Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 1/2

Les voyageuses françaises au prisme de la bibliographie annuelle de l’histoire de France  (de 1970 à 2010)

Isabelle Havelange

Résumés

L’approche du voyage au féminin à travers la Bibliographie annuelle de l’histoire de France permet de faire l'état des lieux des travaux, monographiques ou analytiques, qui existent en français depuis trente ans dans un domaine jusqu’ici très dominé par la recherche anglo-saxonne. Elle rend visibles des textes de voyageuses pour beaucoup oubliés, jamais cités, voire pas reconnus comme relevant du genre viatique lui-même. Elle autorise une typologie du déplacement mise en évidence par la large chronologie couverte (du Moyen Age au XXe siècle).

Haut de page

Texte intégral

1Depuis 1955, la Bibliographie annuelle de l’histoire de France (désormais désignée par le sigle BAHF) est incontournable dans le paysage historique français. Fruit d’une collaboration entre le CNRS et la BnF, elle recense chaque année une moyenne de 10 000 articles et ouvrages français et étrangers concernant l’histoire de France, de la fin du Ve siècle à 1958. La traditionnelle version papier (publiée par CNRS Editions) est assortie de trois index – chronologique, matières (incluant l’intégralité des identifications de personnes et de lieux cités) et auteurs – qui multiplient les possibilités d’accès au corpus dont les notices sont ordonnées selon un plan de classement thématique (en neuf chapitres) correspondant aux grandes spécialités du champ historique. La mise en ligne prochaine de ce miroir de l’histoire de France en facilitera l’exploitation bibliométrique ou historiographique.

2La BAHF a intégré des modifications au cours de son existence. Par exemple l’histoire de la littérature ne fait plus partie des champs qu’elle couvre depuis 1970, cette spécialité étant laissée à la « Bibliographie d’histoire littéraire de la France ». Les informations récoltées dans la BAHF, riches mais non exhaustives,pourront donc être complétées par le recours à d’autres centres de ressources, la BHL mais d’autres aussi, comme il sera détaillé plus  loin1.

3Par souci de cohérence, la recherche sur les voyageuses à partir de la BAHF commence en 1970. Cette approche confirme d’emblée la vigueur de la recherche dans le domaine de l’histoire des voyages depuis une vingtaine d’années. De manière significative, le mot « Voyage » entre dans l’index matières en 1987. L’entrée « Femmes » date de 1976. Le travail des bibliographes est révélateur de cette évolution, indexant aujourd’hui à « voyages » ce qui auparavant aurait strictement relevé de l’histoire littéraire, politique, démographique, religieuse ou scientifique.

4Une première approche à partir de ces index prouve, s’il en est besoin, à quel point l’étude du voyage porte sur le déplacement au masculin, ne renvoyant qu’à 3 % de périples de femmes.

5Au départ de toute étude large sur le voyage, il s’agit d’abord de définir clairement l’objet de la recherche. Parle-t-on du seul trajet ? Un déplacement politique ou religieux est-il considéré comme un voyage ? A partir de quelle distance parle-t-on de voyage ? À partir de quelle durée une femme cesse-t-elle d’être une voyageuse pour devenir migrante ou missionnaire ? La réponse donnée ici à ces questions est délibérément subjective et elle n’a pas l’ambition de l’exclusivité, vu la complexité de la définition même du « voyage » (le séminaire tenu à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, dont est issu cet article, l’avait amplement démontré)2.

6Dans cette démarche bibliographique, deux types de titres ont été retenus : d’une part, ceux qui offrent un des mots pouvant désigner une femme qui voyage (voyageuse, mais aussi aventurière, émigrée, pèlerine, curiste, migrante, réfugiée, exilée, déportée, missionnaire, coloniale, exploratrice, pionnière, vagabonde, itinérante, touriste, promeneuse, flâneuse…) ; d’autre part les notices consacrés à des voyageuses connues, ou mariant un nom évocateur à une destination précise.

7Ainsi dépouillée sur 40 ans, la BAHF fait émerger plusieurs centaines de références. Elles sont consacrées majoritairement à des déplacements individuels, tous types de publications confondues : éditions de textes, extraits de correspondance, ouvrages, rééditions, courts articles autant que communications savantes. Il a donc été possible ainsi de dresser une liste qui fait émerger les noms de quelque 135 voyageuses françaises (plus une dizaine d’étrangères en France), qui se répartissent chronologiquement de la manière suivante, chacune pouvant faire l’objet de plusieurs références :

84 noms ont été identifiés pour le Moyen Âge, 3 pour le XVIe siècle, 7 pour le XVIIe siècle, 12 pour le XVIIIe siècle (plus une étrangère en France), 6 pour la Révolution (plus deux étrangères en France), 61 pour le XIXe siècle (plus 7 étrangères en France), 45 pour le XXe siècle, dont plus de la moitié concerne la déportation pendant la Seconde Guerre mondiale (plus une étrangère en France).

9Cette liste de références sur les voyageuses -présentée en annexe- ouvre des pistes à ce domaine de recherche en plein essor et permet d’avancer les lignes de force d’une histoire du voyage féminin en train de se construire, enrichissant les quelques rares études synthétiques publiées sur le sujet.

I. Se déplacer du Moyen Age à l’époque moderne

10Le déplacement féminin au Moyen Age et aux débuts de l’époque moderne, appréhendé depuis une dizaine d’années, ressort essentiellement d’une histoire politique de l’itinérance des seigneurs qui inclut les reines et leur « maison » et qui ne prendra fin que sous Louis XIV. En 1997, Monique Sommé étudie, dans un article publié dans la Revue du Nord,l’exemple d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne3 (à qui par ailleurs elle consacre sa thèse). Dans un ouvrage collectif publié en 2001, elle présente Agnès de Clèves, nièce de Philippe le Bon, qui voyage de Flandre en Navarre en 14394.

11Dans un numéro récent de la revue CLIO HFS consacré à l’histoire des voyageuses, Dorothea Nolde montre comment princesses à l’époque moderne se font médiatrices politiques et passeuses culturelles5.

12Le second type de déplacement que les sources permettent de retracer est celui des religieuses, pour qui le voyage est avant tout une nécessité imposée par le projet spirituel. Concernant le Moyen Âge, peu étudié en raison du manque de sources, il faut citer une première étude qu’en 1988Francine Michaud, spécialiste du patrimoine marseillais du XIIIe siècle, consacre au pèlerinage d’une béguine marseillaise sur les routes d’Italie en 13016.

13Les historiens ont étudié les trajectoires des ordres nouveaux, masculins et féminins, qui, après la Contre-Réforme, quadrillent l’Europe occidentale de leurs fondations. Pour cerner l’aspect spécifique du déplacement, il faut relire les sources, tel ce récit du voyage d’Espagne des carmélites au XVIe siècle, écrit par la Mère Louise de Jésus, et proposépar la Revue Carmel en plusieurs numéros étalés sur plusieurs années7.

14C’est la religion qui fait franchir les mers aux religieuses, ces femmes paradoxalement tenues à l’enfermement. Dès le XVIIe siècle, l’implantation des missions en  Nouvelle-France suscite les premiers départs. Les biographies consacrées aux pionnières parties dès les années 1630-1640, comme Jeanne Mance, Margueryte Bourgeoys, Mme de La Peltrie, et plus encore Marie Guyart, dite de l’Incarnation jalonnent la BAHF. Dans les relations écrites que les futures missionnaires adressent à la maison mère figurent les difficultés de la traversée et l’arrivée à bon port. C’est à Elisabeth Dufourcq que l’on doit la fresque la plus vaste consacrée à cette implantation hors d’Europe des religieuses françaises, qui évoquent dans les comptes rendus réguliers destinés à la maison mère les périls de la traversée. Elle y consacre une thèse de l’Institut d’études politiques en 1991, qui paraît deux ans plus tard sous le titre Les congrégations religieuses féminines hors d'Europe de Richelieu à nos jours : histoire naturelle d'une diaspora et qui vient d’être réédité8. Quelques travaux - canadiens ou français - ont d’ores et déjà amorcé une nouvelle lecture des archives religieuses à travers les correspondances, annales, chroniques… souvent soigneusement conservées et où s’inscrivent les traces de ce groupe important de voyageuses de l’Ancien Régime. Mary Ann Foley, dans un colloque sur l’écriture de l’histoire religieuse au Canada, publie en 1997 un article sur « La vie voyagère for women : moving beyond cloister in seventeenth century France »9. Englobant une périodicité plus large, Nicole Pellegrin propose dans le numéro de la revue Clio HFS consacré aux « Voyageuses », une contribution sur « La clôture en voyage », allant du XVIIe au début du XIXe siècle10.

