Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Thèses

Une consommation aristocratique et féminine à la fin du XVIIIe siècle : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803), thèse de doctorat d’histoire moderne sous la direction du Professeur Michel Cassan, Université de Limoges, 2010

Aurélie Chatenet-Calyste

Texte intégral

1Si l’historiographie s’est récemment attachée à saisir le pouvoir au féminin et après s’est focalisée sur les reines, s’est intéressée aux princesses de la famille royale, les princesses du sang n’ont – pas encore – suscité l’intérêt. Ainsi, Marie-Fortunée d’Este, dernière princesse de Conti, est une femme discrète et peu connue. Née en 1731, fille de François III d’Este duc de Modène et de Charlotte-Aglaé d’Orléans, elle épouse en 1759 Louis-François-Joseph de Bourbon-Conti, comte de La Marche. Elle entre ainsi dans cette branche cadette de la famille de Bourbon. En 1776, le couple se sépare et la princesse du sang mène dès lors une vie indépendante partageant son existence entre son hôtel parisien rue Saint-Dominique et son château de Triel acquis en 1781. En juillet 1789, elle émigre et quitte la France pour Chambéry, Fribourg, Landshut, Presbourg et enfin Venise où elle meurt en 1803.

2Pourtant, alors même qu’elle appartient à la très haute aristocratie, elle passe de son vivant inaperçue à la cour ou à la ville. Sa présence rarissime dans les récits de ses contemporains est un frein à l’étude de sa vie tout comme le caractère incomplet des sources majoritairement concentrées sur la période française.

3En effet, avec la séparation de biens, la princesse de Conti fonde sa propre maison : elle possède un logement et une domesticité propres et des revenus et des finances autonomes de ceux de son époux. La rupture implique la rédaction des comptes de la maison nouvellement formée. Les papiers personnels de la princesse sont majoritairement composés des comptes de sa maison, des mémoires mensuels de dépenses et des factures des différents marchands et des fournisseurs. Ceux-ci, conservés principalement de 1776 à 1789, sont aujourd’hui déposés aux Archives nationales et représentent un volume de 1 466 pièces soit environ 3 000 pages. D’autres sources ont également été exploitées : le fonds de la Maison de France, les papiers des princes du sang ou du cérémonial royal conservés aux Archives nationales; les ressources de l’Archivio di Stato di Modena…

4Cette thèse, en s’appuyant sur l’analyse du mode de vie et des comptes princiers a donc cherché à examiner comment l’étude de la consommation de la princesse de Conti est révélatrice de tout ou partie de son individualité. Toutes les dépenses ont été examinées : les frais de bouche, de décoration, d’habillement et de santé, les achats de livres, les dépenses religieuses avec l’idée que derrière la sècheresse des comptes affleure une personnalité, une identité.

5L’analyse thématique a été conduite autour de trois grands axes. Le premier moment est consacré à l’examen des structures qui organisent le train de vie princier et offre une étude de la maison de la princesse, de sa constitution. Cette première partie apporte un éclairage sur les finances et leur gestion en s’appliquant à distinguer les trois moments qui organisent l’existence de la princesse : le mariage, la séparation puis l’émigration. Enfin, les fournisseurs au service de la princesse sont étudiés. La seconde partie explore les significations de cette consommation autour de trois thèmes : l’étude des résidences de la princesse et de leur décor, l’examen de la table princière et l’analyse des apparences et du soin du corps de Marie-Fortunée d’Este. Enfin, la dernière rubrique de cette thèse étudie comment la princesse se place « entre le monde et Dieu » à partir de l’examen de ses déplacements, de sa sociabilité, de ses occupations. La religion emplit de plus en plus son existence comme le prouve l’analyse de ses pratiques dévotionnelles.

6Cette étude a offert la possibilité de présenter les diverses facettes de cette princesse.

7Elle est tout d’abord une grande aristocrate. De fait, sa consommation est induite par son rang. La consommation doit aussi témoigner du statut particulier de la princesse du sang. Ce travail a voulu apporter un éclairage sur les princes du sang, ce troisième cercle autour du roi qui demeure encore mal connu particulièrement pour la fin du XVIIIe siècle.

8Enfin, cette étude a souhaité montrer la posture singulière de cette épouse séparée et de cette princesse modénaise qui demeure une Italienne toute sa vie. Elle exprime dans sa correspondance son mal du pays et son sentiment d’être une étrangère à Paris. De 1759 à 1789, la princesse est une expatriée qui connaît des difficultés à trouver sa place dans la société aristocratique française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Chatenet-Calyste, « Une consommation aristocratique et féminine à la fin du XVIIIe siècle : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803), thèse de doctorat d’histoire moderne sous la direction du Professeur Michel Cassan, Université de Limoges, 2010 », Genre & Histoire [En ligne], 9 | Automne 2011, mis en ligne le 21 mai 2012, consulté le 21 octobre 2014. URL : http://genrehistoire.revues.org/1342

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page