Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

La Résistance féminine : répression et reconnaissance (1940-début des années 1950). L’exemple du Nord, thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Claire Andrieu, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 2010

Catherine Lacour-Astol

Texte intégral

1Malgré le renouveau qu’a connu l’histoire de la Résistance française depuis les années 1980, la Résistance féminine peine à s’imposer comme objet historique à part entière. La thèse que Marie-France Brive (en charge du seul poste d’histoire des femmes existant alors en France) entendait lui consacrer est restée inachevée. Grâce aux travaux d’historiens venus d’autres horizons, le rôle et la place des femmes dans la Résistance, qui étaient au cœur de sa démarche (sa thèse aurait eu pour titre Les femmes dans la Résistance en France), sont désormais assez bien connus. C’est à une problématique renouvelée que le présent travail de recherche entend s’attacher, dans la continuité des pistes formulées par Claire Andrieu et par Laurent Douzou et dans la mouvance de la réflexion initiée par l’IHTP dans le cadre du séminaire Identités féminines et violences politiques (1936-1946)1.

2Mise à l’épreuve du postulat d’une spécificité de la Résistance féminine – ce que signale le glissement de l’étude des femmes dans la Résistance à celle de la Résistance féminine –, cette thèse bénéficie du renouvellement historiographique de la Résistance (une vision sociale de la Résistance) comme de l’histoire des femmes et du genre (une interrogation féconde sur les rapports entre femmes et périodes de conflit). En résulte une problématique plurielle, orientée autour de deux axes majeurs : le rôle singulier joué par la Résistance féminine dans le tissage des liens entre Résistance et société ; la redéfinition des rapports sociaux de sexe, initiée par la période de l’Occupation et par la participation des femmes à la Résistance, et sa postérité ambivalente.

3L’historicisation de la Résistance féminine nécessite un retour aux sources. Le recours à l’étude de la répression s’est ainsi imposé et fait l’objet d’une première partie. Miroir de l’ordre allemand, la répression conduite par l’occupant reflète aussi l’opposition qu’il rencontre au sein de la société occupée. L’analyse des arrestations opérées par l’occupant ou sur son ordre2 met ainsi en évidence la pluralité des modes du refus de l’occupant. Elle révèle une résistance féminine singulière par sa précocité comme par ses modalités dominantes : résistance d’aide (hébergement, assistance à l’ennemi), de soutien à la résistance organisée (renseignement). Aux portes de l’engagement, la répression sanctionne aussi un comportement féminin volontiers frondeur (attitude anti-allemande, outrages envers des membres de l’armée d’occupation), levain potentiel du développement d’une résistance organisée. L’ancrage géographique conféré à l’étude, celui d’un département soumis, avec le Pas-de-Calais, au rattachement au commandement militaire allemand de Bruxelles et à la tutelle de l’OFK 6703, influe sur ce portrait de la résistance féminine. Dans cet espace de confrontation directe occupant/occupé, marqué par la mémoire d’une première longue occupation, le sort réservé aux femmes par la puissance occupante (qu’elles soient des cibles de la répression ou ses victimes indirectes) motive une sollicitude appuyée de la part des autorités françaises, témoignage de la pérennité – voire du regain de vigueur –  des représentations traditionnelles du féminin. Piliers de la famille, les femmes doivent être protégées, du moins celles dont le militantisme communiste ne relègue pas au second plan l’identité de sexe. À l’inverse de la situation observée en zone occupée, l’arsenal répressif édicté par l’OFK 670 ne distingue pas entre les sexes. La violence de l’invasion, marquée par des massacres impliquant des femmes, semble par ailleurs trouver son prolongement dans une rigueur sans failles, dont la condamnation à mort de Blanche-Joséphine Paugan, en septembre 1940, est le signal. Pourtant, dans les faits, la pratique répressive s’avère respectueuse d’une ligne de partage traditionnelle entre les sexes, que traduit l’usage de la déportation pour les femmes, quand les hommes sont, seuls, victimes des fusillades, relativement nombreuses en zone rattachée. Bilans des arrestations et de la déportation4 font état d’une présence féminine au sein de la population réprimée d’interprétation délicate, de l’ordre de 10 % : cette proportion est similaire à celle qui est la leur dans la population délinquante en temps de paix mais nettement supérieure à celle qu’elles occupent dans la population militante. La mesure de l’autonomie de l’engagement féminin signale par contre, sans ambiguïté, une mobilisation féminine conséquente : pour les deux tiers d’entre elles, les femmes réprimées ont agi en individus libres de leurs actes.

4La seconde partie de la recherche s’intéresse au contexte, politique et culturel, dans lequel la reconnaissance de l’engagement résistant va s’inscrire. Par l’octroi du droit de vote, les femmes françaises deviennent citoyennes à l’égal des hommes et cette intégration est la première forme de reconnaissance du rôle que les femmes, dans leur ensemble, ont joué sous l’Occupation. À l’échelle départementale, de nombreux facteurs (expérience de la première occupation et d’une résistance féminine avant la lettre, tradition d’ouverture des partis politiques en direction des femmes, développement d’une résistance essentiellement civile pendant les années noires…) jouent en faveur d’une consécration de la Résistance féminine. Ici, les femmes candidates aux élections sont moins qu’ailleurs présentées par une identité de cognation et leur droit à représentation semble pleinement accepté. En creux, la forte présence des femmes sur les bancs des accusés du crime nouveau d’indignité nationale, comme l’absence de mansuétude avec laquelle elles sont jugées, peut être interprétée comme une capacité à reconnaître aux femmes leur engagement politique.

