Navigation – Plan du site
Voyageuses et histoire(s) Partie 1/2

Genre, voyage et histoire. Quelques aperçus.

Nicole Pellegrin

Texte intégral

« Citoyenne, tu voyages beaucoup. Nous saurons pourquoi »

(Hébert à une sœur d’émigrée, 1793)1

« Un chef militaire a moins d’endurance physique qu’une femme de lettres en voyage »

(Odette Keun, Dans l’Aurès inconnu, 1930)2

1Difficile et peut-être déjà rebattu, le thème – conjoint – du voyage au féminin et de son écriture a réuni mensuellement pendant quatre ans à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine un groupe, réduit mais international, de chercheuses et de chercheurs plus ou moins néophytes3. Que leurs spécialités soient un très long Ancien Régime, les premières révolutions européennes ou le premier XXe siècle, les membres de ce groupe mixte souhaitaient, sinon confronter, du moins appliquer leurs différentes approches disciplinaires (histoire sociale, histoire de l’art, anthropologie, littérature) et leurs diverses temporalités à l’analyse de pratiques viatiques elles aussi les plus variées possible, et cela dans une perspective de genre, c’est-à-dire dans une visée ni essentialiste ni fixiste des rapports sociaux de sexe. Ceux-ci - faut-il le rappeler ? - sont toujours ancrés sur des réalités politiques mouvantes et ne cessent de (dé)construire le féminin et le masculin.

2De ce projet et de ses premiers résultats, l’équipe éditoriale de la revue de l’association Mnémosyne, Genre et Histoire, a l’audace de faire état. Il l’en faut d’autant plus remercier que nos travaux, volontairement limités (des individues d’exception, des couples, des lieux ou des types de traces écrites hétérogènes) restent disparates. Les publier relancera, il faut l’espérer, d’autres types d’approches, proprement historiennes, du genre : la mise en scène de l’appartenance de sexe et de ses déclinaisons variables est particulièrement visible à travers le prisme des circulations physiques et mentales de tous ordres que permet le voyage. Du même coup la question des multiples temporalités qui sont en jeu lors du circuit réalisé et plus encore au cours du travail d’écriture de son récit, y est centrale, lors même qu’elle a été largement négligée par les spécialistes du voyage.

L’Histoire ou l’historique du projet :

3Hébergé, grâce à Christophe Charle son directeur, par l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, le séminaire « Femmes et Histoire » s’était d’abord intéressé au métier d’historienne et à ses généalogies4 avant que de se tourner vers la figure de la voyageuse. Cette conversion thématique paraissait « naturelle » et elle a suscité l’enthousiasme du groupe. Réfléchir en effet à la mise en mots de l’espace-temps qu’implique tout parcours géographique, devait permettre de prolonger nos interrogations antérieures sur la tardive émergence des femmes des années pré-Beauvoir comme historiennes professionnelles et sur leur rapport singulier au passé et plus largement aux passages temporels : étapes de la vie et des déplacements, transmissions mémorielles, pronostications, etc5. Il n’est pas sûr cependant que nous ayons donné le même sens, les unes et les autres (les uns et les autres), d’une part à la notion de « voyage » et aux enjeux intellectuels liés à sa mise en perspective, et d’autre part aux mots « temps » ou « Histoire », censés nous servir de fil rouge. La définition – hautement problématique – de tous ces termes (elle doit sans doute le rester mais être reconnue comme telle) est d’ailleurs un des bénéfices majeurs de nos rencontres et il a paru important que chaque auteur-e maintînt sa propre vision sur ce point.