15Un autre groupe de migrantes arrive en Nouvelle-France, celui des Filles du roy, destinées à peupler la nouvelle colonie au XVIIe siècle. Cette migration a été étudiée surtout d’un point de vue démographique, sans qu’émerge - du moins dans la BAHF - de destin isolé11. Cette approche sera utilement complétée par le site électronique de la SIEFAR et son précieux  Dictionnaire des femmes de l’ancienne France.

16L’expérience du voyage laïque entre le Canada et la France ne se limite pas aux Filles du Roy. Elle est lisible dans des correspondances particulières, comme celle de Mme Bégon, veuve d’un gouverneur de Trois-Rivières, qui, au XVIIIe siècle,  a correspondu avec son beau-fils en France. La BAHF signale dès 1972 une édition des Lettres au cher fils12, assez remarquables pour faire l’objet de plusieurs articles.

17Les religieuses voyagent aussi en Europe. En 2005, Laurence Lux-Sterrit, fait paraître un ouvrage et un article sur les ursulines françaises mais aussi sur les dames catholiques anglaises qui, fuyant l’Angleterre au XVIIe siècle, viennent s’établir sur le Continent13. Elle aborde à nouveau ce thème la même année dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine.

18Quant aux déplacements des aristocrates, ce sont les correspondances et mémoires qui permettent d’en retracer les modalités et conditions. Ce type de source essentielle et encore largement inexploitée a été privilégiée par Elizabeth Goldsmith pour publier, en 2007, une contribution originale consacrée aux femmes fugitives à l’époque de Louis XIV, qu’elle appelle « ces enjouées aventurières » et qui est inséré dans un ouvrage collectif sur« Le rire des voyageurs » 14. Elle sollicite les mémoires de Madame de Scudéry puis celles d’Hortense et de Marie Mancini et de Marie-Sidonie de Lénoncourt, marquise de Courcelles, pour marquer l’évolution des conditions matérielles du transport au cours du XVIIe siècle. Elle retrace aussi le contexte social où les prétentions de ces grandes dames à voyager à leur gré, fuyant maris et tracasseries judiciaires, s’obligeant à garder le bon aloi d’une attitude enjouée dans les difficultés devient, aux yeux de leurs contemporains, source de fascination et de divertissement comme en témoignent les mémoires de Mme de Sévigné.

19Et les jeunes filles, que sait-on de leur mobilité ? Il n’y a rien de similaire, pour elles, au Grand Tour de leurs frères dans les différents pays européens aux XVIIe et XVIIIe siècles. Dans ce contexte, le manuscrit de 1769 relatant le voyage de Paris à Besançon que fait la fille du duc de Mortemart, calqué sur la tradition masculine du voyage pédagogique, est exceptionnel. Cette jeune noble parisienne a dix ans lorsqu’elle écrit, sous la direction d’un précepteur, ce voyage de trois mois qui l’amène avec sa famille visiter ses deux frères élèves à l’école d’artillerie de Strasbourg. En 2002, Laetitia Gigault fait de l’édition critique et de l’étude de ce document son mémoire de maîtrise à l’université de Strasbourg, sous la direction d’Isabelle Laboulais-Lesage15. Le texte est publié intégralement en 200616. Un compte rendu paru la même année dans la revue Histoire de l’éducation met en cause l’authenticité de l’écriture enfantine17.

20Les codes de l’écriture personnelle du voyage ne s’improvisent pas. Ils répondent à des stéréotypes attendus18. Mme de Genlis, dans Adèle et Théodore (1782), ou dans les Leçons d’une gouvernante, développe sa conception du voyage pédagogique, apprenant à ses jeunes lecteurs et lectrices l’art de prendre des notes et de faire des fiches au cours du voyage, à la manière de tous ces extraits dont elle fait le matériau de ses propres ouvrages. Dans cette veine d’une écriture juvénile féminine, Elena Gretchanaia et Catherine Viollet viennent de publier les journaux inédits de jeunes russes francophones parties découvrir le monde. Ils reflètent les anciens réseaux de sociabilité aristocratique entre 1789 et 1854, annonçant le journal plus tardif de Marie Bashkirtseff19.

21Dans  un ouvrage daté de 2006, Yasmine Marcil parle, à propos de la seconde moitié du  XVIIIe siècle, de l’engouement pour les voyages relayés par la presse périodique20. Dans l’ensemble, le public a surtout connaissance des voyages qui se déroulent en Europe. Toutefois, bien que peu nombreuses, les expéditions de découverte comme celles de Bougainville dans le Pacifique ont profondément marqué le public. Et lorsqu’une femme les accompagne, elle est assurée de la gloire, même ambiguë ! C’est le cas de Jeanne Baret, qui, en 1767, se travestit pour prendre part à l’expédition. Ce destin hors norme a  été revisité récemment par Carole Christinat, respectivement en 1995 et 199921. Dans un autre registre, Jeanne Baret a été récemment hissée aupanthéon contemporain des célébrités « grand public » : elle fait partie des dix-sept femmes de divers pays et de diverses périodes  répertoriées en 2007 par Frédérique Chevalier dans Les grandes aventurières22.

22L’étude des « Premières françaises dans le Pacifique à bord des expéditions de découverte »23 est abordée par Gabriel Valet dans un article de 2001. A côté de Jeanne Baret, il fait figurer Louise Girardin avec l’expédition d’Entrecasteaux au débit des années 1790. Elle occupait sur le bateau la charge de commis aux vivres. Gabriel Valet évoque aussi Rose de Freycinet, qui en 1817-1818 fait le tour du monde à bord de l’Uranie. Comme Jeanne Baret, ces deux dernières ont eu recours au travestissement. Marc-Serge Rivière avait déjà édité en 1996 le journal de bord de Rose de Freycinet24. L’année suivante, il publie une étude portant sur la  « Perspective féminine d’un grand voyage scientifique : le journal de Rose de Freycinet »25.

23Il est possible de retrouver des traces de ces périples hors normes à cause justement de leur côté spectaculaire, transgressif. A l’opposé de ces voyages exotiques ou des voyages aristocratiques, Sébastien Jahand a étudié récemment le déplacement des femmes du peuple itinérantes dans la France du Sud-Ouest des XVIIe et XVIIIe siècles, à partir du dépouillement minutieux des registres paroissiaux26.

II. Pérégrinations révolutionnaires

24Sous la Révolution, les conditions de circulation sont soumises à des contraintes particulières.  En 1997, Denis Schneider publie une étude sur la circulation des femmes en Moselle en 1793-1794, basée sur l’analyse des passeports qu’il compare à ceux qui sont délivrés aux hommes27.

25Le départ des religieuses obligées de fuir leur couvent est illustré dans la BAHF à travers la publication de chroniques d’une calvairienne du faubourg Saint-Germain, sœur Saint-Maur Miel28. Présentées d’abord en 1990 par la revue Citeaux, ces Chroniques de moniales ont été publiées et annotées en 2003 par Louise Coudanne29.

26Quant à l’émigration des aristocrates, c’est encore à travers les mémoires et les correspondances féminines, mais aussi la littérature romanesque ou pédagogique qu’il est possible de le retracer.

27En émigration, les femmes peuvent être confrontées à la nécessité de gagner leur vie. Dans ce cas, l’éducation est un débouché honorable. Dans un colloque de 2007 sur les « Femmes éducatrices au siècle des Lumières », Katherine Astbury étudie l’activité de quelques éducatrices françaises à Londres pendant la Révolution30. Il serait intéressant de revisiter les conditions de leur départ, pour autant que le permette les sources.

28Un autre aspect du déplacement féminin suscite l’intérêt depuis peu : celui des femmes qui accompagnaient l’armée, vivandières, cantinières, blanchisseuses et autres combattantes (portant un nom masculin et habillées en soldat) telle Thérèse Figeur (dite "Sans Gêne"), enrôlée dans les Armées de la Révolution et du Premier Empire31. On renverra ici à l’ouvrage récent de Thomas Cardoza32 et au  site consacré aux femmes sous l’uniforme à l’époque napoléonienne de Robert Ouvrard33.