5La reconnaissance honorifique et statutaire de l’engagement résistant féminin est l’objet de la troisième partie. Menée à l’échelle départementale, son analyse a cependant valeur d’exemplarité : la démarche examine les textes fondateurs établis à l’échelle nationale5 et s’inscrit à chaque fois que cela est possible dans une perspective comparatiste. Même modeste, la reconnaissance honorifique de l’engagement résistant féminin rompt avec la tradition d’une absence presque totale des femmes de la population des distingués. Dans le département du Nord, le poids des femmes dans la population proposée à la récompense honorifique (Croix de la Libération, médaille de la Résistance), globalement similaire à la place qui leur est faite sur les listes électorales, traduit le regard favorable porté sur leur engagement résistant dans l’immédiat après-guerre. Créée en 1917, restaurée en 1945, la médaille de la Reconnaissance française autorise une mise en perspective des deux sorties de guerre, qui montre qu’à l’échelle régionale l’attention portée à l’élément féminin s’inscrit dans l’ombre portée de la Grande Guerre (poids similaires des femmes dans les populations proposées à cette distinction, de l’ordre de 17 %). L’exemple de cette décoration signale aussi, par comparaison, la difficulté à récompenser l’engagement résistant des gens du Nord par les insignes d’honneur créés en temps de guerre (Croix de la Libération et médaille de la Résistance). La résistance régionale peine à se fondre dans la définition élitiste et militaire de la Résistance suggérée par les textes instituant les décorations. En témoigne la faiblesse des propositions émises à l’échelle départementale (moins de 1 500 propositions pour la Croix de la Libération et la médaille de la Résistance, quel que soit le sexe), comme la crispation du comité de Libération du Nord sur une conception réductrice des bénéficiaires de la reconnaissance : les « héroïques victimes » de la barbarie nazie. Pour les résistantes, un obstacle supplémentaire tient au processus de signalement, qui confie la mise en lumière des itinéraires résistants féminins aux administrations ou aux organisations résistantes, procédé préjudiciable à l’activité résistante restée en marge de la Résistance organisée. Le principal frein à la consécration des résistantes et de la Résistance féminine vient cependant des résistantes elles-mêmes, comme le montre l’étude des dossiers de demande de la carte de combattant volontaire de la Résistance (CVR). Dans le département du Nord, le soutien manifeste apporté par la commission départementale aux dossiers féminins, dont la demande est souvent portée par le couple résistant, permet de compenser la faiblesse de la demande émanant des résistantes : les femmes représentent ainsi 8 % de la population candidate à l’attribution de la CVR, mais 12 % de la population résistante reconnue par la CVR.

6Quel que soit le mode de reconnaissance – honorifique ou statutaire –, la répression subie joue un rôle inégal selon le sexe. Le discours des temps de guerre insiste sur la démonstration, faite par les résistantes, d’une égalité par le choix du sacrifice. Dans l’après-guerre, la part des femmes parmi les victimes de la répression semble fonder celle qu’elles occupent dans la reconnaissance honorifique et statutaire de la Résistance.  

Haut de page

Notes

1  Claire ANDRIEU, « Les résistantes, perspectives de recherche », in PROST Antoine (dir.), La Résistance, une histoire sociale, Paris, Les Editions de l’Atelier/Editions ouvrières, 1997, p.69-96. Laurent DOUZOU, « La Résistance, une affaire d’hommes ? » in François ROUQUET, Danièle VOLDMAN, « Identités féminines et violences politiques  (1936-1946) », Les Cahiers de l’IHTP, octobre 1995, n°31, p. 11-24.

2  Analyse fondée sur le dépouillement du fichier des arrestations opérées par les Allemands ou sur leur ordre, établi par les autorités préfectorales sous l’Occupation, conservé aux Archives Départementales du Nord, sous les cotes 1W 1848-1880.

3  La situation spécifique du Nord-Pas-de-Calais sous l’Occupation est désormais bien connue grâce aux travaux pionniers d’Etienne Dejonghe.

4  L’étude de la déportation s’appuie sur les travaux menés à l’échelle nationale par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, complétés, à l’échelle régionale, par ceux menés sous l’égide de La Coupole, centre d’Histoire et de Mémoire du Nord-Pas-de-Calais. Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Le livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution, 1940-1945, Paris, Tirésias, 4 vol., 2004. LE MANER Yves, THIERY Laurent, « Mémoires de la déportation 1945-2005, La liste des 7 700 déportés et fusillés du Nord-Pas-de-Calais », La Voix du Nord, hors-série, mai 2005.

5  Un corpus des textes fondateurs des différentes décorations (Croix de la Libération, médaille de la Résistance, médaille de la Reconnaissance française) est proposé en annexe de la thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Lacour-Astol, « La Résistance féminine : répression et reconnaissance (1940-début des années 1950). L’exemple du Nord, thèse de doctorat en histoire contemporaine sous la direction de Claire Andrieu, Institut d’Etudes Politiques de Paris, 2010 », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 25 novembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1351

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page