Navigation – Plan du site
Travaux soutenus
Masters
Masters ayant concourru pour le Prix Mnémosyne

Marthe Borély, l’antiféminisme entre contre-révolution et République. Master 2, Sciences politiques, Institut d’Etudes politiques de Lyon, (dir. Anne Verjus), 2010

Margot Béal

Texte intégral

1En novembre 1922, Marthe Borély (1880-1955), femme de lettres, écrit aux sénateurs de la République pour les prier de ne pas accorder le droit de vote aux femmes1. Ces parlementaires délibèrent en effet à ce moment sur l’opportunité d’ouvrir une discussion sur le suffrage féminin. Une proposition de loi a été adoptée en ce sens en 1919 par la Chambre des Députés (344 voix contre 97). Pourtant, le groupe de la « Gauche démocratique » majoritaire au Sénat s’oppose à la discussion des articles et au vote féminin. Ce blocage annihile tout débat et en 1922 le projet est enterré. Pourquoi la Troisième République refuse-t-elle le droit de vote aux femmes ? Pour les militantes féministes s'inscrivant dans la lignée d'Hubertine Auclert, la République montre ici une incohérence fondamentale, puisque supposée fondée sur les principes d’égalité et de justice2.

I. De l'antiféminisme comme explication du « retard français »

2Le rejet du vote féminin par le Sénat a fait l’objet de plusieurs interprétations mais rarement sous l’angle de l’antiféminisme et de ses figures de proue (comme Borély). La conception française de l’individualisme3, le poids prépondérant du catholicisme ou l’obstruction, par anticléricalisme, des Radicaux4 sont parmi les explications les plus souvent avancées. D’autres interprétations font état d'une République où depuis 1792 l'universalisme s'incarne dans l'homme blanc5. Christine Bard et Françoise Thébaud (et le courant de l’Histoire des femmes6) s'interrogent sur la misogynie (et non seulement sur l’antiféminisme) du milieu politique masculin qui se réserve consciemment la place en politique. Anne Verjus considère que les Sénateurs se veulent les protecteurs pragmatiques des institutions7. Ces interprétations font l’économie d’une étude des adversaires du mouvement féministe. Or, la position des Sénateurs ne serait pas si solide si elle ne bénéficiait pas d’un large appui dans la population. Il faut chercher pourquoi cet anti-suffragisme est si répandu entre 1918 et les années 1930. Nous proposons ici de montrer qu’il est lié à l’attractivité du courant antiféministe, à travers l’étude d’une figure de ce mouvement, Marthe Borély, mais aussi d’un contexte idéologique classiste, racialiste et sexiste, lisible dans le discours des Sénateurs opposés au vote des femmes.

3Issue de la Bourgeoisie cultivée, Marthe Borély publie des critiques littéraires8 et surtout des ouvrages et des articles à visée politique dans lesquels elle expose sa position sur la place des femmes dans le couple, la famille et dans la société, en s’opposant de manière presque systématique aux positions des féministes des années 1920 et 1930. Sa spécificité par rapport aux antiféministes de son temps provient de ce que Borély utilise sa position de « femme » pour mieux convaincre. Elle mobilise certes deux auteurs masculins (Théodore Joran et Jules Barbey d'Aurevilly) mais s’en distingue : elle n’utilise pas le même argumentaire, refusant l’infériorité féminine décrite par Joran9.

II. Marthe Borély, une contre-révolutionnaire aux références républicaines

4Qui est donc cette femme qui entreprend de lutter contre ses propres droits politiques et dont les arguments semblent porter, si l'on en croit sa large audience dans des journaux à grands tirages (L’Ordre, l’Eclair, La Revue des deux mondes10...) et qui obtient même la légion d’honneur en 193511 ? Admiratrice de Maurras12, Borély tisse un lien entre le mouvement féministe et un envahissement de l’étranger13. Son discours est celui d'une femme conservatrice de la Bourgeoisie. Borély ne se revendique pas de la misogynie (« en tant que femmecomment pourrais-je écrire contre elles ? »14) se distingue des stéréotypes que l’on pourrait attendre d’une misogyne d’extrême droite, à la fois par le rôle accordé aux femmes et par les références mobilisées, proches de celles des Républicains.