29Pendant la décennie révolutionnaire, les récits de voyageuses étrangères sont porteurs d’un regard extériorisé, rejoignant par écrit la voix des Françaises qui s’expriment publiquement sur la Révolution. Stephen Bending et Stephen Bygrave ont rassemblé, en 2007-2008, les facs-similés de diverses éditions de textes anglophones de voyages féminins dans la France des années 1789-179934. En 1991, un colloque sur le voyage révolutionnaire publié par Willem Frijhoff et Rudolf Dekker fait la place à deux contributions sur des voyageuses hollandaises : Etta Palm, d’une part, féministe engagée qui remplissait des fonctions diplomatiques pour le compte du gouvernement hollandais de 1778 jusqu’à 1792 et Betje Wolf, femme de lettres, traductrice de madame de Genlis35. Dans un colloque de 1992, Pierre Arnaud nous présente Anne Radcliffe, pionnière du roman gothique, et son séjour en France au moment des guerres de la Révolution36. Caroline Franklin  a récemment publié les Letters from France d’Helen Williams, poète et nouvelliste anglaise, ardente partisane des idées révolutionnaires37. Caroline Franklin est  par ailleurs auteure d’une biographie de Mary Wolstonecraft38. En 2006 enfin vient d’être réédité un texte resté anonyme, sous le titre « Une anglaise témoin de la Révolution française , 1794-1795 », qui au contraire prend le  parti de la monarchie constitutionnelle39. Pour sa valeur historique, le texte avait été traduit par Taine en 1876.

III. Le siècle des voyages : le XIXe siècle

30Dès le Consulat, L’attraction de la France et de la capitale sur les étrangères se déploiera dans toute sa force. Cette époque inaugure le « siècle des voyages », auquel a été consacré un numéro spécial de la revue Sociétés et représentations40. Ce numéro ne contient pas de contribution propre au voyage féminin, même s’il y invite. Cet angle vide est comblé par un ouvrage collectif publié en 2008 sous la direction de Nicolas Bourguinat41, dont les études couvrent la période contemporaine depuis les Lumières et le romantisme jusqu’au milieu du XXe siècle. Les acquis de deux décennies de recherches sur l’histoire des femmes voyageuses est synthétisé dans l’article introductif de Nicolas Bourguinat (« Voyage et genre, une interrogation renouvelée »42). Denise Brahimi ensuite, dans « Les femmes voyageuses, de l’espoir à la désillusion (1830-1930 », étudie la part d’émancipation et de progrès social dont ont pu être investi ces périples43. Alliant approches historiques, géographiques, littéraires et scientifiques, les études les plus récentes sur le XIXe siècle constituent donc un domaine historiographique en pleine constitution qui replace dans son contexte la notion de « tourisme », apparue dans les années 183044.

31La notion de genre y est conviée d’autant plus qu’au XIXe siècle, les récits féminins se multiplient et deviennent une véritable catégorie dans l’histoire générale des voyages, autorisant des études d’ensemble. Dès 1985, Christel Mouchard, dans les Aventurières en crinoline45 s’était attachée à retracer des parcours exceptionnels.

32En 1996, Bénédicte Monicat rassemble et étudie, dans une lecture novatrice pour la France, un corpus de plus d’une centaine de textes, pour la plupart oubliés, de voyageuses ayant sillonné l’Europe ou les autres parties du monde. L’examen de ces textes lui permet de marquer la particularité de l’écriture féminine par rapport à l’ensemble de la littérature de voyage46. En 2007, Françoise Lapeyre publie une nouvelle étude fondée sur les récits de 77 voyageuses ayant parcouru  les divers continents, à l’exclusion du reste de l’Europe47. La confrontation de ces deux derniers ouvrages, celui de B. Monicat et celui de F. Lapeyre, fait émerger les noms de 130 voyageuses, dont la liste n’est pas strictement identique à celle établie à partir de la BAHF, et dont les récits ont fait l’objet pour certaines de rééditions récentes (voir l’annexe).

33Par la BAHF, il est possible en outre de repérer des éditions inconnues de textes qui concernent essentiellement le voyage en France. On peut citer par exemple celui de Clotilde de Forbin-Gardanne, dont le séjour en Provence a été présenté par François Pourcelet en 1994 et publié par ses soins l’année suivante48. Les revues locales permettent de suivre la trace, à travers leurs journaux de voyages, d’une certaine Marie-Jeanne Bougourd à Mâcon à l’époque napoléonienne49, d’une Mme Jeffre pendant la Restauration50, ou d’une Mme Marchand sous la Seconde République51. En 2001, Jacques Staes présente et publie la correspondance du séjour de la comtesse Lucie Van der Straten Pontholz à Pau et sur la Côte basque52. Ses lettres sont écrites lors d’un séjour dans une ville d’eau. A côté de l’histoire bien connue des stations thermales, ce type de séjour, vu du point de vue féminin, ne fait l’objet que de quelques relations anecdotiques dans la BAHF. Il s’agit pourtant l’une des formes les plus conventionnelles du voyage au féminin depuis l’Ancien Régime.

34L’examen de l’ensemble foisonnant des récits de voyage au XIXe siècle permet d’observer l’émergence de nouvelles motivations du déplacement,  comme le voyage de noces, qui commence tout juste à être étudié. Dans la BAHF, seule une notice anecdotique en 1997 évoquait ce thème à propos de Stéphanie de Pellapra, fille naturelle de Napoléon Ier53. En 2007, Sylvain Venayre publie la première approche synthétique de ce phénomène ritualisant la séparation de la jeune mariée d’avec sa famille d’origine, qu’il présente comme un « anti-voyage »54.

35À côté du voyage de noces, le départ d’un grand nombre de femmes pouvait être motivé par l’accompagnement de l’époux, ainsi que l’a étudié Margot Irvine en 200855. Mais il arrive aussi qu’elles partent seules, en cure par exemple, ou en voyage de convalescence. Au XIXe siècle, d’autres types de voyages exaltent au contraire les forces physiques et morales de la femme, comme les expéditions sportives. L’alpinisme particulièrement semble avoir été propice à des exploits singuliers qui ont donné naissance à des écrits, comme l’ouvrage qu’Henriette d’Angeville publiera après avoir fait l’ascension du Mont-Blanc en 1838. Première femme à réussir cette ascension et à l’écrire, elle est devenue une sorte d’icône en son temps. Le récit qu’elle en fait, publié une première fois en 1839, a été réédité en 198756.

36La pratique genrée du sport de montagne est un nouveau sujet historiographique, illustré particulièrement par les travaux récents de Cécile Ottogalli-Mazzacavallo. Au départ de nombreux articles parus dans des revues nationales et internationales57, il faut citer sa thèse de doctorat publiée en 2006, où elle traite de la question de la transformation des rapports sociaux de sexe et fait ressortir les origines sociales aisées des femmes concernées par le défi de la montagne, et le genre de voyage qu’il induit58.

37Il fallait aussi beaucoup de détermination pour accompagner les missions scientifiques. On retrouve dans la BAHF les noms les plus connus de ces voyageuses d’un nouveau type, comme ceux de Marie Ujfalvy qui accompagne dans ses expéditions son mari son mari ethnologue et linguiste austro-hongrois ; de Jeanne Dieulafoy, archéologue, collaboratrice de son mari Marcel Dieulafoy, ou de Léonie d’Aunet qui participe en 1839, à 19 ans, à un voyage d'exploration français au Spitzberg avec son fiancé, peintre de l'expédition. Une biographie récente vient d’être consacrée à celle qui deviendra la maîtresse de Victor Hugo59. L’étude de la participation féminine à ces expéditions lointaines, de la force physique et morale qu’elle suppose, de la participation spécifique au travail scientifique, des particularités de l’écriture qui en émane, enrichissent à la fois l’histoire des sciences et du genre. En 1999, Muriel Augry-Merlino en fait la première la démonstration dans une contribution intitulée « Voyages au féminin et visions archéologiques », insérée dans un colloque consacré à Vivant Denon60. En 2004, un ouvrage américain est consacré aux pionnières (françaises et anglo-saxonnes ) que furent à plus d’un titre les femmes archéologues61.

38Depuis la deuxième moitié du XIXe siècle déjà, l’écriture du voyage scientifique s’accompagne pour les voyageurs/euses de l’acquisition de certaines techniques, comme la photographie qui imprime sur la pellicule l’arrêt du temps. Cela exige tout un savoir-faire, de l’énergie face à la lourdeur du matériel et, pour la photo documentaire, une conception non improvisée de ce travail62.. Jane Dieulafoy, lors des expéditions archéologiques en Perse aux côtés de son mari, est photographe et rédactrice du journal des fouilles. Marie Ujfalvy elle aussi rapporte des clichés, de préférence aux croquis et aquarelles. Les travaux d’Isabelle Massieu (1844-1932), qui parcourt l’Asie en solitaire à la fin du XIXe siècle, lui permettent de devenir membre de la Société de géographie et de développer toute une activité de conférencière. Un livre signé par Christelle Laurent a été récemment consacré à l’aspect photographique de son activité, support de son travail géographique63.

