Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

La féminisation de l’armée française pendant les guerres (1938-1962) : enjeux et réalités d’un processus irréversible, thèse de doctorat sous la direction de Gabrielle Houbre, Université Paris Diderot, 2011

Elodie Jauneau

Texte intégral

1« Jamais la femme ne sera l’égale de l'homme dans ce métier, quoi qu'elle fasse. […] La femme soldat est un être hybride et asexué ». Partant de ce postulat défendu par un quartier-maître en 19571, étudier l’histoire du processus de féminisation de l’armée française par le prisme des guerres entre 1938 et 1962 soulève plusieurs interrogations.

2Selon Claude Zaidman, on parle de féminisation « quand des femmes entrent modestement et en petit nombre dans des métiers jusque-là monopole masculin. Cette entrée en douceur, quand il s’agit de secteurs de pouvoir ou présumés tels, évoque l’idée d’une subversion (positive ou négative) selon les positions2. » Et c’est bien la subversion qui jalonne le parcours des femmes dans l’armée, puisqu’en pénétrant ce bastion masculin, elles bouleversent – souvent malgré elles – l’ordre établi, les valeurs et les idées reçues3. Enfin, la notion de féminisation implique « l’idée d’une marche vers l’égalité, égalité en droits, égalité en nombre : la levée d’obstacles juridiques, mais plus encore l’évolution sociale et économique favorisent le « rattrapage » d’un retard historique »4. Entre 1938 et 1962, l’égalité des droits n’est, certes, pas encore atteinte entre hommes et femmes dans l’armée mais il est évident que depuis la Seconde Guerre mondiale, de nombreux obstacles juridiques majeurs sont tombés puisque deux guerres plus tard, les femmes sous l’uniforme sont désormais régies par un statut juridique militaire qui vient mettre un terme aux coutumes et aux lois qui interdisaient aux femmes l’accès à certaine professions ou carrières5.

3Pour autant, l’idée selon laquelle la féminisation d’une profession est corrélative de sa dévalorisation est largement répandue6 et l’accès des femmes à la fonction militaire ne s’est pas fait sans difficultés. Considérant que la féminisation de l’armée française n’a débuté qu’à partir des années 1970, Martin Van Creveld, par exemple, affirme que celle-ci a entraîné son déclin et que les femmes n’y ont « naturellement » pas leur place7. D’autres sociologues et / ou juristes ayant déjà travaillé cette question n’évoquent la période antérieure aux années 1970 qu’en introduction de leur travaux. Ne pas prendre en compte la féminisation de l’armée française pendant les guerres revient à occulter toutes les femmes qui se sont mobilisées – spontanément la plupart du temps – pour défendre leur pays, en dépit des lois du genre qui faisaient de la fonction militaire une exclusivité masculine.

4De quelques centaines au début de la Seconde Guerre mondiale, les effectifs militaires féminins atteignent plusieurs milliers après la guerre d’Algérie. Profitant du décret du 15 octobre 1951 qui leur garantit pour la première fois dans l’histoire, la possibilité d’une carrière militaire sur le long terme, les femmes ont conquis leur place aux côtés des hommes. Mais en théorie seulement. Car encore aujourd’hui – et en dépit d’une histoire militaire glorieuse – les femmes en uniforme sont loin de faire l’unanimité dans l’imaginaire combattant et collectif.

5Ce doctorat propose donc une analyse de la première étape de la féminisation de l’armée française : celle qui s’est déroulée pendant les guerres, celle des militaires féminines de la première génération, sans qui l’accélération du processus dans les années 1970 n’aurait pas été possible. Parce que les effectifs militaires féminins n’ont cessé d’augmenter pendant les guerres, parce que les pionnières sont à l’origine d’une transmission féminine de la mémoire guerrière et parce que ce sont elles qui ont fait tomber un à un les obstacles juridiques et culturels, ce processus revêt un caractère d’irréversibilité dès lors qu’aucun retour en arrière n’était plus possible. La brèche de l’engagement militaire féminin, ouverte pendant la Seconde Guerre mondiale, ne s’est jamais refermée, en dépit des premières lois qui prévoyaient uniquement un engagement « pour la durée de la guerre ».

6De la Seconde Guerre mondiale à la guerre d’Algérie, ce doctorat étudie l’histoire du processus – celle-là même qui faisait jusqu’alors office de « pré-histoire » – de la féminisation de l’armée française en s’attachant à déconstruire celle exclusivement masculine de l’expérience militaire pendant les guerres.

Haut de page

Notes

1  Grade de la marine nationale équivalent à caporal (quartier-maître 2e classe) ou caporal-chef (quartier-maître 1e classe). Q. M. Wattel, Cherbourg, « En juin, M. Q. M. Wattel, de Cherbourg faisait paraître une réponse », Bellone, n° 43, juillet-août 1957, p. 30.

2  Claude Zaidman, « La notion de féminisation. De la description statistique à l’analyse des comportements », Les Cahiers du CEDREF, n° 15, 2007, consulté le 11 janvier 2011, http://cedref.revues.org/499

3  Alain Rey dir., Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1998 (1992) (3 tomes), p. 3671.

4  Claude Zaidman, « La notion de féminisation. De la description statistique à l’analyse des comportements », op. cit., en ligne.

5  Ibid.

6  Marlaine Cacouault, « La féminisation d’une profession est-elle le signe d’une baisse de prestige ? », Travail, Genre et Sociétés, n° 5, 2001, p. 91-115.

7  Martin Van Creveld, Les femmes et la guerre, Monaco, Le Rocher, 2002, p. 18-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Jauneau, « La féminisation de l’armée française pendant les guerres (1938-1962) : enjeux et réalités d’un processus irréversible, thèse de doctorat sous la direction de Gabrielle Houbre, Université Paris Diderot, 2011 », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 22 août 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1346

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page