5Borély est profondément contre-révolutionnaire (déplorant le suffrage, avec un argumentaire proche de celui de Burke), mais elle souhaite voir les femmes agir en politique, en dehors du vote, essentiellement dans un rôle de salonnières (animation des débats, choix des invités, lancement des sujets de conversation). Fascinée par l’organisation des rapports sociaux de sexe du XVIIe siècle, elle considère les salons, réservés à une élite, comme un espace privilégié d'action politique et le seul lieu de l’épanouissement d’une sociabilité mixte. Ce rôle n’est néanmoins légitime que sous  conditions : en présence du mari et dans une simple extension de la sphère privée, pas dans la sphère publique. Borély avance l’idée que l’amour tient un rôle crucial dans la socialisation et la formation intellectuelle des femmes. Elle pose le couple comme unité politique et fait de la représentation électorale non pas une émanation de la volonté individuelle mais bien une décision venant de la famille, unité de référence. Si l’on suit la typologie élaborée par Anne Verjus, Borély est donc « conjugaliste »15. Cette représentation par le couple tisse un lien entre ceux qui votent et celles qui ne votent pas : le lien familial devient une relation politique. Ce conjugalisme s'accompagne d'un appel au respect de la nature et ses hiérarchies immuables. Borély voit comme une menace majeure le développement du féminisme. En cherchant à faire entendre un autre discours de la part d’une femme, elle veut montrer que le féminisme ne concerne pas l’ensemble de la gente féminine. Ainsi, elle emploie le terme « contreféminisme », à la différence « d’anti », procédé rhétorique qui lui permet de maintenir l'illusion d'échange, de dialogue.

6Son discours antiféministe et réactionnaire apparaît, paradoxe apparent, nimbé de références traditionnellement associées au républicanisme. Sa représentation du couple comme unité politique par exemple n’est pas incompatible avec le régime républicain : c’est d’ailleurs sur cette base que les révolutionnaires de 1789 n’auraient pas jugé bon de mettre en œuvre un vote féminin16. De même, sa vision des femmes comme « muses », comme assurant l’éducation politique des enfants est empruntée à Rousseau17, lui aussi mis en avant par les Républicains. Comme les Radicaux, elle se méfie du parti clérical, qu’elle juge opportuniste sur la question des femmes. Elle cite Auguste Comte, utilise des justifications biologiques. Elle fait de multiples allusions, quoique imprécises, au droit romain18, qui est encore un héritage revendiqué par de nombreux Républicains. Sa méfiance à l’égard des foules (et des femmes) est partagée par un pouvoir qui se méfie de la souveraineté populaire19. La récurrence de ces références républicaines est-elle un procédé rhétorique ? Nous pensons plutôt que son antiféminisme est à la fois le reflet d’une idéalisation de l’Ancien Régime et d’une pensée républicaine de la différence, que nous nous attachons à définir.

III. La Troisième République, alliée des antiféministes ?

7A partir de la fin du XIXe siècle en effet, les discours sur la différence sexuelle deviennent scientifiques et se couplent d’un discours social. Les Républicains anticléricaux doivent trouver une autre forme de morale que les enseignements chrétiens pour asseoir leur légitimité. Dans la course à la respectabilité, ils s’emparent des références antiques et scientifiques qui jalonnent aussi les écrits de Borély. Après 1918, pour Joan W. Scott ce n’est alors plus la masculinité commune des citoyens qui fonde l’Etat mais l’Etat qui confère la masculinité au citoyen20, et la féminité aux non-citoyennes. Le natalisme devient le ciment du régime21. Certains hommes politiques réfléchissent à des formes de « vote familial » : le poids du vote du chef de famille serait pondéré en fonction du nombre de « dépendants » (enfants et épouse)22. Marthe Borély soutient ce courant « maternaliste », mettant en parallèle au lendemain de la guerre le service militaire masculin et le service maternel féminin23. Cette solution est également une manière de ne pas accorder aux féministes le droit de suffrage. Le rejet du suffrage féminin est alors partagé par des personnalités variées : des politiques comme Alexandre Bérard dont le rapport sénatorial24 est très virulent, des juristes comme Jean Delcroix25 de la Ligue des Droits de l’Homme, des socialistes comme Georges Renard26… Leurs argumentaires convergent sur la crainte d’une remise en cause de l’ordre établi et « naturalisé »27. Le vote des femmes est perçu comme un élément qui bouleverserait inutilement le pays. Les Républicains reçoivent alors sur la question du suffrage féminin l’appui de conservateurs pourtant monarchistes comme Marthe Borély, récompensée pour ce soutien. Cette alliance entre Républicains et antiféministes est aussi visible lorsque Borély fait confiance aux institutions républicaines (lettre aux Sénateurs de 1922), bien qu’elle déplore leur individualisme et leur « égalitarisme » : elle manie, par son activité de publiciste, les outils du régime, notamment la presse radicale28.

8Marthe Borély serait donc républicaine malgré elle ou la République serait-elle conservatrice ?  Etablir une antériorité semble problématique. Nous voyons plutôt une influence réciproque des discours conservateurs, qui, articulés, répétés par des antiféministes finissent par trouver un écho au sein des institutions et, qui, en raison de cette légitimation, s’étendent plus largement encore.