39Une autre spécificité du périple féminin au XIXe siècle se profile dans le nombre croissant de déplacements vers les sanctuaires et lieux saints de France, d’Italie ou de Palestine, qui se font en groupe, en voyage organisé ou en famille. Il est paradoxalement peu étudié. Bénédicte Monicat en aborde le thème à travers quelques récits du XIXe siècle64. La BAHF permet de retrouver deux éditions de textes. La première, publiée en 1995 par la revue historique locale de Fougères, publie les pages inédites du Journal de voyage en Terre sainte d’une certaine Pauline Montembault en 190865. Le second, paru  en 2002 aux Éditions Siloé sous le titre La chevauchée des cent femmes66, relate le départ d’une centaine de femmes pour la Palestine en 1884.

40Comme aux siècles précédents, la foi religieuse autorise et justifie les départs féminins. Dans la mouvance du nouvel essor missionnaire, des religieuses sont dispersées dans tous les continents.Du côté protestant, sœurs ou épouses de missionnaires sont souvent « invisibles » : aucune référence n’a été relevée à leur sujet. Du côté catholique, à côté de la vaste étude proposée par Elisabeth Dufourcq évoquée plus haut67, la BAHF permet de repérer des études portant sur des ordres particuliers68 ou consacrées aux personnalités les plus connues. Émergent essentiellement les noms d’Anne-Marie Javouhey (1779-1851) fondatrice des soeurs de Saint-Joseph de Cluny  en Amérique (de 1822 à 1843), d’Émilie de Vialar (1797-1856) qui implante les religieuses de la congrégation de Saint-Joseph de l’Apparition en Algérie, ou de Marie-Françoise Perroton, figure de proue de la mission mariste en Océanie en 184569. On peut y ajouter d’autres grandes figures, comme Philippine Duchesne ou Madeleine-Sophie Barat70 implantées toutes deux dès 1818 en Amérique du Nord. Chacune de ces missionnaires, dans la BAHF, fait l’objet de plusieurs biographies.  Mais leur expérience est à relire à la lumière de la nouvelle problématique du voyage, comme le fait par exemple Chantal Plaisant, dont les travaux universitaires portent sur les correspondances missionnaires71. Depuis 2007, elle dirigeune collection sur les anthologies missionnaires (Turnhout, Brepols), où Elisabeth Dufourcq a publié une anthologie de textes féminins72. Citons aussi le récent travail de l’américaine Sarah Ann Curtis sur les femmes missionnaires73.

41Une nouvelle  migration massive est celle que la politique coloniale et étrangère entraîne en Afrique noire, au Maghreb et en Asie. Le fait colonial étant une affaire d’hommes, l’historiographie française a fait preuve pendant longtemps d’une totale cécité à l’égard de l’histoire des femmes pendant cette période. En 1985, pionnières en la matière, Yvonne Knibiehler et Régine Goutalier proposaient La femme au temps des colonies74, rompant avec cette invisibilité historique évoquée encore par Odile Georg en 199875. Depuis, la recherche universitaire internationale atteste cette place de l’expérience féminine de l’Outre-Mer. Ces questionnements aboutissent au croisement des études post-coloniales et du genre, à la manière des travaux de Marie-Paule Ha, dont nous citerons par exemple le « Portrait of the Young woman as a Coloniale » (2004) ou  « La femme française aux colonies… » (2005)76. C’est dans cette veine que se situent aussi de nouveaux travaux de Benedicte Monicat : en 2002, elle étudie « L’Algérie des voyageuses », dans le cadre de mélanges offerts à Del Litto 77. La même année, Anne-Lise Drouot présente les axes de son DEA dans les Cahiers de publications doctorales de l’Université Marc Bloc de Strasbourg : le thème en est « Genre, voyages et colonies : une lecture des récits de voyages de femmes en Afrique du Nord, 1830-1930 »78. En 2007, Renée Champion consacre sa thèse aux Récits de voyageuses d’expression française en Orient entre 1848 et 191179. En 2008, Rebecca Rogers décrypte, dans une perspective comparatiste, les regards des voyageuses anglaises et françaises en Algérie au XIXe siècle80. L’année suivante, Claudine Robert-Guiard publie une étude sur les Européennes dans l’Algérie coloniale.81 L’américaine Julia Clancy-Smith, qui en 1998 déjà lisait à la lumière du genre la « domestication de l’Empire »82, signera en 2011 un nouvel ouvrage sur les migrations coloniales, intitulé Mediterraneans : North Africa and Europe in an age of migration, c. 1800-190083.

42Loin de la France, en-dehors du cadre colonial, un pays comme l’Égypte attire des personnalités aussi diverses que la poétesse Louise Colet ou que la saint-simonienne Suzanne Voilquin. La fascination qu’exerce ce pays -sur les femmes notamment- a fait l’objet d’une exposition organisée à Turin en 1998 par Enrichetta Leospo et Muriel Augry-Merlino84. Elle est également étudiée par  John David Ragan depuis les années 199085.

43La militance peut être un autre puissant motif de départ. Adossés à l’histoire du saint-simonisme, du socialisme ou du féminisme, les écrits de voyageuses engagées, telles Suzanne Voilquin (1801-1877), Flora Tristan ou Olympe Audouard, pour radicalement différents qu’ils soient les uns des autres, sont les plus documentés dans la BAHF dans la mesure où leur participation active aux débats sociaux font d’elles des figures publiques, largement étudiées et rééditées. La suffragiste Hubertine Auclert, qui n’a pas laissé de récit de voyage, pourrait enrichir la liste.

44Des approches récentes intègrent ces grands textes de voyage dans une problématique renouvelée.  Le Tour de France de Suzanne Voilquin de 1844, dont le but affirmé est idéologique et politique, est replacé par Cécile Meynard en 2003 dans le contexte du voyage romantique par rapport auquel il lui apparaît comme une antidote86. Rien à voir avec ces citadines flâneuses de l’époque romantique qu’évoque Catherine Nesci en 200787. Pour Susan Foley, qui se penche sur Flora Tristan et Olympe Audouard dans Women’s History Review en 2004, c’est le voyage en lui-même qui participe à leur émancipation et à leur recherche de la liberté88. Le lien entre écriture du voyage et féminisme est également mis en lumière par Bénédicte Monicat à propos de Olympe Audouard89. À partir des récits de cette dernière, c’est un autre angle d’approche qui est proposé par Muriel Augry-Merlino. Elle relit les textes en privilégiant les conditions pratiques du voyage, intégré dans un colloque de 1997 sur « Les écritures du chemin de fer » et sur la nouvelle conception du temps qu’impose ce nouveau moyen de transport90.

45L’engagement politique peut mener à l’exil ou la déportation, comme ce fut le cas pour Louise Michel, elle aussi très étudiée si l’on s’en réfère à la BAHF. Déportée en 1873 en Nouvelle-Calédonie avec les Communards, elle laisse dans sa correspondance un témoignage précieux sur les Canaques avec qui elle reste pendant dix ans. Par ailleurs, Odile Krakovitch a présenté des « Lettres de bagnardes et prisonnières » du Second Empire et des débuts de la Troisième République dans un colloque paru en 1993 sur Les expériences limites de l’épistolaire91.

46Certaines femmes sont parties dans le cadre d’un voyage professionnel : peintres, comme Marie-Anne Collot au XVIIIe siècle92 ou Madame Vigée-Lebrun ; actrices, comme Rachel ou Sarah Bernardt, dont les voyages restent sous-étudiés, tout comme celui des gouvernantes et préceptrices93. Et pourtant ces dernières, tout particulièrement,  sont nombreuses. Souvent filles d’élites désargentées, elles circulent à travers toute l’Europe, poussées par la nécessité économique. L’Alsace-Lorraine semble avoir été un vivier de départs pour les pays de l’Est. En 1993, les Cahiers lorrains proposent une étude sur Eugénie Devilly, partie en Russie comme préceptrice94. Dans la même revue, Nicolas Stoskopf présente Amélie Weiler (1822-1895)95 dont il édite le journal en 199496. Dès ses 18 ans, cette jeune fille caressait le rêve de devenir gouvernante. Elle ne pourra le mettre à exécution que longtemps plus tard, en 1858. Patricia Szafranski a consacré sa thèse à l’archéologie de ce journal intime97. De la même manière, on sait qu’Henriette Renan (1811-1861) a résidé plusieurs années en Pologne pour gagner l’argent nécessaire aux études de son frère. Ses lettres, largement publiées, seraient elles aussi à relire dans l’optique spécifique du voyage98. Dans le numéro de la revue Clio HFS consacré aux voyageuses, Loukia Efthymiou propose le récit de voyage de quatre enseignantes à la Belle Époque99. Une autre approche, celle des rapports des boursières financées pour voyager par le banquier visionnaire et philanthrope Albert Kahn  est proposée par Witney Walton qui établit une comparaison avec leurs homologues masculins100.

