Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Évolution juridique et sociale de la cellule familiale dans l’Espagne franquiste (1938-1970), thèse de doctorat en histoire et civilisation espagnole en cotutelle entre l’Espagne et la France (Université de Cadix, direction Alberto Ramos Santana et Université de Nice, direction Marie-Aline Barrachina), Université de Cadix, 2011

Florentina Rodrigo Paredes

Texte intégral

1Cette thèse étudie la structure de la famille espagnole, et son évolution grâce à l’analyse des relations entre les normes législatives et la politique sociale entre 1938 et 1970. Pendant cette période, la famille subit d’importantes modifications dues aux principes et aux normes imposées par le franquisme. Parallèlement, l’État franquiste évolue sous la pression exercée par les forces sociales et du fait de la modernisation de la famille. Après la victoire des troupes franquistes en 1939, l’État impose une réglementation législative impliquant le retour à un certain nombre de valeurs traditionnelles. Ce retour à la tradition marque une rupture avec les valeurs défendues durant la période républicaine au cours de laquelle de nombreuses lois et réformes visant à l’égalité des droits entre les deux sexes sont adoptée.

2Dans une première partie, on analyse comment l’institution familiale est transformée avec l’approbation de lois sur le mariage civil et sur le divorce (1932), sur l’avortement (1937), la suppression des délits d’adultère et de concubinage (1932), etc. Néanmoins, après la Guerre Civile, l’abolition des lois établies durant la IIe République met fin à cette période d’avancées réformistes: abolition du mariage civil et suppression du divorce (1938), abrogation de la loi sur l’avortement et interdiction des moyens contraceptifs (1941), etc. Par ailleurs, la Charte du Travail (1938) instaure une série de dispositifs interdisant de façon pratique l’intégration des femmes au marché du travail. Cette loi bien qu’elle concerne le monde du travail, bouleverse profondément les normes de la société espagnole à différents niveaux.

3L’État franquiste défend et renforce un modèle familial patriarcal, qu’il voit comme unique modèle possible. Les composants totalitaires et autoritaires du régime influent sur la conception de la société et de la cellule familiale. En pleine guerre civile (1938), on commence à organiser le corps législatif qui instaure et défend les valeurs de la famille patriarcale plaçant ainsi hommes et femmes dans une sphère déterminée de la société : les hommes se trouvent dans la sphère productive et active et les femmes dans la sphère privée représentée par le foyer. Ce modèle traditionnel perdure sous le franquisme dans les années 40, mais commence à se heurter aux changements politiques, sociaux et économiques des années 50 et 60.

4Dans une seconde partie on élabore donc une analyse du cadre législatif franquiste et de ses conséquences pour la cellule familiale en le confrontant à diverses sources écrites (primaires et secondaires). En plus d’interroger la réglementation de différents codes civils et pénaux (Code Civil de 1889, Code Pénal de 1944), nous exploitons des sources telles que des témoignages oraux, des correspondances, des déclarations sous serment, des recensements, etc.

5La réhabilitation de valeurs et fonctions conservatrices au sein de l’institution familiale est aussi analysée comme un projet commun à l’État et à l’Église. Dans les années 40 et 50, l’Église contrôle toutes les valeurs morales de la société espagnole. Elle accorde au mariage canonique les pleins effets civils et annule le mariage civil. Toutes les personnes mariées civilement sous la IIe République sont considérées comme concubins et leurs enfants illégitimes. Les conséquences sont considérables. L’Église devient plus que jamais la gardienne de la conduite morale des Espagnols tandis que son autorité pour guider et diriger la société est ratifiée par la signature du Concordat avec le Saint-Siège (1953) qui rend le pays théocratique. Cette union Église-État reste scellée jusqu’au Concile de Vatican II (1962).

6Mais à partir des années 60, les valeurs franquistes commencent à être remises en cause et une certaine souplesse apparaît dans le code civil et le code pénal. Dans la dernière partie de notre étude, nous montrons les transformations subies par la société depuis la fin des années 50 jusqu’au début des années 70 en utilisant une méthodologie argumentative et descriptive du cadre législatif comme principal fil conducteur. Afin de pallier le décalage qui existe entre les conditions des hommes et des femmes, un projet de Loi est élaboré et un texte définitif approuvé en juillet 1961. Avec l’entrée en vigueur de cette loi, les femmes peuvent avoir accès plus facilement à une activité professionnelle hors du foyer. Même si les changements apportés sont relatifs, cette loi marque le début de mutations qui se concrétisent dans les années suivantes. Notre thèse montre ainsi qu’il n’est pas possible de qualifier de radicales les transformations des normes et comportements connues par le pays de l’après-guerre jusqu’aux débuts des années 60. L’évolution vers des valeurs plus démocratiques et égalitaires se fait progressivement. La vision de la famille, et le rôle que ses membres y occupent, évolue y compris aux yeux de l’Église. Les changements subis par le pays sont suffisamment importants pour contraindre l’État à infléchir ses positions sur de nombreux aspects de l’institution familiale. On reconsidère le rôle égal des conjoints au sein de la cellule familiale, on revient à la cohabitation des sexes dans le travail et les loisirs, et la famille est de plus en plus considérée, non comme une entité collective, mais comme un ensemble de membres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florentina Rodrigo Paredes, « Évolution juridique et sociale de la cellule familiale dans l’Espagne franquiste (1938-1970), thèse de doctorat en histoire et civilisation espagnole en cotutelle entre l’Espagne et la France (Université de Cadix, direction Alberto Ramos Santana et Université de Nice, direction Marie-Aline Barrachina), Université de Cadix, 2011 », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1348

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page