. Si les inégalités sexuelles au sein du mouvement étudiant des années 1960 ou celui pour les droits civiques ont été étudiées, les historiens se sont en revanche moins penchés sur le milieu pacifiste. Or ce milieu présente la particularité d’être relativement moins genré que le reste des organisations progressistes de l’époque. Tenant un discours égalitariste, les pacifistes radicaux semblent intégrer les femmes dans leurs organisations. Nous nous sommes donc intéressés au possible écart entre le discours égalitariste tenu par les pacifistes et l’intégration réelle des femmes au sein de ce mouvement.

3Enfin ce mémoire s’inscrit dansl’histoire de la seconde vague féministe aux États-Unis. Plusieurs études récentes se sont en effet intéressées aux origines du féminisme qui émerge à la fin des années 1960 en montrant comment il prend racine, entre autre, dans les mouvements de contestation des années 1950-1960. L’exemple de Marion Coddington Bromley nous a permis d’analyser les liens entre le pacifisme progressiste des années 1950-1960 et cette seconde vague féministe.

4Dans une première partie, nous présentons le contexte biographique et idéologique de l’étude. Nous insistons sur la radicalisation progressive de Coddington, qui culmine avec son départ de la FOR et la participation aux Peacemakers, ainsi quesur les débats croissants concernant l’utilisation de la désobéissance civile et de l’action non-violente au sein du mouvement pacifiste.

5La deuxième partie de notre travail est consacrée à l’engagement de Coddington dans le mouvement pacifiste. Si l’exemple de Coddington montre une participation active des femmes au niveau local, il souligne néanmoins leurs difficultés à accéder à des postes de direction. La participation des femmes et de Coddington semble facilitée au sein des Peacemakers, notamment grâce à la vie en communauté qui permet un relatif renversement des rôles genrés traditionnels. De même, les formes de militantisme proposées par les Peacemakers, comme la résistance à l’impôt, et la structure même de l’organisation favorisent la participation des femmes. Cependant l’égalité des sexes y est imparfaite, notamment parce que le militantisme des pacifistes radicaux reste associé à la masculinité.

6Pour finir, nous analysons dans une troisième partie la construction du parcours féministe de Coddington. Nous nous interrogeons particulièrement sur sa prise de conscience féministe assez tardive. Cela est sans doute dû au fait que Coddington évolue dans un milieu nettement moins genré que le reste de la société américaine et que la question des inégalités sexuelles reste absente des débats pacifistes dans les années 1950-1960. Enfin nous démontrons que le féminisme correspond à un renouveau du militantisme chez Coddington et analysons la manière dont celle-ci assimile la non-violence au féminisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Doris Brossard, « Marion Coddington Bromley (1912-1996) : une militante pacifiste radicale féministe, master 2 d’histoire contemporaine, ENS Lyon (dir. Romain Huret, Université Lyon 2) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 20 avril 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1359

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page