47Au tournant du siècle, le temps du voyage en solitaire évolue vers une reconnaissance de grandes voyageuses qui bénéficient de nombreuses études, telle Isabelle Eberhardt. Au trajet géographique s’ajoute le parcours spirituel : elle deviendra  soufi. Ses écrits d’Afrique du Nord, publiés peu après sa mort, nourris d’une expérience aux transgressions multiples, fascinent et connaissent un énorme succès. Une autre figure mythique s’impose au tournant des XIXe et XXe siècles, celle d’Alexandra David-Néel101, orientaliste et tibétologue.Après un séjour de jeunesse en Inde puis à l’opéra de Pékin, son œuvre se développe à partir des expéditions qu’elle fait en Chine et dans l’Himalaya entre 1911 et 1946. En 1924, elle est la première femme d’origine européenne à séjourner à Lhassa, exploit qui contribua fortement à sa renommée.

48Le rapport au temps et à l’espace peut s’interroger aussi sous l’angle technique de la vitesse de déplacement, en chemin de fer d’abord puis en avion. Bernard Marck, spécialiste de l’histoire de l’aéronautique, est l’auteur en particulier d’un ouvrage sur les aviatrices102 et d’une biographie d’Hélène Boucher103. Sa dernière étude, en 2007, présente en parallèle héros et héroïnes de l’aviation104. La BAHF fait surgir d’autres noms, comme ceux de Maryse Bastié ou d’Adrienne Bolland, qui par leurs exploits franchissent elles aussi les frontières assignées à leur sexe105. Un petit article de 1973 présente en outre des souvenirs de montée en ballon, illustrant la recherche de nouveaux types de transport106.

49Du côté des mers, il faut citer d’abord Anita Conti (1899-1997), exploratrice et photographe. Cette première femme océanographe française a fait elle aussi l’objet de plusieurs articles et biographies. Un site lui est dédié107.

50Travailler dans le domaine de la presse implique une pratique du déplacement et un style d’écriture particuliers, illustrés par exemple dès la fin du XIXe par Th. Bentzon (1840-1907), de son vrai nom Marie-Thérèse de Salm-Blanc. Cette journaliste a été récemment étudiée par Anne-Caroline Sieffert qui présente les spécificités du regard féminin dans les enquêtes menées aux États-Unis pour une grande institution comme La revue des deux mondes108. Dans la première moitié du XXe siècle, le nom d’Andrée Viollis (1870-1950) s’impose dans le domaine du grand reportage. Plusieurs études viennent de lui être consacrées, parmi lesquelles on citera principalement celles d’Anne Renoult, ce qui lui a valu en 2004 le prix Mnémosyne109.

51Certaines personnalités font l’expérience de plusieurs types de voyages, comme Germaine Tillion dont la forte personnalité traverse tout le siècle. De cette figure d’exception, nous retiendrons son  expérience d’ethnologue dans les Aurès algériennes dans les années 1930. Nous retiendrons aussi sa déportation à Ravensbrück, dont elle revient, en ethnologue, porteuse de la mémoire d’un déplacement de l’extrême. Son décès récent a suscité de nouveaux hommages et de nouvelles publications. Elle porte haut ces voix qui, du bout de la nuit, ont rapporté des témoignages restés longtemps inaudibles, tout comme ceux des hommes. La part féminine de ces voyages subis (et souvent mortels pour les non-survivantes, donc non-écrivantes…) suscite un intérêt très récent comme l’atteste la journée d’étude consacrée, le 12 mars 2008 à Angers, au thème « Femmes et déportation ». Cette rencontre se base sur l’étude du cas de Ravensbrück, principal camp de destination des 8850 femmes déportées de France par mesure de répression (au moins 6600 d’entre elles y furent détenues).

52La période de la guerre a aussi entrainé les résistantes dans des voyages singuliers. Nous retiendrons celui de Lucie Mazauric, conservatrice au Louvre, qui a mis à l’abri une part importante des objets d’art pour les soustraire aux Nazis. Ses mémoires ont été publiées dès 1967, puis à nouveau en 1978, sous le titre Le Louvre en voyage, 1939-1945, ou ma vie de château avec André Chamson110.

53La typologie des mots féminins du voyage n’est pas close. La multiplicité des angles d’approche fait surgir pour le second XXe siècle, non couvert par la BAHF, d’autres types de déplacements encore, liés à l’évolution sociale, technique, au tourisme de masse, à une nouvelle définition des loisirs.

Conclusion

54Cet état des lieux des sources et des travaux sur le voyage des Françaises du Moyen Âge au XXe siècle a permis de mettre en lumière l’attention récente portée à ce thème historiographique particulier, comblant ainsi un retard par rapport aux études anglo-saxonnes. Les monographies consacrées au déplacement de telle ou telle voyageuse, trop nombreuses pour être toutes citées dans le texte de cet article, ont été exhaustivement rassemblées en annexe dans la « Liste des voyageuses ». Dans le texte n’ont été retenues que les études synthétiques qui se multiplient depuis une vingtaine d’années, illustrant l’évolution historiographique de ce sujet d’étude.

55Le dépouillement de la BAHF offre cette particularité de rassembler, non seulement des titres d’ouvrages, mais aussi des articles et des contributions à des ouvrages collectifs souvent difficilement repérables. Il donne une visibilité à des textes de voyageuses pour beaucoup oubliés ou jamais cités. L’étude des textes rassemblés, confrontés aux corpus récemment rassemblés (essentiellement pour le XIXe siècle) rend possible l’établissement d’une typologie des voyageuses relevant de plusieurs ordres : le motif du voyage, les conditions matérielles, le lieu, la période. Mais il est important de redire qu’établi seulement à partir des titres, ce bilan a aussi ses limites, en laissant dans l’ombre un certain nombre de références qui ne se donnent pas à voir comme relevant du genre viatique. Par exemple, comment repérer le périple des mémorialistes protestantes obligées de fuir au moment des guerres de religion ? Qui peut deviner que dans ses Souvenirs d’une actrice Louise Fusil raconte sa tournée en Russie, et comment elle fut obligée de fuir Moscou avec l’armée napoléonienne ?111 Qui peut imaginer, sans avoir eu le texte en main, que sous le titre Cœurs d’autrefois se cache la publication de la correspondance d’un frère et d’une sœur, tous deux précepteurs dans des familles nobles en Russie et Hongrie entre 1841 et 1849112. Qui sait, en-dehors des spécialistes, que l’ouvrage intitulé Rose Valland, la résistance au Musée, raconte une odyssée proche de celle de Lucie Mazauric, puisqu’elle a permis, pendant et après la Seconde Guerre mondiale, le sauvetage et la récupération d'œuvres d'art volées par les Nazis113 ?

56Pour dépasser le corpus clos qu’est la BAHF, l’histoire des voyages féminins, qui sera approfondie par les spécialistes de chacun des sujets traités, devra nécessairement être complétée par le recours à d’autres instruments : bibliographies d’histoire littéraire, collections consacrées au voyage (comme les anthologies publiées chez Laffont), sites électroniques comme celui de la SIEFAR ou dédiés spécifiquement à l’étude des voyages, tel le CRLV114. De plus, il faudrait élargir le paysage au-delà des seules sources livresques, pour s’intéresser aussi à l’iconographie. L’invisibilité historique des voyageuses ne veut en effet pas dire absence. Pour illustrer ce propos, si besoin en est, le joli petit livre Les mots du voyage, paru en 2001, ne propose aucune entrée « Femmes », alors qu’elles figurent largement dans les reproductions d’œuvre d’art choisies comme illustrations115. Il en ressort une invitation à d’autres questionnements sollicitant nécessairement l’interdisciplinarité.

Haut de page

Notes

1  Une annexe au texte, en le complétant,  donne  les références précises de toutes les voyageuses recensées

2  Sur ce séminaire et son bilan, voir http://fht.hypotheses.org/voyageuses

3  « Vie itinérante et résidences d’Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne », Revue du Nord, 1997, t. 79, n° 379, p. 7-43.

4  Monique Sommé, « De Flandre en Navarre : le voyage d’Agnès de Clèves, nièce de Philippe de Bon et princesse de Navare, en 1439 », In Agostino Paravicini Bagliani, Éva Pibiri, Denis Reynard (dir.), L’itinérance des seigneurs (XIVe-XVIe siècles). Actes du Colloque international de Lausanne et Romainmôtier, 29 novembre-1er décembre 2001, Lausanne, Université de Lausanne, 2003, p. 173-192.