4Nombre de discussions ont ainsi porté sur la qualification de telle ou telle à figurer dans nos études et sur la transformation d’une épithète en un nom commun : « c’est une voyageuse ». Mais l’utilité heuristique des typologies ne doit pas masquer, semble-t-il, leur arbitraire évident et la nécessité, pour celles qui se déplacent comme pour leurs compagnons, d’accepter une définition extensive du fait voyageur. Parce que la non-contrainte et la longueur du parcours paraissaient à beaucoup un critère d’évaluation, devions-nous rejeter les victimes de persécutions qui, comme Germaine Tillion la chercheuse-voyageuse des Aurès, ont su aussi se faire conteuses et ethnographes de la persécution la plus tragique et des trajets souvent mortels qui la précèdent6 ? Où placer, par ailleurs, les circulations constantes, dans le proche et le lointain, de la célèbre aristocrate des lettres anglaises, Vita Sackville-West (1892-1962), l’Orlando de Virginia Woolf, qui parcourut l’Égypte, l’Inde, la Perse, mais aussi l’Italie, la France, l’Allemagne, les Îles Britanniques et autres lieux, aux côtés d’amantes, et/ou d’un mari diplomate7 ? Ses plus fabuleux périples (les plus courts cependant) ne sont-ils pas finalement ceux qu’elle n’a cessé de vivre et de décrire en passant, à pied, en voiture ou en esprit, de ses divers lieux de résidence au château – perdu et toujours raconté– du temps de sa jeunesse : Knole, ses jardins et leurs répliques ?

D’autres territoires : enquêtes locales et perspectives globales

5Lire ou relire des récits de voyageuses, leur (re)donner existence (surtout s’ils n’existent qu’à l’état de manuscrits) et les analyser, cela devait, aux yeux de tout le groupe, produire des effets de toutes sortes : plaisirs de lecture d’abord (l’exotisme, temporel et géographique, de textes négligés et toujours de belle venue, y compris dans leurs versions enfantines8) ; plaisirs aussi d’une exhumation-résurrection de femmes qui, pour être écrivaines, n’en furent pas moins à l’occasion d’étonnantes héroïnes9 malgré la myopie de certaines de leurs observations10 ; plaisirs enfin d’une meilleure compréhension des rôles et des fonctions accordés et/ou pris, au cours du temps, par les femmes, contre ou avec certains hommes, dans des circonstances souvent exceptionnelles : celles d’une part du déplacement consenti, recherché ou contraint ; celles d’autre part, encore plus remarquables, de sa restitution écrite.

6Ce faisant, nous espérions sortir de l’exercice paraphrastique ou génétique qu’a longtemps constitué la simple étude de contenu des récits de voyage (il/elle est allé-e jusque là, il/elle a dit cela, il/elle a copié cette description ou cette idée chez tel ou telle). Nous voulions plus encore éviter les commentaires prétendument genrés qui rabâchent les oppositions éternelles du public et du privé : le voyageur s’intéresserait au général et au politique, la voyageuse serait préoccupée par la vie domestique ; il verrait les choses de haut, elle ne consignerait que des minuties ; il écrirait des observations, elle tiendrait un journal intime, etc. Enfin, nous souhaitions rétablir le processus de production et de réception de chaque écrit concerné : injonction parentale, intime et/ou commerciale, pratiques du carnet secret ou de la diffusion limitée, succès éditoriaux durables (le cas de lady Montagu11) ou sporadiques (la vogue – une mode ?– des récits de voyage à certaines époques comme la nôtre)12, etc.

7Ne pas tomber dans les généralités, accepter temporairement la singularité de nos écrivaines-voyageuses, furent donc une volonté collective et explique la préférence donnée aux études de cas plutôt qu’aux « portraits de groupes »13. Ce double choix justifie l’abandon de l’énorme masse des itinérantes sans mémoire propre (travailleuses saisonnières, domestiques, gouvernantes et préceptrices, exilées de toutes sortes, pélerines, malades, épousées ordinaires – laïques ou religieuses –, accompagnatrices clandestines ou non de touristes et de « grands voyageurs », etc.). De toutes ces femmes, l’existence n’a jamais cessé de nous obséder mais elle est aujourd’hui largement ignorée par l’historiographie malgré les indices nombreux de pérégrinations récurrentes que fournissent les archives paroissiales14, comptables, policières, monastiques15, etc.