Haut de page

Notes

1  Lettre présentée en appendice de La décadence de l’amour, Marthe Borély, Editions de la Renaissance du livre, Paris, 1925

2  Voir le discours de Hubertine Auclert du 22 octobre 1879, in Geneviève Fraisse et Steven C. Hause, Hubertine Auclert, pionnière du féminisme, Bleu Autour, Saint Pourçain-sur-Sioule, 2007

3  Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen, Gallimard, Paris, 1992, p.522

4  Steven C. Hause and Anne R. Kenney, Women’s suffrage and social politics in the French Third Republic, Princeton University Press, Princeton, 1984, p.13

5  Carole Pateman, The sexual contract, Stanford University Press, Stanford, 1988

6  Une multitude de travaux peuvent être cités ici, dont Françoise Thébault « La grande guerre, le triomphe de la division sexuelle » in Michelle Perrot, Georges Duby, Françoise Thébaud (dir.), Histoire des femmes, T. 5. Le XXe siècle, Plon, Paris, 1992 ; et Siân Reynolds, France between the wars: gender and politics, Routledge, London, 1996

7  Anne Verjus, « Entre principes et pragmatisme. Députés et sénateurs dans les premiers débats sur le suffrage des femmes en France (1919-1922) », Politix, vol. 13, n°51, 2000, p.55 à 80

8  Marthe Borély, La femme et l’amour dans l’œuvre d’Anatole France, Editions Georges du Crès, Paris, 1916

9  Marthe Borély explique dans L’ordre du 8 janvier 1936 qu’elle refuse, contrairement à Joran, une infériorité « dogmatique » des femmes.

10  Raymond Thamin, « L’éducation des filles après la guerre », La revue des deux mondes, T. 54, novembre-décembre 1919, p.152

11  Procès-verbal de réception d’un chevalier de la légion d’honneur du 19 mai 1935, Archives Nationales.

12  De nombreuses références sont faites à Charles Maurras dans ses premiers ouvrages. Marthe Borély, L’appel aux Françaises. Le féminisme politique, Nouvelle librairie Nationale, Paris, 1919, p. 12.

13  Marthe Borély, L’appel aux Françaises…, op. cit., 1919

14  Marthe Borély, L’appel aux Françaises…, op. cit., p.20

15  Anne Verjus, Le cens de la famille. Les femmes et le vote, 1789-1848, Belin, Paris, 2002

16  Pour Anne Verjus, la représentation politique de 1789 est « englobante au-delà de la communauté des égaux » et c’est la famille qui est la « catégorie implicite de la construction politique », Le cens de la famille, op. cit., p.14 et p.21

17  Jean-Jacques Rousseau, Emile ou De l’éducation, Livre V, Œuvres complètes, Gallimard, Paris, 1969,  p.703 : « de la bonne constitution des mères dépend d’abord celle des enfants, du soin des femmes dépend la première éducation des hommes ».

18  Cf. le chapitre intitulé « Les femmes, du droit romain…au paradis des Dames », Marthe Borély, La décadence de l’amour, La Renaissance du livre, Paris, p.41

19  Claude Nicolet, L’idée républicaine en France (1789-1924). Essai d’Histoire critique, Gallimard, Paris, 1982, p.126

20  Joan W. Scott, La citoyenne paradoxale, Albin Michel, Paris, 1998, p.137

21  Karen M. Offen, « Depopulation, Nationalism, and Feminism in Fin de Siecle France »,American Historical Review, n° 89, vol. 3, juin 1984, p.651 

22  Cf. ouvrages de Léon Fosse, Jean Lerolle Marcel Leygonie… et l’article de Virginie De Luca « Les femmes et les enfants aussi », Actes de la recherche en sciences sociales, 5/2001 (no140), p.51-56

23  Marthe Borély, L’appel aux Françaises, op. cit., p.16

24  Rapport 564 du 3 novembre 1919 de M. Alexandre Bérard pour le Sénat.

25  Jean Delcroix, Contre le vote des femmes, édité par l’auteur, Paris, 1927, p.9

26  Georges Renard, « Lettres aux femmes » in La revue socialiste, Giard et Brière, Paris, 1895, p. 11-12

27  Charles Sowerwine, « Woman’s Brain, Man’s Brain : feminism and anthropology in Late Nineteenth century France », Women’s History Review, vol. 12, p.293

28  Dossier de légion d’honneur de Marthe Borély.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margot Béal, « Marthe Borély, l’antiféminisme entre contre-révolution et République. Master 2, Sciences politiques, Institut d’Etudes politiques de Lyon, (dir. Anne Verjus), 2010 », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1294

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page