5  Dorothea Nolde, « Princesses voyageuses au XVIIe siècle : médiatrices politiques et passeuses culturelles», In Rebecca Rogers et Françoise Thébaud (dir.), « Voyageuses », revue Clio, Histoire, Femmes et Sociétés, 2008, n° 28, 2008, p. 59-76. En ligne (http://clio.revues.org/index7833.html).

6  « Franciscanisme et pèlerinage : une béguine marseillaise [Elena de Sclavaria] sur les routes d’Italie en 1301 », Provence historique, 1988, fasc. 154, p. 461-464.

7  Louise de Jésus (la mère), « Le voyage d’Espagne : récit de Louise de Jésus », Carmel, 1960, n° 2, p. 144-155 ; n° 3, p. 231-237 ; n° 4, p. 304-316 ; 1961, n° 1, p. 71-74 ; n° 2, p. 141-154 ; 2004, n° 113, p. 63-97 ; n° 114, p. 74-98.

8  Paris, Librairie de l'Inde, 1993, 1140 p. La même année paraît, réduit de moitié, Les aventurières de Dieu : trois siècles d'histoire missionnaire française, Paris, J.-C. Lattès, 1993, 539 p. Une nouvelle édition, revue et augmentée, paraît en 2009 (Paris, Perrin, 784 p.).

9  Mary Ann Foley, “La vie voyagère for women : moving beyond cloister in seventeenth century France”, In The writing of church history in Canada. The sixty-third annual Meeting of the Canadian Catholic Historical Association, Brock University, St Catherine’s, Ontario, 2-3 juin 1996, revue Études d’histoire religieuse, 1997, vol. 63, p. 15-28.

10  Nicole Pellegrin, « La Clôture en voyage, XVIIe-1er XIXe siècle », In Rebecca Rogers et Françoise Thebaud (dir.), Voyageuses, op. cit., p. 77-98.

11  Voir par exemple Yves Landry, Les Filles du roi au XVIIe siècle : orphelines en France, pionnières au Canada ; suivi d'un Répertoire biographique des Filles du roi, Montréal, Leméac, 1992, 430 p.

12  Correspondance d’Elisabeth Bégon avec son gendre, 1748-1753. Éditée par Nicole Deschamps, Montréal, Hurtebise, 1972, 314 p.

13  Laurence Lux-Sterrit, Redefining Female Religious Life : French ursulines and English ladies in seventeenth-century Catholicism, Aldershot, Ashgate, 2005, 236 p.

Laurence Lux-Sterrit, « Les religieuses en mouvement. Ursulines françaises et Dames anglaises à l’aube du XVIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005, t. 54, n° 4, p. 7-23.

14  « Ces enjouées aventurières : stratégies du rire dans les lettres et mémoires de femmes fugitives à l’époque de Louis XIV », In Dominique Bertrand(dir.), Le rire des voyageurs, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, Maison des Sciences de l’Homme, 2007, p. 183-197.

15  Laetitia Gigault, « Édition critique et étude d’un récit de voyage manuscrit au XVIIIe siècle : Voyage de Paris à Besançon et retour à Paris par mademoiselle de Mortemart, 1769 ».,Chantiers historiques en Alsace, 2004, n° 7, p. 97-106.

16  Un merveilleux voyage : le journal d’une enfant pendant l’été 1769. Édité par Laetitia Gigault, Strasbourg, la Nuée bleue, 2006, 190 p.

17  Pierre Caspard, « Mademoiselle de Mortemart. – Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769 », Histoire de l’éducation [En ligne] , 109 | 2006, http://histoire-education.revues.org/index1194.html

18  Yves Giraud, « Les stéréoptypes du voyage à travers les récits de Mme de La Briche », In Sylviane Leoni (dir.), Claude de Brosses et le voyage lettré au XVIIIe siècle. Actes du Colloque de Dijon, 3-4 octobre 2002, Dijon, Éd. univ. Dijon, 2004, 162 p.

19  « Si jamais tu lis ce journal…. Diaristes russes francophones, 1780-1854. Édités par Elena Gretchanaia et Catherine Viollet, Paris, CNRS Éd., 2008, 350 p.

20  Yasmine Marcil, La fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), Paris, H. Champion, 2006, 650 p.

21  Carole Christinat, « Jeanne Barret, botaniste, aventurière et navigatrice », Cahiers du féminisme, 1994, vol. 17, n° 67-68, p. 48-49.

« Une femme globe-trotter avec Bougainville : Jeanne Barret (1740-1807) », Annales de Bourgogne, 1995, t. 67, n° 265, p. 41-55

« Une femme globe-trotter avec Bougainville : Jeanne Barret (1740-1807) », Revue française d’histoire d’Outre-Mer, 1996, t. 83, n° 310, p. 83-95.

22  Frédérique Chevalier, Les grandes aventurières, Grainville, City Éd. documents, 2007, 234 p. (« Jeanne Baret, la voyageuse des Lumières, 1740 – 1803 »).

23  Bulletin de la Société d’études historiques de Nouvelle-Calédonie, 2000, n° 125, p. 3-20.

24  Marc-Serge Rivière, Rose des vents. Journal de Madame de Saulces de Freycinet : voyage autour de l’Uranie autour du monde (1817-1818), Ile Maurice, Éd. de l’Océan indien, 1996.

25  Marc-Serge Rivière, « Perspective féminine d’un grand voyage scientifique : le journal de Rose de Freycinet », Revue française d’histoire du livre, 1997, a. 70, n. sér., n° 94-95, p. 83-106.

26  Sébastien Jahand, « Femmes du peuple itinérantes. L’exemple du Centre-Ouest aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales de Bretagne, 2006, t. 113, n° 4, p. 115-124.

27  « Circulation et mobilisation des femmes durant les guerres révolutionnaires à partir d’un document mosellan », Annales historiques de la Révolution française,  1997, n° 307, p. 117-120

28  Louise Coudanne, « Sœur Saint-Maur Miel. Relation des voyages d’une religieuse du Calvaire de Paris pendant son émigration, écrite… en 1829 (ou 1798-1807) », Cîteaux, 1990, t. 41, fasc. 3-4, p. 403-476.

29  Chroniques de moniales : les bénédictines du Calvaire du Faubourg Saint-Germain dans la tourmente révolutionnaire. Textes présentés et annotés par Louise Coudanne ; préface de Nicole Pellegrin. Bégrolles-en-Mauge, Abbaye de Bellefontaine ; ARCCIS (Association pour le rayonnement de la culture cistercienne), 2003, 184 p. (Réunit « Les annales du nouveau Calvaire, 1789-1820 », par une religieuse anonyme. « Relation des voyages de la sœur Saint-Maur-Miel pendant son immigration, 1798-1807 », par elle-même).

30  Katherine Astbury, « Les éducatrices françaises à Londres pendant la Révolution », In Isabelle Brouard-Arends et Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval(dir.), Femmes éducatrices au siècle des Lumières. Actes du Colloque international de Rennes, 22-24 juin 2006. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 347-356.

31  Thérèse Figueur (dite "Sans Gêne"), Histoire de la Dragonne. Les Campagnes d'une guerrière enrôlée dans les Armées de la Révolution et du Premier Empire, 1793-1815, Paris, Cosmopole, 2004, 255 pages.

32  Thomas Cardoza, Intrepid Women: Cantinières and Vivandières of the French Army, Bloomington, Indiana University Press, 2010, XIV-295 p.

33  http://www.histoire-empire.org/articles/cantiniere/femmes_aux_armees_de_napoleon.htm

34  Stephen Bending and Stephen Bygrave (ed.), Women’s Travel Writings in Revolutionary France, London, Pickering and Chatto, 2007-2008, 7 vol.

35  Willem Frijhoff et Rudolf Dekker (dir.), Le Voyage révolutionnaire. Actes du colloque franco-néerlandais du Bicentenaire de la Révolution française, Amsterdam, 12-13 octobre 1989, Hilversum, Verloren, 1991, 151 p. Voir Judith Vega, « Etta Palm, une hollandaise à Paris », p. 49-51 et Tine Van Raamsdonke-Van de Woestijne, « Voyages au temps de la Révolution française : Madame de Genlis et Betje Wolf », p. 69-78.

36  Pierre Arnaud, « Une voyageuse anglaise sur le continent au XVIIIe siècle, à l’époque des guerres de la Révolution française », In Regards européens sur le monde anglo-américain ; hommage à Maurice-Paul Gontier, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1992, p. 235-238.

37  New York, Routledge, 2006, 2 vol. de XLVI-242 et 284 p. Voir aussi : Pierre Marambaud, « La guerre de Vendée vue par une révolutionnaire anglaise, Helen Williams », Recherches vendéennes, 1998, n° 5, p. 295-330.