L’une et l’autre. Questionner des couples

8Une fois mis de côté cet énorme « trou noir » de nos mémoires (ne faudrait-il pas revoir nos perceptions monosexuées du « Grand Tour », par exemple ?), une question restait pendante : qu’est-ce qui fait être une écrivaine voyageuse ? Qu’est-ce qui la distingue – éventuellement – de l’homme qui voyage et écrit ? Qu’est-ce qui change, au cours des temps, pour les un(e)s et les autres dans les façons de faire et de dire le voyage ? Des bénéfices analogues furent-ils tirés par les deux sexes de la transformation des conditions matérielles des transports, des progrès de l’alphabétisation et de la multiplication des types de supports aptes à relater l’expérience d’un périple (diaires, livres, articles de journaux, lettres, aquarelles, livres de comptes, etc.) ? De nombreuses questions, plus spécifiques mais en rien subsidiaires, accompagnaient l’interrogation centrale : écrit-on (elles comme eux) pour voyager ? Voyage-t-on pour écrire ? Quels contextes suscitent cette activité, double et distincte ? Peut-elle s’exercer de façon identique selon une appartenance de classe, d’âge ou de statut qui se surimpose toujours à celle de sexe et la complexifie ?

9Ces interrogations n’ont pas toujours été frontalement posées et encore moins résolues. Pourtant elles sont sous-jacentes dès que tente de se définir le corpus documentaire mis en œuvre dans chaque analyse. Primordial, primaire même, le problème des sources, de leur rareté relative, de leurs richesses et de leurs limites, n’a cessé donc d’être au cœur de nos débats. Si l’on s’efforce de penser en termes de genre, c’est l’invention, au sens fort du terme, de documents nouveaux permettant de vérifier les différences sexuées, qui devient en effet la nécessité première. Mais si la question du croisement des points de vue est, en matière d’écriture(s) du genre, une évidence, sa résolution n’est pas simple. Peut-être, à titre expérimental au moins, faudrait-il recenser et examiner de très près le cas des couples –hétérosexuels ou non –, qui voyagent ensemble et ont laissé des appréciations parallèles, sinon analogues, de leurs périples communs16. Les exemples les mieux connus sont ceux de la flamboyante Jane Dieulafoy et de la non moins célèbre Agatha Christie dont les maris respectifs furent tous deux de brillants archéologues17. Mais il en fut d’autres (par exemple les Belzoni en Égypte au XIXe siècle ou les Baker au Soudan cinquante ans plus tard) qui méritent eux aussi attention. Quant aux voyages de noces, ils commencent à peine à être examinés et si leur réalité ne peut souvent être étayée par des textes personnels car ils relèvent trop fortement de l’intime, leur étude ouvre des perspectives prometteuses18.

10Le séminaire dont une partie des travaux est livrée ici n’avait pas d’autre ambition que de  proposer et tester, à l’aide d’études de cas originales, de nouvelles pistes de recherches, et d’élargir ainsi nos horizons. L’exotisme est quotidien : il est à l’œuvre, avant, pendant et bien après la fin du voyage, et cela jusque dans sa restitution écrite. Pour les voyageuses, comme pour celles et ceux qui veulent, avec elles, « aller plus loin » dans la compréhension, genrée et donc historicisée, de l’Ailleurs du monde et de l’Autre du sexe…

11Nicole Pellegrin, IHMC/CNRS-ENS Paris

Haut de page

Notes

1  Madame du Camper se démenait pour faire rayer de la liste des émigrés son beau-frère, n’hésitant pas pour cela à faire de multiples et dangereux voyages transfrontaliers et à solliciter le Comité de Salut public (Vicomte de Broc, Dix ans de la vie d’une femme pendant l’émigration. Adélaïde de Kerjean, marquise de Falaiseau. Paris, Plon, 1894, p. 151). Les douloureuses émigrations de l’époque révolutionnaire prolongent, d’une certaine manière cependant pour les femmes de la noblesse fortunée, les courses incessantes entre Paris, les châteaux de province et les lieux de cure thermale qui ponctuaient leur vie du temps de la Monarchie (voir les Lettres de la duchesse de la Rochefoucauld [1763-1838]à William Short, éd. par Doina Harsanyi, Paris, Mercure de France, 2001).

