Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

L’esprit de la chair. Images de la sainteté féminine entre Rhône et Alpes au XVe siècle, thèse de doctorat en histoire médiévale sous la direction Marie-Anne Polo de Beaulieu, EHESS, 2011

Anne Doustaly

Texte intégral

1Dans un espace provençal compris au sens large, du Rhône aux Alpes et de la Méditerranée à la haute Durance, la thèse interroge les choix opérés parmi le sanctoral féminin par les prescripteurs des nombreuses peintures publiques – retables et peintures murales –, les confronte aux cultes, pèlerinages, croyances et à d’autres media promoteurs des saintes –hagiographie, exempla. L’analyse des images et des prix-faits révèle des connivences culturelles entre les commanditaires et les peintres, et des conventions iconographiques qui constituent une culture visuelle de la sainteté féminine, trans-sociale et commune à des commanditaires laïcs comme cléricaux, urbains et ruraux, souverains ou villageois, individuels ou collectifs. Marie-Madeleine, Marthe, et les vierges martyres, principalement Catherine, Marguerite et Lucie, occupent la grande majorité des représentations. Les images de la Vierge sont sollicitées ponctuellement à titre de comparaison et de compréhension du système iconographique global.

2Le substrat historique de cette production médiatique, envisagé depuis le XIIIe siècle, présente des spécificités politiques – souveraineté des Angevins de Naples puis rattachement au royaume de France –, spirituelles – forte présence de dissidences : béguins, Spirituels franciscains, Vaudois – et situe la Provence au cœur d’événements majeurs pour la Chrétienté, comme la papauté d’Avignon et le grand schisme. Dans ces contextes agités de tensions multiples entre cadres institutionnels et spiritualité vécue, perdure la mémoire de saintes à la fois très populaires et absentes des peintures, en particulier Douceline de Digne et Dauphine de Sabran. Les saintes médiévales dûment canonisées comme Claire d’Assise ou Catherine de Sienne sont aussi très peu représentées. Ces choix, qui témoignent d’une normalisation efficace, constituent une spécificité provençale, qui se démarque en particulier des usages communaux italiens, où le sanctoral peint choisi est à la fois plus récent et plus varié.

3Pour comprendre les formes et les usages adoptés, la thèse en réfère aux traditions hagiographiques qui fondent la popularité de ces cultes. Les dossiers hagiographiques sont d’abord étudiés individuellement – particulièrement celui de Marie-Madeleine –, puis comme constitutifs d’une série structurée, relevant d’un système hiérarchisé et totalisant, à la fois ancré en Provence et rayonnant dans tout l’Occident chrétien. L’analyse interne des images révèle des formes spécifiques associées à la féminité – attributs corporels, emboîtements successifs, inversions de genre et euphémisation de la féminité, valorisation des vertus viriles –, qui conduisent à remonter vers les facteurs politiques et ecclésiologiques qui ont présidé à ces choix visuels. Les oppositions formelles entre les représentations des saintes et l’imagerie des saints masculins appellent des interprétations anthropologiques qui s’appuient sur les travaux récents de Jean-Claude Schmitt, Stéphane Breton ou Dominique Iogna-Prat, la représentation des genres étant ici en charge de suggérer le divin, par des transgressions positives, sociales et visuelles, qui, en creux, renseignent sur les lieux communs des catégories genrées médiévales, par un système d’inversion entre sainteté et humanité.

4-Les saintes représentées apparaissent finalement périphériques et latérales, victorieuses à l’image, clairement  déconnectées de la sainteté locale, et simultanément indispensables au dispositif global, comme l’indique, entre autres, la vision totalisante du Couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton. La politique culturelle des Angevins de Naples, les particularités de sa branche provençale, le mécénat princier et royal, en écho et souvent en contraste avec les productions artistiques napolitaines, ont exercé une influence notable sur les choix icono-hagiographiques. Le sanctoral féminin universel et archaïque, qui évince des images les saintes médiévales et ascétiques, est ainsi interprété, avec l’appui des textes de l’hagiographie, de la prédication et des pratiques dévotionnelles, comme un silence politique sur les manifestations d’une piété féminine extrême et incontrôlable – Douceline de Digne, Dauphine de Sabran. Cependant, à y regarder de plus près, les emplois de l’attribut-organe – les yeux de sainte Lucie –, réintroduisent dans des images apparemment conventionnelles les aspects extrêmes, spécifiques et corporels de la spiritualité féminine tardo-médiévale.

5L’ensemble du dispositif médiatique est alors considéré comme contributif d’une culture commune et producteur d’images performantes, organisées dans un sytème spatio-genré et qui deviennent des lieux-communs spirituels et mémoriels, relevant de choix normatifs, à mettre en relations avec les images émises dans d’autres ensembles politiques – Italie, Bourgogne, Flandres. Au tournant du Moyen Age et de la Renaissance l’étude propose finalement d’envisager l’espace provençal et sud-alpin comme un laboratoire des mutations sociales et sensorielles de la fin du XVe siècle, et des jeux de miroirs observables entre les structures politiques ou anthropologiques et les productions artistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Doustaly, « L’esprit de la chair. Images de la sainteté féminine entre Rhône et Alpes au XVe siècle, thèse de doctorat en histoire médiévale sous la direction Marie-Anne Polo de Beaulieu, EHESS, 2011 », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1344

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page