Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Le statut juridique des femmes de l’ordre sénatorial : d’Auguste aux Sévères, master 1 d’histoire ancienne, Université Paris I – Panthéon Sorbonne (dir. François Chausson)

Aurore Bigot

Texte intégral

1In multis iuris nostri articulis deterior est condicio feminarum quam masculorum écrit Papinien vers 200 ap. J.-C1. Mais dans quelle mesure les femmes que côtoyait le jurisconsulte jouissaient-elles d'un statut juridique homogène ? Ne serait-il pas vraisemblable d'imaginer que l’épouse de Papinien avait des privilèges supérieurs à ceux des prostituées du Subure, mais inférieurs à ceux détenus par l'impératrice au Palatin? L'étude du statut juridique des femmes de l'ordre sénatorial met en évidence la complexité pour définir juridiquement le genre au sein d'une société antique, organisée en ordre. À mi-chemin entre l'histoire du droit et l'histoire sociale, il a été nécessaire de confronter des sources juridiques (essentiellement issues du Digeste) à des sources littéraires et épigraphiques. En effet, l'influence des études du genre sur les catégories sociales conduit à s'interroger de nouveau sur la place des femmes dans le droit romain. La problématique qui en découle est doublement pertinente, puisqu'elle interroge la manière dont se produit le devenir asymétrique d'une élite sociale et sexuée, ainsi que la façon dont le mécanisme de droit régulateur s'affranchit des contraintes périphériques. L'étude s'étend d'Auguste, dont l’établissement du Principat s’est accompagné d’une réorganisation de la vie politique, à la fin de la dynastie Sévérienne, le contexte de crise militaire ayant favorisé une remise en cause des fonctions et des attributions des sénateurs. Ce travail fait la lumière sur trois points essentiels du statut juridique des femmes de l'ordre sénatorial.

2Leur condition juridique était paradoxale dans la mesure où elles étaient, grâce à leurs titres, intégrées et ségréguées à l'ordre. Leur intégration s'est faite par l'introduction du clarissimat féminin (la jeune fille portait le titre de c(larissima) p(uella) alors que la matrone était qualifiéede c(larissima) f(emina)2), qui est, de nos jours, au cœur d'une polémique entre les historiens dont on a tenté de comprendre l'origine ainsi que les enjeux. Mais malgré les apparences, leurs statuts étaient hétérogènes. Ceux-ci possédaient un fort capital symbolique, honorifique, mais aussi réel, comme le montrent les femmes de rang consulaire et les Vestales. Faut-il lire dans cette évolution une « émancipation » ou une nouvelle place sous le Principat ? Si les femmes étaient bien au centre de la stratégie mémorielle de la gens, elles n'étaient intégrées qu'indirectement à l'ordre, « agglomérées ».

3Le statut social de ces femmes était en contrepartie soumis à des devoirs et à des interdits qui relevaient, soit de leur capacité censitaire, soit de leur genre. Les interdits matrimoniaux étaient l'expression de l'appartenance à l'ordre sénatorial et peuvent être classés en deux groupes. Les lois augustéennes opérèrent un retour aux mœurs traditionnelles en réglementant les mariages avec les affranchis, puis l'oratio Marci statua sur l'exclusion des professions infâmantes. Ces lois ont aussi posé la question des droits civiques à accorder aux femmes. Dans les faits, les incapacités les frappant visent leur exclusion de la vie publique. De plus, l'honorabilité féminine était une condition à l'exemplarité de la maiestas senatus. D'où la prohibition juridique de la prostitution et des métiers du spectacle, sous peine de perte des privilèges.

4Enfin, elles possédaient aussi des droits : la manifestation de leur individualité était au centre de la continuité de la gens et leurs alliances matrimoniales créaient une voie d'accès privilégiée de la mobilité sociale. De plus, le pouvoir normatif de l'empereur était le garant de cette flexibilité normative, dont la célèbre présence de Iulia Soaemias et Iulia Maesa au Sénat, est la parfaite illustration.

5L'étude du statut juridique des femmes de l'ordre sénatorial a débouché sur une remise en question du droit genré dans les élites. Cette codification figée a influencé pendant longtemps le Code civil.

Haut de page

Notes

1  Dig., 1. 5. 9 : « En mainte règle de notre droit, le condition des femmes est pire que celle des hommes ».

2  A. Chastagnol, « les femmes de l'ordre sénatorial : titulature et rang social », Revue historique, 1979, p. 3-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Bigot, « Le statut juridique des femmes de l’ordre sénatorial : d’Auguste aux Sévères, master 1 d’histoire ancienne, Université Paris I – Panthéon Sorbonne (dir. François Chausson) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1357

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page