2  Romancière, traductrice (entre autres de H. G. Wells), essayiste et journaliste (1892-1978). Citation fournie par Frank Laurent, Le Voyage en Algérie, Paris, Laffont, « Bouquins », 1995, p. 954.

3  L’IHMC est un laboratoire du CNRS associé à l’École Normale Supérieure de Paris dont le séminaire « Femmes et Histoire » est actuellement animé par Martine Sonnet autour de la thématique du Travail.

Parmi les ouvrages récents qui ont guidé nos pas, il faut citer en priorité ceux de Bénédicte Monicat (Itinéraires de l’écriture au féminin. Les voyageuses du XIXe siècle, Amsterdam, Rodopi, 1996), de Nicolas Bourguinat (dir.), Le Voyage au féminin. Perspectives historiques et littéraires (XVIIIe-XIXe siècles), Strasbourg, presses universitaires de Strasbourg, 2008) et le numéro « Voyageuses » piloté par Rebecca Rogers et Françoise Thébaud, Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 28, 2008.

4  Voir Histoires d’historiennes, réunies par N. Pellegrin, Saint-Étienne, Presses universitaire de Saint-Étienne, 2005.

5  Sur le rapport à l’espace, voir Linda McDowell, Gender, Identity and Place. Understanding feminist Geographies (Cambridge, Polity Press, 2000) et Christine Bard, dir., Le Genre des territoires : féminin, masculin, neutre, Angers, Presses de l’Université d’Angers 2004.

6  G. Tillion, Ravensbrück, Paris, Seuil, « Points », 1988, et Il était une fois l’ethnographie, Paris, Seuil, « Points », 2000.

7  Écrivaine du voyage, mais plus encore poétesse, romancière, historienne, épistolière, créatrice de jardins, Vita Sackville-West, est largement traduite en français. On retiendra, entre autres, sa Correspondance (Paris, Stock, 1985) avec Virginia Woolf, ses récits de l’Iran et notamment une excursion en pays bakthiar publiée en 1928 (Twelve Days / Une aristocrate en Asie, Paris, Payot, Petite Bibliothèque Payot/Voyageurs [désormais PBP], 2006) et la biographie parentale de son fils, Nigel Nicolson (Portrait d’un mariage, Paris, Stock, 1974). Voir aussi de Victoria Glendinning, Vita. La vie de V. Sackville-West, Paris, Albin Michel, 1987.  

8  Mlle de Mortemart (1759-1828), Un merveilleux voyage. Le journal d’une enfant pendant l’été 1769,  éd. par Laetitia Gigault, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2006. Un contrepoint masculin et hollandais présenté par Arianne Baggerman et Rudolf Dekker, Child of the Enlightenment. Revolutionary Europe Reflected in a Boyhood Diary, Leyde, Brill, 2009 [Otto Van Eck, 1780-1798].

9  Les plus célèbres ont été étudiées en France par Christel Mouchard (Aventurières en crinoline, Paris, Seuil, Points actuels, 1987) et par Françoise Lapeyre (Le Roman des voyageuses françaises (1800-1900), Paris, Payot, 2007 ; rééd. PBP, 2008) et Quand les voyageuses découvraient l’esclavage, Paris, Payot, 2009 (rééd. PBP, 2011). Un vieux et précieux florilège mérite attention : Richard Cortambert, Les Illustres voyageuses, Paris, E. Maillet, 1866, ainsi que celui, récent et richement illustré, de Barbara Hodgson, Les Aventurières, XVIIe-XIXe siècles. Récits de femmes voyageuses, Paris, Seuil, 2002 (trad. de l'anglais par Marc Albert et Camille Gerfaut).

