Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Pères et mères dans l’Occident romain septentrional. Pour une approche provinciale des structures indigènes de la parenté (Ier siècle av. J. C – IVe siècle ap. J. C.), master 2 d’histoire ancienne, Université Grenoble II (dir. Nicolas Mathieu)

Marianne Beraud

Texte intégral

1Sous l’apparente prolixité véhiculée par les études anglo-saxonnes sur la famille à Rome, les études qui posent la question de la place des femmes dans la parenté indigène provinciale sont anecdotiques1. Fondé sur un corpus composé de 450 documents épigraphiques et iconographiques issus de l’Occident romain septentrional – Britannia, Gaules Lyonnaise et Belgique, Germanies –, ce travail entend repenser la famille en termes de substrat indigène préexistant à la conquête romaine. Il s’agit de saisir les dynamiques paternelles et maternelles qui animent les structures parentales de provinces récemment ancrées dans la romanité. En dépit d’un vernis culturel romain supposé uniforme, le terreau provincial sur lequel vient se greffer la « romanisation » est empreint d’attitudes régionales commémoratives qui infléchissent les rôles respectifs impartis au père et à la mère. D’emblée, l’acclimatation aux schémas romains de la parenté est subordonnée à une matrice pérégrine qui préside à l’éclosion de sphères locales résolument antinomiques. À plus d’un titre, les contrées nord-occidentales sont fracturées par un clivage qui définit d’un côté des provinces « paternelles » – Bretagne (68 % des stèles funéraires infantiles procèdent des pères) et Germanie supérieure (60 %) – et, de l’autre, des « provinces maternelles » – Gaules et Germanie inférieure (70 %) – dans lesquelles les mères, s’imposent comme le premier dédicant de l’épitaphe de leurs enfants. À un second niveau de lecture, les peuples des cités situées les plus au nord – Parisii, Rèmes, Médiomatriques, mais aussi Arésaces et Vangions – furent le creuset d’une intromission maternelle dans l’acte épigraphique. À l’inverse, la dédicace dans les civitates du centre-est de la Gaule – Ambarres, Triboques, Lingons et Helvètes – revêt une dimension foncièrement paternelle.

2En outre, loin d’être monolithiques, les identités du père et de la mère se déclinent au pluriel, relativement à des espaces régionaux bien circonscrits. Le passage au crible des attitudes parentales permet de repenser la fonction ontologique – être père, être mère – comme un univers à appréhender relativement à des espaces régionaux. Loin d’être arrimé à un paradigme romain uniforme, l’environnement parental fut la courroie de transmission d’attitudes commémoratives géographiquement réduites. En guise d’exemple, le succès rencontré par la dédicace de couple – le père et la mère – est un phénomène qui s’enracina exclusivement dans les cités où l’initiative solitaire des mères fut particulièrement prisée. Ainsi, l’exaltation du sentiment parental procède dans la cité des Ubiens, à Cologne, d’une hypertrophie préalable de la prise en main du monument par la figure maternelle. Qui plus est, la relation exclusive que tissent la mère et son enfant dans les épitaphes revêt une tonalité différente selon que le formulaire provient des contrées méridionales ou septentrionales de la Gaule. À Lugdunum – mais aussi à Narbo Martius et à Nemausus –, une corrélation peut être établie entre l’illégitimité de la naissance et le couple commémoratif mère/enfant. À partir de ces observations, il apparaît que, dans le canevas familial de la province de Gaule narbonnaise, ancrée de bonne heure dans la romanité, la dédicace de la mère à ses enfants est  un phénomène périphérique, répondant à une situation exceptionnelle. La mère s’adresse à son fils ou à sa fille parce qu’elle est le seul parent reconnu comme tel, et que les enfants n’ont sans doute jamais connu leur père. En revanche, l’étude de l’association de la mère et de l’enfant sur les inscriptions de Germanies ne présume en rien d’une naissance hors mariage. Enclin à délivrer des identités parentales à teneur locale, le pan iconographique est propice à faire poindre des esthétiques régionales, à l’instar du motif de la mère à l’oiseau gravé par les lapicides bretons, des « pères barbus » originaires des cités des Sénons et des Médiomatriques, et de la représentation du père au rouleau dans l’espace civique des Trévires.

3En dernière analyse, le genre constitue une grille d’analyse efficiente pour entériner l’idée d’une construction de toutes pièces de registres paternel et maternel. À ce titre, la pratique épigraphique institue des modalités sexuées de dédicaces qui incombent viscéralement au masculin (père) ou au féminin (mère). À l’aune du genre, l’analyse des inscriptions de la sphère votive génère une première individuation entre les discours paternel et maternel. L’adresse à la divinité fait en effet sourdre un univers masculin de la dédicace, laquelle incombe quasi-exclusivement aux pères (67 %). Chez les Trévires, à Tholey, Iulius Romanus convoque en faveur de ses deux enfants, Romania Romana et Romanius Severus, le dieu Mercure sous une forme bien spécifique (CIL, XIII, 4256). C’est à Mercure Iovantucarus, c’est-à-dire « protecteur de la jeunesse » qu’est institué le vœu. Exclusivement trévire, l’épiclèse se retrouve sur les sites de Trèves, de Tholey et au sanctuaire d’Irminenwingert. Sanctuaire péri-urbain, l'Irminenwingert recèle de nombreuses statues représentant des adolescents, notamment d'enfants nus portant un oiseau ou des fruits2. Aussi associée au dieu Mars3, l’épiclèse renvoie littéralement à « celui qui aime la jeunesse »4. Dans ce cas précis, Mercure est invoquée pour sa fonction protectrice, ainsi que le précise la formule « pro salute ». En outre, la dédicace à Mercure est consécutive d’une vision : le père agit « vissu monitus », après la réception visuelle d’un avertissement. 