38  Caroline Franklin, Mary Wollstonecraft : a literary life, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004. XIX-240 p.

39  Paris, J. Chambon, 2006, 196 p.

40  Sylvain Venayre (dir.), « Le siècle du voyage », Sociétés et représentations, avril 2006, n° 21, p. 5-312.

41  Nicolas Bourguinat (dir), Le voyage au féminin. Perspectives historiques et littéraires, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2008, 152 p.

42  Idem, p. 7-18

43  Idem, p. 21-35

44  Laurent Tissot (dir.), Construction d’une industrie touristique aux XIXe et XXe siècle. Perspectives internationales, Neuchâtel, Éd. Alphil, 2003, 410 P.

45  Christel Mouchard, Aventurières en crinoline : récits, Paris, Éd. du Seuil,  1987 (1988, 1989), 253 p.

46  Bénédicte Monicat, Les récits de voyage au féminin au XIXe siècle. Thèse, 1990, College Park, University of Maryland, 1990, 320 p. Publié sous le titre Itinéraires de l’écriture au XIXe siècle : voyageusse du XIXe siècle, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1996, 155 p.

Bénédicte Monicat, « Pour une bibliographie des récits de voyages au féminin (XIXe siècle) », Romantisme, 1992, a. 22, n° 77, p. 95-100.

Bénédicte Monicat, « Problématique de la préface dans les récits de voyage au féminin du XIXe siècle », Nineteenth-century French Studies, 1994-1995, vol. 23, n° 1-2, p. 59-71.

47  Françoise Lapeyre, Le roman des voyageuses françaises, 1800-1900, Paris, Payot, 2007, 264 p.

48  Journal de voyage d’une provençale dans le sud de la France sous le Directoire en 1798 : seize lettres de Clotilde de Forbin. Correspondance à sa sœur Mélan. Édité par François Pourcelet, Aix-en-Provence, Éd. de la Dyle, 1995, 224 p., ill.

François Pourcelet, « Lettres d’une provençale, 1797, 1798, 1810-1811 [Clotilde de Forbin-Gardanne] », In Paris et le phénomène des capitales littéraires, Carrefour ou dialogue des cultures. Actes du 1er congrès international du Centre de recherche en littérature, Paris, Université de Paris IV, 1986, p. 701-712.

49  Jacques Gury, « Une cancalaise à la découverte de la France au lendemain de la Révolution : le journal de voyagede Marie-Jeanne Bougourd, de Cancale à Mâcon pendant l’été 1802 », Annales de Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Saint-Malo, 1982, p. 189-211.

50  Jeffre (Mme), « Journal d’un voyage à Bordeaux effectué en juillet 1828 par une jeune fille de La Tremblade (Charente-Maritime) », Bulletin et mémoires de la Société archéologique de Bordeaux, 1976, (1970-1973), t. 68, p. 305-311.

51  Adélaïde Marchand (née Turquand), « Journal de mon voyage au Mont-Dore [Puy-de-Dôme] (23 juillet 1850). Transmis par Mme Marvaud », Le Gonfanon. Généalogie, héraldisme, biographie, iconographie, histoire locale, 1990, a. 9, n° 36, p. 15-19.

52  Lucie Van der Straten Ponthoz, Une comtesse à Pau, dans les Pyrénnées et sur la côte basque sous le Second Empire (1861-1864). Lettres présentées par Jacques Staes, Pau, Éd. du Crochet, 2001, 252 p.

53  Bernard Logpré, « Voyage de noces à Noisiel [Seine-et-Marne] pour Emilie Pellapra », Six communes en quête de leur passé : cahiers historiques. Connaissance du Val-Maubuée, 1997, n° 2, p. 26-29.

54  Sylvain Venayre, « Le temps du voyage de noces », L’histoire, 2007, n° 321, p. 56-61.

55  Margot Irvine, Pour suivre un époux : les récits de voyages des couples au XIXe siècle, Québec,  Nota bene, 2008, 243 p.

56  Henriette d’Angeville, Mon excursion au Mont-Blanc, Paris, Éd. Arthaud, 1987, 199 p.

57  Par exemple : Cécile Ottogalli-Mazzacavallo, « Des femmes à la conquête des sommets : genre et alpinisme (1874-1919) », In Thierry Terret et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Le genre du sport », n° spécial de la revue Clio. Femmes, histoire, société, 2006, n° 23, p. 165-178.

58  Femmes et alpinisme : un genre de compromis : 1874-1919, Paris, l’Harmattan, 2006, 312 p.

59  Françoise Lapeyre, Léonie d’Aunet : « lorsque je vous vois je songe aux étoiles », Paris, J.-C. Lattès, 2004, 218 p.

60  Muriel Augry-Merlino, « Voyages au féminin et visions archéologiques », In François Claudon et Bernard Bailly(dir.), Vivant Denon. Collooque de Chalon-sur-Saône, Saône-et-Loire, 14-15 mai 1999. Chalon-sur-Saône, Université pour tous de Bourgogne/Comité Vivant Denon, 1999, p. 241-253.

61  Getzel M. Cohen, Martha Sharp Joukowsky (ed.), Breaking ground, pionnering women archeologists, Ann Arbor, Univ. of Michigan Press, 2004, X-571 p.-24 p. de pl.

62  Voir Françoise Lapeyre, Le roman des voyageuses, op. cit. p. 232.

63  Christelle Laurent, Isabelle Massieu: de la collection à l'acte photographique : l'itinéraire d'une française en Asie (1894-1908), Paris, C. Laurent, 2001,  2 vol. (171 p., 281 f. de pl.) (maîtrise d’histoire de la photographie, Paris, 2001).

64  Bénédicte Monicat, Itinéraires de l’écriture au féminin…, op. cit., p. 10-12.

65  Claude Bonin, « Pauline Montembault : journal de voyage », Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de l’arrondissement de Fougères, 1995, t. 33, p. 135-157.

66  Marie Bretaudeau Pellouet, La chevauchée des cent femmes, 1884, Laval, Siloé, 2002, 165 p.

67  Elisabeth Dufourcq, Les congrégations religieuses féminines hors d'Europe de Richelieu à nos jours…, op. cit.

68  Marie-Cécile de Mijolla, Les pionnières maristes en Océanie. Aux origines des sœurs missionnaires de la Société de Marie, 1845-1931 [congrégation de tertiaires rattachées à la Société de Marie], Rome, Société de Marie, 1980, 299 p.

Léon Ancemont, « L’implantation d’une congrégation lorraine en Amérique au XIXe siècle : [les Sœurs de l’humilité de Marie] »,  Le Pays lorrain, 1991,a. 88, vol. 72, n° 3, p. 183-192.

69  Cf. James Patrick Daughton, An empire divided : Religion, Republicanism and the Making of French Colonialism, 1880-1914. New York (N.Y.), Oxford University Press, 2006, 1 vol. (330 p.) : ill.

70  Voir les travaux de Phil Kilroy, historienne, elle-même religieuse du Sacré-Cœur. En 1999, elle fait paraître un article méthodologique sur l’écriture d’une biographie missionnaire (« Les archives des congrégations religieuses féminines et la rédaction d’une biographie : l’exemple de Madeleine-Sophie Barat, 1779-1865 », Revue d’histoire de l’Eglise de France, 1999, t. 85, n° 215, p. 359-371).

71  Philippine Duchesne (et ses compagnes). Les années pionnières. 1818-1823. Lettres et journaux des premières missionnaires du Sacré-Coeur aux États-Unis. Textes rassemblés, établis et présentés par Chantal Plaisant, Paris, Éd. du Cerf , 2001, 707 p.

Chantal Plaisant, « La construction du mémorable dans les écrits des premières missionnaires du Sacré-Cœur », Transversalités, 2001, n° 79, p. 33-56.

72  La mission au féminin : témoignages de religieuses missionnaires au fil d'un siècle (XIXe-début XXe siècle) : anthologie de textes missionnaires. Sous la direction de Chantal Plaisant, avant-propos d'Élisabeth Dufourcq, Turnhout, Brepols, 2009, 1 vol. (791 p.-[16] p. de pl.).

73  Sarah Ann Curtis, Civilizing habits : women missionaries and the revival of French Empire, Oxford, Oxford University Press, 2010, VIII-373 p., ill.

74  Paris, Stock, 1985, 339 p.

75  Odile Georg, « Les femmes paradoxales en Afrique. Omniprésence sociale et invisibilité historique en France », In Anne-Marie Sohn et Françoise Thélamon(dir.), L’histoire sans les femmes est-elle possible ? Actes du Colloque de Rouen, 27-29 novembre 1997, Paris, Perrin, 1998, p. 116-127.