10  Lectures post-coloniales et/ou féministes insistent sur les contradictions intimes des voyageuses notamment en terres d’Islam (voir, en français et après de nombreux travaux anglo-saxons, deux récents recueils dotés d’une riche bibliographie : Marie-Françoise Bosquet et Chantale Meure (dir.), Le Féminin en Orient et en Occident, du Moyen Âge à nos jours : mythes et réalités, Saint-Étienne, Presses universitaire de Saint-Étienne, 2011, et Marie-Elise Palmier-Chatelain et Pauline Lavagne d’Ortigue, dir., L’Orient des femmes, Lyon, ENS éditions, 2002). À compléter par Natasha Ueckmann, Frauen und Orientalismus. Reisetexte französisch-sprachiger Autorinnen des 19. und 20. Jahrhunderts, Stuttgart, J. B. Metzler, 2001.

11  Mary Wortley Montagu (1690-1762) fut une des voyageuses les plus lues et les plus controversées de tous les temps, traduite en français en 1763, 1790, 1805, etc., sans compter les rééditions (trop) partielles récentes à compléter par l’édition de référence par Robert Halsband des Letters (Oxford, Oxford University Press, 1966-1967). Montagu(e) est critiquée de façon acerbe par sa compatriote et précoce émule, lady Elisabeth Craven (1750-1823), dans son Voyage (…) à Constantinople à travers la Crimée en 1786, traduit en français dès son année de parution en 1789 par deux éditeurs distincts. Dans celle de Durand fils, la mise en cause de l’ambassadrice figure p. 93-95, et porte sur les désagréments des … poêles autrichiens ! Plus sévères, les Mémoires  de la même princesse de Berkeley(Paris, Mercure de France, 2008, p. 360), attribuent la rédaction des Lettres de Milady Montague (…) à la Porte Ottomane (…)  à Walpole et deux autres beaux esprits de ses amis…

12  Un travail toujours essentiel : Charles L. Batten, Pleasurable Instruction. Form and Convention in Eighteenth Century Travel Literature, Berkeley, University of California Press, 1978.

13  Une pratique privilégiée lors de la rédaction d’Histoires d’historiennes, ouv. cit.

14  Étude modèle d’Emmanuel Dion et Sébastien Jahan (Le Peuple de la forêt. Nomadisme ouvrier et identités dans la France du Centre-Ouest aux Temps modernes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003) qui font la part belle à des travailleuses itinérantes méconnues.

15  Les plus grandes voyageuses, en nombre, en qualité et en kilomètres parcourus, sont bien sûr les « épousées du Christ » que leur vocation dirige vers des couvents souvent lointains, voire ultramarins (Elisabeth Dufourcq, Les aventurières de Dieu. Trois siècles d’histoire missionnaire françaisei, Paris, Perrin, « Tempus », 2009 ; N. Pellegrin, « La clôture en voyage (fin XVIe-début XVIIIe siècles) », Clio, HFS., 28, 2008, p. 77-98.

16  Ainsi les appréciations et le style des récits d’Ella Maillart (1903-1997) vaudraient d’être comparés aux textes de Marthe Oulié, Peter Fleming et surtout Anne-Marie Schwarzenbach.

17  Le cas d’Agatha Christie-Mallowan, auteure de polars, mais aussi mémorialiste, voyageuse et restauratrice d’objets mésopotamiens, aux côtés de son archéologue de mari serait particulièrement intéressant à scruter (A. Christie, Meurtre en Mésopotamie (1935), Paris, Masque, 1992 ; An Autobiography, Londres, Harper-Collins, 1978 et La Romancière et l’archéologue. Mes aventures au Moyen-Orient, Paris, PBP, 2006 ; ainsi que Huguette Bouchardeau, Agatha dans tous ses états, Paris, Flammarion, 1998). Les Dieulafoy ont été eux-mêmes étudiés par un … couple : Ève et Jean Gran-Aymeric, Jane Dieulafoy. Une vie d’homme, Paris, Perrin, 1991.

18  Sylvain Venayre, « Le Temps du voyage de noces », L’Histoire, juin 2007, p. 56-61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Pellegrin, « Genre, voyage et histoire. Quelques aperçus. », Genre & Histoire [En ligne], 8 | Printemps 2011, mis en ligne le 21 novembre 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://genrehistoire.revues.org/1290

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre & histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page