4De surcroît, la prévision d’une inhumation à côté de l’enfant défunt est un marqueur strictement maternel. Totalement obsolète chez les pères, le phénomène avalise l’idée d’une corrélation entre le fait d’être mère et celui d’anticiper son « repos éternel » aux côtés de ses enfants. Parmi les composantes spécifiques à la commémoration maternelle, la manifestation du désarroi à la suite de la perte d’un enfant est une caractéristique proprement féminine. Se profile une rhétorique de la tristesse par le truchement du thème de la mater orfana – la mère orpheline – et celui de la mort de l’enfant unique. Le décès d’un enfant constitue parfois rétrospectivement un élément essentiel de la biographie de la défunte qu’esquisse son épitaphe. Dans ce cas, la douleur du décès ne réside plus sur le monument des enfants mais constitue un élément à part entière de la vie maternelle qu’il importe de mettre en exergue. La stèle lyonnaise de Clausius Messor et de Flavia Dionysis est à ce titre paradigmatique. Alors même que le monument est consacré aux deux membres du couple, le chagrin causé par la mort de ses deux fils est directement imputé à la mère. Ses deux enfants, anonymes parce qu’il ne s’agit pas de leur épitaphe, sont mentionnés pour la douleur que leur perte fit naître chez leur mère5 :

Aux dieux Mânes et à la mémoire éternelle de Claudius Messor et de Flavia Dionysis, son épouse qui a, de son vivant, élevé (ce tombeau) pour l’un et l’autre ; elle a vécu sans jamais aucune querelle ; elle aurait été heureuse si, à cause du destin, elle n’avait pas été remplie de douleur, elle qui a été privée de deux fils, dont l’un est mort hors de sa présence, au loin et en voyage ; leur mère de son vivant pour les siens et pour elle-même a élevé (ce tombeau) et l’a dédié sous l’ascia.

5Au demeurant, cette invention du père et de la mère par le formulaire épigraphique prend corps sur les reliefs figurés. Diligentée par le genre de l’intéressé, l’illustration lapidaire sanctionne des attitudes qui appartiennent exclusivement à l’un des deux parents. Aussi véhicule-t-elle des conduites culturelles phares qui trouvent matière à s’exprimer dans les monuments funéraires. Ainsi, mettre la main sur l’épaule d’un enfant revêt une dimension foncièrement féminine dans l’Occident septentrional. À l’épreuve du genre, la petite serviette de table blanche – la mappa – opère aussi une sélection nette entre sphère maternelle et espace paternel. S’agissant des pères, leur identité masculine investit le geste de salutation de la main levée en signe d’adieu (signum vitae) qu’il esquisse en signe de séparation. Marquées au sceau du parent paternel, la bourse et la cassette sont un référent identitaire masculin par excellence. Aussi le symbole monétaire est-il clairement attribué dans la famille à l’époux et père, détenteur des ressources pécuniaires. L’argument financier est le creuset d’une identité paternelle et, plus largement, masculine. En ce sens, la bourse et la casette sont des contenants sexués, à teneur strictement virile.

Haut de page

Notes

1  Pour la Gaule, mathieu n. et rémy b., Les femmes en Gaule romaine, Paris, 2009. Pour la péninsule ibérique, curchin l. a., « La famille lusitano-romaine », gorges j.-g. et nogales basarrat  t. (dir.), Sociedad y cultura en Lusitania romana, IV mesa redonda internacional, Mérida, 2000, p. 329-341 et edmondson j., « Conmemoración funeraria y relaciones familiares en Augusta Emerita », dans Sociedad y cultura en Lusitania Romana, Casa de Velázquez, 2000, p. 299-329.

2  pechoux l. Les sanctuaires de périphérie urbaine en Gaule romaine, Montagnac, 2010.

3  scheid j. « Réflexions sur le Mars trévire » dans Mars en Occident, Rennes, 2006, p. 35-44.

4  delamarre x., Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2003. Littéralement, les étymons caru- / caro- / caranto- renvoient à la dimension affective « cher / ami / aimé » [mots et étymons de la langue gauloise : défauts et qualités]. S’agissant de iovinco- / ioinco- : il induit la catégorie « jeune ».

5  CIL, XIII, 2103, Lyon, Lyonnaise. D(is) (ascia) M(anibus) | et memoriae aeternae | Cl(audi) Messoris et Fl(aviae) Dionysi|dis coniug(is) quae sibi viva | posuit utriusque, quae | vixit sine ulla querel|la, quae fuerat felix | fato si non plena do|loris, quae filios | duos caruit cuius | unius nati mortem | non interfuit lon|geque peregre, | quae mater orfana | viva sibi et suis | posuit et sub ascia | dedicavit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Beraud, « Pères et mères dans l’Occident romain septentrional. Pour une approche provinciale des structures indigènes de la parenté (Ier siècle av. J. C – IVe siècle ap. J. C.), master 2 d’histoire ancienne, Université Grenoble II (dir. Nicolas Mathieu) », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1356

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page