76 Marie-Paule Ha, “Portrait of the young woman as a Coloniale”, In Martin Evans(dir.), Empire and culture, the French experience, 1830-1940, New York, Palgrave Macmillan, 2004, p. 161-180.

Marie-Paule Ha, “La femme française aux colonies : promoting colonial female emigration at the turn of the century”, French colonial history, 2005, vol. 6, p. 205-224.

77  Bénédicte Monicat, « L'Algérie des voyageuses ».  In Emanuele Kanceff (dir.), Stendhal, l’Italie, le voyage : Mélanges offerts à V. Del Litto. Moncalieri, Centro Interuniversitario di Ricerche sul “Viaggio in Italia”, 2002, p. 377-388.

78  Cahiers  de publications doctorales. Université Marc Bloch : sciences humaines, philosophie, linguistique, 2002, n° 3, p. 79-86.

79  Renée Champion, Représentations des femmes dans les récits de voyageuses d’expression française en Orient (1848-1911). Thèse de doctorat, Université Diderot- Paris 7, 2002 (en cours de publication).

80  Rebecca Rogers, « Décrypter le regard national : voyageuses anglaises et françaises en Algérie au XIXe siècle », In Nicolas Bourguinat, Le voyage au féminin…, op. cit., p. 89-106.

81  Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale : Algérie, 1830-1939, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 2009, 335 p. : ill.

82  Julia Clancy-Smith, Domesticating the Empire : race, gender, and family life in French and Dutch colonialism, Charlottesville (Va), University Press of Virginia, 1998, XI-348 p.

83  Berkeley , University of California Press, 2011, XV-445 p.

84  Catalogue de l’exposition Voyage en Égypte : récits de femmes du XIXème siècle , rédigé par Muriel Augry et Enrichetta Leospo, Turin, Centre culturel français de Turin, 1998, 123 p.

85 John David Ragan, French women travelers in Egypt: a discourse marginal to orientalism ? Mahwah (N. J.), J. D. Ragan, 1995. 29-[7] p. (Paper presented at the forty-sixth annual meeting of the American research center in Egypt, Atlanta, April 28-30, 1995).

86  Cécile Meynard, « Le Tour de France de Flora Tristan : aux antipodes du voyage romantique ? » In Alain Guyot et Chantal Massol(dir.), Voyager en France au temps du romantisme : poétique, esthétique, idéologie, Grenoble, ELLUG, Univ. Stendhal, 2003, p. 267-288

87  Catherine Nesci, Le flâneur et les flâneuses. Les femmes et la ville à l’époque romantique, Grenoble, ELLUG, Université Stendhal, 2007, 430 p.

88  Susan Foley, “In search of liberty : politics and women rights in the travel narratives of Flora Tristan and Suzanne Voilquin”, Women’s History Review, 2004, vol. 13, n° 2, p. 211-231.

89  Bénédicte Monicat, « Écriture du voyage et fémininsme : Olympe Audouard et le fémininsme en question », The French Review, 1995, vol. 69, n° 1, p. 24-36.

90  Muriel Augry-Merlino, « Olympe Audouard : les pérégrinations ferroviaires d’une femme de lettres en Orient ». In François Moureau et Marie-Noëlle Polino(dir.), Écritures du chemin de fer. Actes de la Journée scientifique organisée en Sorbonne, Paris, 11 mai 1996, Paris, Klincksieck, 1997, p. 37-47.

91  Odile Krakovitch, « Lettres de bagardes et prisonnières (1855-1890) », In Expériences limites de l’épistolaire. Lettres d’exil, d’enfermement, de folie. Actes du Colloque de Caen, 16-18 juin 1991, Paris, Honoré Champion, 1993, 460 p.

92  Anne-Marie Dellac, Marie-Anne Collot : une sculptrice française à la cour de Catherine II, Paris, l'Harmattan, 2005, 126 p.

93  Voir Joyce Goodman et Rebecca Rogers, « Crossing Borders in Girl’s Secondary Education », In James C. Albisetti, Joyce Goodman, Rebecca Rogers(dir.), Girl’s secondary education in the Western World, from the 18th to the 20th century. Palgrave, Macmillan, 2010.

94  Albert Eiselé, « L’Europe d’avant-hier : Eugénie Devilly (1824-1907), une Messine en Russie au siècle dernier », Cahiers Lorrains, 1993, n° 1, p. 3-25.

95  Amélie Weiler, Journal d'une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859. Texte établi par Nicolas Stoskopf ; préf. de Philippe Lejeune, Strasbourg, la Nuée bleue, 1994, 477 p.

96  Nicolas Stoskopf, « La délicieuse Allemagne d’Amélie », Saisons Alsace, 1995, a. 48, n° 128, p. 57-61.

97  Patricia Szafranski, L’archéologie d’un journal intime : Amélie Weiler (1822-1895). Thèse de doctorat de littérature française, Université de Bourgogne, Dijon, 2006.

Patricia Szafranski, « L’univers d’une Strasbourgeoise de 1840 à 1859 : archéologie du journal intime d’Amélie Weiler », Revue d’Alsace, 2008, n° 134, p. 255-270.

98  Henriette Renan. Souvenirs et impressions, Pologne, Rome, Allemagne, voyage en Syrie. Publié avec des notes par Henri Moncel. Introduction par Mary Duclaux, Paris, la Renaissance du livre, 1930, 268 p.

99 Loukia Efthymiou, « Récits de voyage : quatre enseignantes à la Belle Époque ». In Rebecca Rogers et Françoise Thébaud (dir.), Voyageuses, op. cit., p. 133-144.

100  Witney Walton, « Des enseignantes en voyage : les rapports des boursières Albert Kahn sur la France et les États-Unis, 1898-1930 », in Nicolas Bourguinat (dir.), Le voyage au féminin…, op. cit., p. 131-145

101  Voir Manuela Ledesma Pedraz, « Alexandra David-Néel ou l’art de la fugue et du déguisement », In Rebecca Rogers et Françoise Thébaud (dir.), Voyageuses, op. cit., p. 213-222.

102  Bernard Marck, Les aviatrices, Paris, l'Archipel, 1993, 387 p.6[16] p. de pl.

103  Bernard Marck, Hélène Boucher: la fiancée de l'air : biographie, Paris, l'Archipel, 2003, 387 p.

104  Bernard Marck,Héros et heroïnes de l'aviation, Paris, Arthaud, 2007, 55 p. dépl.

105  Louise Weiss, « Aviatrices françaises : Maryse Bastié, Adrienne Bolland, Hélène Boucher », Forces aériennes françaises, 1970, a. 25, n° 274, p. 415-421.

Guy Bart, « Maryse Bastié (1898-1952) », Revue d’histoire du XIVe arrondissement de Paris, 1980-1981, n° 25, p. 60-64.

« Adrienne Bolland, La traversée de la cordillère des Andes par Adrienne Bolland », Icare, 1971, n° 58, p. 130-135.

Pierre Lhermitte, Adrienne Bolland, l’intrépide aviatrice, 1895-1975, Orléans, chez l’Auteur, 26, bd du Châteaudun, 1977, 29 p., ill.

106  « Madame Lartet monte en ballon [à La Réole, Gironde, en 1842] », Cahiers Réolais, 1973, a. 25, n° 93, p. 6-7.

107  http://www.anita-conti.org/

108  Anne-Caroline Sieffert, « Thérèse Bentzon : itinéraires d’une Française aux États-Unis (1840-1907) », In Nicolas Bourguinat (dir.), Le voyage au féminin…, op.cit., p. 109-130.

109  Anne Renoult, Andrée Viollis : une femme journaliste, Angers, Presses universitaires d’Angers, 2004, 207 p.

110  Lucie Mazauric, Le Louvre en voyage, 1939-1945 ou ma vie de châteaux avec André Chamson. T. 3, Paris, Plon, 1978, 221 p. (édité en 1967 et 1978).

111  Louise Fusil, Souvenirs d’une actrice. Éd. critique par Valérie André, Paris, Honoré Champion, 2006, 432 p.

112  Présenté par Anne Schuhler-Wargniez. Annuaire. Les amis de la bibliothèque humaniste de Sélestat. 2005, t. 40, p. 163-175.

113  Corinne Bouchoux,  Rose Valland : résistance au musée, La Crèche, Geste Éd., 2006, 134 p.

114  Centre de recherche sur la littérature des voyages (http://www.crlv.org/swm/Page_accueil_swm1.php)

115  Jérôme Godeau, Madeleine Volcouve, Les mots du Voyage, Arles/Paris, Actes Sud/Paris Musées, 2001, 127 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Havelange, « Les voyageuses françaises au prisme de la bibliographie annuelle de l’histoire de France  (de 1970 à 2010) », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1308

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page